Quels changements pour la retraite progressive en 2018 ?

retraite progressive

De bonnes nouvelles pour les travailleurs à temps partiel qui ont des contrats auprès de plusieurs employeurs, désormais, la retraite progressive sera accessible à tout travailleur à temps partiel, quelle que soit sa situation. Voici les modifications qui ont été effectuées pour 2018.

 

Les nouvelles conditions pour le départ en retraite progressive 

 

Dès le 1er janvier 2018, vous allez sans doute pouvoir prendre votre retraite progressive puisque les conditions ne sont désormais plus restrictives.

Jusqu’à présent, la retraite progressive concernait les salariés du régime général ayant travaillé pendant au moins 150 trimestres. Ces salariés devaient être âgés d’au moins 60 ans.

Si ces conditions sont aujourd’hui conservées pour le régime général, la modification apportée concerne la troisième clause : vous deviez être employé à temps partiel et n’exercer qu’une seule activité professionnelle.

Comme cela excluait toute une partie de la population candidate, en 2018, vous pourrez demander une retraite progressive même si vous cumulez plusieurs employeurs.

La seule condition à remplir sera d’exercer votre travail à temps partiel, soit entre 40 et 80 % d’un temps complet.

 

Comment connaître les montants de votre retraite ?

 

Le calcul est simple : si vous travaillez à 40 %, vous allez être complémenté à hauteur de ce que vous ne travaillez pas, sur une base de temps complet.

Avec 40 % d’heures travaillées, vous allez donc toucher 60 % de ce que vous devriez percevoir si vous étiez en retraite pleine au moment de votre dossier.

La bonne nouvelle est que vous allez continuer à accumuler des droits et des trimestres tant que vous poursuivrez votre activité, même à temps partiel. Le montant de votre retraite pleine future n’en sera alors que bonifié.

Pour connaître le montant exact de votre retraite progressive, il vous suffit de vérifier quel serait le montant de vos mensualités de retraite de base et complémentaire si vous preniez votre retraite complète immédiatement.

Cela prend en considération votre âge et le nombre de trimestres travaillés. Appliquez ensuite le pourcentage relatif à votre compensation et vous obtiendrez le montant de vos mensualités.

Attention, tout changement de situation impacte votre retraite progressive (rupture de contrat, rallongement des heures travaillées…) : faites-en immédiatement part à votre caisse de retraite afin d’éviter de vous retrouver dans une situation délicate. 

 

Qui est concerné par la réforme ?

 

Les travailleurs du régime salarié général ne sont pas concernés par la réforme puisqu’ils étaient déjà éligibles à la retraite progressive depuis longtemps.

Aujourd’hui, la réforme s’adresse aux salariés ayant plusieurs contrats pour occuper les fonctions de leur emploi.

Parmi ces travailleurs, on compte les aides-ménagères, les professeurs de complément dans le secteur privé, les professions libérales ainsi que les assistantes maternelles.

L’essentiel est donc de totaliser des contrats de travail salarié jusqu’à concurrence de 80 % d’un temps complet et d’adresser votre demande auprès de votre caisse de retraite.

A l’issue de chaque période d’une année, à date anniversaire, vous devrez fournir les mêmes attestations d’emploi à temps partiel et déclaration sur l’honneur, à votre caisse de retraite, afin de prouver que votre situation n’a pas changé et que vous continuez de pouvoir bénéficier de ce régime.

Attention, si vous ne vous manifestez pas chaque année, votre demande sera suspendue et vous cesserez de toucher votre retraite progressive : restez vigilant !

 

Comment demander votre mise à la retraite progressive ?

 

Pour demander la liquidation partielle de vos trimestres, il vous suffit de demander à votre caisse de retraite ou de télécharger par Internet le formulaire cerfa n°10 647*04 ou cerfa S 5131e.

 

 

 
Cliquez ici pour télécharger le formulaire cerfa n°10 647*04 ou cerfa S 5131e

 

Remplissez-le et joignez une déclaration sur l’honneur déclarant que vous n’exercez pas d’emploi complémentaire. Vous devez joindre à votre demande une lettre émanant de vos employeurs et attestant de votre temps de travail.

Sachez que si vous demeurez en retraite progressive au-delà de 62 ans, que vous poursuivez vos activités professionnelles et totalisez plus de 166 trimestres, vous bénéficierez d’une surcote et d’une retraite par conséquent plus importante.

Pour vous aider dans vos calculs, pensez que chaque trimestre supplémentaire vous offre 1,25 % de votre retraite

Stephanie H.

demandez un bilan gratuit et personnalisé pour votre retraite

Complémentaire retraite