Besoin d'aide pour choisir votre fournisseur d'énergie ?

Nos experts énergie vous aident à économiser jusqu'à 200 € sur votre facture gaz et électricité

09 74 59 19 97

appelez-nous gratuitement

09 74 59 19 97

appelez-nous gratuitement

Quel régime d'imposition choisir lorsque je loue un bien immobilier ?

Location

Qui dit location, dit régime fiscal. Propriétaire-bailleur, vous êtes aussi contribuable et il va vous falloir déclarer à l’administration fiscale ces nouveaux revenus. La fiscalité n’est en effet pas uniforme, selon que vous louez en meublé ou vide, et plusieurs régimes vous sont proposés.

 

1 - La fiscalité de la location non meublée

 

Si vous avez opté pour une location non meublée, les loyers perçus sont considérés par l’administration fiscale comme des revenus fonciers qui s’ajouteront à vos autres revenus.

Au moment de déclarer ces revenus fonciers, vous avez le choix entre deux régimes fiscaux selon leur montant et celui de vos charges :

  • Le micro foncier : applicable à des revenus fonciers annuels inférieurs à 15  000 €, il offre un abattement forfaitaire de 30 % au titre des charges locatives ;
  • Le régime d’imposition réel : applicable à des revenus fonciers annuels supérieurs à 30  000 € ou sur votre demande si vos charges excèdent les 30 % déductibles au régime précédent.

 

Ci-dessous la liste des charges locatives déductibles :

  • Les dépenses d’entretien et de réparation ;
  • Les dépenses d’amélioration du logement ;
  • Les dépenses de reconstruction ou d’agrandissement ;
  • Les travaux en copropriété ;
  • Les primes d’assurance ;
  • Les taxes et impôts (taxe foncière notamment) ;
  • Les intérêts d’emprunt ;
  • La réalisation des diagnostics immobiliers ;
  • Les frais de gestion locative.

 

2 - La fiscalité de la location meublée non professionnel 

 

Les revenus tirés de la location meublée sont soumis à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC).

Pour obtenir le statut LMNP, il ne faut pas que les revenus tirés de la location de logements meublés dépassent 23 000 € par an ou que cela représente plus de 50 % de la totalité des revenus du propriétaire.

Là encore deux régimes fiscaux sont possibles :

  • Le micro-BIC : si les revenus liés au bien ne dépassent pas 70 000 € en 2018 , ce régime offre un abattement forfaitaire de 50 %
  • Au régime réel : permet de déduire des revenus du bien les charges (frais d’acquisition, droits d’enregistrement, frais de gestion, charges locatives…) et les amortissements comptables sur les valeurs immobilières et mobilières

Le statut LMNP permet de ne pas avoir à s’inscrire au Registre du Commerce et des Sociétés et ainsi ne pas avoir à s’acquitter de la taxe professionnelle.

 

L'avis de Choisir.com

 

La fiscalité constitue un élément à part entière de votre équation locative au moment de réaliser votre investissement. La maitrise de tous les paramètres y compris fiscaux doit vous permettre d’acquérir le logement qui vous offrira le rendement net le plus élevé possible. N’hésitez pas à vous faire conseiller et accompagner pour placer au mieux votre épargne !

retour au sommairelire la suite : Faut-il faire appel à un professionnel pour la ges...

Obtenez des devis personalisés pour votre déménagement