L’impact d’une naissance/décès sur votre retraite

retraite

Si vous pensez avoir réussi à calculer le montant de votre retraite, les choses se compliquent lorsque vous entrez dans les cas particuliers. Qu’en est-il des naissances et des décès ? Quel bénéfice avec des enfants ? Quel dédommagement aurez-vous en cas de décès de votre conjoint ?

 

La majoration par enfant

 

Au moment de revendiquer votre retraite, vous devez réclamer une majoration par enfant.

 

"Vous avez le droit à 8 trimestres par enfant."

 

Si votre enfant est né avant 2010, les 4 premiers trimestres sont accordés à la mère et les 4 suivants ne sont accordés au père que lorsqu’il peut prouver qu’il a élevé seul son enfant.

Après 2010, les 4 derniers trimestres peuvent être partagés entre les deux parents seulement si la demande a été effectuée dans les 6 mois après les 4 ans de l’enfant.

A partir du troisième enfant, vous bénéficiez d’une retraite majorée de 10 % et de 5 % pour chaque suivant.

 

Le cas du congé parental

 

Avant 2015, la mère pouvait bénéficier d’un congé parental de 3 années par enfant.

Depuis 2015, le congé parental est divisé en 2 : 6 mois pour la mère et 6 mois pour le père. Si l’un des 2 n’en profite pas, les 6 autres moins ne peuvent pas être pris par l’autre parent. Lors d’un second enfant, le premier a droit à 2 ans et le second à 3 ans.

Lors du calcul de votre retraite, sachez que chaque trimestre commencé est un trimestre dû.

 

Cas concret : Mathilde a eu 3 enfants en 2006, 2009 et 2013. Elle a pris pour chacun un congé parental.
Les 2 premiers lui valent 2 fois 3 ans, soit 24 trimestres de congé parental, auxquels s’ajoutent les 2 fois 16 semaines de congé maternité, soit 4 trimestres. Pour le second, elle a gagné 26 semaines de maternité, soit 3 trimestres et elle a pris 2 ans (soit 8 trimestres), jusqu’à l’arrivée de la loi. Après quoi, son conjoint a pris 9 mois, soit 3 trimestres.
Au moment de réclamer sa retraite, elle pourra ajouter 39 trimestres. Son conjoint, quant à lui, pourra demander 3 trimestres supplémentaires.

 

La pension de reversion, comment ça marche ?

 

Lorsque votre conjoint(e) décède, vous avez droit à une part de sa retraite. Elle n’est pas automatique, vous devrez donc la demander à l’une des caisses de votre conjoint.

Mais attention, à condition que vous ayez au moins 55 ans et que vous ayez été marié et que vos revenus annuels ne dépassent pas 20 113,60 € si vous vivez seul et 32 181,76 € si vous vivez en couple. Le patrimoine et les biens comptent dans ce calcul.

Par ailleurs, votre pension de réversion ne pourra jamais dépasser 10 426,32 € par an, soit 868,86 € par mois. Dans le cas où votre conjoint aurait eu d’autres mariages, votre pension sera calculée au prorata de vos années de mariage.

 

Cas concret : Lorsque Daniel décède en 2016, il laisse derrière lui Marie, veuve de 20 ans de mariage, soit 240 mois, et Mathilda, son ex-épouse, avec qui il a été marié 15 ans, soit 180 mois. En tout, Daniel a été marié 320 mois.
Sa pension de base, d’un montant de 1050 €, ouvre 54 % de pension à diviser entre les deux femmes, soit 567 €. Mathilda, touchera 567 x 180 / 320 = 318,93 €. Marie touchera 425,25 €.

 

L'émission La retraite en Clair fait un point sur la pension de réversion :
 

retour au sommairelire la suite : Quelles aides et quels impôts pour les retraités ?...

demandez un bilan gratuit et personnalisé pour votre retraite