x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Renault Twingo II Vs Volkswagen Up! : petites mais costaudes

renault twingo

Depuis ces dernières années, la prise de poids des Clio et autres Polo a reprécisé les normes du marché des minis citadines dont la Twingo, figure historique, est la digne représentante.

La petite voiture au losange peut donc reprendre toute la place qui lui revient.

Mais elle doit désormais compter sur une rivale de taille avec la Up! de Volkswagen. Le constructeur allemand avait délaissé ce segment exclusivement urbain depuis le revers commercial essuyé par la Lupo. Il revient désormais en force, prêt à en découdre avec son voisin.

 

Voisin-voisine

 

Si la rivalité franco-allemande peut donner lieu à de beaux challenges industriels, elle s’arrête aux bureaux d’études pour la Up! et la Twingo II.

Les deux constructeurs européens ne fabriquent pas à l’intérieur de leurs frontières.

Ce sera direction Bratislava en Slovaquie pour l’allemande dont l’architecture va également servir de base à la Seat Mii et à la Skoda Citigo.

La Twingo II quant à elle sera produite dans la Slovénie voisine.

Cette précision devrait dépassionner les débats sur la nationalité automobile.

 

A première vue

 

A les regarder d’un point de vue extérieur, ces deux stars du bitume ont un point commun : elles renouvellent les codes du genre sans jouer sur le superflu.

La Twingo II nous offre une face avant plutôt racée avec une belle  intégration du losange, à l’image de toute la gamme designée par l’équipe de Laurens van den Acker.

Elle possède une vraie personnalité et ne semble pas le moins du monde fragile.

Avec ses 3,69 m, elle est légèrement plus longue que la Up! qui mesure 3,54 m.

L’allemande qui est très réussie également joue d’avantage sur la sobriété, voire le conventionnel. Mais cela marche

L’inclinaison de son capot lui donne un côté vieillot immédiatement contredit par ses optiques particulièrement bien réussies.

En regardant la Up!, on sait qu’on l’aime mais on ne sait pas vraiment pourquoi.

Côté look, les deux citadines se valent, chacune dans son style.

 

Prenez place

 

En prenant place au volant de la Twingo II, la déception va doucement gagner votre moral.

Elle paraissait si prometteuse de l’extérieur. Et puis plus rien : des plastiques gris bon marché, avec quelques notes de couleur un peu gadget, et des finitions largement discutables.

L’instrumentation de bord placée au centre la planche ne sera pas du goût de tout le monde (ce n’est pas du nôtre en tous les cas), et le poste placé trop bas se révèle particulièrement difficile d’accès.

Montez maintenant dans la Up! et retrouvez le sourire.

Un intérieur pimpant, avec des plastiques aux couleurs de la carrosserie et quelques chromes judicieusement placés.

On garde ses compteurs derrière le volant et on manipule sans problème les diverses fonctions (et le poste !).

La position de conduite est aussi largement à l’avantage de l’allemande.

 

Côté pratique

 

Mais comme le ramage ne se rapporte pas toujours au plumage, la Up!, malgré toute la joie qu’elle procure visuellement, peut parfois être un enfer à vivre.

Elle annonce un coffre avantageux de 251 litres, mais sa petite ouverture et son absence de lumière le rendent difficile à charger.

L’habitabilité arrière est plutôt bonne, mais le siège avant ne mémorisant pas l’inclinaison du dossier complique tout.

Vous avez trop chaud et vous souhaitez ouvrir la vitre passager, alors il vous faudra avoir le bras long car aucune commande n’est disponible côté conducteur.

D’ailleurs, optez pour un modèle avec climatisation car la fonction de recyclage de l’air n’est pas prévue au menu.

La Twingo II est tristounette à l’intérieur, mais elle se révèle bien plus pratique à manipuler que sa rivale.

Le système « easy entry » vous simplifie l’accès aux places arrière (des sièges indépendants et coulissants sont proposés sur les finitions « Privilège » et « Dynamique ») et le coffre de 230 litres bénéficie d’une large ouverture qui le rend plus aisé à charger… et d’une lumière cela va sans dire.

 

Comportement moteur

 

A ma gauche, une Renault Twingo II 1.2 l 75 ch. A ma droite, une Volkswagen Up! 1.0 l 75 ch. L’allemande démarre très fort grâce à son tout nouveau moteur 3 cylindres qui se comporte incroyablement bien.

Vif en reprises, sa souplesse lui permet aussi de passer en cinquième à faible vitesse dans le but d’alléger la consommation de carburant.

Un véritable petit bijou mécanique.

Tandis que la française nous ressort son éternel 1.2 l 16 V 4 cylindres qui équipait son aïeule.

Pour espérer un peu de reprise, il ne faudra pas hésiter à rétrograder. Ce qui ampute les chiffres annoncés sur le papier en termes de consommation, et qui étaient plutôt élogieux pour la Twingo II.

Bref, pour le plaisir de conduite, c’est la Up! qui l’emporte.

 

Attitude

 

En matière de conduite, sans surprendre tout à fait, la Up! révèle un excellent comportement sur route.

Elle accroche sur l’asphalte, secondée par un ESP de série (en option pour 650 € sur une Twingo II), et dévoile une agilité idéale pour la ville.

En revanche, dés que le bitume subit quelques irrégularités, la fermeté des suspensions devient sans pitié avec les lombaires.

La Twingo II est bien plus confortable sur tous types de chaussées, mais sa direction flottante et son manque d’adhérence la desservent inévitablement.

 

Le budget

 

Dans les modèles présentant un niveau de finition plutôt agréable, nous avons choisies la Twingo II 1.2 l 16 v LEV « Privilège » et la Up! 1.0 l 75 ch « High Up ».

Renault affiche un tarif de 12 900 €, contre 13 080 € pour Volkswagen. Les deux citadines se tiennent dans un mouchoir de poche.

A ce prix là, l’ESP est compris sur la Up! mais la climatisation sera obligatoirement manuelle.

Elle ne peut d’ailleurs pas être équipée d’airbags rideaux contrairement à la Twingo II chez qui cette option est proposée dans un pack.

Renault vient de dévoiler sa Twingo III au salon de Genève. Celle-ci devrait être commercialisée dès le mois de juin. Vous pourrez retrouver prochainement un essai complet dans nos colonnes.

retour au sommairelire la suite : Les 10 citadines du moment

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

comparez les promotions auto jusqu'à -41 % de remise

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com