Choisir.com - Comparez, économisez.
09 71 07 14 93 rappel gratuit

Bloquer son compteur de gaz

Bloquer son compteur de gaz est une solution que certains consommateurs envisagent pour faire face à la hausse du prix du gaz. Toutefois, il est important de savoir que cette solution, permettant de faire des économies sur ses factures d’énergie, est une fraude. Bloquer son compteur gaz volontairement est donc passible de sanctions. Les factures d’énergie représentent une part de plus en plus importante dans le budget des Français. Réduire le montant de ses factures de gaz est donc devenu un enjeu essentiel pour de nombreux foyers. Toutefois, bloquer son compteur de gaz est illégal. En revanche, il existe des solutions légales pour réduire sa consommation et payer son gaz naturel moins cher. Quelles sont les sanctions encourues pour un compteur de gaz bloqué volontairement ? Comment faire des économies sur ses factures de gaz légalement ? Choisir.com répond à toutes vos questions dans cet article dédié.

Bloquer son compteur de gaz

Quelles sont les différentes astuces pour bloquer son compteur gaz ?

Quelques techniques illégales peuvent permettre de bloquer son compteur de gaz. Toutefois, avec les nouveaux compteurs Gazpar, la fraude est devenue plus difficile, voir impossible.

Avec un compteur de gaz traditionnel

Bloquer son compteur de gaz naturel peut permettre de faire des économies sur sa facture. C’est pour cette raison que certains consommateurs se tournent vers cette solution en espérant payer leur gaz moins cher. En effet, face à la hausse du prix du gaz et à ses fluctuations, de plus en plus de consommateurs ont des difficultés pour payer leurs factures d’énergie. Bloquer un compteur de gaz est une façon illégale de faire baisser le montant de sa facture.

Différentes techniques sont utilisées sur les compteurs de gaz traditionnels. Toutes reposent sur le même principe : ralentir le compteur. En effet, la roue ou le cadran du compteur défile en fonction des consommations dans le logement. Sa vitesse indique donc la quantité d’énergie qui est consommée. Plus il est rapide, plus la consommation est importante. Par conséquent, ralentir son compteur permet aussi de faire baisser ses factures de gaz. Les différentes techniques utilisées par les fraudeurs sont les suivantes :

  • bloquer le compteur de gaz avec un aimant : il s’agit de la technique de fraude la plus utilisée. Elle consiste à placer un aimant puissant sur son compteur ou de le coller sur le côté. Ainsi, le champ magnétique de l’aimant permet de ralentir la vitesse de rotation de la roue placée à l’intérieur des compteurs de gaz traditionnels. Avec cette technique, il n’est donc pas nécessaire d’ouvrir son compteur. Toutefois, elle ne fonctionne qu’avec les compteurs équipés d’une roue. Selon certains témoignages de fraudeurs, utiliser un aimant trop puissant pourrait bloquer totalement la roue. La fraude peut être très rapidement identifiée si le compteur est totalement bloqué, notamment en hiver lorsque le chauffage doit être en marche ;
  • bloquer son compteur de gaz à l’aide d’une aiguille ou d’un ticket de métro : il est également possible de placer un objet fin, comme une aiguille ou un ticket de métro, à l’intérieur du compteur de gaz. Pour ce faire, il est indispensable d’ouvrir le compteur en dévissant le panneau disposé à l’avant de l’appareil. L’objet doit ensuite être placé à l’intérieur de la roue du compteur afin de bloquer sa rotation. Il est également possible d’utiliser cette technique avec les compteurs gaz à cadran. Dans ce cas, l’objet doit être placé de manière à bloquer le défilement des chiffres sur le cadran ;
  • desserrer la vis de réglage de son compteur de gaz : avec les compteurs mécaniques, il est possible de desserrer la vis d’excitation du compteur de gaz. Ces modèles de compteurs anciens sont plus faciles à pirater. Il suffit de tourner, avec un tournevis, la petite vis se trouvant à droite de l’appareil. Si le compteur reste éteint plus de deux semaines sur une période de facturation de deux mois, il est très facile d’être repéré ;
  • incliner ou retourner le compteur de gaz : il est possible d’incliner ou même de retourner certains compteurs de gaz. Cette technique permet également de ralentir le fonctionnement du compteur.

Attention !

Les techniques listées ci-dessus sont toutes illégales. En les mettant en œuvre sur votre compteur de gaz vous vous exposez à des sanctions.

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

09 74 59 19 97 Appel non surtaxé vous préférez être rappelé ?

Avec un compteur Gazpar

La fraude au compteur est bien plus difficile avec les nouveaux compteurs Gazpar qu’avec les anciens modèles. En effet, les compteurs de gaz traditionnels présentaient quelques failles, qui permettaient aux fraudeurs d’utiliser certaines techniques pour réaliser des économies. Cependant, ces dernières ne peuvent plus être utilisées sur les compteurs Gazpar. En effet, ils ont été conçu en prenant en compte ces différentes techniques permettant de bloquer les compteurs de gaz.

Contrairement aux compteurs traditionnels, Gazpar peut identifier rapidement les consommations suspectes (sous-consommation, intensité anormalement basse ou élevée, ouverture du capot, etc.). Les données de consommation sont transmises automatiquement et quotidiennement à GRDF, le gestionnaire de réseau de distribution de gaz naturel en France. Si une fraude est suspectée, GRDF peut donc intervenir pour vérifier s’il s’agit d’un dysfonctionnement du compteur ou d’une fraude.

Quand le compteur Gazpar sera t-il installé chez moi ?

GRDF est en charge du déploiement du compteur Gazpar dans tout l’Hexagone. D’ici 2022, tous les foyers français alimentés en gaz naturel seront équipés du nouveau compteur communicant. Il est possible de se rendre sur le site du gestionnaire du réseau de gaz naturel pour connaître la date prévue d’installation de Gazpar dans sa zone géographique. Il suffit d’y renseigner son code postal. En plus d’être plus sécurisé afin de limiter les fraudes, Gazpar doit également permettre aux clients de mieux maîtriser leur consommation de gaz, et ainsi de faire des économies d’énergie.

Fraude au compteur gaz : quelles sont les sanctions encourues ?

Pirater son compteur de gaz est puni par la loi. Toutes les techniques permettant de bloquer son compteur sont donc passibles de sanctions financières plus ou moins élevées :

  • une facture de régularisation à régler à son fournisseur d’énergie : la première somme dont le fraudeur ayant trafiqué son compteur de gaz doit s’acquitter est sa facture de régularisation. Il s’agit d’une facture dont le montant correspond aux consommations volées. Si des dommages ont été constatés sur le compteur, des frais supplémentaires peuvent également être appliqués ;
  • un « forfait agent assermenté » à payer à GRDF : il correspond à des frais de déplacement de l’agent GRDF intervenu au domicile du client pour constater la fraude au compteur. Ces frais s’élèvent à 534,28 € TTC en 2021 ;
  • une plainte pour vol d’énergie de GRDF : GRDF peut également poursuivre les fraudeurs ayant piraté leur compteur de gaz en justice. Une plainte peut donc être déposée par le gestionnaire de réseau pour vol d’énergie. Suite à cette plainte, le fraudeur peut se voir imposer une peine lourde pouvant aller jusqu’à 3 ans de prison ferme et 45 000 € d’amende.

Il est important de noter que le consommateur, même s’il n’est pas d’auteur de la fraude, est passible de sanction. Par exemple, si le compteur a été bloqué par une autre personne, l’occupant du logement s’expose aussi aux sanctions listées ci-dessus, car il a profité de la baisse de la consommation sur ses factures.

De plus, pirater un compteur de gaz ou un compteur électrique impacte indirectement les autres consommateurs. En effet, les fraudes impliquent des pertes pour GRDF, qui se répercutent sur les factures de gaz des consommateurs, sous forme de taxes.

Comment faire si le compteur de gaz est bloqué suite à un dysfonctionnement ?

Si le compteur de gaz n’a pas été bloqué volontairement par le client, ce dernier ne risque aucune sanction. En effet, il est possible qu’un compteur de gaz soit défectueux et que le suivi de la consommation du foyer soit altéré. Toutefois, la maintenance est à la charge de GRDF, le gestionnaire du réseau de distribution. Dans le cas où le consommateur ne serait pas responsable du dysfonctionnement du compteur de gaz, il n’a rien à payer à GRDF. Si votre compteur de gaz est bloqué, il vous suffit donc de contacter votre fournisseur d’énergie. S’il y a une différence entre vos consommations habituelles et celles indiquées sur le compteur, il demandera a GRDF l’intervention d’un technicien pour le réparer ou le changer. Les seuls frais à régler sont ceux liés à la facture de régularisation envoyée par le fournisseur. Cette facture est calculée en fonction des consommations habituelles du foyer sur une même période.

Comment faire des économies sur ses factures de gaz en toute légalité ?

Il est possible de réaliser des économies sur ses factures de gaz grâce à quelques gestes simples à adopter dans son quotidien. Réduire le montant de ses factures est également possible en changeant gratuitement de fournisseur d’énergie.

Réduire sa consommation de gaz avec des gestes simples

Quelques astuces permettent de diminuer sa consommation de gaz naturel, pour le chauffage, mais aussi en surveillant sa consommation d’eau chaude.

Le chauffage

Selon l’Ademe (l’Agence de la transition énergétique), le chauffage occupe 66 % des consommations d’énergie d’un foyer. Se chauffer a donc un impact important sur les factures d’énergie. Néanmoins, quelques gestes simples peuvent permettre de réaliser des économies de chauffage :

  • ne pas chauffer plus que nécessaire : l’Ademe recommande de chauffer les pièces occupées pendant la journée entre 19 et 21 °C, et la nuit à 17 °C ;
  • baisser le chauffage lors des absences : il est inutile de chauffer le logement lorsqu’il n’y a personne. Toutefois, pour les absences courtes, il n’est pas conseillé de l’éteindre totalement. En effet, la baisse de température serait trop importante et il serait nécessaire de chauffer beaucoup à nouveau pour atteindre la température souhaitée lors du retour dans le logement ;
  • éteindre le chauffage lors des absences prolongées : si vous partez plus de deux jours, il est alors recommandé d’éteindre les radiateurs. Toutefois, pour les appareils équipés d’une option « hors gel », il est préférable de la sélectionner, afin de conserver un minimum de chauffage, notamment lors de grands froids ;
  • installer des robinets thermostatiques : ils permettent de réguler la température produite par les radiateurs ;
  • ne pas couvrir les radiateurs ou placer des objets trop près : ils gêneraient la bonne diffusion de la chaleur dans la pièce ;
  • améliorer l’isolation thermique de son logement : cette solution est plus coûteuse que les précédentes. Cependant, la réalisation de travaux de rénovation énergétique (isolation du toit, des murs ou remplacement des fenêtres, par exemple) permet de faire d’importantes économies sur ses factures de gaz et/ou d’électricité. De plus, il est possible de bénéficier de différentes aides financières pour entreprendre ce type de travaux sur son logement, comme MaPrimeRénov’ (anciennement CITE), l’aide « Habiter mieux sérénité » de l’Anah (l’Agence national de l’habitat), l’Eco-prêt à taux zéro (Eco-PTZ), la prime Coup de pouce économie d’énergie, les aides des entreprises de fourniture d’énergie (CEE), la TVA à 5,5 %, etc.

L’eau chaude

La consommation d’eau chaude se répercute également sur les factures de gaz, puisque cette énergie peut permettre de chauffer l’eau chaude sanitaire. Les astuces suivantes invitent à réaliser des économies :

  • régler la température du chauffe-eau entre 55 et 60 °C : il s’agit de la température recommandée par l’Ademe afin de profiter d’une bonne température de l’eau tout en s’assurant que le développement de bactéries pathogènes est bien limité. De plus, une température moins élevée évite aussi un entartrage trop rapide du chauffe-eau, qui peut également augmenter la consommation de l’appareil. La température conseillée pour un chauffe-eau thermodynamique (CET) est de 45 à 50 °C ;
  • éteindre le chauffe-eau ou le ballon d’eau chaude lors des absences prolongées : avant un départ en vacances, par exemple, il est important d’éteindre l’appareil. Ainsi, l’eau n’est pas maintenue à la température souhaitée alors que personne ne l’utilise ;
  • installer des mitigeurs : ils permettent une économie d’eau de 10 % par rapport aux robinets mélangeurs traditionnels ;
  • installer des économiseurs d’eau : ces embouts permettent de réduire le débit de l’eau.

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop chère ?

En 30 secondes simulez votre consommation pour trouver les meilleures offres et comparer avec votre fournisseur actuel.

faire une simulation

Surveiller sa consommation de gaz

Suivre sa consommation de gaz peut permettre de mieux la maîtriser, et ainsi de faire des économies sur ses factures. De nouveaux outils sont développés par le gestionnaire de réseau, GRDF, et les fournisseurs d’énergie. Accessibles en se connectant à son espace client, il est souvent possible de retrouver des informations concernant ses habitudes de consommation.

Le nouveau compteur Gazpar doit également permettre aux consommateurs de suivre avec davantage de précision leur consommation. En effet, il transmet quotidiennement les données de consommation au fournisseur. Ainsi, le client a la possibilité de connaître sa consommation dans le courant d’une journée, trouver à quelles utilisations elles correspondent, et agir en conséquence pour faire des économies d’énergie.

Bénéficier d’aides financières

Il existe plusieurs aides financières destinées aux ménages les plus modestes, afin de les aider à régler leurs factures d’énergie et de lutter contre la précarité énergétique.

Le chèque énergie

Le chèque énergie est une aide financière mise en place par le Gouvernement. Ce chèque permet aux foyers les plus modestes de régler leurs factures d’énergie ou des travaux de rénovation énergétique sur leur logement. L’éligibilité au chèque énergie dépend des revenus du foyer, qui ne peuvent excéder un certain montant. Les bénéficiaires n’ont aucune demande à faire pour l’obtenir. En effet, il est attribué automatiquement aux personnes éligibles.

Le montant du chèque énergie est de 48 à 277 € TTC. Une rallonge exceptionnelle de 100 € a été annoncée par le Gouvernement pour l’année 2021, afin d’aider les consommateurs à faire face à la hausse du prix de l’énergie. Les bénéficiaires du chèque énergie en recevront donc un nouveau d’un montant de 100 € à partir du mois de décembre 2021.

Le fonds de solidarité pour le logement (FSL)

Le fonds de solidarité pour le logement (FSL) a notamment été conçu pour aider les ménages modestes rencontrant des difficultés pour payer leurs factures d’énergie. Si vous êtes dans ce cas, vous pouvez vous rapprocher du FSL de votre département. L’éligibilité à cette aide dépend des revenus du foyer. Elle s’adresse aux propriétaires-occupants, aux locataires, aux sous-locataires, ainsi qu’aux résidents d’un logement-foyer.

Faire baisser ses factures de gaz en changeant de fournisseur d’énergie

Le prix du gaz a fortement augmenté sur l’année 2021 avec une hausse de 57 %. Une reprise économique plus importante que prévue suite à la crise sanitaire a entraîné cette flambée du prix de l’énergie. Sur les marchés internationaux, la demande est plus importante que l’offre, entraînant une hausse du prix du gaz qui se répercute sur les factures des consommateurs.

Il est possible de se protéger de cette augmentation du prix du gaz, en choisissant une offre à prix fixe. Ce type d’offres, proposées par plusieurs fournisseurs, permet de bloquer le prix de l’énergie sur un certain temps. Contrairement aux offres à prix variable, le prix est bloqué dès la souscription, sur une durée pouvant aller de 1 à 4 ans selon les fournisseurs. En souscrivant à une offre à prix fixe, le consommateur est donc protégé des fluctuations du prix du gaz sur le marché.

Bon à savoir

Il est impossible de changer de fournisseur de gaz si une fraude est avérée et que la situation n’est pas régularisée. Le PCE (point de comptage et d’estimation), numéro à 14 chiffres identifiant le compteur de gaz, est signalé comme fraudeur. Cette indication sera visible par les autres fournisseurs. Ces derniers ne pourront pas accueillir un nouveau client qui n’est pas en règle avec son ancien fournisseur.

Pour vous guider dans votre choix et trouver l’offre qui vous conviendra le mieux, vous pouvez joindre gratuitement un de nos conseillers par téléphone. Notre comparateur de gaz peut également vous aider à retrouver toutes les offres actuellement proposées par différents fournisseurs d’énergie.

Voici quelques offres de gaz à prix fixes commercialisées par différents fournisseurs de gaz :

Offres de gaz à prix fixes (en Tarif B1 et zone tarifaire 1) – Novembre 2021

FournisseurNom de l’offreCaractéristiquesPrix de l’abonnement annuel (en € TTC)Prix du kWh (en € TTC)
SoweeOffre gazPrix fixe bloqué pendant 3 ans262,44 €0,0969 €
DyneffContrat SereinPrix fixe bloqué pendant 2 ans290,88 €0,1112 €
TotalEnergiesOffre verte fixePrix fixe bloqué pendant 1 an255,72 €0,1369 €

D’autres questions sur ce sujet ?

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

09 74 59 19 97 Appel non surtaxé vous préférez être rappelé ?