Le cycle WLTP

WLTP

Le cycle WLTP est la norme mondiale pour définir la consommation en carburant des véhicules thermiques, le taux de CO2 qu’ils rejettent, ainsi que l’autonomie des batteries des voitures électriques. Mis en place en Europe depuis 2017, ce protocole se veut beaucoup plus proche de la réalité que l’ancien cycle NEDC.

 

Exit le NEDC, bonjour le WLTP

Lorsque l’on consulte la fiche technique  d’un véhicule thermique, il est possible de connaître sa consommation moyenne de carburant en ville (cycle urbain), sur routes et autoroutes (cycle extra urbain) et lors d’un savant mélange de ville et de routes (cycle mixte). Les émissions de CO2 sont également indiquées afin de permettre au consommateur de calculer un éventuel bonus ou malus écologique sur l’achat d’un véhicule neuf.

Quant aux véhicules électriques, comme la partie électrique des voitures hybrides, c’est l’autonomie qui est passée à la loupe.

Toutes ces informations sont fournies par les constructeurs, mais doivent être validées par un organisme indépendant nommé dans chaque pays. En France, c’est l’UTAC qui se charge de cette vérification avant homologation par Bruxelles.

nedc

"Le NEDC était trop éloigné des conditions réelles de conduite."

 

Depuis les années 70, ce protocole de test était connu sous le nom de cycle NEDC : nouveau cycle européen de conduite (New European Drive Cycle). Assez critiqué pour ses phases qui ne collaient pas beaucoup à la réalité, celui-ci a été remplacé en 2017 par le cycle WLTP : procédure d’essai mondiale harmonisée pour les voitures particulières et véhicules utilitaires légers (Worldwide Harmonized Light vehicles Test Procedures).

Ce cycle WLTP permet d’obtenir des résultats beaucoup plus proches d’une utilisation réelle en s’appliquant à reproduire les schémas de conduite d’un automobiliste.

 

La recherche de conditions réelles

Le protocole de tests WLTP se passe sur les rouleaux d’un banc d’essai, tout comme l’ancien NEDC.  Cependant, les accélérations y sont plus franches, avec notamment 4 phases dynamiques de variation de vitesse. La vitesse moyenne y est plus importante (46,5 km/h contre 34 km/h), ainsi que la vitesse maximale (131 km/h contre 120 km/h). La durée et la distance ont-elles aussi été rallongées avec 23,25 km parcourus en 30 minutes pour le WLTP, contre 20 minutes et 11 km pour l’ancien NEDC.

 

"Sans surprise, le WLTP dévoile des consommations plus importantes (carburant ou batteries) et des émissions de CO2 en hausse. "

 

Et pour être encore plus fiable, le cycle WLTP prend également en compte l’influence du poids des équipements sur le comportement du véhicule. En effet, selon la dotation d’un véhicule, sa masse peut varier sensiblement. Avec le NEDC, les constructeurs mettaient au banc d’essai un modèle dépouillé pour obtenir les meilleurs scores. Désormais, ils doivent indiquer un chiffre minimal et maximal par modèle en prenant en compte la totalité des équipements disponibles.

 

Les voitures électriques également impactées

Si les voitures thermiques ont du modifier les chiffres flatteurs de leur consommation de carburant sur les fiches techniques, les voitures électriques ont-elles aussi du revoir leurs prétentions à la baisse en matière d’autonomie.

Autonomie Zoe avec WLTP

Par exemple, notre star nationale, la Renault Zoé, affichait fièrement 400 km d’autonomie en NEDC. Avec le WLTP, ce chiffre a été ramené à 300 km. Soit 25 % de moins ! Et cette réalité se retrouve sur tous les modèles.

 

Le RDE pour les voitures thermiques

En complément du WLTP, le test RDE (Real Driving Emissions) mesure les émissions de CO2 ainsi que le taux de Nox (oxyde d’azote). Ce test, qui se passe cette fois sur route, a fait exploser les chiffres de certains modèles, au point que certains d’entre eux qui étaient classés neutres se trouvent désormais soumis à un malus écologique.

Test RDE

Avec l’arrivée de ce nouveau cycle, nombreux sont les constructeurs qui ont du revoir leur gamme. Beaucoup de modèles ont subi une baisse de puissance sur leur bloc de prédilection à l’image de la Golf R ou de la Leon Cupra qui ont du se délester de 10 ch, ou encore de la Skoda Superb qui est passée de 276 à 268 ch.

 

  
 

L'avis de Choisir.com

 

Le cycle WLTP permet d’avoir accès à une information plus précise et plus réaliste avant de procéder à l’achat d’un véhicule. C’est donc une avancée qui est tout à l’avantage des consommateurs. Les constructeurs sont quant à eux obligés d’être plus drastiques sur les émissions polluantes de leurs modèles, notamment avec les risques d’amendes qui vont pointer le bout de leur nez en 2021.

 

 
Philippe Mougeot

Plus d'articles : Automobile

comparez les promotions auto jusqu'à -41 % de remise

voitures en promotion