Qu'est-ce que le gaz ?

Avant d'expliquer comment est fixé son prix, rappelons-nous brièvement ce qu’est le gaz naturel.

Présentation

Le gaz naturel est un hydrocarbure d'origine fossile composé en grande partie de méthane. Il est principalement utilisé comme combustible fossile. Le gaz est la 3e source d’énergie primaire au monde, après le pétrole et le charbon. Le charbon étant massivement consommé en Chine, en Inde ou encore aux États-Unis, le gaz arrive donc en troisième position.

Cette ressource fossile est contenue à l’état gazeux dans des réservoirs naturels ou dans certaines roches qui peuvent être poreuses ou compactes. Situé dans les profondeurs du sol, le gaz est extrait par forage, sur terre ou sur des plateformes maritimes. Pour certains types de gaz (de schiste ou encore de réservoir compact), une fracturation hydraulique est nécessaire pour rentabiliser l’exploitation des gisements. Cette méthode d’extraction soulève toutefois de nombreux problèmes environnementaux.

Le saviez-vous ?

Dans l’univers des énergies, le terme « gaz naturel » fait uniquement référence à la ressource fossile. Ainsi, le biométhane, un biogaz renouvelable issu de la décomposition de certains déchets (biomasse), n’est pas appelé gaz naturel.

Service gratuit

Etes-vous sûr de ne pas payer votre gaz trop cher ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture de gaz

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

vous préférez être rappelé ?

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

Les différents types de gaz

Dans les couches géologiques qui composent le sous-sol terrestre, il existe plusieurs types de gaz :

  • le « gaz naturel associé », qui se trouve au même endroit qu’un gisement de pétrole. Ce type de gaz est séparé du pétrole au moment de l'extraction ;
  • le « gaz naturel conventionnel non associé », qui n'est pas associé à un gisement de pétrole, mais dont le procédé d'extraction demeure similaire. C'est la forme qui est, à l'heure actuelle, la plus exploitée ;
  • le « gaz de schiste » ou gaz de roche-mère, difficile et coûteux à extraire ;
  • le « gaz de couche », de houille ou de charbon (aussi appelé « grisou » par les mineurs), il est piégé dans la matière solide du charbon ;
  • le « gaz de réservoir compact », un hydrocarbure gazeux qui est contenu dans des roches-réservoirs profondes et peu perméables.

Tous ces gaz ne sont pas exploités de la même manière à travers le monde. Par exemple, les États-Unis puisent de grandes quantités de gaz de schiste, en complément du gaz naturel associé ou non-associé. En France, bien que les gisements de gaz de schiste soient prometteurs, son extraction est jugée trop dangereuse ou polluante et fait pour l'instant l'objet de divers moratoires.

Les gisements

Le gaz naturel importé en France provient essentiellement de plusieurs pays producteurs de gaz, comme :

  • la Russie ;
  • l’Algérie ;
  • la Norvège ;
  • les Pays-Bas.

Les États-Unis, le Canada, le Qatar ou encore l’Iran figurent parmi les plus gros producteurs mondiaux. Ce gaz lointain est peu ou pas importé en France, en raison des coûts d’acheminement et d’une présence de fourniture plus proche.

Importer la fourniture de différents pays permet de ne pas dépendre d’un seul et ainsi de faire face aux éventuels conflits qui pourraient conduire à un ralentissement, voire à l’arrêt, de l’approvisionnement.

Depuis les gisements, le transport du gaz naturel est effectué de différentes manières, selon le pays depuis lequel il est importé :

  • par gazoducs, d’immenses canalisations qui servent à acheminer sous haute pression les hydrocarbures sous forme gazeuse. Ils permettent d’assurer les importations terrestres ;
  • grâce à des méthaniers, d’imposants navires utilisés pour transporter le gaz naturel qui a été préalablement liquéfié pour pouvoir être acheminé plus facilement et en plus grandes quantités. Ces derniers rendent possibles les importations maritimes.

Comment est liquéfié le gaz ?

Pour être liquéfié et être transformé en GNL (Gaz naturel liquéfié), le gaz naturel est porté à une température de – 160 °C afin d’être refroidi par cryogénisation. C’est en atteignant cette très basse température que le gaz passe de l’état gazeux à l’état liquide. Cette étape est essentielle pour le transport maritime, car elle permet de réduire de 600 fois le volume de l’hydrocarbure à l’état gazeux.
Dès que cela est nécessaire, le GNL est regazéifié, c’est-à-dire qu’il est de nouveau porté à l’état gazeux. Le processus de réchauffement est opéré grâce à des échangeurs thermiques qui font passer le gaz liquide de – 160 °C à un hydrocarbure gazeux à 0 °C.

Les différentes utilisations

Dans les logements, le gaz est utilisé pour :

  • le chauffage ;
  • la production d'eau chaude sanitaire ;
  • la cuisson.

Le gaz naturel sert également à alimenter certaines centrales à flammes servant à produire de l’électricité, tel que :

  • les Centrales à cycle combiné au gaz (CCG) ;
  • les TAC Gaz (TAC pour turbine à combustion).

Dans l'industrie ou les bâtiments professionnels, le gaz peut aussi alimenter les machines qui sont utilisées dans les ateliers.

Pour pouvoir utiliser ce gaz, il est nécessaire de l’acheter. En tant que consommateurs, vous achetez le gaz à votre fournisseur énergétique qui lui-même se sert auprès de différents producteurs. Ces besoins constants pour vous chauffer ou avoir de l’eau chaude font varier le cours du gaz, c’est-à-dire le prix auquel il est vendu sur le marché de gros du gaz.

Qu’est-ce que le marché de gros du gaz naturel ?

Le marché de gros du gaz est l’endroit où se rendent les fournisseurs de gaz et certains grands consommateurs tels que les industriels, qui achètent de gros volumes de gaz aux producteurs.
Le marché de gros s’oppose au marché de détail du gaz qui regroupe quant à lui les consommateurs finaux qui achètent leur gaz aux fournisseurs d’énergie, aussi appelés énergéticiens.

Comment est fixé le cours du gaz naturel ?

Le cours du gaz naturel est un élément clé pris en compte dans le prix final du gaz. Voici comment il est fixé.

La cotation en bourse du gaz

Le gaz est une fourniture énergétique cotée en Bourse, tout comme le pétrole. À travers le monde, cette fourniture s'échange (se vend et s'achète) sur différentes plateformes telles que le NYMEX (New York Mercantile Exchange) ou encore l'IPE (International Petroleum Exchange). En France, les achats et les ventes de gaz naturels sont opérés sur différentes plateformes virtuelles appelées PEG (Points d’échange de gaz).

Depuis 2018 et la fusion du PEG Nord et de la TRS (Trading Region South), la France s’est dotée d’une zone de marché unique nommée TRF (Trading Region France). Elle a été lancée par les gestionnaires de réseau de transport du gaz Teréga et GRTgaz. C’est le marché de gros du gaz en France.

Les facteurs qui font bouger le cours du gaz

La cotation du gaz fluctue constamment. Elle a un impact direct sur le marché du gaz et donc sur le prix de la fourniture. Le cours dépend de plusieurs facteurs :

  • le volume de la production et de la demande, lorsque la demande est faible, le cours baisse, car les producteurs ont besoin d'écouler les stocks d'hydrocarbure ;
  • le cours du pétrole (Brent), qui a un impact sur celui du gaz ;
  • la valeur du dollar qui est la devise dans laquelle sont effectués les échanges. Il faut noter que plus le dollar baisse, plus le cours du gaz augmente afin de compenser la dévaluation de la monnaie ;
  • les besoins mondiaux qui sont liés aux températures (le froid fait augmenter la consommation de chauffage, les canicules font fonctionner encore plus les centrales à gaz servant à produire de l'électricité pour alimenter les systèmes de climatisation) ;
  • les spéculations des investisseurs.

Tous ces facteurs font bouger chaque jour le cours du gaz. Les fournisseurs de gaz tels qu’Engie, Total Direct Énergie, Eni, Butagaz ou encore Planète OUI achètent le gaz au cours qu'il est proposé sur le marché. Une forte demande entraîne inévitablement une augmentation du taux, ce qui rend le gaz plus cher.

Pour être sûrs d’être approvisionnés en gaz, les fournisseurs d’énergie signent des contrats à terme avec les producteurs. La durée de ces contrats d’achat s’étend de 5 à 25 ans.

Pourquoi le cours du gaz varie constamment ?

Cours du gaz

Source : TradingView

Comme nous le montrent les différents graphiques publiés chaque jour sur les sites boursiers, le cours du gaz monte et descend en permanence. Nous l’avons vu précédemment, plusieurs facteurs en sont responsables. Voyons quelles sont les raisons.

Service gratuit choisir.com

Etes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop chère ?

Les raisons d'une augmentation du cours du gaz

À l’approche de l’hiver, il n’est pas rare de voir le cours du gaz augmenter, cela pour plusieurs raisons :

  • les fournisseurs d’énergie renouvellent leurs stocks en prévision de jours froids qui influenceront la demande de gaz ;
  • des épisodes consécutifs de froids sont attendus, la demande explose, le cours aussi ;
  • le cours du pétrole (Brent) grimpe, lui aussi en raison de la forte demande des consommateurs ;
  • les coûts d’approvisionnement augmentent.

Les raisons d'une diminution du cours du gaz

Pour les consommateurs, une diminution du cours du gaz est généralement une bonne nouvelle pour leurs finances. Lorsque le gaz est acheté à moindre coût par les fournisseurs d’énergie, les tarifs chutent. Une diminution du cours peut s’expliquer par :

  • une demande moindre en raison des conditions climatiques (hivers doux, notamment) ;
  • des cuves de stockages pleines au niveau des gisements, ce qui pousse les producteurs à vendre moins cher la fourniture afin d’écouler les quantités de gaz disponibles ;
  • les crises mondiales, économiques, sociales ou sanitaires, qui peuvent également faire augmenter le cours du gaz, selon la situation ;
  • une baisse des coûts d’approvisionnement.

L’intérêt pour les acteurs du gaz de conserver des cours compétitifs

Le gaz est une fourniture énergétique qui est en concurrence permanente avec d’autres ressources (énergie nucléaire, éolienne, solaire, etc.). En effet, les clients peuvent choisir à tout moment de ne plus consommer de gaz et de se tourner vers d’autres sources d’énergie pour leurs besoins de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire. Pour cette raison, les tarifs du gaz doivent rester attractifs et ne pas trop s’envoler.

La relation entre le cours du gaz et le prix de la fourniture

Le cours du gaz impacte directement le prix du gaz facturé par votre fournisseur d'énergie. Voici quelques explications.

Les frais liés à l’approvisionnement

L’approvisionnement en gaz est un facteur majeur qui pèse sur le prix du gaz. Dans le monde énergétique, on parle souvent des coûts d’approvisionnement et ceux hors approvisionnement.

Les coûts d’approvisionnement

Ce qui est appelé « coûts d’approvisionnement » représente les dépenses en rapport avec les contrats à long terme conclus avec les producteurs de gaz naturel. Ces coûts servent à couvrir les frais liés à la production tels que :

  • la prospection ;
  • les forages et l’extraction des gisements ;
  • le transport du gaz (terrestre ou maritime) jusqu’aux frontières françaises.

Les coûts d’approvisionnement varient tous les mois, à la hausse ou à la baisse selon le cours du gaz. Ils font donc bouger le prix de la fourniture.

Les coûts hors approvisionnement

Ces frais incluent toutes les dépenses faites sur le territoire à partir des frontières maritimes ou terrestres :

  • frais de transport de gaz depuis les frontières jusqu’aux espaces de stockages ;
  • coûts de la distribution du gaz ;
  • le montant demandé par les gestionnaires de stockage du gaz (Storengy et Teréga sont les entreprises qui stockent le gaz en France) ;
  • les frais liés à la commercialisation (gestion de la clientèle, etc.).

Pour éviter que les frais deviennent trop importants et ne reflètent plus la réalité, la CRE (Commission de régulation de l’énergie) régule chaque coût et fixe des limites à ne pas dépasser.

Le rôle clé du fournisseur de gaz

Pour proposer les meilleurs tarifs du marché à leurs clients, les fournisseurs veillent à acheter le gaz lorsque le cours est bas. Des traders surveillent donc en permanence la cotation de l’hydrocarbure et négocient des contrats à terme avec les producteurs pour profiter de prix attractifs.

Cependant, le rôle du fournisseur énergétique ne se résume pas à seulement acheter du gaz pour le revendre au consommateur. Il doit avant tout :

  • calculer quelle quantité acheter pour subvenir aux besoins futurs des clients. Pour cela, il prend en compte les habitudes de consommations de chaque client ainsi que les annonces climatiques. Une bonne estimation des besoins permet de conserver l’équilibre entre les quantités disponibles et la demande des consommateurs. Un déséquilibre entraînerait des pénalités financières infligées par le gestionnaire de réseau GRDF qui est chargé de distribuer le gaz à travers le territoire ;
  • gérer le stockage du gaz qu’il a acheté et s’assurer qu’il en a suffisamment en cas d’épisodes de froid, par exemple. Si la fourniture venait à manquer, un achat d’urgence sur le marché à court terme, aussi appelé marché Spot, serait alors nécessaire. L’opération, plus coûteuse s’oppose aux contrats à terme qui peuvent être négociés pour en tirer le meilleur prix ;
  • récolter les taxes sur le gaz naturel que sont la TVA, la CTA (Contribution tarifaire d'acheminement) et la TICGN (Taxe intérieure sur les consommations de gaz naturel) pour les reverser ensuite à l’État.

Le cours du gaz et les TRV

Tous les mois, l'État et la Commission de régulation de l’énergie (CRE) fixent ce qu'on appelle les tarifs réglementés de vente de gaz (TRV pour Tarifs réglementés en vigueur). Ces tarifs sont uniquement proposés par les fournisseurs historiques de gaz tels qu’Engie et les différentes Entreprises locales de distribution du gaz (ELD) opérant sur le territoire. Ces compagnies sont donc tenues de respecter le TRV qu'ils appliquent sur les factures de chaque client.

Les TRV sont étroitement liés au cours du gaz. En effet, au début du mois de juillet chaque année, le ministère de la Transition écologique et solidaire et le ministère de l’Économie et des finances publient un arrêté tarifaire qui présente une formule de calcul des TRV. L’arrêté prend en compte :

  • les coûts d’approvisionnement en gaz ;
  • les coûts hors approvisionnement.

La fin des tarifs réglementés du gaz

La loi énergie-climat du 8 novembre 2019 a promulgué la fin des tarifs réglementés du gaz qui sera effective dès le 30 juin 2023. Pour le consommateur particulier bénéficiant des TRV, cela signifie qu’il devra souscrire un nouveau contrat de gaz à compter de cette date, ou avant. Le nouveau contrat pourra être signé chez le fournisseur historique ou auprès d’un fournisseur de gaz alternatif. Comparer les offres de gaz permet dès aujourd’hui de trouver les tarifs les plus intéressants et de faire des économies.

Les offres du marché

Les fournisseurs alternatifs de gaz proposent quant à eux des offres de marchés dont les tarifs sont fixés librement. Ces tarifs compétitifs permettent aux clients consommateurs de comparer les offres de gaz des différents fournisseurs afin de trouver le meilleur prix pour leurs dépenses énergétiques.

Il existe deux types d’offres du marché :

  • l’offre à prix fixe, qui est proposée par la plupart des fournisseurs de gaz alternatifs : elle permet au consommateur de bénéficier d’un prix du gaz identique durant toute la durée de son contrat ;
  • l’offre à prix indexé qui suit l’évolution des tarifs réglementés du gaz et qui peut évoluer plusieurs fois par an.

Pour fixer leurs prix, les fournisseurs prennent évidemment en compte le cours du gaz et les coûts d’approvisionnement et de commercialisation. Ils se fient également aux TRV afin de rester compétitifs pour attirer de nouveaux clients et conserver les anciens.

L’évolution du cours du gaz naturel en France

Pour se rendre compte des fluctuations du cours du gaz, il est nécessaire de comparer son prix sur plusieurs années.

L’évolution du prix du gaz entre 2015 et 2021

Avec des cours qui varient chaque jour et des prix chaque mois, les clients consommateurs de gaz voient leurs factures évoluer constamment. Voici comment le prix du MWh a progressé de 2015 jusqu’à aujourd’hui.

Prix du MWh de 2015 à aujourd’hui

Source : CRE

Il était élevé en janvier 2015, les cours grimpant facilement durant la période hivernale. Un pic a été observé durant la canicule de l’été 2018.

Les évènements qui ont modifié le cours du gaz

Nous l’avons dit, le cours du gaz fluctue constamment, au gré de l’offre et de la demande, mais aussi des évènements majeurs que rencontrent les pays importateurs ou exportateurs.

Les évènements climatiques, tels que les pics de froid ou de chaleur, entraînent des hausses, comme :

  • la vague de froid qui a touché l’Europe au début de l’année 2018, vidant les stocks de gaz et entraînant une flambée des prix ;
  • la canicule de l’été 2018 qui a conduit à une hausse de la productivité des centrales au gaz pour fournir encore plus d’électricité servant à alimenter les systèmes de climatisation.

Dans un autre temps, les hivers cléments conduisent à des baisses importantes. Mais le climat n’est pas le seul à bouleverser les cours du gaz. En parallèle, d’autres évènements au cours de ces dernières années ont également impacté le prix du gaz, faisant baisser le cours. Imbriqués les uns dans les autres, nous pouvons citer par exemple :

  • l’importation massive de GNL et l’hiver doux qui a marqué fin 2018 et début 2019 ;
  • le ralentissement économique mondial fin 2019 suite à l’épidémie de coronavirus qui a d’abord touché la Chine ;
  • l’hiver doux de 2019/2020, occasionnant un stockage record de gaz ;
  • la crise sanitaire mondiale due à la COVID-19 qui a affecté l’année 2020, entraînant une baisse de la demande de gaz, en particulier des gros consommateurs, tels que les usines.

Le constat est sans appel, le cours du gaz monte au moindre évènement et le prix auquel il est revendu suit cette tendance. Il est donc impossible de prévoir à l’avance la tendance exacte des cours du gaz.

Le prix du gaz en France et en Europe ces dernières années

Voici les données semestrielles du prix du gaz pour les clients résidentiels de différents pays européens. Les prix sont donnés pour un kilowattheure.

Pays 2016 S1* 2016 S2** 2017 S1* 2017 S2** 2018 S1* 2018 S2** 2019 S1* 2019 S2** 2020 S1*
France0,05030,05200,04790,05210,04810,05530,05270,06060,0566
Italie0,04740,05290,04490,05580,04590,06210,04770,06100,0440
Pays-Bas0,03750,03980,03560,03990,03790,04160,04070,04440,0402
Espagne0,05360,06850,05280,06920,05260,06990,05480,07830,0532
Suède0,06090,06290,06820,06150,06460,07070,06740,06650,0665
Ukraine0,01510,01980,01930,01810,01740,02070,02230,01890,0151
*S1 : 1er semestre**S2 : 2e semestre. Sources : Eurostat

Pour la plupart des pays, les tarifs sont similaires. Quelques pays se démarquent, comme les Pays-Bas qui bénéficient de gisements gaziers et qui exportent la fourniture, en France notamment. L’Ukraine et sa proximité avec les producteurs russes pourraient expliquer des tarifs bas par rapport à ceux constatés en France ou en Espagne, par exemple.

Comment ne plus subir les variations du cours du gaz ?

La variation du cours du gaz, et par conséquent du prix pratiqué par les différents fournisseurs énergétiques, a une répercussion directe sur la facture des consommateurs finaux. Pour ne plus subir ces variations ou les atténuer, plusieurs solutions existent.

Comparer les offres des fournisseurs

De manière générale, les tarifs réglementés du gaz figurent parmi les plus hauts sur le marché. En effet, les fournisseurs alternatifs concurrencent les fournisseurs historiques de gaz tels qu’Engie et les ELD en proposant des tarifs plus bas.

Pour profiter d’un coût inférieur par rapport aux TRV, il est donc nécessaire de comparer les tarifs pratiqués par les différents acteurs du marché. Il est également important de prendre en compte :

  • le coût de l’abonnement mensuel ou annuel ;
  • les frais liés aux différents services proposés (suivi de consommation en ligne, facture papier, prélèvement mensuel, etc.).

Choisir une offre à prix fixe

Une offre à prix fixe est aussi un bon moyen de ne pas subir la fluctuation du cours du gaz. Cependant, les tarifs proposés sont souvent supérieurs à ceux indexés, car le coût est lissé sur toute l’année. Cela permet aux fournisseurs de ne pas vendre le gaz à perte.

Est-il possible de résilier un contrat de gaz à tout moment ?

Dès lors que votre consommation annuelle de gaz naturel n’excède pas les 30 MWh, ce qui est généralement le cas pour un client résidentiel, vous avez la possibilité de résilier votre contrat ou changer de fournisseur à tout moment. L’opération est gratuite, quel que soit votre fournisseur de gaz, et n’occasionne aucune coupure de fourniture.

Vous savez désormais tout ce qu’il faut savoir sur le cours du gaz, comment il est fixé, ce qui le fait évoluer, mais aussi comment il a bougé ces dernières années. Ces explications vous serviront à comprendre pourquoi les tarifs du gaz augmentent et baissent plusieurs fois dans l’année. Vous pourrez ainsi décider vers quel fournisseur de gaz et quelle offre tarifaire vous tourner pour dépenser moins. Si vous souhaitez de l’aide pour vos démarches, n’hésitez pas contacter l’un des conseillers Choisir.com par téléphone.

Service gratuit

Etes-vous sûr de ne pas payer votre gaz trop cher ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture de gaz

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

vous préférez être rappelé ?

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h