Bien comprendre le dispositif de l’ARENH

Mise en place dans le cadre de la loi NOME, l’ARENH oblige EDF à vendre 100 TWh d’énergie nucléaire à ses concurrents à un tarif fixé par l’État. Bien souvent, ce prix est bien plus bas que les cours des marchés de gros. Portée à 42 € / MWh, cette électricité est actuellement très compétitive. À titre de comparaison, le 28 septembre 2021, sur les marchés de gros de l’électricité en France, le MWh valait 121,33 €, d’après RTE.

Chaque opérateur peut prétendre à une certaine quantité d’électricité nucléaire, en fonction du nombre de clients qu’il alimente. Les fournisseurs d’énergie font tous les ans une demande d’ARENH auprès de la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE) qui la relaie à EDF.

Si la demande est inférieure ou égale à 100 TWh, les fournisseurs peuvent disposer de 100% de leur requête. Si la demande dépasse le plafond, les fournisseurs obtiennent un pourcentage minoré. En 2021, par exemple, chaque fournisseur a reçu 68,39 % de sa demande. On appelle cela un « écrêtement de l’ARENH ».

Cette situation conduit à une augmentation des prix de l’électricité. Pour compenser le manque d’ARENH, les fournisseurs sont obligés d’aller s’approvisionner chez les marchés de gros ou directement chez des producteurs. Cela se répercute sur la facture des ménages.

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop chère ?

faire une simulation

Relever le plafond de l’ARENH pour éviter une envolée des prix

En rehaussant le plafond de l’ARENH, on prévient les situations d’écrêtement. De ce fait, on minimise l’impact des évolutions du cours de l’électricité sur les marchés de gros sur le prix du kWh. Une solution plébiscitée depuis longtemps déjà !

Les situations d’écrêtement ayant eu lieu en 2020 et 2021, la CRE a déjà fait part en novembre 2020 de « sa recommandation aux autorités françaises et européennes d’augmenter le plafond des volumes de l’ARENH, qui n’est plus adapté à la situation actuelle sur le marché français de l’électricité ».

L’Union des industries utilisatrices d’énergie (Uniden) appelle également de ses vœux à relever le seuil de l’ARENH.

Une méthode qui n’est pas envisagée par le gouvernement

Malgré la très probable hausse des prix de l’électricité en février prochain, le gouvernement français ne semble pas décidé à relever le plafond de l’ARENH. « Un relèvement du plafond de l’Arenh n’est pas une solution possible » a fait savoir Bérangère Abba, Secrétaire d’État à la Biodiversité. « Nous étudions des solutions complémentaires pour limiter, tout en restant dans le cadre légal, cette hausse des prix de l’électricité » a-t-elle ajouté par la suite.

Hausse des prix de l’électricité : comment l’éviter ?

L’augmentation des prix de l’électricité en février est probable. Pour s’y préparer, les ménages peuvent mettre en place des écogestes comme :

  • Réduire la température des radiateurs électriques d’un degré. On peut faire ainsi jusqu’à 7% d’économies de chauffage ;
  • Éteindre les appareils en veille. On peut réduire sa consommation d’électricité jusqu’à 10%, selon l’Ademe ;
  • Laver le linge à 30°C. Comme le rappelle EDF « un cycle de lave-linge à 30 °C consomme 3 fois moins d’énergie qu’un cycle à 90°C »

Ce ne sont là que des exemples, il existe de nombreux autres gestes pour faire des économies d’énergie.

En outre, pour préserver leur pouvoir d’achat, les consommateurs peuvent également procéder à un changement de fournisseur d’électricité. En comparant les fournisseurs, ils peuvent bénéficier d’un prix du kWh plus avantageux. Afin de trouver le fournisseur le moins cher, vous pouvez utiliser un comparateur d’électricité.

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre électricité trop chère ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture d’électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

vous préférez être rappelé ?

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h