Choisir.com - Comparez, économisez.
09 71 07 14 93

Nucléaire : un réacteur éteint faute de besoin en électricité

Le risque de tension sur le réseau électrique et la menace de coupure d’électricité se réduisent. Ce mois de janvier 2023 prend donc la forme d’un redoux « climatique et énergétique » dont les effets sont déjà visibles. En effet, depuis fin décembre 2022, l’un des réacteurs de la centrale du Tricastin, dans la Drôme, est à l’arrêt. Pas pour une panne quelconque, un problème de corrosion ou des opérations nécessaires de maintenance, mais pour modulation. C’est la faiblesse de la demande en électricité qui a en fait entraîné la mise en pause de ce réacteur, la production étant suffisante en l’état. Choisir.com revient sur ce phénomène rare en pleine saison hivernale.

réacteur nucléaire éteint

Un arrêt possible grâce à l’éloignement du risque de coupure électrique

L’arrêt du réacteur n° 4 de la centrale nucléaire du Tricastin à Pierrelatte (Drôme) s’explique par l’évolution favorable qui a débuté en France depuis début décembre 2022. En effet, la menace sur le réseau électrique s’éloigne grâce :

  • aux températures de cet hiver, très au-dessus des moyennes de saison auxquelles les Français craignaient de devoir faire face avant son arrivée ;
  • à la consommation électrique qui a fortement baissé depuis début décembre. Sur la dernière semaine de l’année 2022, celle-ci s’était réduite de 8,5 % par rapport à la moyenne des années précédentes (2014-2019), d’après RTE. Sur tout le mois de décembre, la baisse est également de 8,5 % ;
  • à la remise en route régulière de réacteurs nucléaires de la part d’EDF. Le groupe a d’ailleurs annoncé que 42 réacteurs étaient actuellement en service sur les 56 de son parc.

Des mots mêmes prononcés par le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, le 4 janvier 2023, « le risque de coupure cet hiver semble s’écarter ».

C’est la raison pour laquelle Tricastin 4 a été déconnecté du réseau. La demande en électricité est en effet actuellement plus faible que le niveau de production des centrales nucléaires nationales. EDF adapte donc sa production en fonction de la demande en électricité, qui varie en permanence. Généralement, cela se concrétise par exemple par la baisse de la puissance de fonctionnement de ses réacteurs. Ceux-ci peuvent effectivement continuer à fonctionner à 50 % de leurs capacités. Toutefois, il est vraiment rare qu’un réacteur soit réellement arrêté, et ça l’est encore plus en hiver !

D’ailleurs, avec cette baisse de la demande en électricité, il ne serait pas illogique de se poser la question d’une possible baisse des prix… Si vous souhaitez en profiter pour changer de fournisseur, le Comparateur Énergie de Choisir.com est là pour vous aider à réaliser des économies sur votre facture.

Un arrêt extrêmement rare en plein hiver

Le réacteur n° 4 de Tricastin est en réalité déconnecté du réseau depuis le 23 décembre dernier. « Il y a eu une moindre consommation, pendant les fêtes surtout, et donc on a mis à l’arrêt plusieurs réacteurs parce que le réseau électrique n’en avait pas besoin » a indiqué EDF. Il est vrai que, alors que le chauffage peut représenter 40 % de la consommation électrique en France en hiver, c’est loin d’en être actuellement le cas. Au 5 janvier, notre pays n’avait consommé que 60 gigawatts (GW) d’électricité contre 86 à la même période en 2021.

EDF explique également que, juste avant Noël, plusieurs réacteurs ont été arrêtés « sur de courtes périodes ». Il y a même eu « un pic à 10 réacteurs » lors de la dernière semaine de décembre, « arrêtés pour modulation ».

L’objectif évident du groupe énergéticien est d’adapter la production à la consommation réelle. Depuis le 2 janvier 2023, presque tous les réacteurs concernés par ces « pauses » ont repris, à l’exception donc de Tricastin 4.

EDF a malgré tout fait savoir que ce réacteur demeurait « immédiatement disponible ». Cela s’explique par le fait que, lorsqu’un réacteur est arrêté pour ce type de raison, son redémarrage est bien plus rapide qu’après une panne ou d’un arrêt pour maintenance. EDF assure ainsi que ce redémarrage ne prendrait que huit heures. France Bleu a d’ailleurs comparé cette rapidité de remise en route à une voiture à l’arrêt, mais dont le moteur serait encore en marche. Le réacteur n° 4 de la centrale de Tricastin a été remis en service le 9 janvier 2023.

Il s’agit dans tous les cas d’une nouvelle qui a de quoi rassurer les ménages dans ce contexte si difficile de crise énergétique. Cependant, Olivier Véran a quand même tenu à appeler les « entreprises et les citoyens » à « maintenir les efforts sur les écogestes ». Un hiver au chaud et sans la moindre coupure d’électricité en est toujours à ce prix.

comparateur

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

En 30 secondes simulez votre consommation pour trouver les meilleures offres et comparer avec votre fournisseur actuel.

faire une simulation