Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Pour en savoir plus et, notamment, pour s'opposer à leur installation, nous vous invitons à consulter notre charte pour la protection des données personnelles. En savoir plus.

Quelles mesures du projet de loi de finances 2018 vont directement vous impacter ?

projet de loi de finances 2018

Le premier volet de projet de loi de finances (PLF) 2018 vient d’être définitivement voté, le second devant être débattu en novembre. L’impact de cette réforme sur le contribuable varie sensiblement suivant son niveau et l’origine des revenus. Des économies pour certains ménages, une taxation plus élevée pour d’autres, Choisir.com vous vous éclaire sur les principaux aspects de cette loi dont l’application prendra effet dès l’année prochaine.

 

Suppression de la taxe d’habitation

 

Lors de sa campagne, le candidat Emmanuel Macron avait promis dès 2018 la suppression de la taxe d’habitation pour la plus grande partie de ménages qui en sont redevables.

Réduction du déficit budgétaire oblige, le gouvernement a finalement décidé d’étaler l’exonération par tiers et sur 3 ans pour 17 millions de ménages.

Un contribuable actuellement redevable de 600 € de taxe d’habitation (moyenne nationale), paiera ainsi 400 € en 2018, 200 € en 2019 et sera totalement exonéré en 2020.

 

"De 20 milliards d’euros annuels, la taxe d’habitation ne rapportera ainsi que 11,5 milliards dans trois ans."

 

Cette disposition concernant 80 % des ménages, cela signifie que 20 % n’en bénéficieront pas.

Pour être exonérés de la taxe d’habitation d’ici 2020, les revenus d’un foyer ne doivent pas excéder le plafond du revenu fiscal de référence, soit :

 

Personne Seule

Revenu fiscal de référence maximal
Sans enfant27 000 €
1 enfant43 000 €
2 enfants49 000 €
3 enfants61 000 €
4 enfants73 000 €
Pour chaque enfant supplémentaire+ 12 000 € par enfant

 

Couple

Revenu fiscal de référence maximal
Sans enfant43 000 €
1 enfant49 000 €
2 enfants55 000 €
3 enfants67 000 €
4 enfants79 000 €
Pour chaque enfant supplémentaire+ 12 000 € par enfant

 

Ces foyers fiscaux devront-ils payer plus cher leur taxe d’habitation pour compenser l’exonération accordée à d’autres ?

Gérard Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, a répondu par la négative. Il n’a toutefois pas écarté une refonte du calcul des valeurs locatives qui date des années 1970.

À noter que l’exonération profitera davantage à un Marseillais qu’à un Parisien, la taxe d’habitation moyenne étant en 2016 de 1 385 € pour le premier et à 481 € pour le second.

 

L’ISF se transforme en IFI

 

L’impôt sur la fortune (ISF) concerne aujourd’hui 351 000 foyers dont le patrimoine dépasse une valeur de 1,3 million d’euros. Ce prélèvement qui rapporte annuellement près de 5 milliards à l’État est supprimé pour être remplacé par l’impôt sur la fortune immobilière (IFI).

L’objectif de cette réforme est d’inciter les contribuables les plus aisés à investir plutôt que de laisser dormir l’argent.

Ne sont plus taxables dans le cadre de l’IFI que les biens immobiliers et les produits de placement. Dans un premier temps, ce nouvel impôt écartait les biens de luxe comme les yachts, les jets privés et autres voitures de luxe.

Les députés sont revenus sur ce volet controversé en augmentant le niveau des taxes des de certains signes extérieurs de richesse. C’est ainsi que les bateaux de plaisance de plus de 30 mètres appartenant à des résidents français sont dorénavant taxés de 30 000 à 200 000 €.

La taxe sur la vente de métaux précieux passe pour sa part de 10 à 11 %. Une taxe plafonnée à 8 000 € est appliquée aux voitures de sport dont la puissance est égale ou supérieure à 36 chevaux fiscaux.

Le manque à gagner pour l’État suite à la mise en place de l’IFI se monte à 3,2 milliards.

 

Une « flat tax » à la française sur les revenus mobiliers

 

Dans le but de simplifier la fiscalité du capital et de l’harmoniser avec celle des autres pays européens, il est instauré un prélèvement forfaitaire unique (PFU).

Cette « flat tax » de 30 % concerne l’ensemble des revenus mobiliers à l’exception du Livret A et de celui d’Épargne en actions (PEA).

 

"Seuls les PEL et CEL ouverts à compter du 1er janvier 2018 seront concernés par la "flat tax"."

 

L’assurance-vie bénéficie également d’un traitement spécifique. À l’origine, la loi de finances prévoyait d’exonérer les contrats d’assurance-vie de moins de 150 000 € conservés plus de huit ans.

L’amendement adopté par les députés supprime le seuil des 150 000 €, ce qui a pour effet que l’ensemble des contrats seront soumis au prélèvement forfaitaire.

Le PFU de 30 % remplace celui de 50,5 % pour les contrats liquidés avant quatre ans et de 30,5 % pour ceux clôturés entre quatre et huit ans.

Le gouvernement considère que cette refonte de la taxation des plus-values mobilières coûtera 1,3 milliard aux finances publiques. Ce chiffre est toutefois contesté par l’Observatoire français des Conjonctures économiques (OFCE) qui table sur un impact de 4 milliards d’euros.

 

Pourquoi est-il important de comparer les contrats d'assurance vie ?
Les contrats d'assurance vie varient beaucoup de l'un à l'autre, entre les taux pratiqués et les supports d'investissement sélectionnés. N'hésitez pas à comparer les différents contrats d'assurance vie afin de maximiser vos rendements. 

 

Le prix du diesel s’aligne sur celui de l’essence

 

Une hausse annuelle de 2,6 centimes le litre de gazole est programmée pour les quatre ans à venir. De cette manière, le prix du diesel devrait s’aligner à terme sur celui du diesel.

Ajoutée à celle de la taxe carbone, cette augmentation devrait rapporter 3,7 milliards d’euros supplémentaires à l’État.

En conclusion très provisoire, sachez également que le crédit d’impôt transition énergétique (CITE) portant sur le changement des portes et des fenêtres passe de 30 à 15 % dès le 1er janvier prochain et sera supprimé le 30 juin 2018.

 

Des mesures pour augmenter votre pouvoir d'achat

 

Le gouvernement lance des mesures pour augmenter votre pouvoir d'achat. Retrouvez ci-dessous comment ces-dernières vont impacter votre pouvoir d'achat : 

 

  • Pour les salariés

Les principales nouvelles mesures qui vous concernent : 

- Suppression de la taxe d’habitation
- Suppression de cotisations sociales et bascule vers la CSG
- Augmentation de la prime d’activité

 

 

  • Pour les familles

Les principales nouvelles mesures qui vous concernent : 

- Suppression de la taxe d’habitation
- Suppression de cotisations sociales et bascule vers la CSG
- Augmentation de la prime d’activité
- Complément mode de garde

 

 

  • Pour les indépendants

Les principales nouvelles mesures qui vous concernent : 

- Suppression de la taxe d’habitation
- Suppression de cotisations sociales et bascule vers la CSG
- Augmentation de la prime d’activité
- Exonération des cotisations la 1re année pour une création/reprise d’entreprise

 

 

  • Pour les retraités 

Les principales nouvelles mesures qui vous concernent : 

- Suppression de la taxe d’habitation
- Augmentation du minimum vieillesse
- Crédit d’impôts sur les services à la personne

 

 

  • Pour les personnes en situation de handicap

Les principales nouvelles mesures qui vous concernent : 

- Suppression de la taxe d’habitation
- Suppression de cotisations sociales et bascule vers la CSG
- Augmentation de la prime d’activité
- Revalorisation de l’Allocation Adultes Handicapés (AAH)
- Crédit d’impôts sur les services à la personne

 

 

Source : Ministère de l'économie - Le livret du pouvoir d'achat

Stephanie H.

Comparez les assurances vie jusqu'à 3,60 % de rendement

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com