x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Volkswagen Sportvan vs Renault Scenic : sans complexes !

Volkswagen Sportvan vs Renault Scenic : sans complexes !

La Golf plus, qui n’avait finalement pas grand-chose de plus qu’une Golf, s’est éteinte après une carrière courte et calamiteuse. Mais la firme allemande n’a pas pour autant dit son dernier mot, et signe un retour beaucoup plus enthousiaste avec son Sportsvan. Le segment des monospaces compacts compte donc un nouveau rival, et pas des moindres. Leur chef de file, le Renault Scénic, a décidé de relever le gant qui lui a été jeté.

 

Des familiales séduisantes

 

VW SportsvanPoint commun entre ces deux familiales, elles sont séduisantes, et très différentes. Si le nouveau visage de la gamme Volkswagen sur la Golf ou la Polo ne nous a pas émus outre-mesure, il faut dire que ce design sied à merveille à un format monospace compact. Son museau plongeant lui donne un côté racé, tandis que ses optiques apparentes surplombent un bouclier massif mais aux lignes sobres.  A l’arrière, le hayon est sérieux, voire élégant. Bref, une bien belle réussite ce Sportsvan.

Quant au Scénic, que nous avons déjà eu l’occasion de détailler dans nos colonnes, l’on aime ses lignes incurvées, ainsi que le dessin des antibrouillards dans la calandre qui accueille en plus des feux diurnes à LED très bien placés. Sa face arrière, un peu plus originale que celle du Volkswagen, dévoile des optiques en boomerang du plus bel effet.

 

A l’intérieur

 

Renault ScenicLe Renault Scénic propose une planche de bord aux lignes modernes, avec en son centre une instrumentation digitale qui, bien que déportée (ce qui, généralement, ne nous séduit pas vraiment) reste très pratique. Une alternative à l’affichage tête haute des Peugeot, mais c’est bien le lion qui a eu la meilleure idée. Mais le Scénic affiche aussi, et c’est très appréciable, une surface vitrée qui s’ouvre vers l’avant et inonde l’habitacle d’une luminosité bienvenue. L’accoudoir central coulissant et le levier de vitesse en position haute confirment que le Scénic est fier de son positionnement en tant que monospace compact.

VW Sportvan intérieurDu côté du Sportsvan, c’est un peu moins affirmé. Bien sûr l’on retrouve toutes les qualités d’ergonomie, d’assemblages et de finitions qui contribuent à la réputation du constructeur allemand depuis longtemps. Mais le Sportsvan semble se raccrocher désespérément à une identité de berline avec son levier de vitesse en position basse et ses montants de pare-brise plus imposants. Le compteur à aiguilles prend un sérieux coup de vieux face à celui digital du Scénic.

A l’arrière, c’est un peu le même constat. Bien que le Sportsvan offre une belle place aux deux passagers latéraux, aussi bien en largeur qu’en espace aux jambes, il oublie un peu celui du milieu qui supportera mal les longs trajets. Le Scénic en revanche propose trois sièges généreux qui bénéficient en outre d’une position surélevée pour mieux apprécier le paysage.

Toutefois, nos deux concurrents offrent un pavillon suffisamment haut pour accueillir les grands gabarits.

 

Modularité et volume

 

Renault ScenicEn position initiale, le Sportsvan propose 35 litres de plus que son adversaire (590 l contre 555 l). Rabattable facilement, la banquette ainsi escamotée laisse le champ libre à 1 520 litres de volume. Dommage que le seuil un peu haut ne facilite pas vraiment le chargement, mais l’effort est tout de même là pour répondre aux besoins des familles.

Du côté du Scénic, c’est un espace record de 1 870 litres qui peut être libéré. Seulement, cela coûte en sueur ! En effet, pour arriver à ce résultat, il faut entièrement enlever les sièges et les déposer. Ce qui implique, en plus d’un bon quart d’heure de gymnastique, de pouvoir stocker les sièges quelque part. Et éventuellement de repasser par la case départ si l’on doit finalement reprendre des passagers. Un système qui s’est voulu innovant, mais qui est surtout contraignant.

 

A conduire

 

Les blocs les plus sollicités seront sans aucun doute le 1.5 dCi pour le renault, et le 1.6 l TDi pour le

Volkswagen. Si ce dernier peut se montrer plus véloce et dynamique, particulièrement à bas-régimes, il souffre d’une montée dans les tours aussi sonore que brutale. Plus linéaire, plus doux, le Scénic l’emporte sur l’agrément de conduite, d’autant qu’il est doté d’une boîte 6 vitesses de série (une option à 800 € pour le Sportsvan). Le Renault reste donc plus agréable à conduire, malgré son poids supérieur et la souplesse excessive de ses suspensions.

 

Finitions et tarifs

 

VW SportvanLe VW Golf Sportsvan est proposé en trois déclinaisons. L’entrée de gamme, la Trendline, au prix de départ de 20 490 €, affiche de série la climatisation manuelle, le régulateur/limitateur de vitesse, et le système audio et Infotainment « Composition Colour », grâce à l’écran tactile 5’’. Sur la Confortline, l’écran passe à 5,8’’ et l’Infotainment gagne en plus les fonctionnalités « Composition Media ». Le constructeur allemand ajoute également la climatisation automatique bi-zone et le Bluetooth. La version Carat, qui démarre à 27 820 €, embarque la navigation et les fonctions « Discover Media », ainsi que le freinage automatique d’urgence et le régulateur de vitesse adaptatif ACC.

Renault ScenicPour prendre place au volant du Renault Scénic, c’est 23 900 € qu’il faudra débourser en entrée de gamme (soit 3 400 € de plus que le Sportsvan !) dans la finition Life. Pour cette différence de prix avec son rival, le monospace français ne propose que le Bluetooth en supplément. Cela fait cher la connectique. La finition Limited, qui démarre à 25 400 €, embarque en revanche la navigation Europe, le keyless, l’AFU et les airbags rideaux. La version Zen, à partir de 26 200 €, propose surtout du gadget en complément.

En somme, en entrée de gamme, le Sportsvan est clairement plus généreux que son homologue français, ce qui n’est pas le cas sur les autres finitions qui se valent globalement.

Nous avons volontairement éclipsées les versions business des deux constructeurs pour se concentrer sur l’essentiel pour les familles.

 

Notre avis

 

Avec son Sportsvan, Volkswagen a fait de vrais efforts pour répondre à la demande de la clientèle des monospaces  compacts. Mais certains défauts lui collent à la peau, et peuvent le rendre pénible pour les familles. Le Scénic aussi a ses défauts (notamment les sièges extractibles), mais en synthèse il répond d’avantage au cahier des charges. C’est donc lui le mieux adapté à un usage familial.

retour au sommairelire la suite : Honda Civic Tourer VS Toyota Auris Touring Sports ...

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

comparez les promotions auto jusqu'à -41 % de remise

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com