Charbon et production d’électricité en France

À l’heure actuelle, le charbon est l’élément le moins important de notre mix énergétique. Il ne constitue que 0,3 % de notre production d’électricité selon les chiffres de RTE, le gestionnaire de réseau de transport. À titre de comparaison, le nucléaire représente 70,6 % du bouquet énergétique français.

Suite à la fermeture de la centrale du Havre le 1er avril 2021, on compte encore 3 centrales à charbon en activité :

  • Saint-Avold en Moselle ;
  • Gardanne dans les Bouches-du-Rhône ;
  • Cordemais en Loire-Atlantique.

Ces trois centrales devraient être fermées d’ici 2022.

Biomasse : vers une reconversion de la centrale de Cordemais ?

En théorie, les deux premières seront démantelées sans projet concret de reconversion. Exploitées par GazelEnergie, ces deux centres pourraient devenir “une scierie, la récupération de la chaleur pour alimenter un réseau de chaleur, et la production d’hydrogène vert et de e-méthanol par électrolyse et captage de CO2” selon France Bleu. Pour l’instant, rien n’a été acté.

En revanche, la centrale de Cordemais pourrait être convertie en centrale biomasse, sous réserve de l’approbation du gouvernement. Le site produirait alors de l’électricité verte à base de déchets de la filière bois. En effet, la biomasse est considérée comme une énergie renouvelable.

Cette différence de traitement entre les sites tient sûrement à deux éléments :

  • Au fait que la centrale de Cordemais appartienne à EDF qui lui-même est propriété à 87% de l’Etat français alors que les autres proviennent d’acteurs privés. Il s’agirait d’un moyen de verdir l’activité, de favoriser l’emploi local et d’éviter un plan social pouvant détruire jusqu’à 350 emplois.
  • D’autre part, cela permettrait de contribuer à l’équilibre électrique de la Bretagne qui pâtit d’une alimentation en électricité parfois trop faible par rapport à sa consommation.

Selon France Info « La Bretagne ne produit qu’un peu plus de 10% de l’électricité qu’elle consomme » (chiffres 2017). Cette situation la rend fragile au niveau de son approvisionnement en électricité. En cas de pic de consommation, elle est plus sujette à des coupures que le reste du pays.

Or, l’électricité ne peut pas encore bien se stocker. Il faut donc la produire et la consommer au même moment. Pour cette raison, RTE préconise donc la conversion de la centrale charbon en centrale biomasse. Ainsi, il sera plus facile de répondre à la demande en électricité de la région.

Sortir du charbon, quels bénéfices écologiques ?

La production d’électricité avec du charbon rejette énormément de CO2. Selon le fournisseur TotalEnergies, « par kilowatt-heure (kWh) produit, une centrale à charbon émet 950 g de CO2, contre 350 g pour une centrale au gaz ».

Malgré un usage limité, dans l’Hexagone, d’après le Ministère de la Transition Écologique, le charbon engage l’émission de 10 millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère.

À l’inverse, les énergies renouvelables sont bien moins chargées en carbone. Par exemple, l’énergie hydraulique rejette seulement 6 grammes de CO2 par kWh produit.

Afin de diminuer l’empreinte carbone de la France, la sortie du charbon est donc nécessaire. Cette mesure permettra de lutter contre le réchauffement climatique.

Bon à savoir

Intéressé par la transition énergétique ? Vous pouvez opter pour une offre d’électricité verte. Certaines offres d’électricité renouvelable sont moins chères que le Tarif Bleu d’EDF. Ainsi, on peut adopter un mode de vie plus écologique et faire baisser sa facture d’électricité. Pour trouver le meilleur fournisseur, pensez à utiliser notre comparateur d’électricité.

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

vous préférez être rappelé ?

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h