Parfaite pour la plage

Faisant clairement office de gadget pour habitants aisés du bord de mer, la E-Mehari de Citroën se rapproche davantage de la voiturette de golf que d’un véhicule traditionnel étudié pour être utilisé toute l’année.

Une sorte de gadget à quatre places pour filer à la plage avec insouciance. Mais un gadget à 25 000 € tout de même.

Citroën E-Mehari

Après la Peugeot Ion qui ressemble à une auto-bulle d’un jeu d’éveil pour nourrisson, cette E-Mehari a fini d’enfoncer le clou de la non-implication des constructeurs français en matière de véhicules électriques.

Fort heureusement, la Renault Zoé est là pour relever le débat et donner du fil à retordre à la Nissan Leaf.

La E-Mehari est une variante de la BlueSummer de Bolloré.

Pour fabriquer sa E-Mehari, Citroën n’a pas eu à faire de développement. Mis à part quelques détails esthétiques, le constructeur à repris le cahier des charges de la BlueSummer que vous pouvez retrouver dans le réseau Autolib.

C’est donc un peu avec stupeur que nous découvrions, en 2016, ce bonbon acidulé aux utilisations restreintes : toit souple, planche de bord insignifiante, autonomie limitée et impossibilité de verrouiller les portières.

Citroën E-Mehari

Des améliorations suffisantes ?

Se rendant compte du manque total de polyvalence de son électrique, le constructeur a revu sa copie sur quelques points essentiels.

La planche de bord a tout d’abord été revue pour offrir davantage de fonctionnalités au conducteur. Son design est clairement dérivé de celle de la C3.

Côté équipements, la E-Mehari se dote désormais des airbags, d’une prise USB, du Bluetooth et du volant réglable en hauteur comme en profondeur.

Citroën E-Mehari

La E-Mehari n’est pas vouée à faire du chiffre.

Mais la « révolution » de ce modèle, c’est d’adopter un toit en plastique dur (découvrable si on le souhaite) qui permet en cascade de remplacer les bâches en plastique par de vraie fenêtres et ainsi d’offrir la possibilité de verrouiller les portières (+ 1 200 €).

Malheureusement, côté autonomie pas d’améliorations. Comptez 150 km de trajet si vous n’utilisez pas les équipements électriques et que votre conduite est d’une souplesse infinie.

Dans la réalité, les 100 km sont rarement dépassés. La recharge demande ensuite pas moins de 11h30 de temps.

En savoir plus sur la Citroën E-Mehari

Une Citroën d’origine France Garantie :

L’avis de Choisir.com

Peu d’autonomie, temps de recharge excessif, et caractéristiques globales peu pratiques à vivre au quotidien : la E-Mehari s’améliore mais ne devient pas polyvalente. Contrairement à une Zoé ou à une Leaf, elle ne peut pas prendre la place de seconde voiture du foyer. Troisième tout au mieux.