x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Le Mazda CX-3 peut-il inquiéter le Renault Captur ?

Le Mazda CX-3 peut-il inquiéter le Renault Captur ?

Le Captur est une belle réussite commerciale pour Renault. Mais il a fort à faire avec un CX-3 issu d’un constructeur largement reconnu pour ses qualités. Alors, le français doit-il s’inquiéter de l’apparence sportive et des atouts du japonais ? Réponse en détails.

 

Fun vs Sport

 

A ma gauche, le Renault Captur. Star des ventes depuis son premier mois de lancement, celui qui a fait sa place au sommet de la gamme au losange offre un physique moderne qui tend vers le fun. Pour aller au bout des choses, le constructeur propose moult possibilités de personnalisation, notamment au travers de sa carrosserie biton. Il faut dire qu’avec son tout petit gabarit de 4,12 m, ce SUV compact s’adresse facilement à une clientèle urbaine. Clientèle qui aura tout de même le souhait de piloter en hauteur grâce à une position de conduite surélevée.

Un peu moins haute, la conduite sur le Mazda CX-3 tend d’avantage vers la sportivité. Le japonais ne fait d’ailleurs pas dans les coloris tendances et préfère opter pour une silhouette aussi athlétique que sérieuse. Plus long de 14 cm que son rival, le CX-3 se rapproche aussi du bitume de quelques centimètres.

Bien sûr, cette hauteur supplémentaire génère chez le français d’avantage de mouvements de caisse, et surtout une hausse des bruits aérodynamiques dans un véhicule où l’insonorisation est déjà l’un des points noirs.

 

Le plus agréable à vivre

 

A l’intérieur, le constat est un peu identique. Le Captur offre un dessin de planche plus dynamique que celui du CX-3. Renault a fait des efforts sur la qualité perçue de ses modèles, et cela se ressent ici. L’écran tactile est bien intégré, et son utilisation est d’une simplicité déconcertante. L’on regrette un petit côté « grossier » dans ce design qui manque de finesse, mais l’ensemble est plutôt attrayant.

Toujours plus sérieux, le CX-3 prend l’avantage sur les matériaux et leur assemblage. La planche de bord est plus classique, et Mazda a préféré conserver des commandes déportées pour ceux que le tactile rebute. Le constructeur a bien fait, son interface n’étant pas toujours des plus réactives.

Assi au volant du Captur, l’on surplombe l’environnement. C’est bien un petit SUV. Le CX-3 inspire d’avantage une conduite dynamique. Et cela se vérifie sur route où le SkyActiv Diesel de 105 ch répond à toutes les sollicitations, et où la direction se montre d’une précision sans faille.

Le Captur est clairement moins véloce avec son dCi 110 ch, mais il demeure agréable à conduire. Et surtout beaucoup plus confortable. En effet, le japonais jouit de suspensions trop fermes qui, certes font la joie du pilote, mais incommodent largement les passagers arrière. Avec son rythme moins soutenu, le Renault reste très confortable sur ce point.

Il reprend même largement la tête à bas-régime où l’on ne peut que louer la souplesse de son bloc, et surtout l’excellente vision périphérique qu’offrent les généreuses surfaces vitrées. De ce côté-là, le CX-3, design sportif oblige, est un bien mauvais élève. Faire une marche arrière un peu périlleuse peut générer quelques tensions.

Côté modularité le français mène aussi le bal. Sa banquette coulissante permet de faire gagner 16 cm aux jambes à l’arrière, offrant un coffre minimal entre 377 et 455 l. Dans sa meilleure posture, le CX-3 ne propose que 350 l. Mais c’est en configuration deux places que le japonais s’impose avec 1 260 l contre 1 235 l. La facilité de chargement demeure tout de même en faveur du Renault qui jouit d’un seuil de chargement plus bas que celui de son rival.

Enfin, soulignons un atout de taille pour le CX-3 avec la possibilité de lui adjoindre une transmission intégrale tandis que le Captur se contente de rester un 4x2. Un plus certain pour ceux qui doivent régulièrement affronter la neige et le verglas.

 

La dotation

 

Le Mazda CX-3 démarre plus haut dans les tarifs. Dans sa finition Dynamique, avec le Diesel 105 ch et sans transmission intégrale, il est facturé 22 650 €. Pour ce tarif il embarque les détecteurs de pluie et de luminosité, l’aide au stationnement arrière, l’assistance au démarrage en côte, la navigation, l’alerte de franchissement de ligne et l’aide au freinage intelligent en milieu urbain.

Le Renault Captur, pour se mesurer équitablement, adopte sa finition Intens et son dCi 110 ch au prix de 23 600 €. Pour ce tarif, il propose l’aide au parking arrière, la navigation Europe, les capteurs de pluie et de luminosité et l’aide au freinage urgence.

A niveau équivalent, les deux candidats se valent sur les équipements de confort, mais la Mazda prend l’avantage sur les fonctions de sécurité.

 

Notre avis

 

Le Mazda est mieux équipé que le Renault. Mais à vivre, c’est bien le Captur qui est le plus agréable au quotidien. C’est donc lui le plus intéressant de notre point de vue.

retour au sommaire

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

comparez les promotions auto jusqu'à -41 % de remise

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com