Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Pour en savoir plus et, notamment, pour s'opposer à leur installation, nous vous invitons à consulter notre charte pour la protection des données personnelles. En savoir plus.

Pourquoi une partie des Français sera bientôt privée des chaînes de TV du groupe TF1 ?

TF1

Depuis jeudi 1er mars, la chaine Canal+ n’est plus autorisée à diffuser les chaines gratuites de TF1, faute d’un accord entre les deux acteurs. Après Orange le 1er février et avant Free dont le contrat arrive à échéance fin mars, Canal+ rejoint ainsi le rang des opposants aux exigences de TF1. Vivendi, la maison mère de Canal+, a franchi une étape supplémentaire dans le front uni contre la filiale de Bouygues en déposant une plainte au tribunal de commerce de Paris contre TF1 et TF1 distribution.

 

Les origines d’un conflit vieux de près de 2 ans

 

La naissance des premiers affrontements date de 2016, TF1 et M6 exigeant que les groupes de télécoms versent des revenus plus substantiels sur la diffusion de leurs programmes.

L’argument mis en avant est le bénéfice que tirent les opérateurs de cette diffusion sans pour autant en supporter le coût de conception.

Dans un premier temps, les fournisseurs d’accès ont opposé un refus catégorique en expliquant qu’il était hors de question de payer pour une diffusion par ailleurs gratuite. Si des négociations se sont ouvertes entre les divers acteurs, elles se sont soldées par un échec.

 

"Ce sont plus de la moitié des Français qui utilisent les « box internet » des fournisseurs pour regarder la télévision."

 

La première victime a été SFR avec une interdiction de diffuser les chaines de TF1 à compter du 29 juillet 2017. Le différend s’est finalement soldé début novembre 2017 par un accord financier portant sur le versement de 10 millions d’euros par SFR.

En contrepartie, l’opérateur télécom a bénéficié d’une offre privilégiée avec un service de rattrapage enrichi et de quelques options complémentaires.

Avec ce premier accord, une brèche s’est ouverte du côté des opérateurs télécoms. À la mi-janvier de cette année, Orange s’est mis d’accord avec M6 sur un accord global de distribution.

Fin janvier 2018, TF1 et Bouygues Télécoms ont signé une convention de diffusion, opération favorisée par l’appartenance commune au groupe Bouygues.

Sans trop de doutes, on peut penser que cet accord « interne  » a été une manière plus ou moins déguisée de mettre la pression sur Orange en vue des négociations à venir.

 

Orange poursuit la diffusion des chaînes de TF1 malgré l’interdiction du groupe

 

Malgré le non-renouvellement du contrat arrivé à échéance le 1er février, Orange continue de diffuser les émissions de TF1, seules les sessions de rattrapage de MyTF1 ayant été suspendu.

Pour la directrice exécutive d’Orange France Fabienne Dulac, il est normal de rémunérer un fournisseur pour la valeur ajoutée qu’il apporte.

Or, la directrice exécutive de l’opérateur historique considère que la nouvelle offre « TF1 Premium » est loin d’être à la hauteur de l’investissement demandé par le groupe de télévision.

À combien se monte cet investissement ? Selon certaines sources du Figaro, TF1 demanderait entre 25 et 26 millions d’euros à Orange.

 

"Les abonnés Orange représentent 25 % de l’audience de TF1."

 

Mercredi 21 février, le PDG d’Orange Stéphane Richard s’est dit optimiste en ce qui concerne un possible accord. Si une hausse de la rémunération des services enrichis reste possible, le PDG a fermé la porte au paiement des émissions en flux continus.

Stéphane Richard a également fait part de son refus de couper le signal de TF1, ce malgré l’assignation en justice.

À la mi-février, Orange a annoncé avoir annulé certaines de ses campagnes publicitaires sur TF1. Cette annulation se traduit par la levée d’options prévue dans les contrats à venir de publicité.

Ce désaccord largement médiatisé a donné lieu à des commentaires parfois corrosifs comme ceux publiés sur 20minutes.fr ou sur Twitter : 

 

 

Une position très proche de la part de Canal+ 

 

Pour Maxime Saada, le directeur général de Canal +, la chaine représente de 15 à 20 % de l’audience des chaines publiques. Il n’est par conséquent pas concevable de payer une somme 10 fois supérieure à celle du passé pour diffuser des programmes initialement gratuits.

C’est ce refus catégorique qui a justifié le dépôt d’une plainte auprès du tribunal de commerce de Paris, le même qui a reçu l’an dernier la demande d’Orange à l’encontre de TF1.

Régis Ravanas, directeur adjoint de Canal+, a justifié le dépôt de la plainte du fait de la différence de traitement entre la chaine cryptée et SFR.

La demande de Canal+ et de Vivendi porte donc sur une égalité de la somme exigée par TF1 et qui doit être la même pour l’ensemble des opérateurs.

 

Communiqué de Canal+

 

Le CSA n’est pas concerné, Bercy appelle au dialogue
Aucune intervention n’est à attendre dans ce conflit de la part du CSA, le conseil estimant que bien que préoccupé, il n’a pas à intervenir dans le cadre d’accords commerciaux. Le ministère de l’Économie s’est exprimé au travers d’un porte-parole en disant « souhaiter un dialogue entre les acteurs au bénéfice des téléspectateurs ».

 

L’argument "Coupe du Monde 2018"

 

La Coupe du Monde de Football qui débute en Russie le 14 juin constitue un argument de poids pour TF1. Au cas où TF1 fermerait la porte à une rediffusion des matches par Orange et Canal+, les opérateurs devraient supporter une importante perte d’audience.

TF1 compte bien utiliser cette compétition pour peser sur les négociations, mais risque de devoir faire face à une difficulté apparue fin juin 2017 suite à une décision de l’Autorité de la concurrence.

L’Autorité de la concurrence a en effet décidé d’assouplir les obligations qui pesaient sur Canal+ en l’autorisant par exemple à diffuser de manière limitée le contenu diffusé par beIN Sports dans le cadre de son bouquet.

Si un accord intervient entre Canal+ et beIN Sports, la chaine cryptée devra permettre aux autres distributeurs tels que Orange, Free ou SFR de distribuer les contenus de la chaine de sports s’ils en font la demande.

Si un tel accord intervient entre Canal+ et les opérateurs, TF1 risque de se retrouver en porte-à-faux vis-à-vis de ces mêmes diffuseurs disposant dès lors d’une porte de sortie.

 

Comment recevoir TF1 sur Orange ou Free après la coupure ?

 

Au cas où aucun n’accord n’interviendra dans les jours à venir, Orange ne relaiera plus les émissions de TF1 et il en sera de même pour Free fin mars.

Vous ne serez pas pour autant privé de TF1 grâce à la TNT diffusée gratuitement. Que votre box soit celle d’Orange ou de Free, elle intègre systématiquement un tuner TNT.

Il suffit dès lors de relier la box à la prise murale ou antenne TNT personnelle et de faire une recherche des chaines. Orange donne la marche à suivre sur une page dédiée.

 

  
 

L'avis de Choisir.com

 

Bien que l’horizon paraisse encore sombre, il y a de fortes chances que l’ensemble des acteurs parvienne à un accord. Même si TF1 ne parvient pas à s’imposer sur sa position actuelle, des concessions financières et autres ont toutes les chances de mettre fin à ce bras de fer. La question aujourd’hui sans réponse concerne la date à laquelle interviendra un accord. En attendant, il faut sans doute s’attendre à de nouvelles passes d’armes entre le groupe de télévision et celui des télécoms.

 

 
Antoine Monceaux

Comparez gratuitement toutes les offres Internet

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com