Comment investir dans l’immobilier sans apport personnel ?

Acheter sans apport

Accéder à la propriété immobilière est l’objectif de nombreux Français. Beaucoup pensent qu’un apport est une condition nécessaire, mais ce n’est pas toujours le cas. D’autant qu’avec des taux d’intérêt au plus bas, la situation est favorable pour emprunter.

 

Identifier son bien

 

Que ce soit pour une résidence principale ou un investissement locatif, il convient de bien définir le bien qui vous intéresse. Pour cela, soyez lucide sur le marché et évaluez vos capacités de remboursement.

Avant d’entreprendre des démarches, réalisez un prévisionnel concernant ce que l’investissement vous coûtera : frais de notaire, charges, impôts, assurances…

S’il s’agit de votre résidence principale, misez sur un bien inexploité. Des travaux à prévoir, des combles qui ne sont pas aménagées… sont autant de critères qui peuvent ajouter de la valeur au bien et qui sauront séduire votre banquier.

Avec l’investissement dans l’immobilier locatif, la démarche est un peu différente. Le but recherché est de réaliser un bon placement avec l’idée que les revenus générés par la location rembourseront le crédit.

Pensez à l’emplacement du bien. Souvent, on pense investir dans sa région, mais il faut aussi miser sur des villes à forte capacité de développement, comme Rennes, Montpellier ou Nantes.

 

Du parking au studio

 

Ne restez pas fixé sur l’idée d’un appartement. Ainsi, parmi les investissements les plus rentables, on trouve souvent les parkings.

À un prix très abordable, à partir de 5 000 €, jusqu’à 30 000 € à Paris, il ne vous demandera aucun entretien et vous le louerez facilement.

Le prix de location oscille entre 50 et 500 € par mois et vous pouvez espérer un rendement brut de 6 à 10 %. Un critère important pour l’obtention de votre crédit.

Ne délaissez pas non plus les petites surfaces locatives, comme un studio, dont le prix d’achat est relativement faible, ce qui implique un crédit à court terme. Vous êtes en mesure d’espérer un rendement brut de 3 à 5 %.

Tournez-vous aussi vers une SCI (Société civile immobilière), dont vous pouvez acheter des parts pour quelques centaines d’euros, ou achetez en viager, ce qui permet de réduire considérablement le prix de départ.

 

L’emprunt

 

Si vous n’avez aucun apport, il faudra vous endetter à plus de 100 % de la valeur du bien. Il faut en effet ajouter les frais de notaire et d’éventuels travaux. On dit par exemple qu’on emprunte à 120 %.

L’établissement bancaire auquel vous vous adresserez sera attentif à votre capacité d’épargne, votre taux d’endettement et votre situation professionnelle.

Il est indispensable de bien préparer son dossier et d’anticiper toutes les demandes. Il faut être irréprochable dans ses finances et éviter les découverts ou les crédits à la consommation.

En effet, le prêteur portera une attention particulière à votre reste à vivre une fois le crédit réglé, à la durée du prêt et aux opérations sur vos relevés bancaires. 

 

"Mettez toutes les chances de votre côté en insistant sur le potentiel de votre investissement et votre plan de remboursement."

 

Sachez aussi qu’il existe des prêts aidés très avantageux.

Ils sont en général accordés par l’Etat ou certaines structures dédiées. On peut citer le prêt à taux zéro (PTZ) et le prêt employeur (taux à 1 %).

Pour les prêts classiques, les taux varient entre 0,75 % et 3,35 % selon la durée. Les taux sont actuellement très bas, mais sachez que le coût total de votre crédit augmente avec la durée de votre emprunt.

Voici un tableau indicatif des niveaux de taux que vous trouverez actuellement sur le marché : 

Durée du prêt

Taux minimumTaux moyenTaux maximum
10 ans 0,75 %1,30 %1,96 %
20 ans1,20 %1,70 %2,55 %
30 ans2,15 %2,87 %3,35 %

 

  
 

Le conseil de Choisir.com

 

Il existe donc diverses solutions pour investir dans l’immobilier sans apport. Le tout est d’avoir un dossier solide et réaliste. Et avec des taux d’intérêt très faibles, le moment est opportun pour se lancer.

  

 

comparez les crédits immo auprès de plus de 100 banques