Gamme E-Tech : Renault se lance sur le segment des hybrides

Renault se lance dans l'hybride

Si Renault connaît un certain succès dans le monde de l’électrique grâce à sa Zoé, il était en revanche jusqu’à aujourd’hui absent du marché hybride. C’est désormais un impair réparé avec trois modèles phares qui se mettent à l’hybridation, et la création d’une gamme E-Tech certainement vouée à se développer.

 

Renault Clio E-Tech

La star de Renault, et du marché français, se met aujourd’hui à l’hybridation. C’est une petite révolution pour plusieurs raisons. Déjà, sa concurrente de toujours, la Peugeot 208, a misé sur l’électrification. Renault, connaissant déjà un certain succès avec sa Zoé, n’a pas eu besoin d’en arriver à cette technologie. Cette Clio E-Tech va donc affronter d’autres concurrentes, à savoir la Toyota Yaris et la Honda Jazz qui se partageaient jusque là le segment des citadines hybrides.

 

"Cette Clio se retrouve face à la Yaris et la Jazz, deux japonaises."

Clio hybride

La Clio 5 est proposée en full hybride, ce qui signifie qu’elle n’est pas rechargeable (contrairement aux autres modèles du constructeur que nous aborderons plus bas). Certes, cette hybridation légère convient à la clientèle de la Clio, majoritairement assez jeune et pas forcément dotée d’une borne de recharge à domicile. Toutefois, cette technologie permet de rouler environ 3 km en tout électrique (à 50 km/h et avec une conduite souple), et Renault assure qu’en ville, 80 % des déplacements seront assurés par les moteurs électriques.

 

"Pas de bonus à l’achat pour la Clio non rechargeable, mais une possibilité de prime à la conversion."

 

La partie thermique du moteur de la Clio E-Tech se compose d’un 4 cylindres 1.6 l de 91 ch, auquel sont associés deux moteurs électriques de 48 et 20 ch (140 ch cumulés) alimentés par des batteries lithium-ion de 1,2 kWh. Le moteur de 20 ch est un alterno démarreur qui gère la recharge des batteries, le démarrage en tout électrique ainsi que la mise en marche du moteur thermique. Avec ce fonctionnement, la Clio E-Tech annonce une consommation moyenne de 4,3 l/100 km et 96 g ce CO2 selon le cycle WLTP (alors que la version essence de 130 ch affiche 5,7 l/100 km). Cependant, la française peut voir sa consommation s’envoler dès lors qu’elle prend trop souvent les voies rapides et autoroutes. Cette Clio est réellement taillée pour la ville.

 

"La Clio la plus puissante de la gamme."

Nouvelle clio hybrique

Ce qui est finalement paradoxal, car contre toute attente, la plus économique en carburant est aussi la plus performante des Clio. En effet, avec ses 140 ch au total, et sans prendre trop de poids vu la faible masse des batteries (80 kg seulement) cette hybride affiche un couple de 205 Nm et un 0 à 100 km/h effacé en 9,9 s. Sur le plan des relances, son comportement est particulièrement dynamique, soutenu par une boîte automatique à crabots à 6 rapports (4 pour le moteur thermique et 2 pour l’électrique de 48 ch dédié à la traction) qui ne patine pas à l’inverse de la CVT de chez Toyota. Pour ne pas ressentir d’à-coups à la décélération, l’on évitera le mode sport qui fait grimper en flèche la consommation.

 

"C’est avant tout une Clio."

 

Peu de choses distinguent cette Clio de ses sœurs thermiques si ce n’est le badge E-Tech sur la jupe arrière, qui elle-même dissimule la canule d’échappement. A l’intérieur, le bouton EV fait son apparition afin de forcer la marche tout électrique. L’instrumentation numérique affiche le mode de conduite utilisé et la tablette 7 ’’ verticale est identique au reste de la gamme.

Côté habitabilité, la Clio 5 a été prévue d’origine pour recevoir à termes des batteries, ce qui fait que la banquette n’a pas dû être réhaussée pour cela. La seule perte se situe dans le second espace du coffre, la partie cachée sous le plancher qui disparaît faisant passer le volume de chargement de 391 à 301 l.

Cette Clio E-Tech est disponible à partir de 22 600 € en finition Zen, ce qui représente un surcoût d’environ 1 000 € par rapport à son homologue thermique. La version haut de gamme Initiale Paris est quant à elle affichée à 28 200 €.

intérieur clio hybride

Captur E-Tech

Il peut être étonnant de voir le Captur hybridé alors que le Kadjar ne bénéficie pas de cette nouvelle technologie. Peut être que Renault estime le segment trop bien occupé par le Peugeot 3008 hybride. Toujours est-il que le constructeur au losange nous propose là un modèle hybride rechargeable très intéressant, bien que peu destiné à la famille en raison de sa petite habitabilité. Cependant, en matière de SUV urbain hybride, ce Captur PHEV vient combler un manque certain dans l’offre du marché. En effet, entre un e-2008 totalement électrique, et une Yaris Cross non rechargeable, le seul concurrent actuel est le Jeep Renegade hybride, plus onéreux que le français.

 

"Le 1.6 l de 91 ch est commun à toute la gamme E-Tech. "

Captur hybride

Tout comme la Clio, le Captur de deuxième génération a été prévu pour accueillir des batteries. L’implantation de ces dernières n’a donc aucun impact sur les volumes intérieurs. Là aussi c’est l’espace sous le plancher du coffre qui en fait les frais et qui perd du coup sa roue de secours. A la place, l’on retrouve un kit de gonflage ainsi qu’un espace pour ranger le câble de recharge. Le réservoir se voit également décalé et perd 9 l de capacité.

Côté moteur, le bloc thermique 1.6 l de 91 ch est associé à deux moteurs électriques de 66 et 31 ch (pour une puissance totale de 160 ch). Comme pour la Clio, le plus puissant gère la traction, et le deuxième s’occupe de recharger les batteries. Car même s’il est rechargeable sur le secteur, ce Captur plug-in se recharge aussi en partie en roulant. Pour une recharge complète sur prise de Type2, il faudra compter entre 3 et 5 h qui permettront ensuite de parcourir 65 km en tout électrique pour une utilisation urbaine, et 50 km en cycle mixte. Le tout avec des émissions de CO2 de l’ordre de 32 g/km.

Renault captur hybride

La bonne nouvelle, c’est que même en tout thermique, lorsque les batteries sont vides, ce Captur reste plutôt sobre avec une consommation contenue de 6,2 l/100 km. Ce qui fait de ce SUV urbain un bon élève en comparaison d’un modèle essence, mais certainement pas un bon choix pour quelqu’un qui fait exclusivement de l’autoroute et pour qui un diesel sera plus efficient (à moins de s’arrêter tous les 50 km pour recharger la batterie…).

 

"Le diesel reste plus intéressant pour les grands rouleurs. "

 

A l’intérieur, le grand écran tactile passe à 9,3 ’’, et l’instrumentation digitale apporte des informations spécifiques propres aux moteurs électriques. La touche EV permet là encore le forçage en tout électrique, et le Multisense s’enrichit de modes de conduite appropriés à cette nouvelle technologie.

En conduite, le Captur E-Tech est un peu plus pataud que sa version essence. En cause, un surpoids de 300 kg causé par les batteries (soit presque 1,6 t au total), et l’adoption d’un train arrière à double triangulation pour supporter cette charge (la version thermique profite d’un train arrière à essieu multibras). Cependant, le français bénéficiant de base d’un bon comportement sur route, l’agrément de conduite n’est que partiellement altéré.

Le Captur E-Tech est proposé en version Intens à 33 700 € ou Initiale Paris à 37 200 €.

Prix du renault captur hybride

Mégane E-Tech

Et voici la plus familiale des hybrides de Renault en la personne de la Mégane Estate E-Tech. Cette Mégane de 4ème génération se dévoile en hybride alors même que la gamme fait l’objet d’un restylage de mi-carrière. Coup de projecteur assuré pour celle qui totalise pas moins de 44 000 exemplaires écoulés en France en 2019, ce qui la place au douzième rang des ventes.

 

"La Mégane E-Tech est proposée uniquement en version break."

Mégane hybride

Sur le plan des changements, l’on notera tout d’abord l’adoption de feux Full LED, ainsi que l’apparition de nouvelles jantes et de boucliers redessinés. A l’intérieur, les boutons de commande ont été repensés, notamment ceux de la climatisation, et l’écran tactile vertical passe de 8,7 ’’ à 9,3 ’’. Bien évidemment, l’instrumentation digitale est pensée pour répondre aux besoins des hybrides, avec notamment l’autonomie disponible en tout électrique.

Côté coffre, peu de changement avec un volume disponible de 389 l, et de 1 504 l une fois la banquette rabattue.

 

"La gamme E-Tech partage le même mode de transmission automatique à 6 rapports."

Coffre de la mégane hybride

Cette fois, le moteur thermique compose avec un 66 ch et un 34 ch électriques qui offrent une puissance cumulée de 160 ch. Il devient alors possible de rouler en tout électrique jusqu’à 130 km/h. Bien sûr, les  50 km d’autonomie fondent alors comme neige au soleil. Toutefois, il faut noter que cette Mégane E-Tech offre une accélération satisfaisante et de belles relances sur route, et que son comportement global est quasiment identique aux versions thermiques.

La Mégane Estate E-Tech est accessible à partir de 38 500 € en version Intens particulièrement bien équipée avec notamment la détection des piétons et le freinage actif d’urgence.

Renault mégane hybride

  
 

L'avis de Choisir.com

 

Si Renault semble se mettre tardivement à l’hybride, il est finalement assez précurseur en proposant la première citadine française hybride, la Clio, qui ne trouve que deux japonaises comme concurrentes. Idem pour le Captur, quasiment seul sur le segment des SUV urbains, et pour la Mégane, offre la plus intéressante du marché face aux quelques rivales premiums (qui font mieux en puissance mais pas forcément en autonomie). Donc, c’est finalement en toute intelligence que le constructeur français démarre son offensive, et sans aucun doute avec d’excellentes chances de réussite aux vues de l’explosion des ventes de ce type de véhicules actuellement.

 

 
Philippe Mougeot

comparez les promotions auto jusqu'à -41 % de remise

voitures en promotion