Choisir.com - Comparez, économisez.
09 71 07 14 93 rappel gratuit

Le sous-compteur électrique

La mise en place d’un sous-compteur peut s’avérer utile lorsque l’on cherche à contrôler la consommation en électricité d’une partie spécifique de son logement. Fonctionnement, utilité, installation, découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur le sous-compteur électrique.

Sous-compteur électrique

Qu’est-ce qu’un sous-compteur ?

On lui donne aussi le nom de compteur électrique divisionnaire ou défalcateur, mais finalement qu’est-ce exactement qu’un sous-compteur et comment fonctionne-t-il ?

Définition

Un sous-compteur électrique est une subdivision de votre compteur principal. Il permet de calculer la quantité d’électricité consommée dans une partie de la maison. Vous pouvez alors vous en servir pour mesurer la consommation électrique du rez-de-chaussée, d’un étage, d’une pièce ou encore d’une dépendance. Il peut aussi être installé sur le réseau de chauffage, d’éclairage ou bien d’eau chaude de l’habitation.

Principe de fonctionnement

Pour fonctionner et ainsi rendre compte de la consommation énergétique d’une partie d’un logement, le sous-compteur doit être relié à l’arrivée d’électricité de la zone ciblée. Toutes les prises de courant et arrivées électriques dont on souhaite mesurer la consommation doivent alors y être reliées. Ensuite, le sous-compteur électrique a le même fonctionnement qu’un compteur classique. Il dispose d’un écran LCD, un index, sur lequel vous pourrez lire la consommation en kWh. Il peut aussi vous renseigner sur les tarifs du kWh et sur la tension. Il est également équipé de fusibles pour éviter que toute votre installation ne disjoncte.

Bon à savoir

À la différence d’un compteur général, l’installation d’un sous-compteur ne nécessite pas l’intervention d’un fournisseur d’énergie. Vous n’aurez donc pas d’autorisation à demander ni d’abonnement supplémentaire à souscrire pour son utilisation. Pour autant, il y a tout de même des normes à respecter. Un compteur divisionnaire doit, par exemple, se conformer aux normes électriques françaises NF C 15-100. Il doit être également certifié MID (Measurement Instrument Directive) pour suivre une directive européenne de 2004 qui réglemente les équipements de mesure.

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

09 74 59 19 97 Appel non surtaxé vous préférez être rappelé ?

Les différents types de sous-compteurs

Il existe deux types de sous-compteurs : le sous-compteur monophasé et le sous-compteur triphasé. Le choix entre l’un ou l’autre de ces modèles se fait en fonction de l’installation électrique déjà existante dans le logement.

Le sous-compteur monophasé

Le sous-compteur monophasé est le plus généralement installé. Il est dédié aux installations des particuliers. Il peut être mis en place sur des compteurs électriques dont l’intensité maximale du courant est située entre 32 A et 63 A selon les modèles.

Le sous-compteur triphasé

Le sous-compteur triphasé est particulièrement recommandé pour les installations nécessitant une puissance de raccordement supérieure à 18 kVa. Une telle puissance est le plus souvent requise pour alimenter des appareils très énergivores. C’est pourquoi le triphasé est courant dans les locaux professionnels. Chez le particulier, il arrive également que certains équipements, comme une pompe à chaleur ou encore un four professionnel, requièrent l’installation d’une prise triphasée. Le courant triphasé est également préconisé dans les cas où le compteur est éloigné de l’habitation.

Comment différencier une installation en monophasé d’une installation en triphasé ?

Connaître la nature de votre installation électrique est primordial pour effectuer votre choix entre les deux types de sous-compteurs. Pour l’identifier, il vous suffit de repérer le nombre de fils joints au compteur électrique. Si vous en voyez deux, il s’agit d’une installation électrique en monophasé. Si vous en comptez quatre, alors vous êtes devant un compteur triphasé.Une autre astuce très simple pour connaître la nature de votre installation : regarder vos prises électriques. À la différence des prises standard, les prises triphasées arborent trois à quatre trous ronds, ainsi qu’un trou plat.

Pourquoi installer un sous-compteur ?

Plus précis que votre compteur général, un sous-compteur présente des avantages non négligeables.

Surveiller la consommation

Le sous-compteur permet de suivre avec précision la consommation électrique, d’une pièce ou d’une zone de votre logement. Vous pouvez ainsi repérer les secteurs de l’habitat qui consomment le plus. Les informations recueillies vont alors vous donner la possibilité d’adapter vos habitudes afin de dépenser moins d’énergie. Vous pourriez ainsi décider d’utiliser certains appareils comme une machine à laver, un lave-vaisselle pendant les heures creuses. Vous pourriez également être amené à identifier qu’un équipement est particulièrement énergivore. Son remplacement par un modèle plus récent ou en tout cas plus performant énergétiquement vous permettrait aussi de faire des économies sur vos factures énergétiques.

Rendre compte de la consommation d’une location

Dans le cadre de la location d’une annexe de votre habitation, le sous-compteur électrique peut s’avérer très utile. Il est plébiscité par les propriétaires de chambre ou de studio pour lesquels la provision d’électricité est directement liée à leur propre compteur. De cette manière, ils peuvent estimer la consommation de leur locataire.

Partager les frais

Avec le développement du co-living, il n’est pas rare de voir plusieurs personnes cohabiter dans un même logement. Un sous-compteur installé, par exemple, sur le circuit qui distribue l’électricité dans les chambres ou encore les étages, permettra de partager équitablement les factures d’électricité entre les différents occupants.

Éviter à l’ensemble d’une installation de disjoncter

Le sous-compteur trouve également toute son utilité dans une installation électrique en triphasé. En effet, sur ce type d’installation, les trois phases du compteur permettent de distribuer l’électricité à une machine ou une partie de l’habitation. Il peut ainsi y avoir une phase par étage, par pièce… La puissance totale disponible pour le logement, ou le local professionnel est alors divisée par trois. Et c’est là que le bât peut blesser et que le sous-compteur a tout son rôle à jouer. Sur les installations en triphasé, les risques de faire disjoncter l’ensemble du système sont effectivement plus importants. La mise en place d’un sous-compteur triphasé permet donc d’isoler chacune des parties de votre maison en plus de surveiller leurs consommations propres. En cas de problème, seule cette partie disjonctera.

Les limites de l’utilisation d’un sous-compteur

Même s’il présente de nombreux avantages et ne nécessite pas l’intervention d’un fournisseur d’énergie pour son installation, l’utilisation du sous-compteur doit tout de même respecter certaines règles. Voici donc ce que vous pouvez faire ou pas faire.

Peut-on se servir d’un sous-compteur pour facturer l’énergie dépensée par ses locataires ?

La mise en place d’un compteur divisionnaire dans une habitation en location peut permettre au propriétaire des lieux de connaître la consommation exacte d’électricité de son locataire. S’il décide de facturer cette consommation à l’occupant de son logement, le bailleur est alors considéré comme un revendeur d’électricité. Ce qui est illégal et expose le propriétaire à une suspension du service d’électricité ou à un litige avec le locataire. Dans le cadre d’une location, un sous-compteur ne peut servir qu’à évaluer la consommation électrique de l’habitat pour ensuite estimer le montant des charges forfaitaires à inclure dans le loyer. Il ne sera, en revanche, pas possible de facturer le locataire en fonction de sa consommation exacte. Un occupant qui consomme beaucoup pourrait au final coûter de l’argent au bailleur.

Pour ne pas risquer de perdre un centime, le plus simple est que le locataire règle directement sa facture d’énergie. Hormis pour location d’une dépendance ou d’une chambre où cela peut s’avérer difficile, il vaut mieux, dès lors, faire installer un compteur individuel dans son logement pour qu’il souscrive un abonnement auprès d’un fournisseur.

Le sous-compteur dans une location saisonnière

La location saisonnière ou temporaire est la seule situation qui permet de faire exception à l’interdiction de revendre l’électricité. Ainsi, si vous louez un logement à la semaine durant les vacances, vous êtes autorisé à facturer les locataires saisonniers en fonction de leur consommation exacte.

Le cas de la copropriété

Si le contrat de copropriété indique que la répartition des charges est fonction de la surface de chaque appartement, la mise en place d’un sous-compteur ne vous permettra pas non plus de payer moins de charges de copropriété. Cela vaut même si votre consommation réelle est bien inférieure à celles estimées dans vos charges. Il est en revanche tout à fait possible de demander au syndicat d’autoriser dans le règlement de copropriété l’installation de sous-compteur dans les parties individuelles. Chacun pourra ainsi payer ce qu’il consomme réellement.

Comment installer un sous-compteur ?

L’installation d’un sous-compteur est une opération que vous pouvez réaliser vous-même. Pour autant, s’agissant d’une intervention sur le réseau électrique, elle doit être correctement préparée. Voici comment mettre en place un sous-compteur étape par étape.

Étape 1 : étape préparatoire : le choix du matériel

Comme nous vous l’indiquions plus haut, le premier critère pour choisir un sous-compteur est de savoir si votre installation électrique est en monophasé ou triphasé. Si vous avez le moindre doute, cela est assez simple à vérifier. 2 câbles, c’est une installation en monophasé, 4 câbles c’est du triphasé. Vous devez aussi faire votre choix en fonction de l’ampérage de votre installation. Les deux doivent, en effet, coïncider.

Il existe ensuite des modèles plus ou moins perfectionnés. Parmi les options existantes :

  • le niveau de mesure peut être différent d’un modèle à l’autre. Certains peuvent vous informer avec précision de la consommation de votre chauffage, des prises de courant, de la climatisation… ;
  • la remise à zéro du sous-comptage est parfois possible ;
  • certains affichent les heures pleines et les heures creuses ;
  • l’affichage peut se faire sur compteur mécanique, un écran LCD…

Nous vous conseillons également d’opter pour une bonne marque pour vous prémunir des risques de dysfonctionnements.

Une fois en possession de votre sous-compteur, lisez avec attention sa notice pour en étudier toutes les spécificités techniques.

Se munir des bons outils

Pour réaliser cette opération, vous devez vous munir de tournevis et de pinces isolés et de fils électriques aux normes pour faire le branchement.

Étape 2 : couper le courant

Avant d’intervenir, vous devez absolument couper l’alimentation générale de votre compteur. Cette étape est indispensable pour travailler en toute sécurité. Pour éviter tout risque d’électrisation, il est même recommandé de vérifier, à l’aide d’un vérificateur d’absence de tension ou un multimètre, que l’électricité est vraiment coupée.

Étape 3 : repérer l’emplacement

Dans le cas d’un remplacement, il vous suffit de déposer l’ancien sous-compteur et de poser le nouveau à la place.

S’il s’agit d’une nouvelle installation, vous devez dans un premier temps choisir l’emplacement du sous-compteur en fonction de l’usage que vous souhaitez en faire, de la zone que vous voulez surveiller. Il peut ainsi être installé en amont d’un seul ou de plusieurs circuits électriques. Quel que soit son emplacement, il doit être monté sur le tableau électrique par un branchement direct modulaire sur rail DIN. Il suffit pour cela de le clipser à l’endroit désigné sur le tableau.

Étape 4 : brancher le sous-compteur

Le branchement du sous-compteur s’effectue en débutant par le câblage du matériel au compteur principal ou au circuit électrique. Le sous-compteur sera ensuite câblé au tableau électrique. Vous devez également respecter le plan de branchement du compteur en reliant votre sous-compteur de la façon suivante :

  • au neutre de l’alimentation EDF par un fil neutre (bleu) ;
  • au neutre du tableau électrique par un fil neutre (bleu) ;
  • à la phase de l’alimentation EDF par un fil de phase (rouge ou marron) ;
  • à la phase du tableau électrique par un fil de phase (rouge ou marron).

Étape 5 : tester l’installation

Une fois le courant rétabli, il convient de tester l’installation. Faites fonctionner un appareil électroménager, allumer la lumière dans une pièce. Si les kWh défilent sur l’affichage du sous-compteur et que vous ne constatez aucun défaut apparent, la mise en place est réussie.

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

faire une simulation

Est-il recommandé de le faire soi-même ?

Bien que rien ne vous oblige à faire appel à un professionnel pour l’installation d’un sous-compteur, il est tout de même recommandé de faire intervenir un professionnel de l’électricité. Cette opération, même si elle est somme toute assez simple, touche à un secteur assez délicat de la maison et nécessite de solides connaissances en électricité.

Si un accident devait arriver, vous en seriez le seul responsable et les frais de réparation seraient à votre charge. La majorité des incidents électriques dans un logement sont d’ailleurs souvent liés à des erreurs humaines.

La compatibilité du sous-compteur avec le compteur Linky

Le compteur communicant Linky se substitue progressivement au compteur classique. Et sur les nouvelles installations, les compteurs intelligents sont systématiquement mis en place. Ils donnent la possibilité de suivre en temps réel la consommation électrique globale d’un foyer. Ils ne permettent pas en revanche de consulter l’électricité dans une pièce plutôt qu’une autre. Il demeure ainsi opportun d’installer un sous-compteur sur une installation sous Linky pour surveiller de manière précise la consommation électrique de différents secteurs d’un logement.

Il n’existe pas de sous-compteur spécialement conçu pour un compteur Linky. Vous pouvez donc installer un sous-compteur classique. Les compteurs Linky pouvant être en monophasé ou en triphasé, vous opterez pour un sous-compteur adapté à votre installation. La manière de raccorder un sous-compteur est, quant à elle, identique que ce soit pour un compteur Linky ou électronique.

Faire des économies en changeant de fournisseur d’énergie

L’installation d’un sous-compteur peut donc vous servir à connaître en temps réel votre consommation énergétique. De cette manière, vous pouvez optimiser votre utilisation de l’électricité au sein de votre foyer et pourquoi pas réaliser quelques économies sur vos factures d’énergie.

Savez-vous que vous pourriez faire encore plus d’économies en changeant, par exemple, de fournisseur d’énergie ?

Depuis l’ouverture du marché de l’énergie en 2007, vous pouvez, en effet, choisir votre propre fournisseur. Cette mise en concurrence a permis l’apparition de fournisseurs alternatifs. Le consommateur a ainsi désormais accès à des contrats plus avantageux proposant des réductions sur le prix du kWh et/ou de l’abonnement.

Changer de fournisseur est une démarche simple, rapide et gratuite. Il vous suffit de comparer les offres pour définir celle qui correspond le mieux à votre profil, à vos besoins énergétiques. Le nouveau fournisseur pour lequel vous avez opté se charge ensuite de résilier votre ancien contrat. Vous n’avez pas à vous inquiéter, vous n’aurez à subir aucune coupure de gaz ou d’électricité. Sans engagement, ces contrats peuvent être résiliés à tout moment. Il vous est donc possible, quand vous le souhaitez, de souscrire à nouveau un contrat auprès de votre ancien fournisseur ou d’un autre fournisseur alternatif.

Vous aimeriez vous faire une idée plus précise des économies que vous pourriez faire ? N’hésitez pas à consulter notre comparateur d’électricité.

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre électricité trop chère ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture d’électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

09 74 59 19 97 Appel non surtaxé vous préférez être rappelé ?