Choisir.com - Comparez, économisez.
rappel gratuit

Quelle est la consommation d’énergie d’un sèche-serviettes ?

Le sèche-serviette est un appareil installé dans les salles de bain et permettant de sécher rapidement les serviettes. Il peut également être utilisé comme un radiateur classique, pour chauffer la pièce. Différents modèles de sèche-serviette existent sur le marché : les sèche-serviette électriques, à eau chaude ou mixtes. Chacun de ces modèles, est également divisé en différents types de sèche-serviette dont les fonctionnement varient. Il est important de se renseigner sur leurs caractéristiques avant d’en équiper sa salle de bain. En effet, le fonctionnement, l’installation, ainsi que la consommation d’énergie ne sont pas les mêmes pour tous les modèles. Quel sèche-serviette choisir ? Combien d’énergie consomme-t-il ? Retrouvez les réponses à ces questions dans notre article dédié.

Consommation électrique sèche-serviettes

Qu’est-ce qu’un sèche-serviettes ?

Chauffer sa salle de bain est essentiel pour le confort des occupants d’un logement. L’Agence de la transition énergétique (Ademe) recommande de chauffer les salles de bain à 18 °C lorsqu’elles ne sont pas utilisées et aux alentours de 22 °C avant une douche ou un bain. De plus, cette pièce étant très humide, il est important de bien la chauffer afin d’éviter les problèmes de moisissures qui pourraient survenir.

Le sèche-serviettes a l’avantage d’avoir une fonction double-emploi :

  • il permet de chauffer les serviettes afin que celles-ci ne restent pas humides et soient bien chaudes à la sortie de la douche ;
  • il peut chauffer la pièce comme un radiateur classique.

Sèche-serviettes : pour quelles salles de bain ?

Dans les salles de bain de plus de 12 m², il est recommandé de conserver son radiateur classique, car le sèche-serviettes ne suffit pas pour une surface importante. Dans ce cas, il ne remplit pas sa fonction de chauffage de la pièce. Toutefois, il peut permettre d’obtenir des serviettes chaudes et les sèche rapidement. Les salles de bain de plus petites tailles, quand à elles, peuvent se contenter d’un sèche-serviettes comme chauffage et n’ont pas besoin d’y ajouter un autre radiateur.

Quels sont les différents modèles de sèche-serviettes ?

Il existe différents modèles de sèche-serviettes sur le marché. Ils ne fonctionnement pas tous de la même manière et, par conséquent, ne consomment pas la même quantité d’électricité.

Le sèche-serviettes électrique

Le fonctionnement de ce type de sèche-serviettes est basé sur la résistance qui permet de chauffer l’appareil. Il existe quatre modèles de sèche-serviettes électriques.

Le sèche-serviettes à inertie sèche

Ce modèle est équipé d’une résistance électrique permettant de chauffer le corps de chauffe, généralement composé de céramique, de fonte ou de pierre de lave. Il peut être simplement branché sur un système électrique. Sa bonne inertie est son avantage principal puisqu’il reste chaud pendant un certain temps, même après avoir été éteint.

Le sèche-serviettes à inertie fluide

Contrairement au modèle précédent, ce sèche-serviettes ne chauffe pas un corps de chauffe solide, mais liquide. Il s’agit d’un fluide caloporteur (souvent de l’huile) circulant à l’intérieur des tubes qui constituent le radiateur. Il a l’avantage de chauffer rapidement par rapport au sèche-serviettes à inertie sèche.

Le sèche-serviettes rayonnant

Il est composé d’une plaque située à l’arrière de l’appareil et dans laquelle se trouve un réseau de résistances servant à chauffer le sèche-serviettes. Les supports permettant de poser les serviettes sont alors fixés sur cette plaque. S’il est esthétique et qu’il permet de chauffer rapidement, il s’agit également du modèle le plus gourmand en énergie.

Le sèche-serviettes soufflant

Ce modèle est idéal pour les petites salles de bain dans lesquelles il n’y a pas l’espace nécessaire pour installer un sèche-serviettes classique. Il fonctionne grâce à un caisson métallique, ouvert sur le dessus et le dessous, qui chauffe l’air ambiant à l’aide d’une résistance. Cette dernière est chauffée à très haute température. L’air chaud est ensuite diffusée dans la pièce grâce au ventilateur.

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?

Le sèche-serviettes à eau

Il se raccorde au chauffage central ou au circuit d’eau chaude. Les consommateurs dont le logement est équipé d’une pompe à chaleur (PAC) peuvent également l’utiliser pour chauffer leur chauffe-serviettes à eau. Il consomme moins d’énergie qu’un sèche-serviettes électrique. Cependant, il faut noter qu’une fois que le chauffage central est coupé, l’appareil ne peut plus fonctionner. Cela peut donc être un inconvénient lors des mi-saisons quand les serviettes mettent encore un peu de temps à sécher, mais qu’il n’est plus nécessaire d’allumer le chauffage.

Le sèche serviettes mixte

Ce modèle permet de retrouver les avantages des sèche-serviettes électriques et à eau couplés en un seul appareil. En effet, le sèche-serviettes mixte est branché sur le chauffage central, comme le modèle à eau. Toutefois, à la mi-saison, il peut être raccordé à l’électricité afin de fonctionner même quand le chauffage central n’est pas actif. L’appareil peut également fonctionner grâce aux deux systèmes en simultané. En cas de forte demande, l’électrique peut donc venir renforcer la chaudière afin de produire la chaleur nécessaire. Il est recommandé de s’équiper d’un sèche-serviettes mixte si vous avez une chaudière dans votre logement.

Les différents modèles de sèches-serviettes : avantages et inconvénients

Type de sèche-serviettesAvantagesInconvénientsPrix (en €)
Sèche-serviettes électriqueA inertie sèche– Bonne inertie ;
– bonne restitution de la chaleur ;
– installation simple (branchement électrique) ;
– autonome par rapport au chauffage central ;
– nombreux modèles et designs ;
– peu cher à l’achat ;
– peut être équipé d’une option ventilo (ou soufflerie) afin de chauffer rapidement la pièce (+ 3 à 4 °C en quelques minutes).
– Energivore ;
– montée lente de la température.
Entre 100 et 1 000 €
A inertie fluide– Bonne inertie ;
– temps de chauffe rapide ;
– installation simple (branchement électrique) ;
– autonome par rapport au chauffage central ;
– nombreux modèles et designs ;
– peu cher à l’achat ;
– peut être équipé d’une option ventilo (ou soufflerie) afin de chauffer rapidement la pièce (+ 3 à 4 °C en quelques minutes).
– Energivore.
Rayonnant– Chauffe rapidement ;
– esthétique ;
– peu cher à l’achat.
– Très gourmand en énergie.
Soufflant– Convient aux petits espaces ;
– chauffe très rapidement la pièce ;
– peu cher à l’achat.
– Très gourmand en énergie ;
– aucune inertie ;
– ne chauffe pas beaucoup les serviettes.
Sèche-serviettes à eau– Peu gourmand en énergie car raccordé au chauffage central.– Cesse de fonctionner si le chauffage central est arrêté ;
– installation plus lourde que pour les modèles électriques : nécessite le raccordement au chauffage central (plomberie) ;
– nécessite d’être purgé comme les radiateurs.
Entre 200 et 1 300 €
Sèche-serviettes mixte– Combine les deux systèmes de fonctionnement (électrique et eau) ;
– ne dépend pas uniquement du chauffage central et permet un bon confort toute l’année ;
– peu gourmand en énergie car il est raccordé au chauffage central.
– Installation plus lourde que pour les modèles électriques : nécessite le raccordement au chauffage central et au réseau électrique ;
– consomme plus d’énergie qu’un modèle à eau.
Entre 200 et 1 000 €

Qu’est-ce que l’inertie ?

L’inertie thermique est la capacité d’un chauffage à garder une température constante. Ainsi, l’appareil peut diffuser de la chaleur de manière durable et en conservant une température identique.

Combien d’électricité consomme un sèche-serviettes ?

Il est possible d’évaluer le coût de la consommation électrique de son sèche-serviettes grâce à quelques éléments :

  • le prix du kWh d’électricité (en fonction du contrat souscrit par le consommateur) ;
  • la puissance de l’appareil ;
  • la durée d’utilisation du sèche-serviettes.

A partir de ces éléments, il est possible de réaliser deux calculs afin de connaître la consommation de son sèche-serviettes. Par exemple, avec un appareil d’une puissance de 1 000 watts (W) et un compteur d’une puissance de 6 kilovoltampères (kVA) en tarif Base chez EDF (en mars 2021) :

  1. Afin d’obtenir la consommation en kWh sur un an d’un sèche-serviettes :
    nombre d’heures d’utilisation x nombre jours d’utilisation x (puissance appareil en watts / 1000) = nombre kWh
    Par exemple, pour un sèche-serviettes d’une puissance de 1 000 W, utilisée 4 heures par jour et pendant 160 jours :
    4 x 160 x (1000 / 1000) = 640 kWh ;
  2. Afin de connaître le coût de la consommation annuelle de ce sèche-serviettes, il est possible de faire le calcul suivant :
    prix du kWh x consommation en watts = consommation annuelle en euros
    Par exemple, pour un sèche-serviettes consommant 640 kWh/an avec le tarif réglementé de l’électricité en vigueur en mars 2021 :
    0,1582 x 640 = 101,82 €.

Le coût annuel de chauffage avec ce sèche-serviettes est donc de 101,82 €.

Attention, ce calcul ne prédit pas le coût exact de la consommation annuelle du sèche-serviettes, mais uniquement une estimation. En effet, la consommation réelle repose sur de nombreux éléments, dont :

  • le prix du kWh d’électricité : vous pouvez choisir de profiter des offres à prix avantageux proposées par les fournisseurs alternatifs. En effet, les concurrents d’EDF commercialisent des offres à prix réduit par rapport au tarif réglementé de l’électricité. Il est donc possible de payer son électricité moins chère ;
  • la température souhaitée dans sa salle de bain ;
  • l’isolation du logement : si le logement est bien isolé, les déperditions de chaleur sont moins importantes ;
  • le nombre de fenêtres, de portes et de parois donnant sur l’extérieur : ils augmentent également la déperdition de chaleur ;
  • la superficie de la salle de bain ;
  • le nombre d’occupants du logement ;
  • la région et l’altitude où se situe l’habitation ;
  • la date de construction du logement.

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop chère ?

faire une simulation

Comment choisir son sèche-serviettes ?

Si le type de sèche-serviettes est un élément essentiel à prendre en compte avant son achat, il est également important de se pencher sur certaines de ses caractéristiques. Ces informations peuvent notamment permettre de se renseigner sur les performances énergétiques des appareils.

La puissance

Il est important de choisir un sèche-serviettes d’une puissance adaptée à sa salle de bain. En général, la puissance conseillée est comprise entre 120 et 150 W/m².

Le calcul à réaliser pour connaître la puissance nécessaire prend en compte les déperditions entraînées par la chaleur qu’absorbent les serviettes mouillées. Par conséquent, 100 Watts sont ajoutés. Par exemple, si la salle de bain fait 11 m² : (11 x 120) + 100 = 1 420. Il est alors recommandé de choisir un sèche-serviettes d’au moins 1 420 W.

Attention, il existe des sèche-serviettes dont la puissance est relativement faible et dont les prix sont moins élevés que pour des modèles plus puissants. Par exemple, le prix d’un appareil d’une puissance de 300 W est moins important que celui dont la puissance s’élève à 1 500 W. Toutefois, ses performances ne permettront pas à l’appareil de chauffer la pièce, même si la salle de bain est petite. Les sèche-serviettes dont les puissances sont si peu élevées ne conviennent donc pas pour équiper sa salle de bain d’un chauffage. Cependant, ils peuvent permettre de sécher les serviettes.

Certains appareils atteignent 2 000 W de puissance. Il est recommandé de choisir son sèche-serviettes et sa puissance en fonction de la superficie de la pièce dans laquelle il doit être installé. En effet, si un appareil de 2 000 W est installé dans une petite salle de bain de 10 m², il risque d’y avoir un problème de surconsommation. A l’inverse, si la puissance est trop faible, l’appareil risque d’être en surrégime et de consommer plus que nécessaire. Il est également important de prendre en compte le nombre de serviettes qui seront à sécher sur l’appareil. En effet, plus elles seront nombreuses, plus la puissance nécessaire sera importante puisqu’elles entraînent une déperdition de chaleur.

A quelle norme se reporter ?

Comme les radiateurs classiques, les sèche-serviettes ne disposent pas d’étiquettes énergie, ni de classes énergie. Ces étiquettes ont pour objectif de permettre aux consommateurs de retrouver facilement des informations sur les performances énergétiques des appareils d’électroménager. En l’absence de ces étiquettes et classes énergie répondant à des normes européennes, il est tout de même possible de se fier à certains labels :

  • le label éco-conception : il a été mis en œuvre par une directive européenne et impose un certain nombre de normes aux fabricants. Ce label vise notamment à encourager la fabrication de chauffages ayant de meilleures performances énergétiques et dans un meilleur respect de l’environnement ;
  • la norme NF Electricité Performance : elle a pour but d’apporter des informations sur la performance de certains systèmes de chauffage. Les appareils porteurs de ce label NF comportent un niveau de performance, classé selon 4 catégories :
    • 1 étoile : les performances énergétiques sont moyennes,
    • 2 étoiles : le chauffage apporte une chaleur stable et il est économique,
    • 3 étoiles : la chaleur produite est très stable et l’appareil consomme peu d’énergie,
    • 3 étoiles et 1 œil : il est attribué seulement aux radiateurs ayant des performances énergétiques excellentes.

NF Electricité Performance : un label français

Il est important de noter que le label NF Electricité Performance est un label français. De ce fait, certains appareils fabriqués à l’étranger ne comportent pas ce label, mais peuvent avoir des performances équivalentes aux appareils portant le label NF Electricité Performance.

Service gratuit

Réduisez votre facture d’électricité et gaz

Nos experts énergie vous aident à économiser jusqu’à 200 € sur votre facture gaz et électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?

L’installation et les normes à respecter

Selon la norme NF C15-100, plusieurs règles de sécurité sont imposées aux appareils électriques installés dans des pièces humides, comme les salles de bain. Quatre différentes zones de sécurité sont définies par cette norme :

  • zone 0 : l’intérieur de la baignoire ou du bac de douche ;
  • zone 1 : l’emplacement de la douche ou de la baignoire, comme les murs et plafonds autour. Il est donc impossible d’installer son sèche-serviettes sur les murs entourants sa baignoire ;
  • zone 2 : un espace de 60 cm autour des points d’eau ;
  • zone 3 : à plus de 60 cm des points d’eau.

Les appareils électriques peuvent être installés en zone 3. Il peut s’agir d’un sèche-serviettes, mais également d’une prise électrique permettant de brancher un sèche-cheveux, par exemple. Toutefois, sous certaines conditions, il est possible d’installer un appareil électrique en zone 2. Ces appareils doivent impérativement comporter une très bonne isolation (classe II), ainsi qu’une très bonne étanchéité (indice IP3X).

Comment réaliser des économies d’énergie avec son sèche-serviettes ?

Grâce à quelques astuces simples, il est possible de faire baisser la consommation d’électricité liée au chauffage de son logement. Un simple changement de fournisseur peut également permettre de faire rapidement des économies sur ses factures d’énergie.

Comment réduire la consommation de son sèche-serviettes ?

D’après l’Ademe, le chauffage représente 66 % des consommations énergétiques des Français. Il est donc essentiel de maîtriser les consommations d’énergie liées à son chauffage. Si le sèche-serviettes n’est pas l’appareil de chauffage qui consomme le plus d’électricité dans un logement, selon les modèles, il peut tout de même faire grimper la facture. Quelques gestes simples permettent de limiter le coût de la consommation électrique de cet appareil :

  • choisir un sèche-serviettes équipé d’un thermostat : certains modèles de sèche-serviettes électriques sont équipés d’un thermostat. Cette option peut permettre de réguler la température et de réaliser des économies en choisissant avec précision la température à laquelle chauffer sa salle de bain ;
  • choisir un sèche-serviettes programmable : cette option peut être particulièrement utile pour une salle de bain. En effet, cette pièce est utilisée ponctuellement et ne nécessite pas d’être chauffée de la même manière toute la journée. Programmer l’appareil peut donc être judicieux afin d’anticiper la montée de la température dans la pièce. Ainsi, la mise en marche du sèche-serviettes est programmée à des heures fixes. Il est également possible, avec certains modèles, de le faire par plusieurs paliers avec une montée rapide de la température avant l’utilisation de la salle de bain, le maintien de la température pendant son utilisation, puis le chauffage des serviettes avec une température plus basse ;
  • ne pas recouvrir complètement l’appareil de serviettes et de peignoirs : dans ce cas, il séchera le linge disposé dessus, mais ne pourra pas chauffer la pièce puisque la chaleur n’y sera pas diffusée correctement ;
  • ne pas installer son sèche-serviettes sous le système de ventilation ou trop près d’une fenêtre : la proximité avec une source d’aération entraînerait des déperditions de chaleur et vous pousserait à chauffer plus que nécessaire afin de compenser cette perte ;
  • baisser la température de son sèche-serviettes : une différence d’un ou deux degrés peut réduire significativement les factures d’électricité. Il est donc recommandé de diminuer légèrement la température de son logement. Cette différence ne se fait pas sentir du point de vue du confort. En revanche, elle se répercutera sur vos factures d’électricité.

Comment faire des économies en changeant de fournisseur d’énergie ?

Changer de fournisseur d’énergie est une manière simple et rapide de réaliser des économies sur ses factures d’énergie. En effet, depuis l’ouverture du marché en 2007, les consommateurs peuvent choisir leur fournisseur et profiter de prix avantageux. Depuis cette date, de nombreux fournisseurs alternatifs sont arrivés sur le marché avec des offres à prix compétitifs, proposant des remises sur le prix du kWh et/ou sur l’abonnement par rapport aux tarifs réglementés.

Le changement de fournisseur est une démarche très simple et gratuite. De plus, tous les contrats d’énergie en France sont sans engagement. En cas d’insatisfaction chez votre nouveau fournisseur, vous pouvez donc en changer à tout moment.

Face à la multitude d’offres et de fournisseurs sur le marché, il peut être difficile de faire un choix. Vous pouvez joindre un conseiller Choisir.com au téléphone afin de profiter d’un accompagnement dans ce choix et dans vos démarches de souscription. Notre comparateur d’électricité en ligne peut également vous permettre de comparer les différentes offres et de trouver la plus adaptée à vos habitudes de consommation. Seulement quelques informations suffisent pour obtenir les offres correspondant à votre profil (surface du logement, nombre d’habitants, etc.).

Retrouvez dans le tableau ci-dessous le prix du kWh pour quelques offres d’électricité compétitives en 2021.

Fournisseurs alternatifs – Comparaison des prix du kWh (en €) en option Base selon la puissance souscrite (mars 2021)

Puissance souscrite (en kVA)EDF – Tarif BleuTotalEnergies – Offre OnlineEngie – Offre Ajust fixe 2 ansHapp’e – Offre Classique (la 1re année)
3 kVA0,1582 €0,1463 €0,1606 €0,1463 €
6 kVA
9 kVA0,1630 €0,1507 €0,1655 €0,1506 €
12 kVA
15 kVA
18 kVA
24 kVA
30 kVA
36 kVA

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?