x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Quels changements pour le PV de stationnement ?

PV de stationnement

La dépénalisation du stationnement est effective depuis le 1er janvier 2018. Contrairement aux apparences, il ne s’agit pas d’une bonne nouvelle pour les automobilistes « distraits ». La gestion des infractions aux règles de stationnement est en effet transférée aux communes, et ce tant pour les tarifs de stationnement que le montant des amendes. Plusieurs mauvaises surprises sont attendues !

 

Le PV laisse sa place au FPS

 

À partir du 1er janvier 2018, le trop célèbre procès-verbal de stationnement à 17 € laisse sa place au FPS (forfait post-stationnement). Ce changement est une conséquence de l’entrée en vigueur de la loi sur les métropoles (loi MAPTAM) votée en 2014.

 

"Les 800 communes pratiquant le stationnement payant peuvent appliquer librement les tarifs et les amendes en cas de dépassement de durée."

 

La loi laisse également la possibilité aux mairies de sous-traiter la gestion à des sociétés privées, ce qui sera le cas à Paris, Lyon, Nice et Bordeaux.

Rare bonne nouvelle, les prestataires chargés de cette activité seront rémunérés forfaitairement, ce qui devrait éviter le risque de « course au chiffre ».

 

Des amendes généralement revues à la hausse

 

Avant l’entrée en vigueur de la loi, la part des amendes de stationnement revenant à la ville ne représentait que 25 %, soit environ 30 millions d’euros pour Paris.

Avec le nouveau système, les recettes pour la capitale seront de 300 millions d’euros avec une amende qui passe de 17 à 50 € pour la zone centrale (35 € pour un paiement dans les 3 jours).

Le record est détenu par Lyon avec un FPS à 60 €, les automobilistes niçois étant les gagnants avec une amende de seulement 16 €.

 

Découvrez comment contester un PV pour excès de vitesse en toute légalité !

 

Des voitures flasheuses pour constater les infractions

 

En parallèle des amendes en hausse, le nombre de contrôles va sensiblement augmenter. En supplément de l’aspect financier, l’objectif est de faciliter le stationnement en réduisant le nombre de « voitures ventouses ».

C’est ainsi que pour valider le paiement, il faudra entrer le numéro d’immatriculation du véhicule. Cette piste va être inaugurée par la mairie de Paris qui a lancé un appel d’offres en vue de faire l’acquisition d’une vingtaine de voitures flasheuses.

La voiture ou scooter de lecture automatique des plaques d’immatriculation (Lapi) est déjà en service à Madrid (Espagne). Ce système intègre une caméra qui flashe les plaques avant et arrière de la voiture.

Le numéro d’immatriculation est ensuite automatiquement comparé à celui saisi dans l’horodateur ou l’application smartphone de l’automobiliste. Le système Lapi permet de contrôler entre 800 et 900 voitures à l’heure en étant relié par satellite au registre des immatriculations.

En adoptant un système proche, la mairie de Paris souhaite ainsi contrôler au moins une fois par jour le stationnement au sein de la zone centrale.

Si cette automatisation se révèle efficace, il est évident que d’autres villes françaises appliqueront cette méthode en vue d’optimiser le stationnement dans leur centre-ville, qu’il s’agisse de circulation ou de recettes financières.  

 

La société Indigo vous présente sa solution pour le contrôle du stationnement :
 

Arnauld Delacroix

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

comparez les voitures neuves et trouvez le meilleur prix

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com