Choisir.com - Comparez, économisez.
rappel gratuit

Quel système de chauffage est le plus économique ?

Un système de chauffage est l’association d’un système de diffusion de la chaleur, comme un radiateur, et d’un système de production de la chaleur, comme une chaudière. Pour déterminer quel système de chauffage est le plus économique, il faut donc déterminer le coût à l’installation et les performances à l’usage de l’un et de l’autre. Le coût de l’énergie utilisée pour alimenter le système de chauffe joue également un rôle central pour répondre à la question posée.

système de chauffage économique

Le coût des systèmes de diffusion de la chaleur

Pour savoir quel système de chauffage est le plus économique, commençons par déterminer le coût à l’achat des différents systèmes de diffusion de la chaleur en le pondérant avec le confort thermique conféré par chacun. On peut classer les systèmes de diffusion de la chaleur en 5 grandes catégories :

  • les radiateurs électriques ;
  • les radiateurs à eau ;
  • les planchers chauffants électriques ou hydrauliques ;
  • les réseaux de gaines ;
  • les splits.

Les radiateurs électriques

Les radiateurs électriques représentent sans doute le système de chauffage le plus simple à installer et le moins coûteux à l’achat, d’autant plus qu’ils n’ont pas besoin d’être alimentés par un système de chauffe. Directement branchés au secteur, les radiateurs électriques produisent eux-mêmes la chaleur qu’ils diffusent.

En revanche, les radiateurs électriques offrent un confort thermique relativement moyen, même pour les radiateurs à inertie ou rayonnants les plus performants.

On distingue trois grandes familles de radiateurs électriques :

  • les convecteurs électriques à convection naturelle ou forcée : la chaleur est produite par une résistance électrique puis transférée à l’air ambiant de façon naturelle ou forcée avec un mécanisme type ventilateur.
    Prix moyen : de 100 à 200 euros l’unité ;
  • les radiateurs électriques à inertie : la chaleur est produite par une résistance électrique puis transférée à un matériau de type céramique ou à un liquide caloporteur qui la stocke et la diffuse lentement.
    Prix moyen : de 300 à 1 200 euros l’unité ;
  • les radiateurs rayonnants : la chaleur est diffusée dans la pièce via des rayons infrarouges qui permettent d’augmenter la portée de chauffe et d’améliorer le confort thermique par rapport aux convecteurs classiques.
    Prix moyen : de 200 à 1 500 euros l’unité.

Coût moyen à l’installation pour une maison de 100 m² : de 700 à 10 000 € TTC en fonction du type de radiateur choisi et de leur puissance.

Les radiateurs à eau

Les radiateurs à eau sont souvent le mode de diffusion de la chaleur privilégié pour les systèmes de chauffage central à eau. Ils sont alimentés par un circuit de distribution d’eau chaude relié au système de chauffe, comme une chaudière.

On distingue trois principaux systèmes de distribution :

  • le système monotube : l’eau de chauffe est acheminée vers les radiateurs puis retournée au système de chauffe via un seul circuit, en cuivre le plus souvent, ce qui ne permet pas un réglage très précis de la température pièce par pièce.
    Coût moyen à l’installation pour une maison de 100 m² : de 4 000 à 6 000 € TTC ;
  • le système bitube : constitué d’un premier circuit pour distribuer l’eau chaude et d’un second pour récupérer l’eau tiède, ce système est plus performant que le monotube mais la tuyauterie étant plus longue, son coût est également plus élevé. Ce système peut également occasionner des déperditions de chaleur.
    Coût moyen à l’installation pour une maison de 100 m² : de 6 000 à 8 000 € TTC ;
  • le système « pieuvre » : chaque radiateur bénéficie d’un circuit indépendant d’alimentation directement relié au système de chauffe, ce qui permet d’éviter les déperditions de chaleur et de régler précisément la température de chaque radiateur. L’utilisation du PER (polyéthylène réticulé), un matériau peu cher, rend ce système plus accessible que le système bitube pour une efficacité pourtant meilleure.
    Coût moyen à l’installation pour une maison de 100 m² : de 4 000 à 6 000 € TTC.

En ce qui concerne le prix des radiateurs à eau, il s’échelonne de 30 à 2 000 euros pièce en fonction de leurs dimensions et de leur design principalement. Comptez au moins un radiateur par pièce et jusqu’à deux pour les pièces supérieures à 25 m², soit au total pour une maison de 100 m², de quelques centaines à plusieurs milliers d’euros.

Les planchers chauffants

Dissimilés sous les sols, les planchers chauffants permettent de chauffer une pièce de façon douce et homogène.

On distingue deux types de planchers chauffants :

  • le plancher chauffant hydraulique : constitué d’un réseau de tuyaux en polyéthylène permettant de faire circuler de l’eau chaude, il est alimenté par un système de production d’eau chaude.
    Coût moyen d’installation pour une maison de 100 m² : 7 000 à 10 000 € TTC ;
  • le plancher chauffant électrique : constitué d’un réseau de câbles chauffants, ou trame chauffante, il est relié à un boîtier d’alimentation lui-même alimenté en électricité directement depuis le tableau électrique.
    Coût moyen d’installation pour une maison de 100 m² : 3 500 à 6 000 € TTC.

Si contrairement aux planchers chauffants hydrauliques, les planchers chauffants électriques n’ont pas besoin d’être alimentés par un système de chauffe, ils confèrent un confort thermique moindre et ont tendance à assécher l’air. Ils affichent également une moins bonne inertie thermique.

Les réseaux de gaines

Un réseau de gaines est un système qui permet de distribuer de l’air chaud dans chaque pièce d’un logement via des gaines dissimulées dans les parois ou les faux plafonds. La chaleur est produite par un système de chauffe puis soufflée dans les gaines via une centrale de diffusion. L’air chaud est ensuite expulsé dans chaque pièce via des diffuseurs ou des bouches de soufflage.

L’installation d’un réseau de gaines, qui occupe un volume relativement important, est plutôt indiquée dans le neuf.

Coût moyen à l’installation pour une maison de 100 m² : entre 8 000 et 10 000 € TTC (centrale de diffusion comprise).

Les splits

Alimentés par une pompe à chaleur, les splits ventilent de l’air chaud dans les pièces du logement. Ils diffusent une chaleur douce et agréable en permettant une montée rapide en température. Comptez en règle générale entre 2 000 et 5 000 € pour un split d’une puissance de 3 000 W qui couvre les besoins d’une pièce de 25 m².

Notez que l’installation d’un split est relativement aisée et ne nécessite pas de travaux particuliers.

Coût moyen à l’installation pour une maison de 100 m² : entre 8 000 et 20 000 € TTC.

Conclusion : quel système de diffusion de la chaleur coûte le moins cher ?

À l’achat et à l’installation, et en mettant de côté les modèles les plus haut de gamme, les radiateurs électriques et les planchers chauffants électriques représentent le mode de diffusion de la chaleur le plus économique, et de loin. Sans compter qu’ils fonctionnent de manière autonome et n’ont pas besoin d’être alimentés par un système de chauffe.

Viennent ensuite à égalité les systèmes de chauffage central à eau (radiateurs à eau raccordés à un réseau pieuvre et plancher hydraulique) et le réseau de gaines, dont le coût d’installation est à peu près similaire pour un confort thermique équivalent.

Les splits, bien que faciles à installer, sont bons derniers.

Service gratuit

Réduisez votre facture d’électricité et gaz

Nos experts énergie vous aident à économiser jusqu’à 200 € sur votre facture gaz et électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?

Le coût des systèmes de chauffe

Mis à part les systèmes électriques qui sont autonomes, les systèmes de diffusion de la chaleur présentés ci-dessus doivent être alimentés en eau chaude ou en air chaud par un système de chauffe : chaudière, pompe à chaleur, etc.

Pour déterminer quel système de chauffe est le plus économique, il faut prendre en compte son prix à l’achat et le mettre en rapport avec son rendement, c’est-à-dire la quantité de chaleur produite pour un kWh d’énergie consommé.

Les chaudières

Les chaudières sont les systèmes de chauffe les plus courants. En brûlant un combustible, elles permettent de produire de l’eau chaude ou de l’air chaud qui est ensuite utilisé pour alimenter un système de diffusion de chaleur. Le coût d’une chaudière à l’achat dépend de son type (standard, à condensation, basse température), du type de combustible qui l’alimente (gaz, fioul, bois, etc.) et de sa puissance.

Pour déterminer quelle chaudière est la plus intéressante d’un point de vue économique, il faut mettre en rapport le prix à l’achat avec son rendement. Exprimé en pourcentage, le rendement correspond à la quantité de chaleur produite en kWh pour chaque kWh d’énergie consommé. Concrètement, une chaudière avec un rendement de 90 % produit 0,9 kWh de chaleur pour 1 kWh d’énergie consommé.

Retrouvez dans le tableau ci-dessous le prix moyen des différents types de chaudière et leur rendement :

Type de chaudièrePrix moyen à l’achat
(en € TTC)
Rendement moyen
(en pourcentage)
Chaudière électriqueStandardDe 1 000 à 5 000 € TTC100 %
Basse températureDe 3 000 à 7 000 € TTC105 %
À condensationDe 4 000 à 8 000 € TTC110 %
Chaudière au charbon standardDe 1 000 à 5 000 € TTC85 %
Chaudière au fioulStandardDe 2 000 à 4 000 € TTC85 %
Basse températureDe 4 000 à 8 000 € TTC95 %
À condensationDe 5 000 à 8 000 € TTC110 %
Chaudière au gazStandardDe 500 à 3 000 € TTC85 %
Basse températureDe 2 000 à 5 000 € TTC95 %
À condensationDe 2 500 à 6 000 € TTC115 %
Chaudière au bois
(bûches, plaquettes ou granulés)
StandardDe 2 000 à 10 000 € TTC80 %
Basse températureDe 6 000 à 18 000 € TTC90 %
À condensationDe 10 000 à 20 000 € TTC105 %
Chaudière biomasse standardDe 1 500 à 25 000 € TTC90 %
Chaudière hybrideDe 3 000 à 35 000 € TTCDe 105 % à plus de 400 % pour une chaudière hybride à condensation-PAC

Modes de diffusion compatibles avec une chaudière :

  • radiateurs à eau ;
  • plancher chauffant hydraulique ;
  • réseau de gaines.

Notez qu’au prix d’achat de la chaudière, il faut ajouter le coût d’installation qui varie de 1 000 à 2 000 € TTC, voire davantage, en fonction du modèle et de la configuration des lieux. Pour les chaudières à combustion, c’est-à-dire tous les modèles de chaudière mis à part la chaudière électrique, vous devrez prévoir une évacuation des fumées vers l’extérieur via une simple cheminée ou via la pose d’un conduit d’évacuation à ventouse.

Comment est-il possible d’avoir un rendement supérieur à 100 % ?

Les chaudières à condensation affichent un rendement supérieur à 100 % et jusqu’à 115 % pour une chaudière à condensation au gaz. Cela signifie qu’elles produisent davantage d’énergie qu’elles en consomment. Cela est rendu possible par la récupération de l’énergie thermique issue de la condensation des fumées de combustion.

Les pompes à chaleur

Alimentée en électricité, une pompe à chaleur, ou PAC, extrait des calories de l’air extérieur ou du sous-sol pour les restituer à de l’eau de chauffe ou directement à l’air intérieur du logement via un échangeur de chaleur. Peu gourmandes en énergie, elles affichent un rendement (ou coefficient de performance énergétique – COP) au minimum deux fois supérieur à celui des meilleures chaudières.

Coûteuses à l’achat, les PAC représentent à l’usage le système de chauffe le plus économique du marché.

Retrouvez dans le tableau ci-dessous les prix moyens à l’achat et les rendements des différents types de pompe à chaleur :

Type de pompe à chaleurPrix moyen à l’achat
(en € TTC)
Rendement moyen
(en pourcentage)
PAC air-airDe 5 000 à 10 000 € TTCDe 200 à 300 %
PAC air-eauDe 8 000 à 20 000 € TTCDe 300 à 400 %
PAC géothermiqueDe 20 000 à 25 000 € TTCDe 400 à 500 %
PAC géothermique eau-eauDe 30 000 à 40 000 € TTCDe 400 à 500 % et +

Notez que les rendements affichés ci-dessus sont valables pour une température de l’air ambiant ou du sous-sol supérieure à 7 °C. En deçà, les performances d’une pompe à chaleur baissent rapidement. Comme pour les chaudières, comptez de 1 000 à 2 000 € TTC supplémentaires pour l’installation d’une PAC standard et jusqu’à plus de 10 000 € pour l’installation d’une PAC géothermique nécessitant un forage.

Modes de diffusion compatibles avec une pompe à chaleur :

  • radiateurs à eau ;
  • plancher chauffant hydraulique ;
  • réseau de gaines ;
  • splits.

Le chauffe-eau solaire

Relié à des panneaux solaires thermiques, un chauffe-eau solaire permet de chauffer de l’eau qui peut ensuite être stockée puis utilisée pour alimenter un système de chauffage hydraulique. L’énergie du soleil étant gratuite, le rendement d’un chauffe-eau solaire est théoriquement sans limite. Néanmoins, le soleil ne brillant pas toujours au-dessus des toits, un chauffe-eau solaire doit être équipé d’un système d’appoint pour prendre le relais en cas de besoin (résistance électrique, chaudière, pompe à chaleur, etc.).

Comptez en moyenne 1 m² de panneaux solaire thermique pour 10 m² de surface à chauffer (à moduler en fonction de votre situation géographique).

Modes de diffusion compatibles avec une pompe à chaleur :

  • radiateurs à eau ;
  • plancher chauffant hydraulique.

Coût moyen d’un kit solaire thermique pour le chauffage : de 5 000 à 7 000 € TTC pour 10 m² de panneaux.

Conclusion : quel système de chauffe coûte le moins cher ?

Les systèmes de production de chaleur les moins chers à l’achat sont les chaudières standards, à l’électricité, au gaz ou au bois. Cependant, elles affichent un rendement moyen. En optant pour une chaudière moderne ou une pompe à chaleur qui offre de bien meilleurs rendements, l’investissement de départ est plus conséquent mais à l’usage vous consommerez jusqu’à 4 ou 5 fois moins d’énergie. Au bout de quelques mois ou quelques années, vous pourrez vous y retrouver financièrement.

Il est difficile dans l’absolu de déterminer quel système de chauffe est le plus économique. À l’usage, le chauffe-eau solaire ou la pompe à chaleur semble être loin devant les autres systèmes de chauffe. Toutefois : le premier fonctionne avec une énergie intermittente, celle du soleil, et peut difficilement se suffire à lui-même ; la seconde, nous l’avons vu précédemment, coûte très cher à l’achat.

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop chère ?

faire une simulation

Quelle est l’énergie la plus économique à l’usage ?

Pour déterminer quel système de chauffage est le plus économique, il faut prendre le coût à l’installation du système de diffusion (radiateurs, split, etc.) et du système de chauffe (chaudière, PAC, etc.), ce que nous avons fait plus haut. Pour terminer notre enquête, il faut maintenant se pencher sur le coût de l’énergie utilisée pour alimenter l’ensemble, à savoir :

  • électricité ;
  • gaz ;
  • fioul/charbon ;
  • bois ;
  • solaire.

L’électricité

Avec un prix moyen du kWh qui tourne autour de 15 centimes, l’électricité est de loin la plus chère des énergies domestiques. Si vous êtes équipé d’un système de chauffage électrique, planchers chauffant ou convecteurs, même récents, le montant de votre facture d’électricité peut vite s’envoler dès que la température extérieure baisse.

Notez cependant que pour les pompes à chaleur, qui elles aussi ont besoin d’électricité pour fonctionner, leur consommation est suffisamment faible pour qu’elles restent économiquement profitables à l’usage malgré le prix élevé de l’électricité.

Changez de fournisseur pour faire baisser vos factures d’électricité

Si vous êtes contraint de vous chauffer à l’électricité et que vous ne pouvez pas opter pour un système de chauffage plus économique, sachez qu’il est quand même possible de faire baisser votre facture d’électricité en changeant simplement de fournisseur.

Depuis l’ouverture du secteur de l’énergie à la concurrence, de nombreux fournisseurs alternatifs d’électricité vous permettent en effet de bénéficier d’un tarif du kWh jusqu’à 10 % inférieur aux TRV. Pour trouver une offre plus attractive que celle dont vous profitez aujourd’hui, n’hésitez pas à utiliser notre comparateur des fournisseurs d’électricité, un service en ligne totalement gratuit.

Le gaz naturel et le gaz propane

Avec un prix moyen du kWh inférieur à 9 centimes, le gaz naturel est bien plus économique que l’électricité, d’autant plus que les chaudières au gaz récentes affichent un rendement supérieur de 10 à 20 % à celui des radiateurs électriques. Pour la même quantité de chaleur produite, le montant de la facture est quasiment divisé par deux entre l’électricité et le gaz naturel, quel que soit le mode de diffusion.

En revanche, avec un kWh moyen autour de 16 centimes, le prix du gaz propane est proche de celui de l’électricité et bien moins attractif que celui de gaz naturel, d’autant plus qu’il faudra installer une cuve extérieure pour stocker le gaz.

Le fioul

Longtemps resté relativement attractif, le coût du fioul domestique est devenu nettement moins intéressant ces dernières années. Avec un prix moyen du kWh de 10 centimes, le prix de fioul est désormais plus élevé que celui du gaz naturel, sans compter que le rendement d’une chaudière au fioul est légèrement mois bon que celui d’une chaudière au gaz et que le fioul, lui aussi, doit être stocké dans une cuve.

Le charbon

Pour le charbon, qui est de moins en moins utilisé, son prix à l’usage est légèrement plus intéressant que celui du fioul ou même que celui du gaz naturel : autour de 7 centimes le kWh. Toutefois, son stockage prend de la place et est très salissant. La combustion du charbon est également plus polluante que celle de la plupart des autres énergies fossiles.

La fin programmée du chauffage au fioul et au charbon

Les pouvoirs publics ont annoncé qu’il serait interdit d’installer de nouvelles chaudières au fioul ou au charbon à partir de mi-2022 dans des logements neufs. Vous pourrez toujours utiliser votre chaudière au fioul ou au charbon après cette échéance mais vous serez incité à la remplacer avec des dispositifs d’aide. N’hésitez pas à en profiter pour bénéficier d’un système de chauffage plus économique et plus écologique.

Le bois

On estime généralement que le prix moyen d’un kWh issu de la combustion du bois, quel que soit son conditionnement (bûches, palettes, granulé, biomasse, etc.) tourne autour de 4 centimes d’euros, soit plus de deux fois moins cher que le prix d’un kWh de gaz et 4 fois moins cher que celui d’un kWh d’électricité. Sur le papier, se chauffer au bois est plus économique que se chauffer à l’électricité ou même au gaz, et ce malgré un rendement légèrement inférieur des chaudières au bois par rapport à celui des chaudières au gaz.

L’énergie solaire

Avec un prix record de zéro centime le kWh, l’énergie solaire est évidemment l’énergie la moins chère de toute. Son seul inconvénient est son intermittence. La nuit, ou pendant l’hiver lorsque les journées sont courtes et que le soleil se fait discret, elle peut faire défaut. Il vaut mieux alors pouvoir compter sur une seconde énergie pour prendre le relais.

Conclusion : quelle énergie est la moins chère ?

En mettant de côté l’énergie solaire qui est totalement gratuite, le bois, sous toutes ses formes, apparaît comme l’énergie la moins chère.

Si on chasse de ce classement le charbon et le fioul dont l’utilisation est vouée à disparaître à court ou moyen terme, le gaz naturel arrive juste après le bois et loin devant l’électricité qui reste la plus coûteuse des énergies.

Service gratuit

Réduisez votre facture d’électricité et gaz

Nos experts énergie vous aident à économiser jusqu’à 200 € sur votre facture gaz et électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?

À quelles aides pouvez-vous prétendre pour l’achat d’un système de chauffage économique ?

Les systèmes de chauffage les plus économes à l’usage sont aussi souvent les plus coûteux à l’achat. Les aides dont ils bénéficient leur permettent d’être plus accessibles sans pour autant les mettre au même niveau de prix que les systèmes non subventionnés : radiateurs électriques, chauffe-eau solaire, ou chaudière standard.

Retrouvez ci-dessous la liste des systèmes de chauffe éligible aux aides :

  • chaudière au bois ou au gaz à basse température ou à condensation ;
  • PAC, à l’exception des systèmes air-air.

Le montant des aides est souvent proportionnel au prix du système de chauffe et peut atteindre le tiers du prix total. Il doit donc être pris en compte pour déterminer quel chauffage est le plus économique puisqu’il influe significativement sur le coût à l’achat d’un système de chauffe.

À titre d’exemple, pour l’installation d’une pompe à chaleur géothermique ou d’une chaudière au bois dernier cri, vous pourrez percevoir jusqu’à 10 000 euros d’aides financières, voire davantage si vos ressources sont faibles, contre environ 2 000 euros pour une chaudière au gaz à condensation.

Retrouvez ci-dessous les différentes aides auxquelles vous pouvez prétendre pour l’installation d’un système de chauffage offrant une bonne efficience énergétique :

Notez que pour pouvoir bénéficier d’une aide, les travaux d’installation doivent impérativement avoir été réalisés par un professionnel Reconnu garant de l’environnement (RGE).

Faites des économies sans changer de système de chauffage

En adoptant de bonnes pratiques en matière de chauffage, vous pouvez réussir à faire d’importantes économies sans rien changer à votre système de chauffage.

Installer un thermostat connecté, aérer régulièrement votre logement, dépoussiérer les radiateurs ou les filtres, installer un déstratificateur d’air pour les pièces avec une importante hauteur sous plafond : quel que soit votre système de chauffage, ces gestes simples vous permettront d’améliorer grandement ses performances.

Mieux encore, l’isolation des combles ou des murs par l’intérieur ou par l’extérieur peut vous permettre d’améliorer l’efficience énergétique globale de votre logement et de faire baisser significativement le montant de vos factures de chauffage.

Conclusion générale : mention spéciale au chauffage au bois !

Vous l’aurez compris à la lecture de ces lignes, déterminer quel système de chauffage est le plus économique est compliqué. Tout dépend de vos besoins propres et du temps que vous avez devant vous pour amortir le coût total de votre installation.

  • Si votre logement est bien isolé, que vous habitez au sud de la France, le chauffage électrique, grâce à son coût d’installation très peu élevé, restera plus économique que n’importe quel autre système, même sur le long terme.
  • Inversement, si vos besoins de chauffage sont très importants, le choix d’un système hydraulique alimenté par une pompe à chaleur fera baisser très significativement vos factures malgré un investissement de départ conséquent.

Pour faire simple, plus vos besoins en chauffage sont importants, plus vous aurez intérêt à vous tourner vers un système économe à l’usage. Inversement, si vous besoins sont limités, vous aurez plutôt intérêt à vous orienter vers un système peu coûteux à l’installation. Déterminer quel est pour vous le système de chauffage le plus économique revient souvent à trouver un bon équilibre entre le prix à l’achat et le prix à l’usage.

Puisqu’il nous faut quand même désigner un vainqueur, l’association d’un système de diffusion hydraulique, dont le coût à l’installation est abordable, et d’une chaudière au bois à condensation, qui donne droit à des aides importantes et consomme l’énergie la moins chère du marché, pourrait se voir attribuer le titre de système de chauffage le plus économe, tout en offrant un excellent confort thermique.

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?