Chaudière basse température : aides et avantages

La chaudière basse température (BT) entre dans la catégorie des chaudières à haute performance énergétique (HPE). En chauffant l’eau à une température moins élevée que les chaudières à gaz classiques, elle permet des économies d’énergie sans altérer le confort des utilisateurs. Toutefois, bien que ce système de chauffage soit performant et affiche des avantages indéniables, il existe aujourd’hui des équipements plus efficaces sur le marché. Alors, est-ce une bonne idée d’installer une chaudière basse température chez soi ? Est-elle éligible aux aides financières de l’État ? Quel entretien est nécessaire pour ce type d’appareil ? Choisir.com vous présente ses avantages et inconvénients !

chaudière_basse_temperature_gaz_consommation_energie_aide

Qu’est-ce qu’une chaudière basse température ?

Chauffant l’eau à une température moins importante, la chaudière basse température réduit sa consommation par rapport à une chaudière à gaz classique. Mais offre t-elle vraiment le même confort thermique qu’un modèle standard ? Tous les radiateurs à gaz sont-ils compatibles avec une chaudière BT ?

Chaudière basse température ou chaudière « Bas NOx » ?

Il est aujourd’hui possible de retrouver des chaudières basse température sous l’appellation « chaudière Bas NOx ». Cette dernière fait référence au fait que leur brûleur produit une quantité moindre d’oxyde d’azote (NOx). Pour se conformer à une directive européenne d’écoconception, les fabricants ont été contraints d’améliorer le rendement et de diminuer les émissions de polluants de leurs chaudières à gaz. Des seuils ont donc été fixés, notamment en ce qui concerne l’oxyde d’azote, afin de retirer certains appareils du marché.

Les chaudières Bas NOx sont donc les chaudières basse température nouvelle génération, qu’il est possible d’installer seulement dans certains cas. Retrouvez davantage d’informations sur cette directive européenne plus bas dans cet article.

De l’eau moins chaude et des économies d’énergie à la clé

Une chaudière, quelle que soit l’énergie qu’elle utilise (gaz naturel, fioul, électricité ou bois), chauffe généralement l’eau autour de 65 °C. Avec une chaudière BT, cette température est moins élevée, comme le nom de cet équipement l’indique. En chauffant l’eau à seulement 50 °C, elle permet de réduire ses consommations d’énergie liée au chauffage et à l’eau chaude sanitaire tout en profitant d’un excellent confort.

Une économie de 10 à 15 % est réalisable avec une chaudière à basse température par rapport à une chaudière à gaz standard. Ce type d’appareil permet, en effet, de consommer moins de combustible tout en affichant un meilleur rendement (86 % au minimum).

Vous vous demandez peut-être si cette eau à basse température ne permettrait pas aux bactéries (légionelles) de se développer. Ces dernières, sont la cause de la légionellose, une maladie pulmonaire dont les conséquences peuvent être graves. Elles se développent dans les eaux stagnantes lorsque la température est inférieure à 46 °C. Dans une chaudière BT, avec une eau à 50 °C, les risques sont donc faibles. Toutefois, si elle sert aussi pour la production d’eau chaude sanitaire, il est recommandé de régler l’eau de la chaudière à une température de 60 °C sur un cycle de 30 minutes chaque jour.

Qu’est-ce que le rendement d’une chaudière ?

Le rendement de la chaudière est un élément qu’il est essentiel de prendre en compte lors du choix de son équipement de chauffage. Il permet de mesurer le rapport entre l’énergie qui est consommée par la chaudière et celle qui est qui produite par l’appareil. Le rendement s’exprime en pourcentage, plus il est élevé, moins la chaudière consomme de combustible (gaz naturel, fioul, bois) pour chauffer ou produire de l’eau chaude sanitaire.

Le fonctionnement de la chaudière basse température

Le fonctionnement d’une chaudière basse température est le même que celui d’une chaudière à gaz classique :

  • les brûleurs permettent la combustion du gaz ;
  • l’eau est chauffée grâce à la combustion ;
  • cette eau chauffée est diffusée dans les tuyaux qui alimentent le réseau de radiateurs du logement, le chauffage au sol et/ou l’eau chaude sanitaire ;
  • les fumées produites lors de la combustion sont évacuées par un conduit ou via un système de ventouse.

La différence entre une chaudière à gaz basse température et un modèle classique réside donc dans la température de l’eau, comme nous l’avons déjà évoqué plus haut.

Quelle offre d’énergie choisir pour plus d’économies ?

S’équiper d’un système de chauffage performant est essentiel pour réaliser des économies d’énergie. N’oubliez pas aussi de comparer les fournisseurs d’électricité et/ou de gaz. En effet, il existe de nombreuses offres à des prix plus ou moins intéressants. Les conseillers Choisir.com sont disponibles par téléphone pour vous accompagner et vous aider à trouver le contrat le plus adapté à vos besoins.

Notre comparateur d’énergie peut aussi vous permettre de retrouver en quelques clics toutes les offres actuellement proposées à la souscription par les différents fournisseurs d’énergie.

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture d'électricité et/ou de gaz !

Quels appareils de chauffage sont adaptés à la chaudière à gaz basse température ?

Pour profiter d’un rendement optimal avec votre chaudière gaz basse température, il est recommandé de l’associer à un système de chauffage adapté à ce fonctionnement :

  • des radiateurs basse température (ou basse consommation) : les dimensions de ces émetteurs de chaleur sont plus importantes que celles des radiateurs à eau classiques, ce qui offre une plus grande surface de contact avec l’air ambiant. La chaleur se diffuse donc de manière homogène dans la pièce, apportant un confort thermique optimal. Cette grande taille de surface émettrice vient pallier la température moins élevée de l’eau produite par la chaudière.
  • un plancher chauffant : cet équipement diffuse la chaleur dans toute la pièce, contrairement aux radiateurs qui l’émettent seulement localement. Le chauffage au sol fonctionne aussi à basse température (25 à 30 °C).

Cependant, remplacer ses émetteurs de chaleur n’est pas une obligation. La chaudière basse température est compatible avec tous les types de radiateur à gaz, même s’ils fonctionnent à haute température. Toutefois, ces derniers ne permettent pas de tirer pleinement profit de la chaudière gaz basse température, contrairement au plancher chauffant ou aux radiateurs basse consommation.

En revanche, installer des radiateurs basse température avec une chaudière classique n’est pas du tout recommandé. Tout l’intérêt de ce type d’émetteurs de chaleur serait alors perdu. Si vous envisagez d’installer de nouveaux radiateurs basse consommation ou un chauffage au sol, pensez donc aussi à changer votre chaufferie. Vous pouvez choisir une chaudière basse température, une chaudière à condensation ou une pompe à chaleur, par exemple.

Chaudière basse température ou condensation : quelles différences ?

  • les chaudières à basse température : sont des chaudières à haute performance énergétique (HPE) lorsqu’une efficacité énergétique (ETAS) atteint 90 %. Or, cela n’est pas le cas de tous les modèles ;
  • les chaudières à condensation : peuvent appartenir à la catégorie des chaudières à Haute performance ou à Très haute performance énergétique (HPE-THPE). Leur ETAS est donc au moins de 90 % pour les HPE et de 92 % au minimum pour les THPE.

Ce qui permet d’améliorer le rendement de la chaudière à condensation par rapport à la chaudière BT est le fait qu’elle récupère une partie de la chaleur des fumées produites par le combustible. Ainsi, l’eau peut être préchauffée avant qu’elle soit chauffée dans la chaudière. Si vous souhaitez installer une chaudière à gaz chez vous, la technologie à condensation est la plus conseillée. Il s’agit des modèles les plus performants aujourd’hui dans cette catégorie d’équipement. Il faut toutefois noter que le prix de ce type d’appareil est plus élevé que celui des modèle basse température. Comptez entre 2 500 et 8 000 € TTC (pose comprise) pour une chaudière à condensation.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter notre article entièrement dédié à la différence entre chaudière à condensation et chaudière basse température.

Quels sont les avantages et inconvénients d’une chaudière basse température ?

Bien qu’elle ne soit pas aussi efficace que la chaudière à condensation, la technologie à basse température affiche tout de même de nombreux points forts. Faisons le point sur ses avantages et inconvénients !

Les avantages de la chaudière basse température

Les avantages de la chaudière basse températures sont les suivants :

  • un très bon rendement : seules les chaudières BT affichant un rendement de 86 % sont autorisées à la vente depuis septembre 2015 (et uniquement pour certains logements collectifs). Il peut atteindre 90 % ;
  • des économies d’énergie : par rapport à une chaudière standard, elle peut permettre de réduire sa consommation de 15 % grâce à la température de l’eau réduite à 50 °C ;
  • moins de rejet de CO2 : il s’agit donc d’une solution plus écologique par rapport à une vieille chaudière ;
  • un excellent confort thermique : notamment si elle est associée à des radiateurs basse consommation ou à un chauffage au sol ;
  • un prix plus abordable qu’une chaudière à condensation : à l’achat, le prix d’une chaudière BT est moins important ;
  • une très bonne longévité : la durée de vie d’une chaudière basse température est de 20 ans environ.

Les inconvénients de la chaudière basse température

Malgré ces avantages, la chaudière basse température affiche aussi des points faibles :

  • son entretien annuel obligatoire : cela est notamment dû à l’extraction des fumées et permet de s’assurer du bon fonctionnement de l’appareil afin de garantir la sécurité des occupants du logement. Notez toutefois que cette obligation concerne toutes les chaudières, à l’exception des modèles électriques. Retrouvez plus d’informations à ce sujet un peu plus bas dans notre article ;
  • des économies d’énergie moins importantes qu’avec d’autres systèmes de chauffage central : la chaudière à condensation est plus performante, mais c’est aussi le cas la pompe à chaleur (PAC) par exemple. Cette dernière fait appel à des énergies renouvelables gratuites (air, eau ou terre) pour chauffer le logement de manière économique et écologie. Notez qu’il existe aussi des chaudières à bois basse température (chaudière biomasse) ;
  • sa non éligibilité aux aides financières pour la rénovation énergétique : aucune chaudière à gaz ne permet de bénéficier des aides de l’État actuellement. Retrouvez plus bas davantage d’informations sur les équipements alternatifs qui peuvent vous permettre de profiter de ces aides financières.
comparateur

Faites des économies sur vos factures d'énergie ! En 30 secondes, simulez votre consommation de gaz et/ou d'électricité pour trouver les meilleures offres et comparer avec votre fournisseur actuel !

comparez les offres

Combien coûte une chaudière basse température ?

Le prix d’une chaudière gaz basse température est relativement accessible par rapport à d’autres équipements de chauffage central.

Quel est le prix d’une chaudière basse température ?

Le prix à prévoir pour s’équiper d’une chaudière gaz basse température va de 1 500 à 5 000 € TTC (pose comprise).

Comme nous l’avons déjà évoqué, il est fortement recommandé de remplacer ses radiateurs par des émetteurs basse consommation si vous installez une chaudière BT. Si votre logement en est déjà équipé ou que vous avez un chauffage au sol, l’installation d’une chaudière basse température peut être intéressante d’un point de vue financier. En revanche, si ce n’est pas le cas et que vous devez remplacer tous vos radiateurs, ce prix est à prendre en compte dans le coût total de la chaudière. La chaudière basse température n’est alors peut-être pas la meilleure option.

En ce qui concerne, le plancher chauffant, sa mise en œuvre est relativement compliquée en rénovation. De lourds travaux sont nécessaires et le prix à prévoir est conséquent.

Confiez l’installation de votre chaudière basse température à un chauffagiste qualifié

Pour choisir sa chaudière et sa capacité, l’intervention d’un professionnel qualifié est indispensable. En effet, de nombreux paramètres entrent en jeu, notamment les particularités de l’habitation (nombre d’occupants, appareils de chauffage, disposition des conduits dans lesquelles circule l’eau, etc.), mais aussi les habitudes de consommation.

N’hésitez pas à demander plusieurs devis afin de comparer les prix pratiqués par les différentes entreprises.

Quelles aides pour une chaudière basse température ?

Comme nous l’avons déjà évoqué, les chaudières à gaz comme les modèles basse température ne sont plus éligibles aux différentes aides de l’État pour la rénovation énergétique. Cela s’inscrit dans une démarche du Gouvernement d’inciter les particuliers à se tourner vers des équipements plus écologiques.

Si vous souhaitez bénéficier d’aides financières pour le remplacement de votre vieille chaudière, il sera donc nécessaire de vous tourner vers un système qui valorise des énergies renouvelables. Il existe alors différentes solutions alternatives à la chaudière basse température que nous avons déjà mentionnées brièvement plus haut :

  • la pompe à chaleur (PAC air-eau, sol-eau ou eau-eau) : elle utilise les calories présentes dans l’air, l’eau ou le sol pour les transformer en chaleur. L’énergie utilisée est donc gratuite et écologique. La PAC s’installe très facilement en remplacement d’une chaudière à gaz ;
  • la chaudière biomasse : semblable à une chaudière à gaz, elle utilise du bois comme combustible. Cette énergie considérée comme renouvelable est disponible en France, contrairement au gaz qui est importé depuis l’étranger.

Si ces équipements sont bien plus onéreux que la chaudière gaz basse température, il faut prendre en compte les aides dont vous pouvez bénéficier pour estimer le budget nécessaire à cet investissement. Vous êtes peut-être éligible à :

  • MaPrimeRénov’ (anciennement CITE) ;
  • la prime énergie (dispositif CEE) ;
  • la TVA à 5,5 % ;
  • l’éco prêt à taux zéro (éco-PTZ) ;
  • le chèque énergie ;
  • les aides des collectivités locales (régions, départements, intercommunalités) ;
  • l’aide de votre caisse de retraite.

N’hésitez pas à vous renseigner auprès d’un conseiller France Rénov’.

Quel entretien prévoir pour une chaudière à gaz basse température ?

L’entretien de la chaudière à gaz est obligatoire, qu’il s’agisse d’un modèle basse température, à condensation ou standard. Ce type d’équipement pouvant être à l’origine d’intoxication au monoxyde de carbone, un contrôle doit être effectué par un professionnel qualifié chaque année.

Cette visite ne permet pas uniquement de garantir la sécurité des occupants du logement. L’entretien effectué assure aussi le bon fonctionnement de l’appareil, son efficacité énergétique et peut prévenir certaines pannes. À cette occasion, les différents éléments de la chaudière sont vérifiés et d’éventuelles réparations peuvent être faites si nécessaire.

Notez que le ramonage annuel du conduit d’évacuation de la chaudière est aussi obligatoire depuis 2009. Là encore, l’intérêt est de s’assurer de la sécurité des utilisateurs, ainsi que des risques de surconsommation de l’appareil. Ce type de problème peut notamment être lié à un tirage trop important de l’installation.

Le prix à prévoir pour l’entretien de sa chaudière basse température oscille entre 80 et 150 € HT (hors pièce de rechange). Ce tarif varie entre les professionnels et les régions. Notez qu’il est possible de souscrire un contrat d’entretien chaudière. Celui-ci offre une plus large couverture par rapport à une prestation forfaitaire. Le prix de ce type de contrat peut aller de 100 à 300 € TTC par an selon le prestataire et les services inclus.

N’oubliez pas l’entretien de vos radiateurs !

Pensez aussi à nettoyer vos radiateurs pour garantir les bonnes performances de votre système de chauffage. Tous les ans, il est recommandé de purger ses radiateurs à eau. Effectuer un désembouage est aussi conseillé tous les 5 à 10 ans ou si vous constatez une perte de performance de vos émetteurs de chaleur.

Les chaudières à gaz basse température sont-elles interdites à la vente ?

Les chaudières basse température se font de plus en plus rares sur le marché depuis quelques années. Cela est dû à la Directive Européenne 2009/125/CE (ou Directive Européenne Écoconception) qui jugeait l’impact environnemental de certains équipements de chauffage trop important. C’est dans ce contexte qu’ont été fixés des seuils maximums pour les émissions polluantes. C’est notamment le cas des oxydes d’azote (NOx), comme nous l’avons évoqué au début de cet article (56mg/kWh pour les chaudières au gaz et 120mg/kWh pour les chaudières au fioul). L’oxyde d’azote a des effets néfastes sur la santé et participe au dérèglement climatique.

Le règlement européen Écoconception encadre donc progressivement la disparition de certaines chaudières du marché :

  • en septembre 2015 : la directive ErP (Energy-related Product) est entrée en vigueur, imposant aux chaudières (basse température ou autre) une efficacité énergétique saisonnière (ETAS) de 86 % au minimum. Les chaudières basse température de type B1 restent toutefois épargnées par cette mesure ;
  • en septembre 2018 : la directive ErP est renforcée, les chaudières basse température de type B1 ne peuvent être installées qu’en habitat collectif sur un conduit commun à plusieurs logements ou sur un conduit individuel de plus de 10 mètres de long. Leur installation est aussi acceptée si l’acidité des fumées n’est pas compatible avec une chaudière à condensation. Une efficacité énergétique saisonnière d’au moins de 75 % est imposée à ces équipements. De plus, le circulateur de la chaudière doit être muni d’un dispositif d’arrêt. Les seuils des émissions toxiques et polluantes d’oxyde d’azote sont également renforcés

Pour résumer, l’installation comme la vente d’une chaudière basse température sont autorisées uniquement pour les logements collectifs depuis 2018. Rien ne vous oblige toutefois à remplacer votre chaudière basse température. En être équipé n’est, bien évidemment, pas interdit. Ce type d’appareil reste relativement efficace. Néanmoins, l’Union européenne vise, à terme, la disparition des chaudières à gaz du marché afin que les consommateurs se dirigent vers des solutions de chauffage plus économiques et respectueuses de l’environnement.

Les chaudières à gaz vont-elles être complètement interdites ?

D’après Les Echos, le Gouvernement qui évoquait l’interdiction des chaudières à gaz pour l’horizon 2026 a fait machine arrière annonçant qu’il « n’y aura pas d’interdiction des chaudières à gaz. Nous allons en revanche supprimer les aides qui subsistaient et jouer sur les incitations à recourir aux autres solutions de chauffage »

Le Gouvernement avait annoncé dans un premier temps : « La fin des chaudières à gaz fait partie des possibilités posées sur la table (…) Mais ce serait forcément très progressif et il n’y aurait pas de remplacement obligatoire. »

Dans le neuf en maison individuelle, l’interdiction s’applique déjà depuis 2022, conformément à la réglementation thermique en vigueur RE 2020. En 2025, elle s’étendra aux logements collectifs neufs.

L’interdiction des chaudières à gaz dans les logements existants pourraient donc suivre, mais aucune date n’est encoure arrêtée pour l’heure.

Déménagement, souscription, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture,… le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !