Choisir.com - Comparez, économisez.
09 71 07 14 93 rappel gratuit

Air Liquide et Eni : ensemble pour décarboner l’industrie

Le 21 mars, le groupe français Air Liquide spécialiste dans les gaz industriels et l’italien Eni, fournisseur de gaz et d’électricité annonce unir leurs forces pour chercher ensemble des solutions afin de réduire les émissions de CO2 dans le secteur industriel dans le bassin méditerranéen. Toutes les deux ont déjà des expertises dans le captage, le stockage, le transport et la séquestration du CO2. En travaillant ensemble, ils entendent décarboniser les entreprises les plus émettrices de CO2.

Air Liquide et Eni pour décarboner

Air Liquide et Eni collaborent pour décarboner le secteur industriel

Lundi 21 mars, les deux géants mondiaux des hydrocarbures ont signé un protocole d’accord dans l’optique de réduire les émissions CO2 dans la région Méditerranéenne.

Ce partenariat portera principalement sur les industries les plus difficiles à décarboner, comme l’aviation, la cimenterie, le transport de marchandises, la métallurgie.

Poursuivre la transition écologique de l’Europe

Cet accord s’inscrit dans le cadre du Green Deal (Pacte Vert) présenté par l’Union Européenne en décembre 2019. Ce plan stratégique a pour objectif d’atteindre la neutralité carbone en Europe d’ici à 2050. Y sont exposées une série d’orientations pour accompagner les pays dans leur transition écologique.

Quelles sont les entreprises à décarboner et pourquoi ?

Aujourd’hui 7 secteurs d’activité sont responsables de plus de 30 % des émissions de gaz à effet de serre :

  • béton (les projets de complexes touristiques sur les côtes) ;
  • métallurgie ;
  • aluminium ;
  • produits chimiques (issus des industries textiles mais aussi de la santé et autres stations d’épuration) ;
  • transport maritime (notamment la circulation de nombreux cargos) ;
  • transport aérien (augmentation du transit aérien) ;
  • transport terrestre (l’ouverture des frontières avec l’UE a permis de faciliter la circulation sur le littoral, ce qui augmente, de fait la pollution).

Ensemble, les deux groupes rédigeront la liste des entreprises les plus émettrices de CO2.

À partir de cette phase d’identification, ils pourront établir pour chacune des industries les solutions les plus adaptées pour réduire de façon massive les émissions de CO2 et déployer un programme de captage et séquestration du carbone de grande ampleur.

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

En 30 secondes simulez votre consommation pour trouver les meilleures offres et comparer avec votre fournisseur actuel.

faire une simulation

Accord Air Liquide et Eni : ce qu’il contient

Les deux géants mettront en commun leurs expertises dans le captage, le stockage, le transport et la séquestration définitive du CO2.

Air Liquide s’attachera à trouver des solutions pour diminuer le CO2 émis

Forte de son expérience en Europe du Nord dans le développement d’initiatives de séquestration du carbone, le leader mondial des gaz, technologies et services pour l’industrie et la santé, mettra à disposition ses équipes pour travailler sur de nouvelles solutions pour réduire les émissions de CO2.

Il s’appuiera également sur sa technologie Cryocap, qui permet de capter jusqu’à 95 % du CO2 émis par les installations industrielles.

Cryocap, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’une innovation technologie du groupe Air Liquide. Elle permet d’isoler et capter le CO2 par une méthode cryogénique. Depuis sa présentation en 2015, la méthode est devenue mondialement reconnue.

Eni se concentrera sur la gestion des gisements de gaz

L’Italien Eni, géant de l’énergie axé sur l’accessibilité pour tous, compte s’appuyer sur ses connaissances dans l’exploitation et la gestion des gisements de gaz pour développer des solutions dans la rétention des émissions.

L’entreprise du pays à la forme de botte devra dans un premier temps identifier les sites où la séquestration des gaz à effet de serre peut être possible dans la région méditerranéenne.

La séquestration du dioxyde de carbone est l’un des leviers les plus importants du processus de décarbonation dans l’industrie lourde.

Le CSC (captage et stockage du CO2)  : comment cela fonctionne ?

Sa fiabilité a été démontrée en 2017 sur divers projets techniques. Depuis, c’est l’un des principaux leviers pour limiter les émissions des CO2 dans l’atmosphère. Le dioxyde de carbone est récupéré au niveau des installations émettrices, puis est stocké avant d’être revalorisé pour un usage plus écologique.

Son grand avantage ? Son impact est quasiment instantané. Par ailleurs, il permet de compenser en partie l’utilisation des énergies fossiles, tout du moins le temps d’assurer une transition écologique à 100 % sans freiner la production d’électricité.

Objectifs communs : contribuer à la neutralité carbone de l’industrie européenne

Les deux partenaires s’accordent sur un objectif commun : celui de la décarbonation totale d’ici à 2050.

Cependant, leurs dirigeants ont bien précisé qu’ils veilleront à ce que les actions mises en place ne portent pas préjudice aux industries, notamment le ciment et l’acier en Italie.

D’autres exemples de mobilisation des entreprises

Eni et Air Liquide ne sont pas les seules entreprises à s’être engagées en faveur de la transition énergétique. Depuis le lancement du « Pacte vert », déjà plusieurs sociétés se sont mobilisées pour proposer des solutions en faveur de la décarbonation.

C’est le cas de la coalition Getting to Zero du Global Maritime Forum. Il regroupe environ 150 entreprises du secteur maritime, prêtes à se mobiliser pour réduire l’empreinte carbone de celui-ci. Cette alliance est régie par les « principes de Poséidon ».

Dans d’autres secteurs plus difficiles à décarboner, on retrouve également le « Partenariat Mission Impossible ». Cette initiative est soutenue par près de 300 acteurs du milieu industriel, financier, politique. Ensemble ils travaillent au développement de projets innovants avec pour objectif zéro émission nette.

Zoom sur le Pacte Vert Européen

Présenté par la présidente de la Commission Européenne, Ursula von der Leyen en 2019, le « pacte vert » entend faire de la transition écologique du vieux continent un relais de croissance. Il décline une série d’orientations écologique que tous les pays doivent suivre.

En 2021, Madame von der Leyen a conforté les objectifs de neutralité carbone pour 2050 en fixant des étapes intermédiaires.

Le Fit for 55 a pour optique de réduire de 55 % les émissions carbones entre 1990 et 2030.

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

En 30 secondes simulez votre consommation pour trouver les meilleures offres et comparer avec votre fournisseur actuel.

faire une simulation