Choisir.com - Comparez, économisez.
09 71 07 14 93 rappel gratuit

Guerre en Ukraine : l’UE va-t-elle refuser de payer le gaz en roubles ?

Suite au début de la guerre en Ukraine, l’approvisionnement en gaz naturel pose question. En effet, l’Union européenne importe 41 % de son gaz depuis la Russie. Or, face aux sanctions mises en place par l’UE, Poutine exige que les paiements de gaz s’effectuent en roubles. De son côté, les institutions communautaires considèrent que régler les livraisons de gaz russe en roubles est en désaccord avec les sanctions mises en place. Quels sont les enjeux liés aux devises en matière de fourniture de gaz dans les pays européens ?

UE paiement gaz roubles

Des coupures de gaz en Pologne et Bulgarie

Le Président russe exige désormais que les paiements s’effectuent en roubles, faute de quoi, Gazprom coupera le gaz à ses différents clients. De ce fait, depuis la fin avril, la Pologne et la Bulgarie ne reçoivent plus de gaz depuis la Russie.

Cette mesure intervient alors même que les contrats de livraison n’ont pas été signés en roubles, mais dans d’autres monnaies. « La Bulgarie est un client fidèle de longue date avec un contrat en dollars. Il y a des coordonnées bancaires pour le paiement ce mois-ci. La décision de suspension constitue une violation actuelle du contrat gazier. Ce sont des conditions unilatérales », a fait savoir Alexander Nikolov, ministre Bulgare de l’Énergie.

L’UE dénonce un non-respect des contrats

Suite aux coupures, les ministres européens de l’Énergie se sont rencontrés afin de trouver une solution pour diversifier l’approvisionnement en gaz. Au cours de cette réunion, Kadri Simson, Commissaire à l’Énergie a rappelé que « 97 % des contrats européens spécifient la devise pour le paiement et il s’agit soit de l’euro, soit du dollar américain ».

L’Union européenne refuse donc de payer le gaz en roubles et demande à la Russie d’honorer les termes de ces contrats. « Les paiements en roubles, si cela n’est pas prévu dans le contrat, sont bien des violations des sanctions » a souligné Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission européenne.

Les sanctions contre la Russie consistent notamment en un gel des réserves de la banque centrale russe détenues à l’étranger. Cela a eu pour conséquence un effondrement du rouble. En exigeant un paiement en roubles, le Kremlin veut faire repartir sa monnaie à la hausse.

Des opérateurs qui paient en roubles

Malgré les prises de position de l’UE, de nombreuses entreprises ont ouvert un compte en banque chez Gazprombank afin de convertir les euros en roubles. Parmi elles, le groupe Eni, propriété à 30,3 % de l’État italien, a annoncé qu’il paierait le gaz dans la devise russe.

Plus spécifiquement, le pays procédera à un paiement en deux temps. Il paiera en euros sur un compte russe. Puis, la banque se chargera d’opérer une conversion. C’est un moyen de continuer à payer le gaz en euros et de ne pas contrevenir aux sanctions de l’Union européenne.

Le rouble au plus haut

En imposant un paiement en rouble, Vladimir Poutine cherche à stabiliser le cours de la monnaie. Sur le court terme, le rouble s’est envolé. Selon l’AFP, le 23 mai 2022, le rouble était au plus haut depuis quatre ans par rapport au dollar.

Toutefois, les experts font savoir que cette augmentation n’est qu’artificielle. Comme l’explique Julien Vercueil de l’INALCO « elle n’est soutenue que grâce aux mesures de contrôles des capitaux et aux exportations d’hydrocarbures, et uniquement grâce à ces deux éléments ».

Cela ne signifie pas que le pays est en bonne santé économique. Selon le Fonds monétaire international (FMI), le PIB russe devrait baisser de 8,5 % en 2022. Reste à savoir comment l’Union européenne réussira à diversifier ses sources d’approvisionnement. En effet, moins elle sera dépendante des hydrocarbures russes, plus les sanctions contre le Kremlin auront de chance d’être efficaces.

comparateur

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

En 30 secondes simulez votre consommation pour trouver les meilleures offres et comparer avec votre fournisseur actuel.

faire une simulation