x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Essai Renault ZOE : Le courant passe bien

Renault zoé electrique

L’engouement et la ferveur médiatique autour du lancement passés, il est temps de se pencher plus sérieusement sur le cas de la Renault ZOE, la première voiture française électrique de grande diffusion. Sans apriori, sans militantisme et sans complaisance, nous avons essayé la Renault ZOE. Verdict.

 

Cela fait près d’un an que la Renault ZOE est commercialisée dans tout le réseau Renault et elle commence à s’installer tranquillement dans le paysage automobile hexagonal.

Saluons au passage le courage de Renault qui ne lui impose aucune contrainte de diffusion, la ZOE est disponible dans toutes les concessions au losange sans exception.

Avec près de 6 000 exemplaires écoulés en France (presque 10 000 dans le monde) depuis début 2013, la ZOE est peut-être en deçà de ses objectifs et se trouve très loin des 86 000 immatriculations de la Clio IV sur la même période, mais elle est la seule voiture électrique à figurer dans le Top 100 des ventes. Il faut imaginer qu’il se vend davantage de ZOE que d’Audi Q5 ou de Smart Fortwo.

 

Les mêmes honneurs que la Clio

 

La ZOE et la dernière Clio se ressemblent mais ont une identité propre.

Il faut dire que les deux modèles sont proches en terme de look - les deux sont signés Lauren Van Den Acker, le patron du design Renault - en terme de taille - 4,08 m pour la ZOE contre 4,06 m pour la Clio - et reposent sur la même plate-forme.

Les deux se partageaient même à parts égales le stand Renault au Mondial de Paris 2012. A la fois élégante et dynamique, la ZOE est la preuve roulante que les voitures vertueuses ne sont pas condamnées à se démarquer grâce à un style décalé, voire dérangeant.
L’habitacle, lui, ne joue pas le futurisme à outrance. Bon nombre d’éléments sont repris à la Clio, le mobilier et les ambiances ne cherchent heureusement pas l’originalité à tout prix.

La ZOE justifie son côté « écolo » par un accueil apaisant, voire bon pour la sante avec un capteur de toxicité et des matériaux anti-allergiques.  Le bleu des sources lumineuses amplifie cette ambiance assez « clinique » mais convaincant et parfaitement cohérent avec le positionnement de l’auto.

 

Aucun compromis en faveur de l'électricité

 

Le problème avec « l’écologie » c’est qu’elle impose parfois des compromis. Ce n’est pas le cas avec la ZOE que ce soit en matière d’habitabilité, de confort ou d’équipement.

Avec un gabarit similaire à la Clio, la ZOE offre logiquement un espace semblable, prévu pour 5 passagers. Comme c’est souvent le cas seulement 4 personnes se sentiront pleinement à l’aise. Et pas question pour la ZOE, sous prétexte d’être électrique, de recevoir ses invités sur des chaises de camping. Les assises sont bien dessinées, proposent un maintien et un moelleux tout à fait dans la moyenne du segment.

Pour employer une expression à la mode, la ZOE est une voiture « normale ».

Son équipement le confirme avec un fort penchant pour la technologie notamment au travers de la tablette multimédia connectée R-Link.

Regroupant les fonctions audio, navigation, téléphonie, elle offre en plus un assistant d’éco-conduite et plusieurs applications en ligne. Notons que le système R-Link est livré de série, en même temps que la climatisation, le régulateur de vitesse, les feux de jour à Leds et la carte mains libres.

Une dotation complète plutôt rare dans l’univers des citadines.

 

Des prestations routières étonnantes

 

Profitant d’éléments de châssis empruntés à des modèles Renault plus populaires (suspensions de Mégane, train avant de Clio RS), la ZOE se montre très convaincante sur route.

Son niveau de confort ressemble à ce qui se fait généralement sur le segment, c’est à dire ni trop ferme ni  trop souple, et ses réactions neutres sont rassurantes contrairement à ce qui peut se faire sur certains modèles électriques concurrents.

Grâce à un positionnement intelligent de la batterie sous le plancher, la batterie étant l’élément le plus lourd elle doit être placée le plus bas et le plus au centre possible, la ZOE étonne par son équilibre et son agilité. La batterie n’empiète donc pas sur le coffre qui propose un volume supérieur à une Clio (338 L).

Petits défauts de la ZOE, l’un propre aux Renault en général qui est une direction parfois inconsistante, et l’autre qu’elle partage avec bon nombre de modèles urbains à savoir un amortissement qui répond trop sèchement sur chaussée dégradée.

La bonne surprise de cette ZOE reste avant tout son agrément avec un moteur développant 88 ch et 250 Nm de couple pour des accélérations toniques et des reprises soutenues. On retrouve avec elle le confort d’une boîte automatique, un moteur électrique ne nécessite pas de boîte de vitesse et génère assez de frein moteur pour se passer des rétrogradages.

Et quel silence ! L’absence de sonorité mécanique s’avère déroutant mais demeure l’atout majeur des voitures électriques surtout en ville. Apaisante mais non dépourvue de tempérament, la ZOE arriverait à convaincre de nombreux sceptiques en une simple prise en main.

 

Un système de recharge innovant

 

Aucune émission polluante, un silence total, un prix d’appel canon pour une voiture électrique (à partir de 15 190 € bonus déduit, hors location de batterie) et moins de 3 € d’électricité pour parcourir 150 km, c’est l’argument massue de cette Renault ZOE.

L’autonomie, comme la consommation d'un véhicule essence ou diesel dépend de plusieurs variables : style de conduite, type de parcours, vitesse, conditions climatiques. La plage d'autonomie réelle de ZOE sur un parcours périurbain est entre 100 km environ en saison froide et 150 environ en saison tempérée. Des chiffres bien suffisants pour la plupart de nos trajets quotidiens.

Enfin autres éléments à prendre en compte avant de vous lancer à corps perdu dans l’aventure 100 % électrique, le principe de location de la batterie (abonnement mensuel à partir de 49 €) et la durée de recharge : de 30 min à 10h sur la WallBox dédiée (environ 1 000 € installation à domicile comprise). A domicile ZOE peut se recharger sur une prise domestique (uniquement pour une recharge d’appoint), une prise dédiée au véhicule électrique en 10h ou sur une Wallbox pour une recharge en 4h. Les bornes de recharge publique se déploient progressivement en France.

En janvier 2014, on en comptait plus de 7 000  généralement sur les parkings des centres commerciaux, dans les parcs de stationnement, les stations services, les parkings d’entreprise, et bien sûr dans les rues de nos villes.  Et encore faudrait-il que le n’importe-où désigne une infrastructure de recharge publique étendue ce qui est loin d’être le cas.

Pour plus d'information sur la Renault ZOE : cliquez ici.

retour au sommairelire la suite : Voiture électrique : le marché et les modèles disp...

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

comparez les promotions auto jusqu'à -41 % de remise

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com