Quels changements pour les retraites en 2019 ?

Retraite

Avec l’accord signé en 2015, le régime des retraites complémentaires va subir de gros changements dès le 1er janvier 2019. Qui sera concerné, comment cela va-t-il fonctionner ? Existe-t-il des parades pour ne pas risquer de perdre beaucoup d’argent ? La réponse avec Choisir.com.

 

Un malus sur la retraite complémentaire

 

Pour inciter les Français à prendre leur retraite après l’âge légal, la complémentaire Agirc-Arrco va diminuer de manière importante lors des 3 premières années du départ à la retraite. C’est ce que l’on appelle la minoration temporaire.

Concrètement, lorsque vous prenez votre retraite au moment où vous en avez le droit, vous serez sanctionné par un malus de 10 % sur votre complémentaire pendant les 3 premières années et ce, jusqu’à 67 ans.

Si votre départ à la retraite intervient après 67 ans, cette réforme ne s’applique pas. Au terme de ces 3 années, ou jusqu’à 67 ans, vous bénéficierez de vos mensualités pleines.

 

Qui est concerné par la réforme ?

 

L’application de la nouvelle loi sur les retraites complémentaires entre en vigueur au 1er janvier 2019.

Elle concerne toute personne née après 1957. En revanche, si vous prenez votre retraite anticipée avant le 31 décembre 2018, vous ne serez pas touché par le malus de 10 %.

 

  • Le cas des chômeurs 

Dès l’âge légal du départ à la retraite, les chômeurs ne touchent plus d’indemnités de chômage.

Ils n’ont alors d’autre choix que de demander leur retraite immédiatement. Ils seront donc les premiers touchés par le malus de 10 %.

 

  • Les personnes aux revenus modérés

Les personnes seules percevant jusqu’à 11 000 € / an  ou les couples gagnant 17 000 € / an ne sont pas assujettis à la CSG.

Par conséquent, leur malus ne sera que de 5 % pendant 3 ans.

 

  • Les personnes exonérées de ce malus :
    • Les personnes en situation de handicap
    • Les départs à la retraite dans le cadre du programme amiante
    • Les mères de 3 enfants ou plus ainsi que les parents d'un enfant handicapé
    • Les bénéficiaires d’une retraite complémentaire minorée
    • Les anciens prisonniers de guerre et déportés
    • Les personnes déclarées inaptes au travail

 

Quel manque à gagner ?

 

La minoration de 10 % sur les retraites complémentaires ne touchera pas tous les retraités à la même hauteur.

Plus vous aurez cotisé pour votre complémentaire, plus celle-ci sera élevée. Mais plus elle sera élevée, plus la somme concernée par la minoration de 10 % sera importante.

 

Cas concret :
Sur une complémentaire de 1 000 € par mois, vous perdez 100 € / mois soit 1 200 € / an.
Sur une complémentaire de 2 500 € par mois, vous perdez 250 € / mois soit 3 000 € / an.

 

Soyez au courant de votre situation
Calculez exactement votre retraite complémentaire grâce au site de l’Agirc-Arrco. Vous pourrez ainsi faire toutes vos simulations et ne pas avoir de surprises lors de la liquidation de votre retraite.

 

Existe-t-il des parades ?

 

Évidemment, étant donné que l’objectif de cette nouvelle loi est de reculer l’âge du départ à la retraite sans l’imposer, en travaillant plus longtemps, il sera possible d’inverser la situation.

Si vous différez d’au moins 2 années votre retraite, vous n’avez plus de malus et pouvez jouir d’une retraite pleine.

Mais la réforme va encore plus loin et offre de gros avantages aux travailleurs qui acceptent de prolonger leurs années de vie active. En effet, vous bénéficiez non seulement de l’annulation de votre malus, mais en plus, vous cumulez un bonus temporaire d’un an.

Après 2 ans, vous aurez acquis un bonus de 10 %. Après 3 années, votre bonus monte à 20 %, et après 4 ans, vous pourrez profiter d’un bonus de 30 % sur la première année de votre retraite complémentaire.

 

Cas concret :
Sur une complémentaire de 1 000 € par mois, vous gagnez 1 200 € / an après 2 ans, 2 400 € / an après 3 ans et 3 600 € / an après 4 ans.
Sur une complémentaire de 2 500 € par mois, vous gagnez 3 000 € / an après 2 ans, 6 000 € / an après 3 ans et 9 000 € / an après 4 ans.

 

Le conseil de Choisir.com

 

Si pour vous il est totalement inimaginable de partir à la retraite au-delà de votre date autorisée, cela vaut peut-être le coup de prendre une retraite anticipée en constituant votre dossier avant le 31 décembre 2018. Le manque à gagner est généralement moins important sur une retraite anticipée qu’avec le malus de 10 % sur 3 ans. De plus, vous pourrez jouir de votre liberté avec quelques mois d’avance.

Stephanie H.

demandez un bilan gratuit et personnalisé pour votre retraite