Choisir.com - Comparez, économisez.
09 71 07 14 93

Réacteurs nucléaires : redémarrage repoussé pour 2 d’entre eux

Depuis début décembre 2022, de plus en plus de réacteurs nucléaires reprennent leur activité en France. Toutefois, le 16 décembre dernier, EDF a été contraint d’annoncer un nouveau contretemps dans le calendrier de remise en route de ses centrales. Ce sont effectivement deux réacteurs nucléaires normands, à Flamanville et à Penly, qui ne pourront redémarrer aux dates initialement prévues. Alors que beaucoup de Français craignent de devoir faire face aux coupures en cas de trop grande tension électrique cet hiver, Choisir.com revient sur ces nouveaux retards.

Redémarrage réacteurs repoussé

Des opérations de maintenance à Flamanville-1

C’est le vendredi 16 décembre 2022 qu’EDF a annoncé à l’AFP qu’elle était dans l’obligation de reporter la reprise d’activité de deux nouveaux réacteurs nucléaires. Depuis début décembre, plusieurs réacteurs avaient pourtant redémarré dans notre pays. Au 16 décembre, on en comptait ainsi 41, sur les 56 existants en France, en état de fonctionnement. Ils seront peut-être même 44 à Noël d’après Luc Rémont, le nouveau PDG d’EDF.

Toutefois, le réacteur n° 1 de Flamanville, dans la Manche, ne sera pas de ceux-là. À la base, son redémarrage devait avoir lieu le 25 décembre 2022. Finalement, EDF a repoussé cette échéance au 19 février 2023.

Quelle est la raison de ce report ? Des travaux programmés de maintenance qui prennent plus de temps que prévu. En réalité, à Flamanville-1, il s’agit de remplacer des générateurs de vapeur usés. C’est une opération exceptionnelle et éminemment pointue. Elle consiste à retirer quatre composants extrêmement volumineux, puisqu’ils font plus de 400 tonnes et 50 mètres de hauteur chacun.

Les 4 générateurs neufs ont d’ores et déjà été connectés au réseau principal. Dorénavant, ce sont les épreuves hydrauliques validant la qualité des soudures qui sont en train d’être réalisées. EDF a également indiqué que « les opérations classiques de redémarrage seront lancées dans les prochains jours. »

Des travaux contre la corrosion à Penly-1

C’est un fait qui est connu de tous depuis plusieurs mois et qui explique l’arrêt de plusieurs réacteurs du parc nucléaire national français. Un certain nombre d’entre eux font face à un problème de corrosion dont le traitement est évidemment essentiel. C’est dans ce but que, dernièrement, EDF a fait appel à l’un de ses partenaires américains afin d’effectuer les travaux nécessaires.

Le réacteur n° 1 de Penly, en Seine-Maritime, fait partie de ceux qui se heurtent à ce phénomène de corrosion. Le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, y était d’ailleurs le 9 décembre dernier pour y annoncer l’abandon du projet Hercule. D’après EDF, il y a eu à Penly-1 « une nouvelle indication de corrosion sous contrainte [qui] a été confirmée sur une soudure d’une portion de tuyauterie. » C’est pour cette raison que le remplacement de cette portion de tuyauterie atteinte de corrosion a été décrété par le groupe énergéticien. Ces travaux auront ainsi pour conséquence de repousser la réouverture de Penly-1. En effet, au lieu de reprendre du service le 23 janvier prochain, le réacteur ne redémarrera que deux mois après, le 20 mars 2023. Si les travaux se déroulent sans aucun autre problème bien sûr.

Autant d’opérations de maintenance qui interrogent quant à la capacité du parc nucléaire français de produire assez d’électricité pour l’intégralité de l’hiver. Saison hivernale qui est pour l’instant très froide et par rapport à laquelle la crainte de mesures de délestage est présente chez beaucoup de Français.

D’un autre côté, ces nombreux travaux et activités de maintenance que subissent actuellement les réacteurs français peuvent être vus comme logiques. En effet, le parc nucléaire français a été construit dans les années 1980 pour la majorité de ses réacteurs. Quarante ans après, il n’est donc pas anormal que des réparations doivent être effectuées. On peut juste regretter peut-être qu’elles n’aient pas été anticipées au préalable, alors que la grève de l’automne 2022 a paralysé un moment l’activité nucléaire d’EDF.

comparateur

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

En 30 secondes simulez votre consommation pour trouver les meilleures offres et comparer avec votre fournisseur actuel.

faire une simulation