Voiture électrique à 100 euros par mois : conditions, véhicules et démarches

Voici plus d’un an qu’Emmanuel Macron a évoqué pour la première fois son intention de mettre en place une offre de location de véhicule électrique à 100 € par mois. Ce leasing social, qui se veut une mesure environnementale et de justice sociale, semble sur le point de voir le jour. Voici où en est ce projet.

voiture electrique 100 euros

La proposition du candidat Macron

Lors de la campagne présidentielle de 2022, le candidat Macron se voit reprocher de ne pas suffisamment s’attaquer aux enjeux écologiques dans son programme. Lors de son meeting du 17 mars à Aubervilliers, il détaille donc une de ses propositions pour la mobilité verte : une offre de location longue durée d’un véhicule électrique à moins de cent euros par mois. L’objectif de cette mesure est d’aider les ménages les plus modestes à passer à la voiture électrique. Celle-ci répond à deux demandes des Français :

  • accélérer la transition vers des moyens de transport moins polluants en proposant une solution à des personnes qui n’ont pas les moyens d’investir dans un véhicule neuf (le marché de l’occasion électrique étant encore très peu développé) ;
  • réduire l’impact de la mobilité sur le budget des ménages les plus modestes pour lesquels le coût élevé du carburant est un problème majeur.

De plus, cette aide permettrait aux Français dont les revenus sont très bas de ne pas subir de manière disproportionnée les conséquences de la mise en place des Zones à faibles émissions (ZFE). Ces zones se concentrent actuellement dans les centres-villes de grandes agglomérations, et il est interdit de s’y déplacer avec un véhicule très polluant. Ces véhicules sont en majorité la propriété de ménages modestes qui n’ont pas les moyens d’acquérir un modèle plus récent.

Contrairement à d’autres aides à la mobilité électrique, cette proposition se concentre exclusivement sur la location longue durée, aussi appelée leasing, et non sur l’achat d’un véhicule propre.

Passer au vert pour faire des économies

Il est aujourd’hui possible de verdir sa consommation d’énergie à la maison sans se ruiner : de plus en plus de fournisseurs d’électricité proposent des offres vertes, dont certaines à des prix très intéressants. De plus, tous les contrats d’électricité pour particuliers sont sans engagement, il est donc possible de changer d’opérateur à tout moment, sans coupure et sans frais de résiliation. Pour trouver le meilleur contrat vert, il est conseillé d’utiliser un comparateur de fournisseurs d’électricité en ligne. Ce service est gratuit et sans obligation d’achat. De plus, les experts énergie Choisir.com sont également joignables par téléphone pour un accompagnement personnalisé.

Nouveau : application de suivi conso 100% gratuite

Réduisez votre consommation d'électricité et vos factures tout en améliorant l'efficacité énergétique de votre logement

INSCRIPTION GRATUITE

Les difficultés de mise en place

Plus d’un an après l’élection du président Macron pour un second mandat, cette proposition n’a toujours pas été mise en place. En effet, plusieurs freins ralentissent l’implémentation de cette mesure :

  • les voitures électriques pour location à 100 € par mois doivent remplir plusieurs critères. Elles doivent être abordables pour que le projet fonctionne (autour de 25 000 €), elles doivent être produites en Union européenne pour répondre à l’engagement du gouvernement et leur production doit être assurée pour les mois et années à venir. Aujourd’hui, très peu de véhicules répondent à tous ces critères :
    • la Dacia Spring coûte 20 800 € mais est de fabrication chinoise,
    • la Renault Twingo ZE coûte 25 250 € mais est en fin de vie,
    • la Leapmotor T03 coûte 25 990 € mais est de fabrication chinoise,
    • la VW e-up! coûte 27 945 € mais est en fin de vie,
    • la MG4 coûte 29 990 € mais est de fabrication chinoise ;
  • l’augmentation générale des prix d’une grande partie des composants d’un véhicule électrique ces dernières années complexifie l’opération ;
  • une location de ce type nécessite que des partenaires financiers garantissent les montants attendus par les propriétaires, et les banques sont souvent frileuses à l’idée d’assurer ce rôle lorsque les bénéficiaires ont des revenus très limités. De plus, la remontée des taux d’intérêt complique encore la situation ;
  • la location de longue durée d’un véhicule électrique nécessite un apport initial de plusieurs milliers d’euros. Pour que cette mesure fonctionne, ce montant doit être pris en charge, car les bénéficiaires envisagés ne disposent souvent pas de ce montant en épargne.

Tous ces points de blocage ont ralenti l’arrivée de la location de voiture électrique à 100 euros par mois, mais des avancées semblent avoir été réalisées ces derniers temps, et un plan d’action précis semble se mettre en place.

Le plan du gouvernement

Depuis le 26 avril 2023, la Première ministre Élisabeth Borne a repris le dossier en main et de nouvelles informations sont disponibles. La Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC) affirme travailler sur un leasing sur 2, 3 ou 5 ans, avec un kilométrage compris entre 10 000 et 15 000 km par an.

Les voitures en question seraient distribuées par les concessionnaires des marques sélectionnées, mais achetées par des spécialistes de la location de longue durée comme :

  • Arval ;
  • BNP Personal Finance ;
  • Crédit Agricole ;
  • Sofinco ;
  • etc.

Service gratuit choisir.com

Suivez et réduisez votre consommation d'électricité grâce à Ecofuté, notre nouvelle application de suivi conso 100% gratuite

INSCRIPTION GRATUITE

Conditions d’accès à la voiture électrique à 100 €

Une réunion réunissant les pouvoirs publics et les professionnels du secteur s’est tenue sur ce thème début juillet 2023. A priori, les personnes du 5e décile de revenu devraient pouvoir bénéficier de cette aide. Ce sont donc les ménages dont le revenu fiscal de référence par part est inférieur ou égal à 14 089 €.

Les entreprises concernées par ce plan d’action souhaitent voir l’offre élargie jusqu’aux Français du 7e décile, c’est-à-dire aux personnes dont le revenu fiscal annuel s’approche de 19 000 €. Pour le moment, aucune décision définitive n’est connue sur le sujet.

Il est toutefois probable que les plafonds de revenus pour bénéficier d’une voiture à 100 euros par mois soient alignés sur ceux permettant de profiter de la prime à la conversion et du bonus écologique. En effet, ces deux aides financières pour encourager la mobilité électrique seraient alors utilisées comme apport lors de la signature du contrat. À l’heure actuelle, pour bénéficier du montant maximum de ces deux primes, il faut justifier d’un revenu fiscal de référence inférieur à 14 089 €, le choix annoncé par les pouvoirs publics n’est donc pas anodin. Il faudra toutefois attendre une annonce officielle pour connaître la décision finale. Ajoutons que le gouvernement envisage d’ajouter à ces aides un versement de 7 000 € par véhicule aux loueurs longue durée pour compléter l’apport initial.

D’après le ministre délégué chargé des Transports, Clément Beaune, d’autres éléments que le revenu pourraient être pris en compte, comme des « critères territoriaux : être à proximité d’une ZFE ou, au contraire, dans une zone rurale, où il n’y a pas d’autre transport que la voiture. » La possibilité de cibler particulièrement certaines professions (comme les infirmières libérales) a également été évoquée. D’après le ministre, « au départ, il peut aussi s’agir d’expérimentations ».

Passer à l’électrique sans se ruiner

Pour les personnes qui possèdent un véhicule thermique, il est possible de passer à l’électrique sans changer de véhicule grâce au rétrofit. Cela consiste simplement à changer le moteur thermique et le réservoir de carburant pour un moteur électrique et des batteries.

Quelle voiture pour 100 euros par mois ?

Comme expliqué ci-dessus, le choix des véhicules éligibles à cette aide complique l’implémentation de la mesure. Aux dernières nouvelles, deux voitures semblent sortir du lot et pourraient être proposées en location à 100 € par mois :

  • la ë-C3, version électrique de la Citroën C3 devrait sortir avec un prix de base en dessous des 25 000 €. Cette citadine sera produite en Slovaquie, ce qui correspond parfaitement aux critères de l’Exécutif ;
  • la Renault Twingo E-Tech qui débute à 25 250 € et est produite en Slovénie. Le modèle ne sera toutefois plus produit à l’été 2024, mais d’autres modèles de ce constructeur ou de ses concurrents seront certainement sur le marché d’ici là.

La nouvelle Renault 5 électrique et la Peugeot e-208 semblent des options possibles, mais leurs prix restent pour le moment trop élevés pour le plan présenté par le gouvernement.

Ajoutons que la possibilité d’inclure des voitures électriques d’occasion pour la location à 100 euros a été évoquée dans le cadre de la préparation de ce projet. Pour le moment, il n’est pas possible de savoir si cela sera inclus dans le décret final. Un frein majeur à cela est en effet la rareté des véhicules électriques d’occasion, ce marché étant encore très jeune.

Quand est-ce que la voiture à 100 euros sera disponible ?

Le décret d’application devrait être publié début septembre, l’objectif est de permettre aux personnes concernées de passer commande d’ici la fin de l’année 2023. Les livraisons de véhicules devraient ensuite pouvoir commencer en 2024.

D’après le ministre délégué chargé des Transports : « En 2024, cela portera sans doute sur quelques milliers de véhicules, soit un coût budgétaire de 20 millions à 30 millions d’euros ».

Toutefois, certaines questions restent encore en suspens :

  • quelles seront les garanties de l’État en cas d’impayé ?
  • que se passera-t-il en cas de non-récupération du véhicule à l’issue de la location ?
  • qui devra prendre en charge les éventuelles réparations pendant la durée du contrat ?
  • la location comprendra-t-elle l’entretien du véhicule ?
  • une option d’achat sera-t-elle proposée aux bénéficiaires ? Si oui, à quelles conditions ?
  • une aide spécifique pour l’installation d’une borne de recharge domestique sera-t-elle prévue ?

Tous les détails de ce contrat de location longue durée seront connus lors de la publication du décret.

Les propositions des constructeurs

Ce projet étant en discussion depuis plus d’un an, certains constructeurs ont pris les devants pour s’aligner sur ces conditions et proposent dès à présent un véhicule électrique pour 100 € par mois. C’est par exemple le cas de :

  • MG Motor avec la compacte 100 % électrique MG4. Le constructeur chinois propose ce modèle à 99 euros par mois sans apport pour un contrat de 24 mois ou 20 000 km, mais cela ne concerne que les Français au revenu fiscal de référence inférieur à 14 089 € ;
  • Fiat avec la Fiat 500 électrique à 99 € par mois sur 37 mois ou pour 30 000 km. L’apport demandé est de 9 500 €, mais il est « ramené à 0 » grâce au bonus écologique et à la prime à la conversion pour les personnes au revenu inférieur à 14 089 € mettant un véhicule polluant au rebut ;
  • Dacia avec la Dacia Spring à 99 € par mois sur 3 ans, entretien inclus. Comme dans le cas de Fiat, le premier loyer (7 500 € ici) peut être entièrement pris en charge par les aides de l’État ;
  • Renault avec la Twingo E-Tech disponible à 100 € par mois sur 37 mois avec un premier loyer de 1 500 € (sous réserve d’éligibilité au montant maximal du bonus écologique et de la prime à la conversion).

Ces offres sont attractives, mais, comme détaillé ci-dessus, les critères d’éligibilité sont plutôt restreints. De plus, il est essentiel de bien étudier le contrat avant de signer, car les conditions de restitution et/ ou d’achat peuvent parfois être très coûteuses. Un leasing est un engagement fort, mieux vaut être sûr de son choix avant de signer.

Nouveau : application de suivi conso 100% gratuite

Réduisez votre consommation d'électricité et vos factures tout en améliorant l'efficacité énergétique de votre logement

INSCRIPTION GRATUITE