Nous utilisons sur notre site des cookies de Marketshot et de prestataires tiers, nous permettant de personnaliser le contenu de notre site et nos communications marketing, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que de mesurer et d'analyser le trafic sur notre site afin de dresser des profils comportementaux. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. En poursuivant votre navigation, vous consentez au dépôt et à la lecture des cookies. En savoir plus.

Quel support choisir pour placer vos actions en bourse ?

Bourse

Les marchés boursiers mondiaux affichent en ce début d’année 2018 des performances excellentes, voire historiques pour certaines. Selon un adage – qui n’engage à rien – comme va janvier, va l’année. Alors si vous souhaitez investir en Bourse, voilà ce que vous devez savoir sur le compte qu’il vous faudra ouvrir.

 

Dès lors que vous souhaitez acheter des actions, vous devez vous poser la question du support qui accueillera vos titres. Vous aurez le choix entre un compte-titres ordinaire ou un plan d’épargne en actions, qui ont chacun des caractéristiques spécifiques.

 

1. Le compte-titres ordinaire (CTO)

 

Avant d’investir en bourse, il convient de définir ses objectifs afin de choisir le support adéquat qui permettra de loger vos titres et de passer vos ordres.

Le CTO, ou compte-titres ordinaire, est le support qui vous offrira le plus de souplesse. Il permet d’investir sur l’ensemble des titres financiers (actions et obligations, warrants, trackers, OPC…), sans limite géographique et sans limite de versement.

Il n’y a aucun plafond à prendre en compte et, caractéristique importante, vous pouvez retirer vos titres quand vous le désirez.

 

"Le CTO convient parfaitement à l’investisseur qui veut investir en bourse en direct et qui suit l’actualité des marchés."

 

Parallèlement au CTO, il vous faut détenir un compte espèces. C’est lui qui sera débité en cas d’achat de titres, puis crédité lors de la vente.

 

Le prélèvement forfaitaire unique (PFU)
Avec l'intauration du prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30 % qui s’applique sur tous les revenus du capital, la fiscalité des plus-values et les dividendes réalisés dans le cadre d'un CTO change. Ils étaient jusqu’alors soumis au barème progressif de l’impôt (de 0 % à 45 %) ainsi qu’aux prélèvements sociaux. L’entrée en vigueur du taux forfaitaire unique rend donc attractif le CTO pour ceux qui se trouvent dans les tranches d’impôts les plus élevées.

 

2. Le plan d’épargne en actions (PEA)

 

Un PEA est plus contraignant et restrictif qu’un CTO. Tout d’abord, le versement est plafonné à 150 000 € pour un particulier et seules les actions européennes sont éligibles.

 

"C’est un support à privilégier pour ceux qui veulent penser à moyen / long terme la détention de leur portefeuille boursier."

 

L'avantage principal du PEA est sa fiscalité. Après cinq ans de détention, les plus-values réalisées ne sont pas imposables. Elles sont alors seulement soumises aux prélèvements sociaux (17,2 % avec la hausse de la CSG).

Par contre, en cas de sortie anticipée, la fiscalité sur les gains est importante. Elle s’élève à 39,70 % si la clôture intervient avant la 2ème année et à 36,20 % si elle a lieu entre la 2ème et la 5ème année.

À savoir aussi que tout retrait avant les huit ans de détention entraîne la clôture du PEA.

 

Pour aller plus loin sur le sujet : n'hésitez pas à consulter notre guide complet !

 

Ingrid Labuzan

Plus d'articles : Épargne, Bourse en ligne

Comparez gratuitement les offres de bourses en ligne

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com