Quand épargner est synonyme d’angoisse

epargne insee

S’agit-il d’un pessimisme lié à la rentrée ou d’une tendance plus profonde ? Toujours est-il que les Français s’inquiètent pour l’avenir et plus précisément pour leur capacité à mettre de l’argent de côté.

 

Les Français ont une certaine logique dans leurs inquiétudes, en témoignent les chiffres publiés fin septembre par l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE) relatifs aux ménages français. Ils reflètent leur opinion en matière d’économie, de finance, d’épargne, de prix, de chômage, de confiance en l’avenir…

L’étude de l’INSEE est mensuelle et se base sur un panel de 2 000 personnes. Pour le mois de septembre, elle fait apparaître une confiance des ménages stable. Mais à bien y regarder, l’avenir semble toujours rempli d’incertitudes, pour ne pas dire d’inquiétudes.

 

L’épargne au cœur des préoccupations

 

L’enquête de l’INSEE se penche sur l’estimation qu’ont les Français de leur capacité à épargner, reflet de leur situation économique présente et à venir. Au jour le jour, la casse semble limitée, puisque l’opinion sur la capacité d’épargne actuelle ne recule que d’un point. C’est le plus long terme qui inquiète : l’estimation des capacités futures à économiser recule de 3 points. Les craintes portent donc sur 2015. Et les Français font preuve de logique, puisqu’ils estiment également que le niveau de vie va se dégrader dans le pays.

Des phénomènes qui s’expliquent de plusieurs manières. Ainsi, les ménages s’attendent à la fois à une progression du chômage (+ 3 points) et à une remontée des prix (+ 3 points également). Des conditions qui ne sont guère propices à l’épargne.

Autre élément à prendre en compte, même s’il n’apparaît pas directement dans l’enquête menée par l’INSEE. Il s’agit de la baisse des taux de rémunération des livrets d’épargne. Celui du très emblématique Livret A est ainsi à 1 %, justement depuis août dernier. Preuve de la désaffection des Français à l’égard de ce produit phare de l’épargne, les retraits y sont supérieurs aux dépôts depuis maintenant 4 mois.

Pour ne pas sombrer dans le pessimisme, notons tout de même que, d’après l’INSEE, l’avis des Français sur leur situation financière passée s’est amélioré de deux points. Mieux vaut donc s’inquiéter avant et réaliser ensuite que la situation est meilleure que prévue que l’inverse. D’ailleurs, malgré des inquiétudes légitimes, les Français ont tout de même réussi à placer de l’argent de côté depuis le début de l’année. Sur le premier semestre, le taux d’épargne se monte à 15,9 % du revenu.

Nathalie R.

Plus d'articles : Banque, Épargne, Livret d'épargne

comparez les livrets d'épargne jusqu'à 3,20 % de rendement