Lors de la souscription d’un emprunt, il est possible d’opter pour un crédit à taux fixe ou à taux variable. Ce choix revêt une grande importance, en particulier dans le cadre d’un financement sur une longue durée tel qu’un prêt immobilier. En effet, la mensualité ainsi que le coût total lié au remboursement du crédit en question pourront être différents en fonction du type de taux sélectionné. Dans ce guide, trouvez les explications nécessaires à une prise de décision éclairée.

Qu’est-ce qu’un prêt à taux fixe ?

Un taux fixe, par définition, reste le même tout au long du remboursement du crédit. Ce type de taux d’intérêt est déterminé à l’avance, lors de la souscription de l’emprunt. Il ne varie pas. Ainsi, les échéances à régler chaque mois sont identiques tout au long du remboursement de la dette.

Bénéfices et limites d’un taux d’intérêt fixe

Un prêt à taux fixe présente un avantage majeur pour l’emprunteur : celui-ci connaît la mensualité à rembourser avant la signature définitive de l’offre de prêt. Pas de mauvaise surprise : l’échéance reste identique jusqu’à l’extinction de la dette. Il est ainsi aisé de prévoir ses dépenses, d’anticiper d’éventuelles difficultés financières et d’équilibrer son budget mensuel. Mais un taux d’intérêt fixe présente aussi un inconvénient qu’il est nécessaire de souligner : si les conditions d’emprunt sur le marché deviennent plus favorables, il n’est pas possible d’en profiter directement

Comment obtenir un meilleur taux d’intérêt fixe ?

Vous avez emprunté à taux fixe il y a plusieurs années et les conditions actuelles sont plus intéressantes ? Deux solutions à cette problématique existent :

  • demander une renégociation de prêt ;
  • solliciter un rachat de crédit.

En vous adressant à votre banque actuelle, vous pouvez demander une révision de vos conditions d’emprunt : il s’agit d’une renégociation du taux d’intérêt. En contrepartie, il vous faudra vous acquitter de frais de renégociation. La banque est totalement libre d’accepter ou non cette demande. Il peut parfois être nécessaire de fournir une proposition concurrente afin d’obtenir une réponse favorable de la part de votre conseiller bancaire.

Seconde option : faire racheter votre emprunt par une autre banque. Cette solution présente l’avantage de pouvoir faire jouer la concurrence et donc d’obtenir le meilleur taux d’intérêt. En revanche, certains frais doivent être intégrés dans le coût global du crédit afin d’être certain de la rentabilité de l’opération, en particulier :

  • les frais de dossier ;
  • les frais pour la nouvelle garantie ;
  • les frais de mainlevée de l’ancienne garantie, si nécessaire ;
  • les pénalités de remboursement anticipé ;
  • les frais de courtage, le cas échéant.

Un prêt à taux variable, comment ça marche ?

Vous envisagez de souscrire un prêt à taux variable, appelé aussi taux révisable ? Moins connu que le taux fixe, ce type de taux d’intérêt peut parfaitement s’adapter à la situation et aux projets de certains emprunteurs. Le principe ? Le taux d’intérêt varie en fonction des conditions du marché, à la hausse comme à la baisse.

Pourquoi recourir à un prêt à taux variable ?

Faire appel à un financement à taux variable est une excellente idée lorsque l’on anticipe une baisse future des taux d’intérêt. En effet, si les conditions d’emprunt deviennent plus favorables à l’emprunteur, le montant de la mensualité de remboursement sera revu à la baisse. Attention : ce système fonctionne également dans le sens inverse. Ainsi, si les taux d’intérêt remontent, le taux du prêt à taux variable sera également impacté. Il faudra alors être en mesure de continuer à régler une échéance plus élevée ou allonger la durée de remboursement du crédit.

Les spécificités du contrat de prêt à taux révisable

Ne sachant pas à l’avance quel sera le taux d’intérêt tout au long du remboursement d’un crédit à taux variable, l’offre de prêt comporte plusieurs particularités. Tout d’abord, le coût total du crédit ne peut pas être connu à l’avance. De plus, un tableau d’amortissement ne peut pas être édité, la mensualité et/ou la durée étant soumises à des modulations. En revanche, toutes les modalités de fonctionnement du taux variable et une simulation de l’impact des augmentations ou des diminutions de celui-ci sont fournis.

Les différents types de taux variables

Trois grandes familles de taux révisables existent et doivent être différenciées :

  • le taux variable non capé ;
  • le taux variable capé ;
  • le taux semi-fixe.

Un taux d’intérêt variable non capé évolue en fonction d’un indice de référence, très souvent l’Euribor. L’Euribor est le taux d’intérêt auquel les banques européennes réalisent leurs échanges de liquidités à court terme. L’évolution du taux d’intérêt de l’emprunt s’effectue selon une date précise, généralement la date anniversaire du contrat. Chaque année, la mensualité d’un prêt à taux variable non capé peut donc augmenter ou diminuer.

Le taux variable capé a pour objectif d’apporter davantage de sécurité aux emprunteurs en fixant un taux d’intérêt maximal et, parfois, un taux minimal. Même si l’indice de référence venait à bondir, la mensualité prédéterminée ne pourrait pas être dépassée. On parle souvent de taux capé à 1, 2 ou 3 points.
Exemple : vous souscrivez un emprunt immobilier à un taux variable de 1,80 % capé à plus ou moins 1 point. Le taux plafond que votre crédit pourra atteindre est de 2,80 %. Le taux plancher, quant à lui, est de 0,80 %.

Il existe un troisième type de taux révisable : le taux semi-fixe. À mi-chemin entre taux fixe et taux variable, ce type de taux d’intérêt est un bon compromis entre sécurité et économie. Concrètement, un taux semi-fixe se décompose en deux périodes d’amortissement : pendant les 8 à 12 premières années, le taux d’intérêt est fixe. Ensuite, le taux d’intérêt devient un taux variable capé. En période de taux d’intérêt bas, comme cela fut le cas en 2020, le taux semi-fixe peut donc intéresser plus d’un emprunteur.

Taux fixe vs taux variable : comparatif

Sans aucun doute, le crédit à taux fixe est le choix de la sécurité. L’emprunteur ne s’expose pas aux risques liés à l’augmentation d’un taux d’intérêt variable : augmentation de la mensualité, allongement de la durée du financement, difficultés de remboursement, surendettement, etc. En revanche, un contrat à taux révisable peut permettre de générer des économies importantes si l’indice de référence évolue à la baisse. Alors, quel type de taux privilégier ? Choisir.com vous résume les informations essentielles.

Quand faire appel à un prêt à taux fixe ?

Le taux fixe est très largement le type de taux d’intérêt le plus utilisé en France actuellement. Son aspect rassurant y est pour beaucoup. Nul besoin de s’intéresser aux prévisions liées aux indices de référence des taux variables. La simplicité du crédit à taux fixe le rend accessible à tous et évite les désagréments associés à une augmentation de la mensualité de crédit. Les emprunteurs connaissent à l’avance le coût total de leur emprunt.

Sur des durées supérieures à 15 ans, il est préférable de s’orienter vers un contrat à taux fixe. En effet, l’évolution des indicateurs économiques sur de telles durées est difficilement prévisible.

Quand emprunter à taux variable ?

L’emprunt à taux variable repose sur l’anticipation d’une baisse des taux d’intérêt. Il est ainsi possible de réaliser des économies. Mais gare à l’effet inverse : il est nécessaire de disposer de revenus suffisants pour assumer une augmentation de l’échéance. Le crédit à taux variable est donc réservé aux ménages dont le taux d’endettement est relativement faible. Par ailleurs, les contrats à taux révisable doivent faire l’objet d’une étude approfondie. À moins d’une connaissance parfaite des différentes formes de taux révisables et des indices de référence, il est donc recommandé de se référer à un expert tel qu’un gestionnaire de patrimoine ou un courtier en financement.

De préférence, le crédit à taux variable doit être utilisé sur des durées relativement courtes. Les experts de Que Choisir recommandent ainsi d’envisager cette option pour des emprunts remboursables sur 7 à 8 ans au maximum. En effet, à date de souscription identique, les crédits à taux variable sont proposés à de meilleures conditions que ceux à taux fixe. De quoi profiter d’un taux préférentiel en limitant les risques de hausses futures. Dans tous les cas, les particuliers devront opter pour un taux d’intérêt révisable capé ou un taux semi-fixe, et non un taux révisable non capé, dont l’augmentation sans limite peut s’avérer dramatique.

Quel type de taux d’intérêt choisir en 2021 ?

Entre taux d’intérêt fixe et variable, votre cœur balance ? Il est important de prendre en compte le contexte actuel. En 2021, et depuis plusieurs années, les taux d’intérêt des crédits immobiliers sont historiquement bas et ne cessent de diminuer. En juin 2021, ils étaient ainsi de 1,35 % pour les crédits à l’habitat à long terme.

Cette conjoncture amène les banques à proposer quasi-exclusivement des emprunts à taux fixe. En effet, ce type de taux d’intérêt est actuellement le plus avantageux, en particulier sur de longues durées. Aujourd’hui, seules quelques opérations spécifiques et sur de courtes durées peuvent permettre de profiter des avantages d’un taux révisable.