x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Honda Civic Tourer VS Toyota Auris Touring Sports : les breaks à la japonaise

Honda Civic Tourer VS Toyota Auris Touring Sports : les breaks à la japonaise

Si le break est revenu en force depuis ces dernières années, c’est qu’il représente une alternative plus qu’intéressante aux monospaces et SUV. Il faut dire que les constructeurs ont mis le paquet sur ce segment dans le but de séduire une clientèle généralement d’avantage attirée par les berlines. Et puisque la compétition fait rage, l’innovation est sensée être au cœur de l’offre. D’autant plus quand le Japon s’en mêle.

 

Un air de famille

 

Honda civic Tourer faceVue de face, une première chose est frappante, car le Civic Tourer et l’Auris Touring Sports ont comme un air de famille avec leurs museaux plongeant et leurs lignes profilées. Mais à ce jeu là, le Honda serait plutôt le petit rebelle, et le Toyota un grand frère assagi.

En effet, à y regarder de plus prés, l’Auris peut paraître un peu pantouflard. Certes son regard est incisif, et son capot en V qui vient englober le logo du célèbre constructeur japonais sont plutôt bien réussis. Mais le bouclier demeure quelconque et les antibrouillards semblent s’excuser d’être là. L’Auris se dote d’une ligne un peu incongrue, en conservant l’empattement de son homologue berline tout en s’allongeant de 28 cm. Une idée économique pour le constructeur, mais loin d’être esthétique pour l’acheteur. Enfin, la face arrière d’un ennui total ira à merveille avec une nappe à carreaux ou une peluche sur le cache bagages.

Toyota Auris Touring SportsHonda a d’avantage misé sur le design en dotant son Civic Tourer d’une silhouette sportive très séduisante, notamment avec la remontée à l’arrière, ce qui nuit malheureusement à la vision. Le dessin du hayon arbore un becquet qui lui va à merveille, tout comme l’antenne « aileron de requin ». Mais l’on regrette que le bloc optique soit uni sur toute la largeur. Son bouclier avant est aussi assez réussi dans sa conception en deux tons. Il faut quand même reconnaître au fer de lance de Honda une belle réussite esthétique, surtout si l’on rappelle que la Civic n’a pas été dotée d’une carrosserie break depuis prés de 15 ans. Un vrai retour en force.

 

A l’intérieur

 

Honda Civic TourerAvec son design à deux étages, la planche de bord du Civic Tourer a de quoi déconcerter. On ne peut toutefois pas lui ôter son originalité, même si l’ergonomie n’est pas évidente dans un premier temps. Difficile aussi de passer outre la mauvaise qualité des plastiques, défaut maintes fois pointé du doigt dans la famille Civic, ni sur la visibilité arrière clairement insuffisante (une maladie dont souffre beaucoup de nouveaux modèles, tous constructeurs confondus). Toujours cette satanée remontée de caisse qui donnera l’impression aux passagers arrière de s’enfoncer désagréablement dans la banquette. Bref, en cédant à des modes bon marché, l’habitacle de ce Civic Tourer prend un côté « cheap » qui nous rebute clairement. Surtout quand Honda veut nous faire miroiter un son de haute qualité en installant ses HP tels des excroissances futuristes. Perte de temps, de place, de simplicité. Quant à la  position de conduite, elle est particulièrement haute pour ce segment, eût égard au réservoir qui vient se loger sous les sièges avant afin de libérer deux trappes à bagages appréciables dans le coffre. Une position pas forcément désagréable si l’on n’est pas un grand gabarit.

Toyota Auris Touring SportsAvec son Auris, Toyota joue la carte du conventionnel en y mettant tout de même de la qualité. L’ensemble très sobre reste accueillant et les commandes se prennent en main en un rien de temps. L’écran de navigation, moins orienté vers le conducteur que sur le Honda, se pare d’un entourage noir et chrome assez joli. On se demande tout de même s’il n’y avait pas mieux à faire au niveau de la planche de bord, histoire de flatter l’œil. Apparemment pas.

Quant aux passagers à l’arrière, ils bénéficient d’un espace relativement conséquent, supérieur à celui de son rival. Ainsi que, comme vu plus haut, d’une bien meilleure vue sur le paysage.

 

Côté volumes

 

Civic TourerLes volumes profitent clairement au Civic Tourer qui annonce sans complexes un coffre minimal de 624 litres, là où l’Auris Touring Sports se contente de 530 litres. Le double fond proposé par Honda n’est pas anecdotique et permet de ranger deux valisettes. Le seuil de chargement bas est aussi au bénéfice de Honda.

En revanche, en configuration maximale, la bataille est relancée : 1 658 litres pour l’Auris, et 1 668 litres pour le Civic.

 

Du Diesel, de l’essence,… de l’hybride

 

Auris Touring SportsL’Auris Touring Sports se décline également en hybride, mais cela fera l’objet d’un prochain papier. Côté motorisation, si les essences réussissent mieux que les blocs diesel à nos deux breaks, force est de constater que le Civic Tourer prend largement le pas sur son concurrent. Plus de chevaux, plus de couple, sans pour autant faire exploser la consommation, Honda dame le pion à son rival de toujours sur route. De plus, la direction très précise et les systèmes de sécurité (qui peuvent être déconnectés à loisir) apportent au Civic un agrément de conduite qui n’est pas au rendez-vous chez Toyota. En effet, à conduire, l’Auris Touring Sports fait preuve d’une certaine maladresse, notamment dans les longues courbes.

 

L’offre

 

CivicDans sa version Dynamic, qui démarre à 22 550 € pour le bloc essence et 25 650 € avec le Diesel 124 ch D-4D, l’Auris emporte la climatisation automatique, le régulateur de vitesse, le volant multifonction, la caméra de recul, le Bluetooth et le contrôle de pression des pneus. Ajoutez 600 € pour bénéficier du système de navigation ToyotaTouch & Go 2.

En face, pas de version hybride, et un tarif qui démarre quand même à 24 340 € pour le 1.6 l DTEC Elegance. A ce prix là, pas de caméra de recul ni d’allumage automatique des phares. En revanche l’on peut compter sur l’aide au freinage d’urgence et l’assistance au démarrage en côte qui ne sont pas au menu du Toyota. La navigation est également incluse, un bon point qui réduit l’écart de prix.

 

Notre avis

 

AurisBien que l’Auris Touring Sports soit légèrement moins cher que son rival, il n’atteint pas le même niveau d’exigence, aussi bien en volume, en équipements et sur route. Le Civic Tourer remporte donc ce match d’une bonne longueur.

retour au sommairelire la suite : Renault Captur vs Nissan Juke : le derby des cross...

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

comparez les promotions auto jusqu'à -41 % de remise

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com