Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Pour en savoir plus et, notamment, pour s'opposer à leur installation, nous vous invitons à consulter notre charte pour la protection des données personnelles. En savoir plus.

Quel type de taux d'imposition choisir pour le prélèvement à la source ?

impots

Le 1er janvier 2019, le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu deviendra effectif. Chaque mois, l’impôt sur le revenu sera prélevé à la source sur votre salaire ou votre pension de retraite. Dès cette année, et ce après la déclaration de vos revenus, vous serez informé du taux d’imposition auquel vous serez soumis en 2019. Vous aurez alors le choix entre conserver ce taux de prélèvement ou bien choisir entre le « taux neutre » et le « taux individualisé ».

 

Déclaration en ligne ou papier 

 

Le mois de mai touche à sa fin, certains d’entre vous ont déjà rempli leur déclaration d’impôts. Ceux qui l’ont fait en ligne connaissent d’ores et déjà le taux de prélèvement qui leur sera appliqué. Ils en ont été informés à la fin de leur déclaration.

Pour ceux qui utilisent la déclaration papier, ils seront informés au courant de l’été. Ce taux sera ensuite transmis à votre employeur ou votre caisse de retraite qui prélèveront à la source l’impôt que vous devez.

 

1. Le taux personnalisé : celui appliqué par défaut

 

C’est l’option par défaut, un taux qui sera calculé sur la base des revenus de 2017 et que vous découvrirez une fois votre déclaration remplie.

Pour le définir, l’administration fiscale établira le rapport entre le montant de l’impôt dû en 2017 et les revenus du foyer fiscal de la même année, avant que ne soient imputés de possibles réductions ou crédits d’impôts.

À partir de ce taux, les prélèvements seront appliqués pour la période de janvier à août 2019. En septembre de la même année, le taux pourra être ajusté selon la déclaration de 2018 et courir jusqu’en août 2020.

À noter aussi qu’il est conseillé de déclarer au plus vite tout changement conséquent qui interviendrait dans l’année, comme un changement de revenus, un mariage…, et qui aurait un impact sur le taux de prélèvement.

 

Bon à savoir : Avec le taux personnalisé, les membre d’un foyer soumis à l’imposition commune vont être prélevés au même taux, sans que les différences de revenus soient prises en compte.

 

2. Le taux individualisé : pour une répartition plus équitable

 

Le taux individualisé s’adresse aux membres d’un même foyer dont les écarts de revenus sont conséquents.

En choisissant ce taux, ils ont la possibilité de ne pas être soumis à un taux unique mais de se voir appliquer un taux individualisé calculé selon leurs revenus respectifs.

Ce taux n’a pas vocation à faire baisser l’impôt, le montant dû restera le même que celui du taux personnalisé, seulement celui qui a des revenus plus élevés sera plus taxé que son partenaire aux revenus plus faibles.

Le fisc déclare d’ailleurs qu’il ne s’agit pas « d’individualisation de l’impôt mais d’une simple répartition différente du paiement de l’impôt entre les conjoints. »

Pour faire ce choix, vous pouvez vous rendre sur votre espace particulier du site impots.gouv.fr ou répondre par courrier.

 

3. Le taux neutre : pour plus de confidentialité

 

C’est un des débats du prélèvement à la source : quelles informations vont être délivrées à votre employeur ? Sur ce point, le fisc rassure, aucune information fiscale ne sera délivrée, les informations privées resteront connues seulement de leurs services.

L’employeur agit simplement en tant que collecteur d’impôts, selon le taux qui lui est transmis, toutefois, certains d’entre vous peuvent refuser de communiquer le taux de leur foyer fiscal.

S’il est très élevé, par exemple, cela peut donner des informations à votre employeur sur des revenus complémentaires que vous touchez – situation du conjoint/e, revenus fonciers…, ce qui peut éventuellement porter préjudice lors d’une éventuelle augmentation.

Le salarié peut alors décider de choisir d’être soumis à un taux neutre, non personnalisé, qui sera calculé sur la seule base de son salaire. 

Le taux appliqué est celui d’un célibataire sans enfant en charge, il va de 0 % jusqu’à 43 % pour un salaire mensuel supérieur à 46 501 €. Pour ceux qui débutent leur carrière, ce taux sera appliqué d’office par manque de références.

Ici, pas de quoi non plus baisser ses impôts, si le taux s’avère inférieur à ce qui est dû, il faudra régulariser sa situation dans le mois qui suit.

 

L'avis de Choisir.com

 

Il existe donc plusieurs options qui présentent des avantages particuliers qui peuvent s’adapter à votre situation. À vous de choisir celui qui vous convient le mieux. Et pas de panique, votre choix pourra être modifié jusqu’au 15 septembre 2018.

Ingrid Labuzan

Plus d'articles : Banque, Épargne, Impôts

comparez plus d'une quinzaine d'offres pour obtenir le meilleur tarif

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com