Choisir.com - Comparez, économisez.
09 71 07 14 93

MaPrimeRénov’

MaPrimeRénov' est une aide financière mise en place par le gouvernement en janvier 2020. Ce dispositif vise à encourager les Français à réaliser des économies d’énergie en engageant des travaux de rénovation dans leur logement. MaPrimeRénov' est venue remplacer le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) et le programme « Habiter Mieux Agilité » de l’Agence Nationale pour l'Habitat (Anah). Ces deux aides ont fusionné pour ne créer qu’un seul dispositif plus complet, destiné au financement des travaux d’amélioration énergétique.

MaPrimeRénov

Qu’est-ce que MaPrimeRénov’ ?

MaPrimeRénov’ a été mise en place en janvier 2020 et a subi un élargissement au 1er janvier 2021. Cette aide financière destinée aux ménages français est née de la fusion du Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) et de l’aide « Habiter Mieux Agilité » de l’Anah.

L’objectif de MaPrimeRénov’ s’inscrit dans la transition énergétique et permet aux ménages modestes de bénéficier d’aides afin de réaliser des travaux de rénovation au sein de leur habitation. Ces améliorations concernent aussi bien l’isolation du logement que le moyen de production de chauffage et d’eau chaude sanitaire. La mise en place d’un système de ventilation performant est également prise en compte par le dispositif qui vise avant tout à optimiser le confort thermique des habitations et à réduire leurs besoins en énergie.

Dès sa création, le dispositif de MaPrimeRénov’ s’est voulu plus simple et plus complet que les aides qu’il remplace, grâce à :

  • une constitution simplifiée du dossier via le site internet de MaPrimeRénov’ ;
  • une démarche plus rapide et qui permet de savoir, avant le début des travaux, quel sera le montant de la prime ;
  • un versement rapide de la prime à la fin des travaux de rénovation : le délai annoncé par l’Anah est de 15 jours à partir de la transmission de la facture ;
  • un meilleur financement des travaux les plus performants et un montant de l’aide progressif, pour soutenir les ménages les plus modestes.

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre électricité trop chère ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture d’électricité

Qui peut bénéficier de MaPrimeRénov’ ?

Jusqu’au 1er janvier 2021, MaPrimeRénov’ était initialement destinées aux ménages aux revenus modestes et très modestes. Les foyers dits intermédiaires ou aisés bénéficiaient alors du Crédit d’impôt transition énergétique (CITE). Cela a changé au 1er janvier 2021, lorsque les deux aides, le CITE et Habiter Mieux Agilité, ont fusionné. Désormais, MaPrimeRénov’ s’adresse alors à tous les propriétaires, qu’ils soient bailleurs ou occupants.

Une aide accessible à tous

Attention, ne vous méprenez pas. Si tous les ménages sont éligibles à MaPrimeRénov’, cela ne signifie pas pour autant que le montant de la prime reçue sera identique pour tous les demandeurs, à travaux équivalents.

Ce montant est ainsi déterminé en fonction du revenu de référence du foyer qui dépose un dossier. Ce revenu figure sur l’avis d’imposition.

4 catégories de profils bénéficiaires de MaPrimeRénov’ ont ainsi été définies par le gouvernement français :

  • MaPrimeRénov’ Bleu, qui correspond aux ménages aux revenus les plus faibles ;
  • MaPrimeRénov’ Jaune, qui s’adresse aux foyers aux revenus modestes ;
  • MaPrimeRénov’ Violet, destinée aux revenus intermédiaires ;
  • MaPrimeRénov’ Rose, qui correspond aux ménages aux revenus les plus élevés.

Les revenus fiscaux de référence faisant office de paliers entre les différentes catégories varient selon que le ménage soit domicilié ou non en Île-de-France. Ils sont les suivants :

Nombre de personnes
composant le ménage (foyer fiscal)
MaPrimeRenov’ BleuMaPrimeRenov’ JauneMaPrimeRenov’ VioletMaPrimeRenov’ Rose
1Jusqu’à 22 461 €Jusqu’à 27 343 €Jusqu’à 38 184 €Supérieur à 38 184 €
2Jusqu’à 32 967 €Jusqu’à 40 130 €Jusqu’à 56 130 €Supérieur à 56 130 €
3Jusqu’à 39 591 €Jusqu’à 48 197 €Jusqu’à 67 585 €Supérieur à 67 585 €
4Jusqu’à 46 226 €Jusqu’à 56 277 €Jusqu’à 79 041 €Supérieur à 79 041 €
5Jusqu’à 52 886 €Jusqu’à 64 380 €Jusqu’à 90 496 €Supérieur à 90 496 €
Par personne supplémentaire+6 650 €+8 097 €+11 455 €
Plafonds de ressources en Île-de-France – barème au 1er janvier 2023*
Nombre de personnes
composant le ménage (foyer fiscal)
MaPrimeRenov’ BleuMaPrimeRenov’ JauneMaPrimeRenov’ VioletMaPrimeRenov’ Rose
1Jusqu’à 16 229 €Jusqu’à 20 805 €Jusqu’à 29 148 €Supérieur à 29 148 €
2Jusqu’à 23 734 €Jusqu’à 30 427 €Jusqu’à 42 848 €Supérieur à 42 848 €
3Jusqu’à 28 545 €Jusqu’à 36 591 €Jusqu’à 51 592 €Supérieur à 51 592 €
4Jusqu’à 33 346 €Jusqu’à 42 748 €Jusqu’à 60 336 €Supérieur à 60 336 €
5Jusqu’à 38 168 €Jusqu’à 48 930 €Jusqu’à 69 081 €Supérieur à 69 081 €
Par personne supplémentaire+4 813 €+6 165 €+8 744 €
Plafonds de ressources hors Île-de-France – barème au 1er janvier 2023*
*Source : Service Public – Rénovation énergétique : « MaPrimeRénov’ »

Selon le montant des revenus de votre foyer pris dans l’un de ces tableaux, vous pouvez rapidement voir dans quelle catégorie (couleur) vous vous trouvez. Cela va servir à déterminer le montant de l’aide qui vous sera octroyée en vue de réaliser des travaux de rénovation énergétique.

MaPrimeRénov’, une aide aussi destinée aux propriétaires bailleurs

Le dispositif d’aide est également ouvert aux propriétaires bailleurs. Cela leur permet d’entamer des travaux dans un logement mis en location afin de les rendre moins énergivores et plus faciles à louer.

Pour donner droit à MaPrimeRénov’, le bien doit faire office de résidence principale pour le locataire pendant 5 ans. Notez que la durée d’occupation du logement est calculée à compter du jour du versement de MaPrimeRénov’.

Il est obligatoire d’informer le locataire que l’on a pu bénéficier d’une prime. Le montant de l’aide doit être déduit du loyer si celui-ci est réévalué à la hausse après les travaux. Comme le souligne le site du Service public : « Dans le cas d’une éventuelle réévaluation du montant du loyer, vous devez déduire le montant de la prime du montant des travaux justifiant cette réévaluation. Vous devez informer votre locataire de cette déduction. »

Pour les propriétaires bailleurs, la prime peut être demandée sur 3 logements maximum sur une durée de 5 années consécutives.

MaPrimeRénov’ : une aide accessible aux copropriétés

Depuis le 1er janvier 2021, MaPrimeRénov’ est également accessible aux copropriétés qui souhaitent réaliser des travaux de rénovations énergétiques dans les parties communes. Pour cela, il est nécessaire de respecter les critères suivants :

  • l’immeuble doit comporter au moins 75% de résidences principales (le reste pouvant être des locations saisonnières, de tourisme, etc.) ;
  • la copropriété doit avoir été immatriculée au registre national des copropriétés.

La liste de travaux éligibles répond également à un certain nombre d’exigences :

  • permettre un gain énergétique d’au moins 35% ;
  • être relatifs aux parties communes de la copropriété (toit, murs, chaudière ou autre moyen de chauffage collectif, parois vitrées des parties communes, etc.) ;
  • être accompagnés par une assistance à maîtrise d’ouvrage, pendant toute la durée des travaux.

MaPrimeRénov’ Sérénité : une aide pour les ménages modestes

MaPrimeRénov’ Sérénité est une aide de l’Agence nationale de l’habitat (Anah) lancée en janvier 2022. Réservée aux ménages modestes, elle remplace le programme Habiter Mieux Sérénité de l’Anah.

Elle permet de financer un bouquet de travaux de rénovation énergétique dans un logement principal de plus de 15 ans. Les travaux doivent générer une amélioration de l’efficacité énergétique du logement de 35 % ou plus.

MaPrimeRénov’ : les types de travaux et logements éligibles

Tous les travaux ne sont pas éligibles à MaPrimeRénov’. Il doit ainsi impérativement s’agir de rénovation énergétique.

Quels travaux sont éligibles à MaPrimeRénov’ ?

Les travaux réalisés grâce à MaPrimeRénov’ doivent permettre de réaliser des économies d’énergie dans les logements concernés. Il est également nécessaire qu’ils favorisent l’utilisation d’énergies renouvelables. Les travaux éligibles à cette prime sont les suivants :

  • le chauffage : cela concerne le remplacement de la chaudière par un appareil de chauffage plus performant, ou utilisant une énergie plus propre. Il peut s’agir d’une pompe à chaleur, d’une chaudière à gaz à très haute performance énergétique, d’une chaudière à bois, etc. ;
  • l’isolation thermique : l’isolation d’une habitation est très importante afin d’éviter les déperditions de chaleur et de permettre de réaliser des économies d’énergie. Les travaux éligibles à MaPrimeRénov’ sont l’isolation des murs, des toitures-terrasses, des plafonds et des combles, ainsi que des parois vitrées ;
  • l’eau chaude sanitaire : cela inclut le remplacement du système d’eau chaude sanitaire par un appareil qui utilise des énergies renouvelables. Il peut, par exemple, s’agir d’un chauffe-eau thermodynamique ou d’un chauffe-eau solaire individuel ;
  • autres travaux : d’autres travaux sont éligibles à MaPrimeRénov’. C’est notamment le cas de l’audit énergétique, de l’installation d’un système de ventilation double flux, ou de la dépose d’une cuve de fioul.

Les moyens utilisés pour réaliser ces tâches sont nombreux. Pour protéger le bien du froid l’hiver et de la chaleur l’été, le dispositif MaPrimeRénov’ prend en compte différents matériaux d’isolation. Il en existe plusieurs et les plus connus sont certainement la laine de verre et de roche. Offrir le choix aux propriétaires permet notamment de s’orienter vers des matériaux adaptés au bâtiment, mais aussi aux besoins de chaque région. Par ailleurs, les améliorations peuvent concerner différentes parties de la maison. Cela laisse la possibilité de faire isoler le sous-sol du logement, ses murs, les combles, la toiture, etc.

MaPrimeRénov’ laisse également le choix parmi différents moyens de chauffage. Les foyers utilisant le gaz naturel pour se chauffer et avoir de l’eau chaude pourront ainsi se tourner vers une chaudière très performante pour continuer à utiliser cette ressource. Ils auront aussi le choix de supprimer le gaz pour s’orienter vers un système utilisant une énergie renouvelable (solaire, par exemple).

Les travaux pris en compte peuvent avoir différentes ampleurs. Il peut s’agir d’un simple calorifugeage des conduites d’eau ou d’un remplacement complet d’un système de chauffage, une pose d’une VMC double flux ou la suppression des ponts thermiques grâce à un renouvellement de l’isolation des murs et des toits. Nous verrons au cours de l’article que ces différentes tâches peuvent être cumulés et couvertes par le dispositif d’aide.

Un bilan énergétique peut être utile dans votre décision avant d’entreprendre de tels travaux.

Les conditions concernant le logement

Tous les logements ne sont pas éligibles à MaPrimeRénov’. En effet, cette aide est réservée aux propriétaires occupants et bailleurs dont le bien immobilier répond aux conditions suivantes :

L’obligation de passer par un artisan RGE

En plus d’une liste de travaux éligibles, le dispositif MaPrimeRénov’ exige que ceux-ci soient réalisés par un professionnel RGE (Reconnu garant de l’environnement). Cela permet de garantir que les rénovations énergétiques sont bien effectuées par des entreprises qualifiées.

À l’exception de la dépose d’une cuve à fioul, du raccordement à un réseau de chaleur, ou de la protection de parois vitrées, tous les autres travaux sont concernés par cette condition.

À noter

La certification RGE de l’artisan doit être valide au moment de la demande d’aide, ainsi qu’au moment des travaux.

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

Quel est le montant de MaPrimeRénov’ ?

Le montant de MaPrimeRénov’ varie selon plusieurs éléments pris en compte : le type de travaux et les équipements installés ainsi que la catégorie de bénéficiaires à laquelle appartient le propriétaire.

MaPrimeRénov’ : le montant pour les propriétaires

À travaux identiques, le montant de MaPrimeRénov’ perçu varie selon que les propriétaires que les propriétaires soient éligibles à la PrimeRénov’ bleu, jaune, violet ou rose.

Travaux ou dépensesForfait MaPrimeRenov’ BleuForfait MaPrimeRenov’ JauneForfait MaPrimeRenov’ VioletForfait MaPrimeRenov’ RosePlafonds de dépenses éligibles
Chaudière à granulés11 000 €9 000 €5 000 €/18 000 €
Pompe à chaleur géothermique ou solarothermique/
Équipement de chauffage solaire/16 000 €
Chaudière à bûches9 000 €7 500 €4 000 €/
Pompe à chaleur air/eau5 000 €4 000 €3 000 €/12 000 €
Chauffe-eau solaire individuel4 000 €3 000 €2 000 €/4 000 €
Poêle à granulés / cuisinière à granulés3 000 €2 500 €1 500 €/5 000 €
Poêle à bûches / cuisinière à bûches2 500 €2 000 €1 000 €/4 000 €
Foyer fermé, insert1 500 €800 €/
Équipements de chauffage ou de fourniture d’eau chaude sanitaire avec capteurs solaires hybrides2 500 €2 000 €1 000 €/16 000 €
Équipements de raccordement à un réseau de chaleur ou de froid1 200 €800 €400 €/1 800 €
Dépose d’une cuve à fioul1 200 €800 €400 €/4 000 €
Ventilation mécanique contrôlée (VMC) double flux3 000 €2 500 €1 500 €/6 000 €
Isolation thermique des fenêtres (et parois vitrées)100 € par équipement80 € par m²40 € par équipement/1 000 €/équipement
Isolation des murs par l’extérieur75 € par m²60 € par m²40 € par m²15 € par m²150 €/m²
Isolation des toitures terrasses180 €/m²
Isolation des murs par l’intérieur25 € par m²20 € par m²15 € par m²7 € par m²70 €/m²
Isolation des rampants de toiture et plafonds de combles75 €/m²
Protection contre le rayonnement solaire (pour l’Outre-mer)/200 €/m²

Montant des primes par catégorie de travaux – Tarifs au 1er Janvier 2023
Source : Rénovation énergétique – « MaPrimeRénov’ »

Pour savoir à quel montant vos travaux sont éligibles, vous pouvez utiliser la plateforme France Renov’ ou son simulateur mis à disposition par le guichet.

Un montant relevé depuis le 15 avril 2022

La guerre en Ukraine initiée par la Russie depuis février 2022 a souligné la dépendance des pays européens aux produits pétroliers russes. Dans une optique de limiter l’importation d’hydrocarbures, le gouvernement engage les Français à remplacer leur chaudière fioul ou gaz par un système basé sur les énergies renouvelables. Le montant de MaPrimeRénov’ a donc été rehaussé de 1 000 € pour les chaudières biomasse et les pompes à chaleur lorsqu’elles servent à remplacer une chaudière à gaz ou une chaudière à fioul.

Des bonus en plus des montants MaPrimeRénov’

Des aides supplémentaires peuvent par ailleurs s’ajouter aux montants reçus par les propriétaires dans le cadre de MaPrimeRénov’. Cela s’applique dans les cas de figure suivants :

Voici le montant de ces aides, en fonction du profil des bénéficiaires :

 MaPrimeRenov’ BleuMaPrimeRenov’ JauneMaPrimeRenov’ VioletMaPrimeRenov’ Rose
Bonus « sortie de passoire thermique »1 500 €1 000 €500 €
Bonus « Bâtiment Basse Consommation (BBC) »
Réalisation d’un audit énergétique500 €400 €300 €/

Ces bonus visent à encourager la transformation de passoires thermiques en habitats plus performants, mais pas seulement. En effet, ils permettent aussi de rendre des logements ayant un DPE satisfaisant encore moins énergivores. Ainsi, ceux dont le DPE est moyen (classe D ou E) peuvent s’améliorer et devenir des logements à haute performance énergétique (classe C) ou se transformer en une maison basse consommation (Classe B).

Montant de MaPrimeRénov’ pour les copropriétés

Le montant de MaPrimeRénov’ pour les copropriétés s’élève à 25 % du montant global des travaux au maximum. Ce montant est plafonné à une limite de 3 750 € par logement. Cela correspond au montant de travaux maximal pris en charge par MaPrimeRénov’, qui est de 15 000 euros.

Les copropriétés peuvent bénéficier de bonus financiers. Ils s’ajoutent au montant de la prime perçue. Ces bonus sont les suivants :

  • 500 euros par logement si les travaux financés par MaPrimeRénov’ permettent de le faire sortir la copropriété de passoire énergétique. Cela signifie que l’étiquette énergétique du logement était F ou G avant les travaux ;
  • 500 euros par logement si les travaux permettent au bâtiment d’obtenir le statut de bâtiment basse consommation. Cela implique que le logement puisse recevoir une étiquette énergie A ou B à l’issue des travaux réalisés ;
  • 3 000 euros par logement de la part de l’Agence nationale de l’habitat (Anah) si la copropriété est fragile. Cela signifie que le taux d’impayé est supérieur à 8 % au sein de la copropriété. Les copropriétés situées dans un quartier en renouvellement urbain (NPNRU) sont également éligibles à ce bonus.

Le montant de MaPrimeRénov’ Sérénité

MaPrimeRénov’ Sérénité s’adresse aux personnes avec des plafonds de revenus correspondant à MaPrimeRénov’ Bleu et Jaune (ménages très modestes et modestes). Cette aide est accordée par l’Anah et est conditionnée à d’importants travaux énergétiques dans le logement. Pour en bénéficier, il est en effet nécessaire que les transformations réalisées (isolation, remplacement des fenêtres, etc.) représentent un gain de performances énergétiques d’au minimum 35 %. Ce type de travaux est également appelé « rénovation globale », car il concerne plusieurs postes d’amélioration au sein du logement, comme le chauffage, l’isolation, etc.

Cette aide permet de financer un chantier de rénovation selon les modalités suivantes :

  • 50 % du montant total des travaux HT plafonnés à 30 000 €. Cela représente un montant de 15 000 € maximum pour les foyers très modestes (MaPrimeRénov’ Bleue) ;
  • 35 % du montant total des travaux HT pour les ménages modestes (MaPrimeRénov’ Jaune). Cela représente une prise en charge de 10 000 € maximum.

Peuvent s’ajouter les bonus « sorties de passoires thermiques » et « BBC ».

Pour en bénéficier, le demandeur doit obligatoirement être accompagné par un opérateur agréé ou habilité par l’Anah.

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

faire une simulation

Mon Accompagnateur Rénov’ : une assistance obligatoire depuis 2023

Depuis janvier 2023, certains travaux de rénovation énergétique entrant dans le cadre de ma MaPrimeRénov’ doivent être supervisés par un tiers de confiance désigné par l’État ou les collectivités locales. Cela fait suite au décret du 23 juillet 2022 de la loi Climat et Résilience du 22 août 2021.

Qu’est-ce que Mon Accompagnateur Rénov’ ?

Mon Accompagnateur Rénov’ vient assister les particuliers dans certains de leurs travaux de rénovation énergétique. L’appui de ce professionnel est désormais obligatoire pour tout dossier faisant l’objet d’une demande d’aide financière MaPrimeRénov’.

L’intervention d’un tel accompagnateur permettra non seulement de superviser les travaux, mais aussi de trouver tous les financements possibles en fonction de la situation du demandeur. Cela vise aussi à encadrer les rénovations et à éviter les dérives.

Qui est Mon Accompagnateur Rénov’ ?

Mon Accompagnateur Rénov’ est un assistant à maîtrise d’ouvrage ou un opérateur agréé par l’État. Ce dernier a obligatoirement reçu un agrément qui lui a été délivré suite à l’évaluation de différentes compétences, comme :

  • maîtriser toutes les solutions techniques qu’il est possible de mettre en œuvre dans le cadre d’un projet de rénovation énergétique. L’accompagnant doit connaître les différentes solutions existantes afin de réaliser une rénovation énergétique qui soit performante et globale. Il doit avoir connaissance des diverses solutions de pilotage de la consommation énergétique disponibles sur le marché (il doit donc se tenir en permanence au courant des dernières innovations faites en termes de chauffage, de production d’eau chaude ou encore d’isolation) ;
  • l’aptitude à analyser la situation financière du demandeur. Cela inclut les capacités de financement, mais aussi l’éligibilité aux aides à la rénovation énergétique qui sont disponibles au moment de l’établissement du dossier de demande d’aide ;
  • la capacité de diagnostiquer des situations d’indécence, d’indignité et de perte d’autonomie qu’il peut rencontrer dans un logement visité dans le cadre d’un accompagnement. Suite à ce constat, il doit savoir identifier les services compétents afin de faire un signalement ou pouvoir orienter le ménage en difficulté.

Par ailleurs, l’accompagnateur agrémenté doit rester totalement impartial et indépendant vis-à-vis de l’exécution des travaux. Il doit ainsi :

  • ne pas être lui-même en mesure de réaliser les travaux pour lesquels il intervient ;
  • rester neutre dans le choix des équipements, des solutions technologiques et des scénarios de travaux proposés. Seules les performances des réalisations doivent être prises en compte ;
  • n’avoir aucun lien direct avec la compagnie qui exécute les travaux de rénovation énergétique. Il doit ainsi respecter une stricte impartialité lorsqu’il propose des entreprises. Seules les compétences et les qualités de ces dernières doivent être prises en compte, cela de manière égale.

D’autres obligations ont été fixées par l’arrêté du 21.12.22 : art. 3 et annexe IV. Cela permet de sélectionner des personnes compétentes, indépendantes et fiables afin d’accompagner les ménages dans leurs travaux de rénovations énergétiques.

Le rôle d’un Accompagnateur Rénov’

L’Accompagnateur Rénov’ a plusieurs missions. Il est là pour :

  • définir les travaux à effectuer. Pour cela, il visite le logement, pose un diagnostic des améliorations à faire et propose différentes rénovations qui pourront améliorer les performances énergétiques du bien ;
  • conseiller le particulier dans sa sélection d’entreprises et dans le choix des devis qui ont été établis par différents professionnels RGE ;
  • aider dans les démarches administratives relatives à la demande de MaPrimeRénov’ ;
  • apporter une aide poussée aux ménages les plus précaires ;
  • trouver des financements (MaPrimeRénov’ étant cumulable avec d’autres aides) ;
  • conseiller le demandeur lorsque le chantier est terminé (vérification que les travaux ont été réalisés conformément aux devis, aide en cas de litiges, etc.).

L’intervention de cet accompagnateur peut être d’une grande aide pour tous les ménages qui n’osent pas sauter le pas pour améliorer les performances de leur logement. Ils pourront ainsi trouver une oreille attentive qui les guidera dans la réalisation de leurs travaux de rénovation. En effet, parfois, les transformations peuvent être lourdes et multiples, notamment lorsqu’il s’agit d’une passoire thermique. Avec un accompagnateur, le propriétaire particulier bénéficie d’un œil expert qui mettra en évidence un certain nombre de travaux à faire afin d’améliorer les performances énergétiques et le confort thermique du bien.

Qui doit faire appel à un Accompagnateur Rénov’ ?

Tous les demandes de financement par MaPrimeRénov’ ainsi que les aides à la rénovation énergétique de l’Anah seront conditionnées à Mon Accompagnateur Rénov’ au cours de l’année 2023 et après. Ceux qui déposent un dossier de demande d’aide sont visés, c’est-à-dire :

  • les propriétaires occupants ;
  • les propriétaires bailleurs ;
  • les personnes qui ne sont pas propriétaires du logement, mais qui assurent la charge effective des travaux dans un bien occupé par un ascendant (parent, grand-parent) ou un descendant (enfant, petit-enfant), un conjoint, concubin ou cosignataire d’un pacte civil de solidarité. Il est nécessaire que les personnes pour qui les travaux sont réalisés soient propriétaires des lieux ou titulaires d’un droit réel octroyant l’usage des locaux (usufruitier) ;
  • « les propriétaires porteurs d’un projet pour les travaux de rénovation réalisés sur des logements acquis par les personnes physiques ou morales, dans le cadre d’un contrat de vente » (source : Code de l’Énergie L. 232-3 et R.232-8).

Quels travaux doivent être encadrés par un Accompagnateur Rénov’ ?

L’intervention d’un accompagnateur agréé deviendra progressive au cours de l’année 2023. Cela concernera différents travaux :

  • Depuis le 1er janvier 2023, tous les travaux en partie financés par MaPrimeRénov’ Sérénité, c’est-à-dire ceux dont l’aide financière est conditionnée à une rénovation énergétique globale permettant un gain de performances d’au moins 35 %. Cela concerne toutes les demandes dont le coût est supérieur à 5 000 € TTC ;
  • Dès le 1er septembre 2023, tous les travaux concernant au moins deux postes d’amélioration énergétique devront faire appel à Mon Accompagnateur Renov’. Cela concerne les ménages bénéficiant de MaPrimeRénov’ pour un montant supérieur à 5 000 € et faisant l’objet d’une demande de financement d’un coût supérieur à 10 000 €.

L’Anil précise également que : « sont également concernés les travaux qui font l’objet de demandes d’aides distinctes dépassant ces seuils et intervenant dans un délai de 3 ans à compter de la première demande d’aide formulée ».

Un parcours précis avec des étapes obligatoires

L’accompagnement est réalisé en 3 étapes précises et obligatoires pour celui qui dépose une demande d’aide MaPrimeRénov’. Le dispositif va ainsi se dérouler en trois premières phases :

  1. Une évaluation de l’état de l’habitation à rénover, mais aussi de la situation financière du ménage qui fait la demande d’aide (vérification des capacités de financement, etc.).
  2. La réalisation d’un audit énergétique ou un examen méticuleux d’un audit qui a été effectué récemment.
  3. Un accompagnement à la réalisation du projet.

Le coût du dispositif Mon Accompagnateur Rénov’

Selon les communes, l’accompagnement peut être gratuit. Pour cela, il est nécessaire que les collectivités locales aient choisi de financer le dispositif Mon Accompagnateur Rénov’. Pour le savoir, vous pouvez vérifier sur france-renov.gouv.fr.

Lorsqu’aucun financement n’est mis en place dans une commune, l’Anah cofinance le projet d’accompagnement à hauteur de 875 €, selon les travaux à effectuer et les revenus du ménage.

Comment faire une demande MaPrimeRénov’ ?

MaPrimeRénov’ permet aux particuliers de profiter d’un système simplifié pour les demandes d’aide. Cette nouvelle prime se veut donc plus accessible que ses prédécesseurs, le CITE et le programme « Habiter Mieux Agilité ». La constitution du dossier de demande se fait en cinq étapes :

  1. la création d’un compte et le dépôt de la demande sur le site Web MaPrimeRénov’ : le consommateur doit alors fournir les informations relatives à ses revenus, son logement, le professionnel choisi pour la réalisation des travaux, ainsi que les pièces justificatives demandées (dernier avis d’impôt sur le revenu, devis des travaux de rénovation, etc.) ;
  2. la réception de la confirmation d’attribution de la prime par l’Anah : suite à l’envoi de la demande, l’étude du dossier est confiée à un instructeur qui doit confirmer ou non l’attribution de la prime. C’est également à ce moment-là que le montant de la prime est fixé. Dans certains, cas, il se peut que des éléments supplémentaires soient demandés ;
  3. la réalisation des travaux par un artisan labellisé RGE : dès la confirmation de l’attribution de la prime, le particulier peut entamer les travaux dans son logement. À la fin des travaux, il est essentiel de demander au professionnel de fournir une facture ;
  4. la demande de paiement de la prime : cette étape se fait en se connectant sur le site MaPrimeRénov’. Il faut alors soumettre la facture des travaux, ainsi qu’un RIB afin de recevoir le paiement ;
  5. la réception de l’aide et le règlement de la facture de l’artisan.

Bon à savoir

Attention, vous ne devez pas commencer vos travaux avant d’avoir effectué votre demande de Prime !

Vérifier les éléments nécessaires sur le devis et la facture pour bénéficier de MaPrimeRénov’

Les travaux de rénovation énergétique ont été l’objet de plusieurs abus révélés par la répression des fraudes. Si l’on veut être certain de recevoir sa prime, il est important de se montrer vigilant lors du choix du professionnel avant de se lancer dans la réalisation de travaux.

Quels éléments vérifier pour avoir droit à MaPrimeRénov’ ?

Quelques informations présentes sur les devis et factures sont indispensables et permettent de s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une arnaque :

  • se méfier des démarchages par téléphone ou internet ;
  • vérifier le label RGE de l’entreprise : l’entreprise en charge de la réalisation des travaux doit impérativement être certifiée par le label RGE (Reconnu garant de l’environnement). Le particulier doit donc demander au professionnel de lui fournir son certificat RGE. Il est possible de vérifier les qualifications d’un artisan se présentant comme labellisé, grâce à l’annuaire des professionnels RGE sur le site france-renov.gouv.fr ;
  • s’assurer que les informations concernant l’entreprise sont correctes : une fois le particulier en possession du devis, il doit vérifier que certains éléments obligatoires permettant d’identifier l’entreprise y figurent, comme le nom de l’entreprise et son numéro de SIRET (composé de 14 chiffres) ;
  • faire attention au détail des coûts des travaux : pour chaque type de travaux, les montants HT (hors taxes) et TTC (toutes taxes comprises) doivent être mentionnés. Il est également indispensable d’y retrouver le détail du coût des travaux différenciant le prix de l’équipement et celui de la main-d’œuvre ;
  • ne pas hésiter à faire réaliser plusieurs devis en faisant appel à différents professionnels pour comparer les montants.

Les vérifications à faire après les travaux

À la suite des travaux, il est nécessaire de fournir la facture de l’artisan afin de demander le paiement de la prime. Certains éléments sont à vérifier afin de s’assurer que celle-ci est conforme :

  • vérifier que la référence du devis est bien indiquée sur la facture : cela permet de garantir que les travaux ayant été réalisés correspondent à ceux pour lesquels la prime a été accordée ;
  • s’assurer que le montant total des travaux est bien mentionné sur la facture : si les améliorations énergétiques ont fait l’objet de plusieurs factures, il est indispensable de retrouver le coût de la totalité des travaux réalisés sur chacune d’entre elle.

Quelles aides sont cumulables à MaPrimeRénov’ ?

Il est possible de cumuler MaPrimeRénov’ avec d’autres aides financières pour la rénovation énergétique. Cela permet d’étoffer l’enveloppe financière afin de réaliser des travaux d’amélioration des performances du logement.

La liste des aides cumulables avec MaPrimeRénov’

La demande de MaPrimeRénov’ peut être cumulée avec différents dispositifs tels que :

  • les primes CEE : les CEE sont les Certificats d’économie d’énergie que proposent les fournisseurs de gaz naturel et d’électricité, ou d’autres « obligés ». Si le consommateur bénéficie de CEE, il est nécessaire de le mentionner et de le justifier lors de la constitution de son dossier de demande MaPrimeRénov’ ;
  • l’éco-prêt à taux zéro : les banques accordent des prêts à taux d’intérêt nul aux propriétaires souhaitant réaliser des travaux d’amélioration énergétique au sein de leur habitation d’un montant maximal de 30 000 € ;
  • le prêt avance rénovation (PAR), accordé aux ménages modestes et très modestes ainsi qu’aux seniors de plus de 60 ans ;
  • le chèque énergie : le chèque énergie est une aide accordée par l’État aux foyers les plus modestes afin de régler leurs factures d’énergie, ou d’entreprendre des travaux de rénovation énergétique dans leur logement ;
  • la TVA à 5,5 % qui s’applique sur les travaux et sur la main-d’œuvre ;
  • les primes énergie et notamment Coup de pouce chauffage. Les primes Coup de pouce isolation et Coup de pouce thermostat ont quant à elles été supprimées ;
  • les aides d’Action logement pour la réalisation de travaux de rénovation énergétique ;
  • certaines aides locales. Pensez à vous renseigner en mairie ou auprès de votre département ou Région.

En revanche, vous ne pouvez pas cumuler MaPrimeRénov’ et MaPrimeRénov’ Sérénité. Vous devez donc choisir l’une des deux aides en fonction de votre situation financière et des travaux à effectuer. Il convient de sélectionner la plus intéressante des deux, l’Accompagnateur Rénov’ pourra vous guider en ce sens.

Remarquez que MaPrimeRénov’ Sérénité est cumulable avec les CEE.

Peut-on demander MaPrimeRénov’ plusieurs fois ?

Oui. Il faut savoir que plusieurs aides MaPrimeRénov’ peuvent être attribuées à un même particulier pour la réalisation de différents travaux dans un même logement. Le plafond à ne pas dépasser pour bénéficier de plusieurs primes MaPrimeRénov’ est de 20 000 € par logement sur une durée de 5 ans. Au bout de cette période, une nouvelle demande peut être effectuée, dans la mesure où le dispositif est encore en place.

Travaux concernés, montants, obligations, vous savez désormais tout ce qu’il faut savoir sur MaPrimeRénov’. Proposé depuis 2020, ce dispositif d’aide à l’amélioration énergétique de l’habitat permet de transformer un logement et le rendre plus confortable. Retenez que cette prime est ouverte à tous les propriétaires et que vous pouvez la demander pour votre logement de plus de 15 ans.

D’autres questions sur ce sujet ?

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre électricité trop chère ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture d’électricité