Puissante comme une citadine

Leader des ventes en France et en Europe sur son segment, la Renault Zoé a conquis son public. Sa cousine la Nissan Leaf, qui vient de se renouveler pour une seconde génération, tient elle le podium mondial.

L’alliance Renault-Nissan apparaît depuis plusieurs années comme l’un des acteurs incontournables de la démocratisation du véhicule électrique.

Renault Zoé

Cette motorisation coûtera 300 € de plus que la version 90 ch.

Et pour vendre des voitures électriques, il n’y a pas de secret, il faut avant tout que ce soient des voitures et non pas des gadgets futuristes. Dans cette optique la Renault Zoé adopte un nouveau moteur plus puissant baptisé R110.

Ce bloc électrique de 80 kW développe 110 ch et permet de gagner en vélocité sur les reprises assez haut dans les tours.

La petite française en profite pour se doter de la compatibilité Android Auto sur son système R-Link et ainsi permettre l’affichage et l’utilisation des applications de Smartphones fonctionnant sous Android.

Renault Zoé

Une autonomie à vérifier

Bien sûr, si l’on pense puissance supplémentaire, l’on pense également autonomie en baisse. Selon le constructeur il n’en sera rien.

La Zoé conserve son moteur de 41 kWh et devra passer son homologation selon le protocole WLTP et non plus selon le cycle NEDC connu pour être un peu trop généreux.

Renault est confiant quant à une validation de l’autonomie à 300 km (contre 403 km en NEDC).

En savoir plus sur la Renault Zoé

Renault Zoé

L’avis de Choisir.com

Comme à son habitude, la Renault Zoé évolue dans le bon sens. Reste à voir ce que l’homologation WLTP va indiquer comme autonomie, sachant que le moteur de 90 ch permet déjà de parcourir en trajet réel entre 350 et 400 km pour peu que l’on fasse attention à sa conduite.