Est-il indispensable de souscrire une garantie accidents de la vie ?

garantie accidents de la vie

Vous avez entendu parler de la GAV, ou garantie des accidents de la vie et vous vous demandez s’il est intéressant d’y souscrire. Ce contrat vous indemnisera contre les accidents de la vie privée et quotidienne, que vous soyez responsable ou non. Mais qu’est-ce donc qu’un accident de la vie ?

 

Les risques couverts

 

Les accidents domestiques sont courants et la plupart du temps sans gravité. Malheureusement, il peut arriver qu’ils laissent des séquelles invalidantes, qui peuvent avoir de nombreuses conséquences et vous coûter très cher.

Si la Sécurité sociale et une complémentaire santé prennent en charge les éventuels frais médicaux, il vous reviendra en revanche de payer pour les complications qui viennent après.

En souscrivant une garantie accidents de la vie, vous pouvez le faire à titre individuel ou couvrir aussi les membres de votre famille, vous vous prémunissez contre certains risques comme :

  • Accidents domestiques de tous types (chute, brûlure, intoxication…)
  • Accidents médicaux (maladie contractée à l’hôpital, problème lors de l’anesthésie…)
  • Catastrophes naturelles ou technologiques
  • Attentats ou agressions
  • Accidents survenus dans le cadre de loisirs (sport, voyage…), dans les limites du contrat

Bonne nouvelle, si vous êtes à l’étranger (vérifiez tout de même auprès de votre assureur si cela fonctionne pour votre destination) vous êtes couvert durant trois mois.

 

Les limites de la garantie

 

La GAV intervient souvent en supplément d’une autre assurance. Certains risques ne sont donc pas couverts.

C’est ainsi le cas des accidents de la route ainsi que des accidents de travail, qui donnent lieu à des contrats spécifiques.

L’assureur peut aussi exclure certaines pratiques, considérées comme dangereuses. Les sports extrêmes sont le plus souvent concernés (course automobile, chute libre…).

 

L’indemnisation prévue

 

L’indemnisation est là pour réparer le préjudice physique et ses conséquences sur la vie personnelle, morale, matérielle de l’assuré et de sa famille. 

L’assureur établit dans le contrat un taux d’incapacité (taux d’IPP) à partir duquel la garantie prend effet. Celui-ci va être mesuré par un médecin. Il correspond au degré des séquelles observées, sur une échelle de 0 à 100 %.

Les contrats classiques proposent une indemnisation à partir d’un taux d’incapacité de 30 %, mais certains assureurs démarrent à 5 ou 10 %. Les cotisations seront alors plus élevées.

Une fois ce taux validé, certains frais seront pris en charge, comme l’adaptation du logement ou du véhicule, l’assistance permanente par une tierce personne, les pertes de revenus, le préjudice esthétique, d’agrément, les souffrances endurées, le déficit fonctionnel permanent, les obsèques en cas de décès de l’assuré.

 

"Il existe un plafond indemnisation, qui est généralement de 1 million d’euros."

 

L’indemnisation doit survenir dans les cinq mois qui suivent la déclaration d’accident et l’assureur dispose d’un mois pour verser cette indemnisation une fois l’accord validé avec la victime.

La garantie accidents de la vie vous offre donc une couverture en cas d’accident et peut être un supplément d’assurance intéressant.

Les cotisations varient d’un assureur à l’autre mais restent abordables - autour de 15 € par mois. Dans tous les cas, n’hésitez pas à comparer les offres des différents assureurs et de leurs produits GAV.

 

Qu'appelle-t-on un accident de la vie ? La quotidienne vous répond :
 

Nathalie R.

Comparez et économisez sur votre assurance habitation