x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Essai Peugeot 308 SW : La bonne excuse pour partir

Peugeot 308 SW

Détrônant la Golf (excusez du peu), la 308 vient de se faire élire voiture de l’année 2014. La marque au lion ne s’endort pas pour autant sur ses lauriers puisqu’elle vient de lancer sur le marché la version SW de celle qui est en passe de devenir un best-seller. Pas la peine de faire durer le suspens, la 308 SW a déjà conquis la majorité des experts en automobile (dont notre rédaction). Spacieuse, dynamique, confortable, voilà un break qui est bien parti pour s’imposer dans sa catégorie. A tel point qu’elle pourrait même faire de l’ombre au segment des SUV.

 

Tout simplement belle

 

Très récemment nous étions déjà tombés en pamoison devant la silhouette de la DS5. Et bien l’on peut dire que PSA continue de nous gâter. La 308 SW est absolument sublime. Tout est affaire de goût, bien sûr, mais un break avec de telles lignes est inespéré. De plus, un vrai break SW qui n’a fait aucun compromis entre habitabilité, confort et plaisir de conduite. Sur le papier, cela paraît facile. Et pourtant, combien de fois avons-nous été déçus…

 

Un format complètement revisité

 

Pour assurer la prouesse de nous proposer un break SW aux sensations de conduite au moins égales à son homologue berline, les designers de Peugeot ont du entièrement revisité son format. En fait, vous ne la reconnaîtrez que sur sa moitié avant, car depuis les portes arrière tout a été redessiné.

La longueur totale de la 308 SW prend donc 33 cm qui se répartissent entre l’empattement (+ 11 cm) et le porte-à-faux arrière (+ 22 cm).

Cela nous donne un surpoids de seulement 70 kg en comparaison de la 308 berline. Mais surtout, c’est 140 kg de moins que l’ancienne version de la 308 SW (merci à la nouvelle plateforme EMP2). Pourtant cette dernière était 8 cm plus courte. Au profit du dynamisme et de l’efficience (entendez la consommation de carburant), la nouvelle 308 SW est rabaissée de 6 cm par rapport à son aïeule.

Mais comme ce n’était pas encore suffisant, les bureaux d’études ont du faire des heures supp pour nous proposer un volume de coffre minimal de 660 litres (contre 420 litres précédemment !), et un volume maximal de 1 660 litres. A ce niveau là, la modularité est d’une extrême simplicité avec un système de poignées des plus ingénieux.

Dans cette configuration, le plancher entièrement plat vous permettra de charger à loisir tout ce que vous souhaitez transporter. Le bonheur pour tout possesseur de break.

 

Du nouveau sous le capot

 

La 308 SW ne se contente pas de débarquer d’une façon tonitruante sur le marché, elle amène avec elle son lot de nouveautés. Et notamment une motorisation essence trois cylindres PureTech 1.2 l de 130 ch. Cette version turbocompressée vous fera oublier que vous êtes au volant d’un break. Véloce et agile, ce nouveau bloc fait des merveilles dans toutes les situations.

Seul questionnement : sera-t-il assez puissant lorsque le véhicule sera chargé au maximum. Dans le doute, et si vous envisagez de longues distances, vous préférerez sûrement opter pour l’une des deux nouvelles motorisations BlueHDi. La 1.6 l qui se décline en 100 ch et 120 ch, ainsi que le gros 2.0 l de 150 ch (déjà parés pour les futures normes Euro6).

A noter que seul le 2.0 l propose la boîte automatique à six rapports. Et si votre poil se hérisse en pensant aux versions lentes et geignardes des BMP6, sachez que la 308 SW bénéficie quant à elle des nouvelles EAT6 (Efficient Automatic Transmission). Finis les creux à bas-régime et les changements de rapports brutaux. Un vrai plus, même si l’on n’est pas forcément au niveau des boîtes automatiques double embrayage proposées par la concurrence. En essai réel, la consommation mixte du 2.0 l BlueHDi avoisine les 6,5 l/100 km (voiture à vide).

 

L'intérieur

 

Maintenant que nous avons vu que la nouvelle 308 SW est modulable, et très agréable à conduire, penchons nous sur l’habitacle.

Et là, vous retrouverez tous les atouts de la 308 : des matériaux de qualité, des finitions perfectibles mais toutefois correctes, et le fameux petit volant qui fait des miracles. Les défauts, puisqu’il y en a, vont se situer au niveau de l’ergonomie. Notamment sur l’interface tactile qui se trouve être d’une lenteur que nous ne nous expliquons pas.

Il vous faudra donc une certaine patience pour actionner la climatisation par exemple. Autre point noir, une position de conduite un peu trop haute qui se marie mal avec le dynamisme de la bête.

 

Le comportement

 

Répétons-le, le comportement sur route de la 308 SW est tout simplement bluffant. Accrocheuse, réactive, elle enchaîne les routes sinueuses sans sourciller, en grande partie grâce à l’augmentation de son empattement.

Encore une fois, ces essais sont réalisés à vide. Qu’en sera-t-il quand vous aurez chargé la mule de toutes vos valises ?

Cette question n’est pas anodine lorsque l’on sait que Peugeot n’a pas pensé utile de doter son nouveau fleuron de correcteur d’assiette ni de correcteur d’amortissement.

Excès de confiance ? L’avenir nous le dira.

 

Les tarifs

 

A partir de 22 750 € dans sa version essence, et de 23 350 € pour le Diesel, la 308 SW n’est guère plus chère que sa version berline. Un atout qui pourrait finalement faire de l’ombre aux ventes de la 308.

 

Notre avis

 

Devez-vous acheter la 308 SW ? A la lecture de notre article, vous aurez compris que la réponse est oui. Un break avec un tel volume de chargement, de telles performances, et une « vraie gueule », comment lui dire non ? Pensez tout de même à faire quelques économies, car vous allez avoir envie de partir en vacances plus souvent.

retour au sommairelire la suite : Essai Renault ZOE : Le courant passe bien

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

comparez les promotions auto jusqu'à -41 % de remise

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com