x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Essai Ford Ecosport, objet roulant non identifié

Essai Ford Ecosport, objet roulant non identifié

Le Ford Ecosport n’est pas une nouveauté. Cela fait dix ans que ce petit SUV « rigolo » fleurit sur les marchés émergents comme le Brésil, l’Inde ou la Chine. Depuis 2014, le géant américain a décidé d’importer ce modèle original en Europe. Mais a-t-il bien analysé sa cible ?

 

Original, mais pratique ?

 

Ford EcosportDans le rayon des bonnes bouilles, le Ford Ecosport se place très bien. Une face avant massive, et pourtant très sympathique. Une double calandre originale, surplombée par des optiques réduites, et des projecteurs antibrouillards placés en hauteur confèrent à ce crossover une esthétique unique. Bien qu’il possède une garde au sol de 20 cm, ce qui en fait le plus haut de son segment, l’Ecosport n’est pas proposé avec la transmission intégrale.

Vendu à plus de 700 000 exemplaires dans le monde, il s’agit d’un véritable best-seller dans son genre. Normal donc que Ford s’attaque à des marchés plus concurrentiels comme celui de notre bon vieux continent. Mais là, ce qui plaît en Amérique du Sud ne fait pas forcément le bonheur de l’Europe. L’exemple le plus flagrant est cette roue de secours placée sur la porte du coffre, pour un design très tout-terrain. Côté pratique, c’est très moyen. La porte du coffre, déjà difficilement manipulable, devient extrêmement lourde. Et l’Ecosport, qui pourrait mettre en avant son gabarit de 3,99 m, passe à 4,24 m avec cette roue mal placée. De ce côté-là toutefois, Ford est en train de revoir sa copie afin de corriger cette erreur de bon sens sur la prochaine mouture de son challenger.

 

A l’intérieur

 

Ford Ecosport interieurL’Ecosport reprend presque intégralement la planche de bord de la Fiesta. Ce qui n’est pas une mauvaise chose en matière d’ergonomie. En revanche, les finitions et les plastiques durs sonnent vraiment low-cost, ce qui rend l’ensemble peu séduisant. L’instrumentation des compteurs est d’un classicisme à la limite de l’austérité, et la taille ridicule de l’écran multimédia a de quoi faire pleurer.

L’on se console avec une excellente habitabilité à l’avant comme à l’arrière, et un coffre raisonnable qui peut passer de 333 à 1 238 litres.

 

Deux finitions, deux motorisations

 

Ford EcosportDe par ses origines qui le destinent aux marchés émergents, le Ford Ecosport est proposé en deux finitions seulement, Trend et Titanium. C’est d’ailleurs une évolution, puisqu’il ne disposait auparavant que de la finition Titanium, la Trend ayant vu le jour afin d’offrir des tarifs plus accessibles et ainsi mieux concurrencer les Renault Captur, Peugeot 2008 et Nissan Juke. De série, la version Trend propose la climatisation manuelle, les vitres électriques à l’avant et à l’arrière, le volant en cuir réglable, les vitres teintées, le lecteur MP3, le siège conducteur réglable en hauteur, l’assistance au freinage d’urgence, le contrôle de pression des pneus, les feux diurnes, l’ABS, l’ESP et les antibrouillards. En option, l’audio pack 2 à 250 € pour bénéficier de l’USB et du Bluetooth reste raisonnable. C’est mieux que Renault, mais moins bien que Nissan pour un véhicule qui vaut tout de même 17 990 € en essence, et 18 690 € en Diesel. En face, la version Titanium coûte exactement 3 000 € de plus (20 990 € en essence, et 21 690 € en Diesel). Pour ce prix là, l’on gagne l’USB et le Bluetooth, les commandes radio au volant, les jantes 16’’ (les 17’’ en option à 250 €), le régulateur de vitesse, la climatisation automatique, tout comme l’allumage des feux et des essuie-glaces, le système keyless, la boîte à gants réfrigérée, le radar de stationnement, et les barres de toit (en option à 200 € sur la Trend). Une dotation assez intéressante, même si la navigation, indisponible, fait cruellement défaut.

Côté motorisation, là aussi l’offre est minimaliste mais a le mérite d’être claire. Un bloc essence trois cylindre 1.0 l  Ecoboost 125 ch, et un Diesel 1.5 l TDCi 90 ch. Tous deux évitent de justesse le malus écologique et affichent respectivement une consommation mixte de 5,4 l et 4,6 l.

 

Sur la route

 

Ford EcosportReposant sur une plateforme de Fiesta, pas étonnant que l’Ecosport fasse preuve d’une excellente tenue de route et de suspensions aussi confortables que discrètes. Sa garde au sol pourrait faire craindre la prise de roulis, mais ce n’est pas le cas. La précision de sa direction contribue largement à l’agrément de conduite. Agrément qui gagne à profiter de l’Ecoboost, bien plus réactif que son homologue TDCi à la traîne en dessous des 2 000 trs/min.

 

Notre avis

 

Bien que doté de divers défauts rageants au quotidien, l’Ecosport possède aussi des atouts indéniables. Un véritable challenger sur le marché des crossover.

retour au sommairelire la suite : Renault Clio vs Hyundai i20 : la rivale inattendue

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

comparez les promotions auto jusqu'à -41 % de remise

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com