Routières avant tout

Huit ans que l’Audi Q5 caracole en tête des ventes de SUV compacts de luxe, laissant loin derrière lui le Mercedes GLK, et le BMW X3 qui était, avant 2008, leader sur ce segment.

Huit ans pour une génération de modèle, c’est long. Et ce n’est pas le léger restylage de 2012 qui peut y changer.

Et pourtant, le Q5 ne se démode pas. Il traverse les années sans tellement vieillir, et sait toujours séduire les familles à la recherche d’un SUV aux qualités de routière et de monospace conjuguées.

Le restylage du Q5 a surtout apporté de nouvelles offres de motorisation.

Audi Q5

Comme toute la famille de la firme à l’étoile, le GLC adopte des formes plus douces et rondes que son prédécesseur le GLK. Ses lignes moins brutes lui confèrent une silhouette qui la rapproche aussi de la routière accessible, la classe C.

Plus bas de 2 cm, et plus long de 3 cm (4,66 m), que son rival, le Mercedes s’assagit et adopte un esprit proche du Q5 sans pour autant le plagier.

Mercedes GLC

Habitabilité et modularité

Toujours pour s’harmoniser avec le reste de la gamme renouvelée, le Mercedes GLC propose un habitacle bien plus familial. Et plus moderne également que son rival.

Sans surprise, la qualité des matériaux présents dans le Mercedes est d’excellente facture. Toutefois, l’adoption de plastiques noirs laqués laisse la place à la subjectivité. On aime ou on n’aime pas.

L’ergonomie est elle aussi un peu en retrait avec un système multimédia parfois un peu capricieux et des commandes directes un peu trop rapprochées pour les utiliser sans quitter la route des yeux.

Un Q5 mieux fini, contre un GLC plus moderne.

Mercedes GLC

Plus conventionnel, l’habitacle de l’Audi attend des sommets de perfection. Certes, la planche fait un peu vieillotte à côté de celle du GLC (pour qui aime le noir laqué bien sûr), mais elle remplit toujours parfaitement son office.

L’ergonomie est fabuleuse et tout se commande de façon particulièrement intuitive. La prise en mains rapide est un atout non négligeable.

Audi Q5

En revanche, sur la modernité des équipements le GLC fait bien mieux. Ecran tactile 7’’ et affichage tête haute sont au menu. Tout comme le freinage automatique d’urgence ou encore l’ouverture automatique du hayon avec le pied, qui sont indisponibles sur le Q5.

Si l’espace aux places avant est à peu prés comparable entre nos deux concurrents, c’est le GLC qui propose une plus grande habitabilité aux passagers arrière.

Malgré sa banquette coulissante, le Q5 est en retrait sur ce point, ce qui ne manquera pas de peser dans la balance pour les familles avec ados.

Mercedes GLC

Côté coffre, le GLC propose des volumes de chargement un peu supérieurs au Q5 avec 550 l et 1 600 l, contre 540 l et 1 560 l. En revanche, le seuil de chargement plus accessible sur l’Audi le rend bien plus facile à vivre.

Un point de modularité et pas des moindres, le Mercedes se dote d’une commande électrique pour la banquette. Commande qui est accessible depuis la dite banquette mais également depuis le coffre.

Audi Q5

Un confort parfois bruyant

En conduite, le GLC est un bon élève qui sait mêler vélocité et confort de suspension.

Les irrégularités de la route sont des détails, même sur les versions non dotées de la suspension pneumatique. Le confort de la sellerie est appréciable.

En savoir plus sur le Mercedes GLC

Mercedes GLC

L’Audi se révèle plus ferme et d’avantage sujet au ressenti des mauvaises routes. En revanche, le SUV aux anneaux est bien plus discret que son rival qui se veut bruyant en montant dans les tours.

En termes de performances, le couple maximum, de 400 Nm pour les deux modèles, est plus vite atteinte par le GLC ce qui accentue ce sentiment de dynamisme (1 400 tr/min contre 1750 tr/min).

En savoir plus sur l’Audi Q5

Audi Q5

L’avis de Choisir.com

L’Audi Q5 est vieillissant, même s’il conserve de nombreuses qualités. Le GLC semble en tout cas bien parti pour s’imposer sur ce segment ultra convoité. A choisir aujourd’hui, c’est selon nous le Mercedes qui l’emporte.