Appelez un conseiller spécialisé pour vos démarches

Nos experts énergie vous aident à économiser jusqu'à 200 € sur votre facture gaz et électricité

09 74 59 19 97

appelez-nous gratuitement

09 74 59 19 97

appelez-nous gratuitement

EDF a inauguré le plus grand barrage hydroélectrique de l’Hexagone

Nouveau barrage hydraulique EDF

C’est une bonne nouvelle pour la transition énergétique. EDF a inauguré le 9 octobre dernier le plus grand barrage hydroélectrique de France. Situé en Isère le barrage de Romanches Gavet est entré en activité suite à dix ans de travaux. Il pourra approvisionner en électricité 230 000 habitants.

 

Un chantier de 10 ans au cœur de la montagne

 

La barrage de Romanches aura mis plus d’une décennie à voir le jour. En effet, le chantier est particulièrement complexe. Il s’agit d’une infrastructure hydroélectrique souterraine mesurant 10 kilomètres de long au beau milieu des Alpes. « La particularité de cet ouvrage c'est d'avoir creusé une galerie de 10 kilomètres qui ramène l'eau. Cette galerie a été creusée au cœur de la montagne par deux tunneliers. » explique Sébastien Farge, responsable d’exploitation du site.

A l’heure actuelle, il se pose comme le barrage souterrain le plus important de l’Hexagone avec une turbine de 92 tonnes. A cela s’ajoute une usine en sous-sol aux dimensions spectaculaires. « La taille est aussi grande que la nef de Notre-Dame de Paris. Dans cette caverne on a installé l'équivalent d'un immeuble de cinq étages qui nous permet de poser dessus l'ensemble des équipements qui vont nous permettre de produire l'énergie » met en avant Daniel Perra, le chef du chantier.

 

Des capacités de production importante

 

Ce chantier aura couté 400 millions d’euros. A lui seul, le barrage de Romanches pourra remplacer l’équivalent de six usines et barrages âgés de plus de 100 ans. Et pour cause, il a la capacité d’approvisionner 230 000 habitants. C’est l’équivalent de la consommation en énergie verte de Grenoble et de Chambéry.

 

L’hydroélectricité, fer de lance de la transition énergétique

 

A l’heure actuelle, l’hydroélectricité est la première source d’énergie renouvelable en France. En effet, selon RTE, en 2019, le mix énergétique français est réparti ainsi :

  • 70,6 % d’électricité est produite via les centrales nucléaires ;
  • 11,2 % via l’énergie hydraulique ;
  • 7,2 % dans des centrales thermiques à gaz ;
  • 6,3 % grâce à l’énergie éolienne ;
  • 2,2 % via l’énergie solaire photovoltaïque ;
  • 1,8 % par le biais des bioénergies ;
  • 0,7 % via le charbon et le fioul.

L’énergie hydraulique permet en effet de produire de grande quantité d’électricité verte, à tout moment. En cela, elle se distingue des autres énergies renouvelables dites « intermittentes ». En effet, le solaire et l’éolien sont très dépendants des conditions climatiques. Sans soleil, la production photovoltaïque est rendue impossible. Il en va de même en cas d’anticyclone, lorsque le vent tombe, les éoliennes ne peuvent tourner.

Comme le souligne Yves Giraud, directeur d’EDF hydro « Dans la transition énergétique, l'hydroélectricité est appelée à prendre une nouvelle place. Elle est pilotable, flexible et stockable. Vous pouvez avoir l'électricité quand vous en avez besoin. Au niveau d'EDF, ce sont 14 gigawatts qui sont mobilisables, cela représente l'équivalent de 14 réacteurs nucléaires ».

 

Vers d’autres projets hydroélectriques ?

 

Pour autant, le barrage de Romanches pourrait bel et bien être le dernier projet hydraulique d’EDF pour des raisons de droit de la concurrence. Comme pour le nucléaire, les centrales hydroélectriques sont exploitées dans leur grande majorité par EDF, le fournisseur. Une situation de monopole qui ne plait guère aux institutions européennes. Bruxelles souhaite en effet, la libéralisation de ce marché.

Ces tensions entre la France et les institutions communautaires ont pour conséquence de ralentir le développement de l’hydroélectricité sur le sol français. C’est ce déplore, Jean-Bernard Levy, « cette situation a gelé tout développement de nouvelles capacités hydrauliques en France alors qu'il y a un potentiel inexploité important ».

Les lignes pourraient bouger dans les mois à venir. En effet, Paris et Bruxelles ont entamé des négociations sur la restructuration d’EDF, le projet Hercule. Ce plan aboutirait au découpage d’EDF en deux entités :

  • Un EDF Bleu, nationalisé à 100 % en charge des activités nucléaires, hydrauliques et thermiques ;
  • Un EDF Vert, au capital plus ouvert, centré sur les énergies renouvelables.

Reste à savoir quelles seront les décisions prises. Le coronavirus a retardé les discussions.

Bon à savoir 
Opter pour de l’électricité verte, est possible ? Pour les ménages souhaitant s’engager dans la transition énergétique, il est possible de choisir une offre d’électricité verte. Certaines sont parfois même moins chères que les tarifs réglementés d’EDF. Pour trouver la meilleure offre, n’hésitez pas à comparer les fournisseurs d’électricité. C’est gratuit et sans engagement.

Sandra F.

Plus d'articles : Energie, Electricité

Comparez et économisez sur les tarifs de l'électricité

électricité