x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Volkswagen Passat SW VS Mercedes Classe C break, pour des vacances premium

Volkswagen Passat SW VS Mercedes Classe C break, pour des vacances premium

Depuis toujours, Volkswagen a réussi le grand écart de proposer des voitures généralistes, aussi bien que des modèles capables de venir se frotter à la crème du haut de gamme. Dans ce domaine, la Passat, tout fraîchement élue voiture de l’année, est une sérieuse concurrente. Alors rien d’étonnant à ce que l’on retrouve sa version SW en prise directe avec la Mercedes Classe C Break. Coup de tonnerre pour des voitures premium destinées à la famille.

 

Nouvel objectif pour la Passat SW

 

VW passat swLa Passat de huitième génération s’est entièrement renouvelée, sans pour autant perdre de son identité. Une belle prouesse lorsque l’on sait qu’un nouveau marché est à portée de main. En effet, la Passat SW a jusque là été plébiscitée en premier lieu par le monde de l’entreprise. Aujourd’hui, la firme allemande veut séduire d’avantage les familles qui disposent d’un budget plutôt alléchant pour leur automobile. Si la Passat SW démarre à 26 700 €, il faut viser la version Carat Edition et son 2.0 l TDi Bluemotion avec sa DSG à sept rapports, pour la modique somme de 50 900 €, si l’on souhaite parler de véritable break premium.

Mercedes classe C breakEn face, la Mercedes Classe C break démarre à 34 550 € pour culminer à 98 950 €. Sept motorisations essence, six blocs Diesel, du 4 cylindre, du V6, du V8, l’offre est large. Mais si l’on compare à budget équivalent, la marque à l’étoile demeure plus coûteuse que sa rivale tant sur les finitions que sur les options. Sûre de son fait, et de son statut indétrônable, elle persiste en ce sens. Il est vrai que passé un certain budget, acheter un véhicule badgé Volkswagen peut faire grincer des dents. Mais il faut raison garder et comparer ce qui est comparable.

 

Deux esthètes

 

Premier constat, nous voilà face à deux breaks de toute beauté. Deuxième constat, leurs profils diffèrent en tous points. La Passat SW semble plus sage que sa rivale avec ses lignes épurées, presque minimalistes, mais qui ne la rendent toutefois pas anodine. Elle endosse fièrement son statut de break avec une silhouette moins aérodynamique et un hayon quasiment d’aplomb.

La Classe C break hésite un peu plus. Elle tient à conserver ses lignes de jeune première qui va au bal. Du coup, moins affirmée en tant que familiale, et pas tout à fait berline non plus, l’impression d’une version mutante s’impose un peu. Elle n’en reste pas moins belle et racée.

 

A bord

 

VW Passat intérieur tableau de bordSi nos deux concurrentes sont généreuses en matière de technologie embarquée, la Passat SW est bien mieux dotée que la Classe C break pour un tarif égal. Bien que la Volkswagen soit de prime abord plus classique en terme d’ergonomie et de design au niveau de l’habitacle, sa planche de bord, sur les finitions haut de gamme, présente une diffusion permanente des compteurs, ordinateur de bord ou encore de la navigation juste sous le nez du pilote. L’on peut difficilement faire plus pratique que ce système directement emprunté à la dernière Audi TT. Le revers de la médaille, une prise en main plus périlleuse qu’à l’habitude, mais le jeu en vaut la chandelle. L’écran tactile de la Passat reste bien plus facile à utiliser que le Pad de la Classe C déporté de l’écran central.

Profitant de sa nouvelle plateforme MQB, la Passat réserve aussi d’avantage d’espace pour tous les passagers, qui apprécieront au passage la suspension pilotée pour les ménager lors de longs trajets. Sans être inconfortable, la Mercedes manque cruellement d’habitabilité en comparaison, et son châssis sport ne laisse que peu de répit aux lombaires.

Mercedes classe c break intérieurCôté modularité, la Classe C propose des solutions simples et efficaces comme la tirette pour actionner la banquette en un tour de main, le hayon électrique ou encore le cache bagage qui s’escamote par lui-même à l’ouverture. Mais elle souffre en revanche d’une ouverture un peu légère qui n’aide pas au chargement. De plus, avec ses 490 l de coffre, pouvant passer à 1 510 l en contenance maximale, elle reste loin derrière la Passat SW qui devient la championne de son segment avec 650 l et 1 780 l.

 

Sur la route

 

Mercedes classe c breakPour affronter la route, la Passat a là  aussi mis les petits plats dans les grands. Auparavant limitée à 177 ch, elle nous propose aujourd’hui son TDi 240 ch et ses 500 Nm de couple. Autant dire qu’avec sa perte de poids de 88 kg, la Volkswagen est devenue une véritable petite bombe. Réagissant à la moindre sollicitation, rien ne lui fait peur et ses transitions sont d’une douceur d’un autre monde. Si la Mercedes n’est pas à plaindre avec ses 204 ch, elle souffre légèrement sur ses blocs 4 cylindres (qui représentent pourtant le gros des ventes). Attention, c’est qu’avec de telles stars l’on devient pointilleux, mais il est vrai que la Mercedes paraîtrait presque poussive, ou en tout cas désagréablement bruyante à l’accélération.

En revanche, le châssis sport de la finition Sportline de la Mercedes offre une autre approche, bien plus réactive et véloce, des routes sinueuses. Mais tout cela au détriment du confort.

 

Notre avis

 

mercedes classe c breakA équipements équivalents, la Passat SW coûte environ 5 000 € de moins que la Classe C break. De plus, elle est globalement plus pratique, plus innovante, et plus familiale. Le choix de la Volkswagen s’impose… mais la simple image de la Mercedes lui donne déjà une longueur d’avance.

retour au sommairelire la suite : Ford Mondeo vs Opel Insignia, le combat à part

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

comparez les promotions auto jusqu'à -41 % de remise

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com