Choisir.com - Comparez, économisez.
rappel gratuit

La consommation électrique du plancher chauffant

Selon l’Ademe, le chauffage représente 66 % des consommations en énergie d’un ménage. Le choix de son système de chauffage a donc un impact important sur les factures d’énergie. Le chauffage au sol a plusieurs avantages par rapport à des radiateurs classiques. En plus d’être esthétique et écologique, le plancher chauffant serait également plus économique. Peut-il réellement permettre de réaliser des économies d’électricité ? Quel modèle de chauffage au sol choisir ? Retrouvez les réponses à ces questions dans cet article.

Consommation plancher chauffant

Qu’est-ce qu’un plancher chauffant ?

Le plancher chauffant est apparu dans les années 1960 dans l’habitat collectif. Grâce à ce système, la pièce est chauffée par le sol. Depuis les premiers planchers chauffants, les modèles ont beaucoup évolué. Auparavant, le chauffage au sol était souvent accusé de causer des problèmes veineux et des sensations de jambes lourdes. En effet, dans les habitats collectifs, les planchers chauffants fonctionnaient grâce à un système hydraulique. Une eau chauffée à très haute température circulait dans des tubes placés sur la dalle. Par conséquent, la température au sol était très élevée. La chaleur était donc souvent inconfortable et il était impossible de régler la température pour chaque logement. À la fin des années 1970, des planchers chauffants à basse température permettent de régler individuellement la température de chauffe. Désormais, la réglementation française limite la température de la surface du sol à 28 °C.

Contrairement à un convecteur, l’air n’est pas chauffé par le plancher chauffant. En effet, ce système permet de faire rayonner la chaleur vers les murs et les meubles présents dans la pièce. Il permet donc d’obtenir une température ambiante homogène.

Il existe deux systèmes de planchers chauffants :

  • le plancher chauffant électrique : il est composé de câbles chauffants qui se présentent généralement sous forme de trames. Ces câbles sont disposés sur un treillis synthétique. Un isolant recouvre ensuite les trames. Cet isolant est indispensable et peut être en matière plastique alvéolaire ou en laine minérale. Une chape conductrice couvrant l’isolant et les trames et permet d’émettre le rayonnement de la chaleur. Ce système est également doté d’un régulateur de thermostat pièce par pièce ;
  • le plancher chauffant à eau : il se compose d’un circuit dans lequel de l’eau chauffée circule. Le plancher chauffant hydraulique est composé de plaques d’isolant thermique et de circuits de tubes souples de polyéthylène, posés en boucle.

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre électricité trop chère ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture d’électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?

Plancher chauffant : avantages et inconvénients

En plus d’être une solution esthétique, le chauffage au sol présente de nombreux autres avantages par rapport à d’autres types de chauffage, comme le confort qu’il apporte ou le fait qu’il puisse consommer moins d’énergie. Cependant, quelques inconvénients sont également à relever avec les planchers chauffants.

Avantages

Les planchers chauffants sont apparus dans les années 1960. Depuis cette époque, ces chauffages ont beaucoup évolué. Les sols chauffants peuvent désormais ne faire que 6 cm d’épaisseur, alors qu’ils pouvaient en faire plus de 15 cm. Il est également possible de placer tous types de revêtements sur son plancher chauffant : carrelage, sol en vinyle ou PVC, moquette, pierre naturelle, etc., sous certaines conditions.

Le chauffage au sol présente différents avantages :

  • le confort de vie qu’il apporte : la chaleur provient du sol, qui est donc tiède, et la chaleur est bien distribuée dans la pièce ;
  • la chaleur est douce et homogène : la sensation de chaleur est différente avec un chauffage au sol. Il permet notamment de descendre la température de 2 à 3 °C par rapport à un radiateur classique, sans que la différence ne puisse être ressentie. Le chauffage au sol apporte une chaleur douce et constante, comprise entre 20 °C et 35 °C. Alors qu’un radiateur chauffe en moyenne entre 50 °C et 70 °C ;
  • c’est une solution saine et sécurisante : le chauffage au sol ne déplace pas de poussière, contrairement aux convecteurs électriques, par exemple. De plus, il n’y a aucun risque de brûlure pour les utilisateurs puisque le chauffage est hors de portée. Selon les normes en vigueur, les fluides circulant dans le réseau ne peuvent excéder 50 °C et la température du sol ne peut être supérieure à 28 °C ;
  • il peut être économique : la température des fluides circulant dans le système de chauffage étant moins élevée qu’avec des radiateurs, la consommation d’énergie est moins importante. Le chauffage au sol hydraulique basse température a un rendement optimal, notamment s’il fonctionne avec une chaudière à condensation ou une Pompe à chaleur (PAC). Selon l’Ademe, l’installation d’un plancher chauffant permettrait de réaliser une économie d’énergie de 15 % ;
  • il est esthétique et ne prend pas de place : le plancher chauffant est totalement invisible. De plus, puisqu’il n’y a pas de radiateurs aux murs, la place des meubles n’est pas dictée par leur emplacement ;
  • il est silencieux : contrairement à d’autres types de chauffage, le plancher chauffant n’émet aucun bruit ;
  • les nouveaux planchers chauffants ne donnent pas de sensation de « jambes lourdes », comme cela pouvait être le cas il y a quelques années.

Inconvénients

Toutefois, le chauffage au sol a également quelques inconvénients :

  • un entretien est nécessaire tous les trois ans ;
  • il peut être long à chauffer : avec le chauffage au sol à inertie, le plus couramment installé actuellement, la dalle met un certain temps à chauffer. Il ne s’agit donc pas de la solution la plus adaptée pour les résidences secondaires qui ne sont pas chauffées toute l’année, ou pour certaines structures, comme les établissements scolaires. Il existe un plancher chauffant « réactif », qui chauffe plus rapidement. Cependant, ce modèle est encore très récent et pas très courant ;
  • il est plus difficile à mettre en place en rénovation : l’installation d’un plancher chauffant est plus simple dans le neuf qu’en rénovation. En effet, cette installation nécessite des travaux conséquents, notamment le rehaussage du plancher ;
  • en cas de réparation nécessaire, l’intervention est bien plus difficile que de remplacer un radiateur défectueux ;
  • le prix d’un plancher chauffant est très élevé : de 40 à 100 €/m² (installation comprise) ;
  • une bonne isolation du logement est indispensable ;
  • il nécessite un réaménagement des pièces du logement : il est notamment indispensable de rehausser les sols de 6 à 15 centimètres afin de pouvoir installer le système de chauffage au sol. En effet, celui-ci fait une certaine épaisseur, à laquelle il faut ajouter l’épaisseur du sol. Les portes doivent donc être rabotées ;
  • son installation nécessite l’intervention d’un professionnel qualifié : comptez 50 à 130 €/m² chauffé, selon le type de plancher chauffant.

Tous ces avantages et inconvénients peuvent également varier selon les différents modèles de chauffage au sol.

Faut-il faire appel à un professionnel pour l’installation d’un plancher chauffant ?

Il est fortement recommandé de faire appel à un professionnel pour l’installation de son chauffage au sol. En effet, le dimensionnement du plancher chauffant, la mise en place des tuyaux, le coulage du béton et son raccordement à l’installation électrique nécessitent des compétences particulières. Des réglages très précis sont également indispensables afin d’éviter les risques de surconsommation. De plus, il est indispensable de faire appel à un professionnel certifié RGE (Reconnu garant de l’environnement) afin de pouvoir, éventuellement, bénéficier d’aides financières pour l’installation de son nouveau système de chauffage.

Les différents types de chauffages au sol

Il existe différents types de planchers chauffants, ayant chacun des points forts et des points faibles. Ces planchers chauffants sont compatibles avec tous les types de revêtements au sol :

  • le carrelage et la pierre naturelle : tous deux conduisent très bien la chaleur ;
  • le grès cérame, la terre cuite, le marbre ou la pierre reconstituée : ils conduisent également très bien la chaleur et peuvent être des alternatives aux revêtements précédents ;
  • le parquet : dont l’épaisseur ne doit pas dépasser 15 mm ;
  • le stratifié : il est indispensable de vérifier sa compatibilité avec le chauffage au sol, car ce n’est pas toujours le cas ;
  • la moquette, les sols en PVC et en vinyle : leur compatibilité est également à vérifier avant l’achat.

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop chère ?

faire une simulation

Il est possible de choisir entre différents modèles de planchers chauffants. Chacun d’entre eux à un mode de fonctionnement différent. Suivant les différents chauffages au sol existant, le coût d’installation varie, ainsi que le coût lié à sa consommation d’énergie :

  • le plancher chauffant électrique : il fonctionne grâce à un circuit de résistances électriques. Le circuit doit être installé sur toute la surface de la pièce à chauffer et recouvert par une dalle de béton. Le chauffage au sol est raccordé à l’installation électrique déjà existante. La chaleur produite ne dépasse pas 28 °C. Elle se dégage des câbles électriques par effet Joule et est transmise à la dalle, puis émise dans la pièce par rayonnement. Un thermostat d’ambiance peut permettre de réguler la température des différentes pièces, afin de ne pas surchauffer. Afin de choisir son plancher chauffant, il est possible de se reporter aux labels Promotelec et Certitherm qui garantissent des produits efficaces et des installations respectant des normes de sécurité. Il existe deux types de planchers chauffants électriques :
  • le plancher chauffant hydraulique : ce circuit doit être relié à l’arrivée d’eau. Une dalle de béton est coulée sur le système de chauffage, sur laquelle le revêtement choisi est posé. Il existe deux types de planchers chauffants hydrauliques :

Retrouvez un récapitulatif des avantages et inconvénients de chaque modèle de plancher chauffant dans le tableau ci-dessous :

Planchers chauffants : avantages, inconvénients, prix et entretien
Type de plancher chauffantAvantagesInconvénientsPrix (installation comprise)Entretien
Plancher chauffant électrique Rayonnant– Installation plus simple que pour les autres modèles.
– Chauffe plus rapidement que les autres modèles de chauffage au sol.
– Pas de nuisance sonore.
– Esthétique.
– Travaux moins conséquents que pour le plancher chauffant à eau.
– Plus énergivore que les autres modèles.
– Réparations difficiles en cas de panne.
40 à 80 €/m²Un entretien réalisé par un professionnel tous les 5 à 7 ans est conseillé
Plancher chauffant électrique À accumulation– Inertie permet de restituer la chaleur accumulée.
– Plus économique en énergie que le chauffage au sol rayonnant.
– Pas de nuisance sonore.
– Esthétique.
– Travaux moins conséquents que pour le plancher chauffant à eau.
– Peut nécessiter un chauffage d’appoint (radiateur, poêle à bois, etc.).
– Temps de chauffe long.
– Réparations difficiles en cas de panne.
70 à 130 €/m²
Plancher chauffant hydraulique Classique– Basse température, donc économique à l’usage.
– Possible de le combiner avec des radiateurs à eau basse température.
– Pas de nuisance sonore.
– Esthétique.
– Très cher à l’achat.
– Travaux importants à prévoir.
– Ne convient généralement pas en rénovation.
– Réparations difficiles en cas de panne.
70 à 100 €/m²Révision 1 à 2 fois/an : 80 à 100 €
Plancher chauffant hydraulique Réversible– 2 en 1, permet de profiter de la chaleur en hiver et de la fraîcheur en été. – Très peu gourmand en énergie (à basse température).
– Possible de le combiner avec des radiateurs à eau basse température.
– Pas de nuisance sonore.
– Esthétique.
– Moins bonnes performances qu’un climatiseur.
– Nécessite d’être associé à une pompe à chaleur ou à une chaudière couplée à un groupe d’eau glacée ou à une pompe à chaleur réversible.
– Plus cher qu’un plancher chauffant à eau classique.
– Travaux importants à prévoir.
– Ne convient généralement pas en rénovation.
– Réparations difficiles en cas de panne.

Quelle est la consommation d’électricité d’un plancher chauffant ?

Il est très difficile d’estimer la consommation d’un chauffage avant son installation. En effet, de nombreux éléments sont à prendre en compte afin de savoir quelle sera la consommation d’un chauffage, qu’il s’agisse d’un radiateur classique ou d’un plancher chauffant. Le type de plancher chauffant (à eau ou électrique), l’isolation du logement et la dimension du plancher chauffant ont un impact important sur la consommation d’électricité.

Afin de connaître la consommation d’un plancher chauffant pour son logement avant de se lancer dans son installation, vous pouvez faire appel à un chauffagiste professionnel. Ce dernier se chargera d’estimer la consommation de l’appareil par rapport à votre projet. Une étude de situation thermique dynamique (STD) pourra alors être dressée grâce à un logiciel spécialisé.

Le professionnel analyse plusieurs caractéristiques afin d’estimer la consommation du chauffage au sol :

  • le comportement thermique du bâtiment : en fonction du climat, du nombre d’habitants, des caractéristiques techniques du bâtiment, les déperditions thermiques du logement, etc. ;
  • la situation géographique de l’habitation ;
  • l’altitude où se trouve le logement ;
  • le type de plancher chauffant choisi : à eau ou électrique, plancher chauffant standard ou à accumulation ;
  • la température souhaitée dans les pièces ;
  • l’utilisation éventuelle de chauffages annexes dans d’autres pièces ;
  • les apports de chaleur gratuits : comme le soleil, la chaleur humaine, la cuisine, les équipements électroménagers, etc. ;
  • le type de générateur de chaleur : il peut s’agir d’une chaudière ou d’une PAC, par exemple. Il est essentiel de prendre en compte son rendement et ses réglages ;
  • le coût de l’énergie ;
  • l’étanchéité de la pièce : en cas d’inondation, il est recommandé de faire appel le plus rapidement possible à des professionnels afin d’éviter les risques de chocs électriques.

Vous pourrez retrouver dans cette étude l’estimation de la consommation du plancher chauffant exprimée en kWh/m². Afin de connaître le coût en électricité que cette consommation représente sur un an, il suffit de faire un calcul très simple :

Consommation annuelle (en kWh/m²/an) x Prix de l’électricité (en €/kWh) = Coût de la consommation annuelle (en €)

Le coût annuel varie également selon l’énergie utilisée pour générer de la chaleur. Un plancher chauffant peut être associé à des panneaux solaires, une pompe à chaleur (PAC), ou encore une chaudière à gaz. Les prix de ces différentes énergies ne sont pas les mêmes.

Retrouvez le coût du kWh des différentes énergies en décembre 2020 dans le tableau ci-dessous :

ÉnergiePrix du kWh
Solaire0 €
PAC géothermique0,060 €
Granulés bois0,064 €
Gaz naturel0,067 €
Fioul domestique0,080 €
Électricité0,156 €

Peut-on bénéficier d’aides financières pour l’installation d’un plancher chauffant ?

L’installation d’un chauffage au sol n’est pas éligible au Crédit d’impôt (CITE), devenu MaPrimeRénov’ en janvier 2020. Néanmoins, il est possible d’en bénéficier pour du matériel ou des équipements de raccordement du plancher chauffant : chaudière au bois, certaines pompes à chaleur (alimentées par une énergie renouvelable), chauffe-eau solaire, appareil de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire au bois ou autre biomasse.

Changer de fournisseur d’énergie pour faire des économies d’énergie

Le plancher chauffant électrique est le type de chauffage au sol qui utilise l’énergie la plus chère du marché. Vous pouvez faire baisser votre facture d’électricité grâce aux offres de certains fournisseurs proposant des réductions sur le prix du kWh par rapport au tarif réglementé d’EDF.

En 2007, l’ouverture du marché de l’énergie a permis aux consommateurs de choisir leur fournisseur. En effet, il est désormais possible de changer de fournisseur d’énergie et de profiter de tarifs avantageux afin de payer son énergie moins chère.

Les fournisseurs alternatifs, concurrents des fournisseurs historiques d’électricité et de gaz naturel, EDF et Engie (ex-GDF Suez), proposent aux consommateurs des offres avec des réductions sur le prix du kWh et/ou de l’abonnement. Ces offres permettent de réaliser simplement des économies sur ses factures d’électricité et/ou de gaz.

Le changement de fournisseur d’énergie est une démarche rapide, simple et totalement gratuite. De plus, les contrats d’énergie en France sont sans engagement de durée. Vous pouvez donc changer de fournisseur d’énergie quand vous le souhaitez et sans aucun frais.

Découvrez dans le tableau ci-dessous le prix du kWh pour quelques offres d’électricité compétitives en 2020 :

Fournisseurs alternatifs VS fournisseur historique – Comparaison des prix du kWh en option Base selon la puissance souscrite (décembre 2020)
Puissance souscrite (en kVA)EDF – Tarif Bleu TotalEnergies – Offre Online Engie – Offre Ajust fixe 1 an Happ-e by Engie – Offre Classique
30,1557 €0,1440 €0,1578 €0,1533 €
60,1440 €
90,1597 €0,1476 €0,1620 €0,1476 €
12
15
18
24
30
36

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre électricité trop chère ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture d’électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?