Retours en grâce ?

Si Nissan a réussi d’une façon fracassante son entrée dans le troisième millénaire, c’est bien grâce à sa politique de développement des SUV qui lui a assuré recettes et notoriété.

A tel point que la production de la Pulsar, compacte traditionnelle de son catalogue, fût tout simplement arrêtée en 2005 pour mieux se concentrer sur les modèles hauts sur pattes.

Mais voilà, le marché de la berline compacte est juteux et la concurrence ne s’est pas gênée pour investir celui des SUV. Le japonais se devait donc de réagir, ce qu’il a fait en relançant une Pulsar harmonisée au reste de sa gamme.

Nissan Pulsar

La version Estate de la Mégane se vend particulièrement bien.

Chez Renault, c’est la Mégane qui fût un temps en péril.

Mais finalement renouvelée en 2016 avec un physique particulièrement accrocheur, la compacte française a su retrouver des couleurs et s’est placée en 2017 à la neuvième place des ventes en France (51 536 exemplaires écoulés) à quelques encablures d’une certaine Peugeot 308 (66 060 exemplaires).

Après un assez bon début de carrière, la Pulsar a quant à elle chuté dans les ventes depuis 2016, au point de s’écouler à moins de 4 000 exemplaires en 2017 et ainsi sortir du top 100.

Bien sûr, ces nouvelles générations ont donné lieu à l’adoption d’éléments mécaniques communs au sein de l’alliance Renault-Nissan. Un ADN partagé qui n’a pourtant pas profité à la japonaise.

Renault Mégane

Inspection en règles

Après l’impact positif de ses lignes extérieures, la Mégane propose un habitacle sobre et moderne, surtout sur les plus hauts niveaux de finition qui profitent de l’écran tactile vertical de 8,7″. En entrée de gamme, celui-ci reprend une position verticale et se réduit à 7″.

Si l’ensemble peut faire son effet, la revue en détails ne joue pas en faveur de la française. Matériaux bas de gamme, assemblages incertains, la compacte au losange a été touchée par la même maladie que la Clio IV avant restylage : un qualitatif en berne.

Qualitatif léger des deux côtés.

Renault Mégane

Sur la Pulsar, c’est un peu la même histoire. La planche de bord est copiée-collée du Qashqai, avec les mauvais plastiques qu’on lui connaît.

Mais il faut reconnaître une grande qualité à la japonaise, son habitabilité. Avec à peine 3 cm de plus que sa rivale en longueur (4,39 m contre 4,36 m), la Nissan sait se montrer extrêmement accueillante à l’avant comme à l’arrière.

Son pavillon haut permet même aux grands gabarits de se sentir très à l’aise. La place centrale de la banquette arrière y est d’ailleurs plus confortable que chez la française.

La luminosité y fait pour beaucoup grâce à d’importantes surfaces vitrées qui n’ont pas suivi la tendance des silhouettes remontantes.

Côté coffre, nos deux concurrentes sont au coude à coude avec 385 l pour la Pulsar et 370 l pour la Mégane.

Nissan Pulsar

Les équipements

La Mégane berline est dipsonible à partir de 19 700 €. La Nissan Pulsar démarre quant à elle à 21 590 €.

Pour une Pulsar N-Connecta (haut du panier), dotée du bloc essence 115 ch en boîte manuelle, comptez 23 090 €.

Pour ce prix, vous profitez de l’accès et démarrage mains-libres, de la climatisation automatique bizone, de la caméra de recul avec AVM Visio 360 (vue d’oiseau), du Nissan Connect avec navigation et infotrafic, et du Nissan Safety Shield (surveillance des angles morts, détection des piétons, alerte franchissement de ligne, freinage d’urgence autonome).

La Pulsar n’est proposée qu’en deux finitions : Acenta et N-Connecta.

En savoir plus sur la Nissan Pulsar

Nissan Pulsar

En face, la Mégane Limited dotée du TCe 115 ch s’affiche à 23 300 €. Pour ce prix elle propose l’aide au parking arrière, l’aide au démarrage en côte, l’aide au freinage d’urgence, l’accès et démarrage mains-libres, la navigation Europe sur R-Link2 et le Mirror Link.

L’offre est un peu moins alléchante chez la française.

En savoir plus sur la Renault Mégane

Renault Mégane

L’avis de Choisir.com

La Pulsar présente de nombreuses qualités, sauf celle de séduire. Pas de réel coup de cœur ou de passion, à l’inverse de la Mégane qui arrive à gommer ses défauts grâce à son caractère bien trempé.