x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Le choix du crédit immobilier, des garanties de financement et de l’assurance emprunteur

Comment bien acheter son logement ?

Votre compromis sous le bras, vous vous mettez en quête d’un financement. En matière de crédit immobilier, l’offre est très importante tandis que les solutions de garanties et d’assurance sont multiples. Quelques explications pour vous y retrouver et négocier au mieux de vos intérêts.

 

Comment choisir son crédit immobilier ?

 

À chaque profil sa solution ! L’offre en matière de crédit immobilier est suffisamment large pour offrir une solution pertinente à chaque profil.

C’est le moment de faire jouer la concurrence pour obtenir les meilleures conditions de financement possibles. Pour cela, vous devez savoir comparer les offres à somme empruntée et durée de remboursement équivalentes.

Les principaux points à comparer sont :

  • Le Taux Effectif Global (ce taux intègre tous les coûts du crédit) ;
  • Le montant de la mensualité, et donc son poids sur votre budget ;
  • Le montant des frais de dossier ;
  • Les conditions de remboursement anticipé, notamment le montant des pénalités de rachat ;
  • Les conditions de report d’échéance ; 
  • Le coût de l’assurance prêt immobilier ;
  • Le coût de la garantie prêt immobilier.

Vous avez le choix entre un crédit à taux fixe et un crédit à taux variable :

  • En France, les crédits immobiliers à taux variables sont dits capés. Ces derniers ne peuvent évoluer à la hausse comme à la baisse au-delà d’une limite définie à l’avance.
  • Les crédits à taux variables offrent généralement une base de départ plus avantageuse mais sont susceptibles de se surenchérir en fonction de l’évolution de l’EURIBOR. 

Prenez le temps de la comparaison. N’hésitez pas à faire appel à un courtier spécialisé qui saura négocier pour vous des conditions avantageuses en un temps record. Choisir.com propose de vous mettre en contact avec plsueiurs d'entre eux.

Une aide précieuse qui peut vous faire gagner beaucoup d’argent sur le long terme. Aujourd’hui, ce sont près de 30 % des emprunteurs qui font appel à des courtiers. Sachez que ces derniers ne sont rémunérés que si le prêt est accepté.

 

La fameuse clause de domiciliation
La loi change et encadre la clause de domiciliation : à partir du 1er janvier 2018, les banques ne pourront plus obliger les emprunteurs à domicilier indéfiniment leur salaires et revenus assimilés sur un de leur compte. Cette obligation de domiciliation sera limitée à 10 ans maximum.

 

Garanties de financement

 

Tout crédit immobilier donne lieu, par l'organisme prêteur, à la prise de garanties pour se prémunir d’une éventuelle défaillance de la part de l’emprunteur.

Concrètement, si ce dernier n’est plus en mesure de rembourser son emprunt, ce dispositif juridique permet à l’organisme de crédit de faire valoir ses droits pour récupérer ses fonds.

Il existe 4 formes de garantie :

  • L’hypothèque : cette dernière donne droit au créancier de saisir le logement et de le vendre aux enchères pour récupérer les sommes restant dues par l’emprunteur. Elle peut s’appliquer aux biens neufs vendus en VEFA (Vente en État Futur d’Achèvement).
  • Le Privilège de Prêteur de Deniers (PPD) : tout comme l’hypothèque, ce dispositif permet la saisie du bien en cas de défaut de paiement mais il ne peut s’appliquer qu’aux biens existants.
  • Le cautionnement : ce système, avantageux pour toutes les parties, repose sur une société mutuelle qui apporte sa garantie. Pour ce faire, celle-ci mutualise le risque au sein de ses adhérents. Ces derniers versent au moment de leur emprunt une somme proportionnelle à celui-ci sur un fonds garanti. En contrepartie, la société mutualiste de cautionnement s'engage à payer les échéances de l'emprunteur en cas de défaillance. Un système de garantie à privilégier lorsque cela est possible, c'est-à-dire quand l'emprunteur apporte un dossier jugé recevable par la société de cautionnement.
  • Le nantissement : il permet aux emprunteurs détenteurs de valeurs de remettre une part de ces dernières à leur organisme prêteur, en garantie de l’emprunt immobilier accordé. Concrètement, il peut s’agit d’un contrat d’assurance vie ou de placement réputés sûrs.

 

L’assurance emprunteur

 

Si elle n'est pas obligatoire, les organismes de crédit sont en droit d’exiger que l’emprunteur contracte une assurance pour couvrir les risques pouvant impacter sa capacité à rembourser les sommes dues.

En pratique, cette assurance couvre généralement les risques décès et invalidité, voire ceux liés à la perte d’emploi.

 

Bon à savoir : l’emprunteur n’est plus obligé aujourd’hui d’accepter l’assurance proposée par le prêteur. Il est en droit et à tout intérêt à faire jouer la concurrence pour assurer son prêt immobilier aux meilleures conditions et au meilleur prix. L'organisme de crédit n'a donc pas le droit d'assujettir l'accord du prêt à la prise de l'assurance en son sein !

 

Vous le constatez, la mise en concurrence est au cœur de cette phase du processus d’accession à la propriété.

Vous devez faire preuve de patience et étudier les différentes offres qui vous sont faites en faisant jouer la concurrence entre les différents établissements prêteurs. Au final, ce travail peut vous faire gagner beaucoup d’argent.

N’hésitez pas à vous faire accompagner par un professionnel. Un accompagnement qui vaut de l’or !

retour au sommairelire la suite : L’acte de vente et le détail des frais annexes

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

votre logement neuf à partir de 100 000 € avec TVA réduite

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com