x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Espace V vs XC60, ont-ils les mêmes valeurs ?

Espace V vs XC60, ont-ils les mêmes valeurs ?

Alors que l’Espace de Renault a pris en muscles pour sa cinquième génération, le XC60 de Volvo demeure fidèle à ses lignes originales. Qualité suédoise contre tempérament français, Renault peut-il vraiment tenter son incursion dans le haut-de-gamme face au savoir-faire de Volvo ?

 

Crossover contre Grand crossover

 

Les appellations doivent être vendeuses. Et celle de crossover fait vendre. Renault tente le méga bingo en nous inventant le Grand crossover, selon les propres termes du constructeur. Il est évident que l’Espace s’est détaché des codes du monospace qui habillaient ses précédentes générations. Le nouveau fleuron de Renault garde tout de même sa longueur de 4,85 m mais ne propose plus qu’un unique format de carrosserie. Et si sa hauteur perd 6 cm, sa garde au sol augmente pour atteindre 16 cm. La silhouette est elle-même peu conventionnelle, mais pas révolutionnaire. Elle marque un dynamisme exceptionnel sur son segment, figure de style inaugurée par le Ford S-Max au moment de sa sortie, mais avec moins de prestance que le Renault toutefois.

Ceux qui n’apprécient pas les chromes pesteront contre une calandre un peu trop bling-bling, mais la robustesse de l’ensemble et la massivité du bouclier avant contrastent avec ce détail.

En face, le XC60 est résolument plus sage. Il se contente humblement de l’appellation de crossover, et cela lui va bien. Avec sa calandre typique Volvo et ses lignes directes, le XC60 ne fait pas dans la fantaisie. Une sobriété un peu excessive qui semble réserver le suédois à une clientèle sénior. Mais ce n’est pas sur le design qu’il vise de briller en premier lieu.

 

La course au premium

 

Pour jouer dans la cour premium, il ne suffit pas d’orner un véhicule de quelques artifices chromés. Et il faut reconnaître à Renault une véritable avancée dans l’amélioration de la qualité perçue de ses habitacles comme de l’ergonomie générale.  L’Espace V ne fait pas exception, et prendre place derrière le volant n’offre plus du tout la même expérience qu’avec l’Espace IV. Oui, la montée en gamme est certaine. Les plastiques sont bien choisis, et les assemblages progressent sensiblement. L’écran tactile verticale centralise la plupart des commandes, ce qui demande un petit temps d’adaptation mais devient vite intuitif dès qu’on le maîtrise. Le confort de la sellerie est bon, et la suspension joue raisonnablement entre souplesse et tenue de route. L’on note encore quelques défauts comme des plastiques bas rigides, un certain manque de rangements et des bruits de sifflement sur autoroute.

En face, le Volvo ne commet quasiment aucune fausse note. La qualité de l’habitacle est tout simplement irréprochable. Style épuré et agencement luxe, le XC60 garde quelques molettes de commande directe pour ceux que le tout tactile rebute. L’écran n’est d’ailleurs pas à la hauteur de celui du Renault, mais il est d’une efficacité absolue. Tout comme l’insonorisation qui reste parfaite à toute allure.

A l’arrière, que ce soit dans l’Espace ou dans le XC60, les passagers ont la place de voyager confortablement. Mais dans le Volvo, cela se fait au détriment du coffre qui n’offre que 495 l de chargement. Le Renault, fort de proposer sept places en option, indisponible chez son rival, annonce un coffre de 785 l en cinq places, et 2 101 l en configuration deux places. Les 1 455 l maximum du suédois ne pèsent pas lourd.

 

Une offre moteur antagoniste

 

L’Espace V se contente d’une offre moteur assez limitée. Deux dCi 1.6 l 130 et 160 ch, et un TCe 200 ch. C’est peu, et le constructeur au losange impose l’EDC sur le 160 ch. Tandis que Volvo propose une ribambelle de blocs : de 150 à 220 ch en Diesel, avec la boîte que l’on souhaite, et deux essences en 245 et 306 ch, associés à l’excellente Geartronic 8.

Ceci dit, l’EDC de Renault n’est pas en reste, et à condition d’opter pour le 160 ch, l’Espace adopte un comportement routier très satisfaisant. A part une petite latence à bas-régime, particulièrement désagréable en ville, le 1.6 l remplit son office.

Latence n’est pas un mot qui fait partie du vocabulaire de Volvo. Précis, véloce et souple, le XC60 répond à toutes les sollicitations à condition d’opter pour le 190 ch ou plus.

 

Notre avis

 

L’Espace V n’atteint pas le niveau premium du XC60, mais il possède bien d’autres qualités qui en font le vainqueur de ce comparatif.

retour au sommairelire la suite : Audi Q7 vs Volvo XC90, match de titans

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

comparez les promotions auto jusqu'à -41 % de remise

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com