Choisir.com - Comparez, économisez.
09 71 07 14 93

EDF et Engie : quelles différences ?

Autrefois opérateurs uniques d’électricité et de gaz naturel en France, EDF et Engie sont aujourd’hui des fournisseurs d’énergie comme les autres, à un détail près : ils sont les seules entités autorisées à commercialiser une offre aux tarifs réglementés de vente, héritage de leur ancien statut de monopole. Malgré une importante communication et le changement de nom de GDF Suez pour Engie en 2015, la confusion dans l’esprit des Français persiste : nombreux sont ceux qui considèrent EDF et Engie comme une seule et même entreprise. Les deux groupes, poids lourds de l’énergie à l’échelle mondiale, sont pourtant distincts dans bien des domaines. Focus sur les différences entre EDF et Engie.

Différences EDF/Engie

EDF et Engie en bref

Retrouvez ci-dessous les principales informations à connaître à propos des deux fournisseurs historiques. Ces données seront plus largement détaillées dans la suite de l’article.

CaractéristiquesEDFEngie
NaissanceCréation en 1946 sous le nom « Électricité de France » (EDF)Création en 1946 sous le nom « Gaz de France » (GDF)
L’entreprise avant l’ouverture du marché à la concurrence
(en 2007 pour les clients particuliers)
Fournisseur unique d’électricité en France (entité publique, statut de monopole)Fournisseur unique de gaz naturel en France (entité publique, statut de monopole)
Activités de production, de transport et de distribution de l’électricité intégréesActivités de production, de transport et de distribution de gaz naturel intégrées
L’entreprise aujourd’huiCommercialise des offres d’électricité et de gaz naturel à prix de marché
1er fournisseur d’électricité en France1er fournisseur de gaz naturel en France
1er fournisseur alternatif de gaz naturel en France1er fournisseur alternatif d’électricité en France
En tant que fournisseur historique, EDF est le seul autorisé à commercialiser les tarifs réglementés de vente de l’électricité (TRVE)En tant que fournisseur historique, Engie est le seul autorisé à commercialiser les tarifs réglementés de vente du gaz naturel (TRVG)
Activité de transport de l’électricité déléguée à RTE, filiale d’EDF ayant une obligation d’indépendanceActivité de transport du gaz déléguée à GRTgaz (qui gère 85 % du réseau français), filiale d’Engie ayant une obligation d’indépendance
Activité de distribution de l’électricité déléguée à Enedis (ex-ERDF), filiale d’EDF ayant une obligation d’indépendanceActivité de distribution du gaz déléguée à GRDF, filiale d’Engie ayant une obligation d’indépendance
Les entreprises EDF et Engie avant et après l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence
comparateur

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

En 30 secondes simulez votre consommation pour trouver les meilleures offres et comparer avec votre fournisseur actuel.

faire une simulation

EDF et Engie : une histoire commune

S’il est fréquent qu’EDF et Engie soient confondus, c’est principalement en raison de leur héritage commun. Créées en même temps, les deux entités suivront une trajectoire similaire pendant près de 60 ans, jusqu’à la libéralisation du marché de l’énergie et son ouverture à la concurrence, qui viendra bouleverser à la fois leur nature et leurs activités. Voyons cela plus en détails.

La création d’EDF et GDF

En 1946, c’est l’heure du bilan et de la reconstruction, après six années de guerre qui ont dévasté le pays. Le marché de l’énergie en France est alors complètement disparate : on compte plusieurs centaines de producteurs et plus d’un millier de distributeurs d’électricité et de gaz. Il en résulte une offre énergétique très inégale d’un territoire à l’autre, chaque entreprise privée définissant librement ses prix.

Pour les pouvoirs publics, la création d’un monopole d’État apparaît nécessaire, à la fois pour :

  • uniformiser l’offre et les prix de l’énergie partout dans le pays ;
  • renouveler les infrastructures vieillissantes et, en premier lieu, les réseaux de transport de gaz et d’électricité.

Avec la promulgation de la loi n° 46-628 du 8 avril 1946 sur la nationalisation de l’électricité et du gaz sous l’impulsion du Conseil national de la Résistance (CNR), tous les actifs des sociétés privées de l’énergie sont nationalisés, comme le stipule l’article 1er :

« À partir de la promulgation de la présente loi, sont nationalisés :

  1. La production, le transport, la distribution, l’importation et l’exportation d’électricité ;
  2. La production, le transport, la distribution, l’importation et l’exportation de gaz combustible. »

C’est la naissance d’Électricité de France (EDF) et de Gaz de France (GDF), deux établissements publics nationaux de caractère industriel et commercial (EPIC).

Placées sous la houlette du gouvernement et partageant une direction générale commune, les structures EDF et GDF ont pour mission de participer à la reconstruction du pays. La concentration du secteur doit permettre d’accroître les moyens de production par des effets d’échelle et d’harmoniser les normes de distribution avec notamment la création, pour l’électricité, d’une tension standard à 220 V.

Plus d’un demi-siècle de monopole

Pendant près de 60 ans, dans un contexte de besoins croissants en énergie, EDF et GDF constituent les uniques fournisseurs d’électricité et de gaz auprès des particuliers, des professionnels et des collectivités locales en France : c’est pourquoi on les appelle aujourd’hui communément « fournisseurs historiques ».

Ces derniers supervisent alors toute la chaîne de valeur pour leur marché :

  • EDF met en œuvre de nombreux chantiers pour développer la production d’électricité (centrales thermiques, barrages hydrauliques et centrales nucléaires), mais également améliorer l’acheminement et la distribution de l’énergie ;
  • à sa création, GDF produit et distribue d’abord du gaz de ville (fabriqué à base de houille), avant de réorienter son activité vers le développement du gaz naturel dès la fin des années 1950, après la découverte du gisement de gaz naturel de Lacq dans les Pyrénées-Atlantiques.

EDF et GDF étaient-ils réellement les uniques fournisseurs d’énergie en France ?

En réalité, ce n’est pas tout à fait le cas : en effet, en 1946, quelques sociétés publiques ou d’économie mixte échappent à la création de ce gigantesque monopole destiné à prendre les rênes du secteur de l’énergie. Elles restent actives et demeurent les fournisseurs exclusifs sur leurs zones (environ 5 % du territoire français).

Ces entités sont aujourd’hui appelées « Entreprises locales de distribution » (ou ELD). À l’heure actuelle, on dénombre :

L’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence

Les années 1990 marquent un tournant important pour les marchés du gaz et de l’électricité en Europe. En effet, peu à peu, la libéralisation du marché de l’énergie apparaît nécessaire pour assurer un prix juste pour les consommateurs et garantir une certaine sécurité d’approvisionnement sur le continent. En d’autres termes, les obstacles au jeu de libre concurrence doivent être supprimés, pour que soit créé un marché intérieur de l’énergie à l’échelle européenne.

  • En 1996, la Commission européenne décide la déréglementation du secteur de l’électricité (directive 96/92/CE).
  • En 1998, elle décide la déréglementation du secteur du gaz (directive 98/30/CE).

Dès lors, les États membres doivent prendre les dispositions nécessaires pour se mettre en conformité avec la nouvelle réglementation européenne.

En France, ce profond changement structurel est réalisé en plusieurs étapes :

  • dès 1999, les entreprises très consommatrices (plus de 100 GW par an) ont la possibilité d’opter pour le fournisseur d’énergie de leur choix ;
  • l’année suivante, c’est au tour des entreprises consommant plus de 16 GW par an, puis en février 2003, à celles consommant plus de 7 GW par an ;
  • en juillet 2004, l’ensemble des entreprises, des collectivités locales et des copropriétés peuvent faire le choix de quitter les opérateurs historiques pour un nouveau fournisseur, appelé « fournisseur alternatif » ;
  • enfin, en juillet 2007, le marché du gaz et celui de l’électricité sont ouverts à la concurrence pour tous les consommateurs particuliers, désormais libres de souscrire l’offre d’énergie de leur choix.

Service gratuit

Réduisez votre facture d’électricité et gaz

Nos experts énergie vous aident à économiser jusqu’à 200 € sur votre facture gaz et électricité

Les impacts de la libéralisation du marché pour EDF et GDF

En France, l’ouverture à la concurrence du marché de l’énergie est synonyme de privatisation partielle pour EDF et GDF.

Cette privatisation est actée par la loi n° 2004-803 du 9 août 2004 relative au service public de l’électricité et du gaz et aux entreprises électriques et gazières. L’article 24 stipule : « Électricité de France et Gaz de France sont des sociétés anonymes. L’État détient plus de 70 % du capital d’Électricité de France et plus du tiers du capital de Gaz de France. »

La privatisation d’EDF

Le 19 novembre 2004, EDF devient une société anonyme à capitaux publics, première étape avant l’ouverture de son capital l’année suivante (introduction de 15 % du capital à la Bourse de Paris le 21 novembre 2005). Fin 2007, l’État vend 2,5 % du capital d’EDF, ce qui lui permettra de récupérer environ 3,7 milliards d’euros.

À ce jour, l’entreprise est toujours partiellement privatisée, l’État détenant encore 83,68 % du capital.

Vers une prochaine renationalisation d’EDF

La crise que subit le secteur de l’énergie depuis l’été 2021 a mis en lumière les failles d’un marché de l’énergie libéré. Pour preuve la nécessaire mise en place du bouclier tarifaire à l’automne 2021 afin de préserver le pouvoir d’achat des Français.

Le 6 juillet 2022, l’annonce est tombée, sous les mots de la Première ministre Élisabeth Borne : l’État souhaite renationaliser EDF en récupérant donc 100 % de ses capitaux.

Selon Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, « nationaliser EDF, c’est nous donner toutes les chances d’être plus indépendants dans les années qui viennent en matière énergétique. »

Au fil des années, le groupe EDF déploiera pleinement ses activités à l’international et investira le secteur du gaz.

Il commercialise aujourd’hui de nombreuses offres d’électricité et de gaz à prix de marché, aux particuliers comme aux professionnels.

La privatisation de GDF

La loi du 9 août 2004 entérine également le changement de statut juridique de GDF, transformé comme EDF en société anonyme à capitaux publics.

En 2006, la fusion entre GDF et Suez entraîne de fait la privatisation partielle de l’entreprise (devenue GDF-Suez), dont l’État ne contrôle dorénavant plus que 35 % des parts sociales.

À plusieurs reprises, l’État revendra une partie de ses actions dans les années qui suivront : en 2022, il détient 23,64 % du capital d’Engie.

Bon à savoir

À la différence d’un établissement public qui appartient en totalité à l’État, une société anonyme est une société par actions dans laquelle la responsabilité de chacun correspond au nombre de parts qu’il possède, l’État devenant dans ce cadre un actionnaire comme un autre.

À l’instar d’EDF, après sa privatisation partielle, le groupe GDF diversifie ses activités en se lançant notamment dans la production et la fourniture d’électricité.

En 2015, GDF-Suez change de nom et devient Engie : une appellation qui a vocation à refléter davantage la diversité des activités du groupe et à réduire la confusion des consommateurs entre EDF et le fournisseur historique de gaz.

La création d’ERDF et de GRDF

Dans la foulée des privatisations et afin que puisse s’exercer une libre concurrence entre les fournisseurs historiques d’énergie et les nouveaux acteurs privés du secteur, les pouvoirs publics décident de séparer les activités de commercialisation et de distribution.

Concrètement, la gestion des réseaux de distribution d’électricité et de gaz est définitivement retirée à EDF et GDF, qui conservent uniquement leurs activités de production d’énergie et de fourniture.

Le 1er janvier 2008, deux nouvelles entreprises sont créées :

  • ERDF, filiale d’EDF à 100 % qui prendra plus tard le nom d’Enedis, prend en charge la gestion et l’aménagement de 95 % du réseau public de distribution d’électricité en France (les 5 % restants étant laissés aux Entreprises locales de distribution d’électricité) ;
  • GRDF, filiale à 100 % de GDF, récupère pour sa part la gestion et l’entretien de la totalité du réseau public de distribution de gaz naturel en France.

La création de ces deux nouvelles entités juridiquement séparées de leur maison mère et assurant une mission de service public doit permettre un accès non discriminatoire aux réseaux de distribution.

De fait, elle ouvre la voie à l’apparition de nouveaux fournisseurs privés de gaz et d’électricité, les entreprises ERDF et GRDF étant tenues à une obligation de neutralité vis-à-vis de l’ensemble des acteurs du marché.

EDF et Enedis, Engie et GRDF : ne faites plus la confusion !

En 2015, dix ans après la privatisation des fournisseurs historiques, près de 6 Français sur 10 pensaient encore que c’était EDF qui effectuait la relève de leur compteur électrique (étude menée par la Commission de régulation de l’énergie ou CRE). Même confusion côté gaz : ils étaient seulement 22 % à savoir que la relève du compteur gaz était l’une des missions de GRDF.

Aujourd’hui encore, nombreux sont ceux qui ne connaissent pas bien les règles de fonctionnement du marché et les rôles de chacun :

  • EDF et GDF sont fournisseurs d’énergie. Ce sont auprès d’eux (ou d’un fournisseur alternatif) que vous souscrivez un contrat d’énergie, ce sont également eux qui vous transmettent vos factures ;
  • Enedis (ex-ERDF) et GRDF sont gestionnaires du réseau de distribution d’électricité et de gaz :
    • ils gèrent le raccordement de votre domicile au réseau,
    • ils gèrent l’entretien et interviennent en cas de panne sur les lignes électriques ou de fuite sur le réseau public de gaz,
    • ils installent et relèvent votre compteur électrique et votre compteur de gaz,
    • ils sont responsables du déploiement des nouveaux compteurs connectés Linky et Gazpar ;
  • RTE, GRTgaz et Teréga sont les gestionnaires des réseaux de transport : RTE pour l’électricité, GRTgaz et Teréga pour le gaz.

Les groupes EDF et Engie aujourd’hui

Si EDF et Engie ne bénéficient plus d’un statut particulier sur le marché de détail de l’énergie français, les deux opérateurs sont toujours leaders sur leur marché historique respectif : l’électricité pour EDF, le gaz pour Engie.

La « raison d’être » d’EDF et d’Engie

À travers leur « raison d’être », EDF et Engie affirment leur volonté d’œuvrer en faveur de la transition énergétique.

La raison d’être d’EDFLa raison d’être d’Engie
« Construire un avenir énergétique neutre en CO2 conciliant préservation de la planète, bien-être et développement, grâce à l’électricité et à des solutions et services innovants. »« La raison d’être d’ENGIE, c’est d’agir pour accélérer la transition vers une économie neutre en carbone, par des solutions plus sobres en énergie et plus respectueuses de l’environnement. Cette raison d’être rassemble l’entreprise, ses salariés, ses clients et ses actionnaires et concilie performance économique et impact positif sur les personnes et la planète. »

EDF et Engie : informations et chiffres clés

Les deux groupes sont des mastodontes du secteur de l’énergie : ils ont aujourd’hui une place de choix parmi les plus grands producteurs d’électricité et producteurs de gaz, en Europe et dans le monde.

Voici les principales données à retenir pour l’année 2021 :

ThématiqueEDFEngie
Activité historiqueProduction et fourniture d’électricitéProduction et fourniture de gaz naturel
DirectionLuc Rémont

Président-Directeur Général depuis septembre 2022
Catherine MacGregor

Directrice Générale depuis janvier 2021
CA groupe84,5 milliards € (+22 % vs N-1)
dont 33,2 milliards € pour les activités de production et de commercialisation en France
57,9 milliards € (+4 % vs N-1)
dont 18,7 milliards € en France
Résultat net courant4 717 millions € (+140 % vs N-1)3 661 millions € (+138 % vs N-1)
Part du capital détenue par l’État français83,68 %23,64 %
ImplantationPrésence dans environ 30 paysActuellement, recentrage du périmètre géographique :
• 70 pays en 2018 ;
• Objectif 30 pays en 2023.
Masse salariale167 157 collaborateurs101 504 collaborateurs
R&D• Budget de 661 millions €.
• 2 263 collaborateurs.
• Budget de 138 millions €.
• 554 collaborateurs.
Fourniture d’énergie• 1er fournisseur d’électricité en France
• 1er fournisseur alternatif de gaz naturel en France
• Clients résidentiels et professionnels (électricité et gaz) décomptés par point de livraison :
– 38,5 millions de clients dans le monde (+1,5 % vs N-1)
– 29,3 millions de clients en France (-2,3 % vs N-1)
• 1,16 contrat par client
• 1,4 million de clients résidentiels électricité en offres à prix de marché en France
• 1er fournisseur de gaz naturel en France
• 1er fournisseur alternatif d’électricité en France
• Nombre de contrats clients résidentiels électricité et gaz : 22,3 millions
Production d’énergie• Production totale d’électricité : 523,7 TWh (dont 78,2 % nucléaire)
• 91 % de production d’électricité décarbonée (97 % en France)
• 1er producteur mondial d’électricité neutre en CO2
• 34,8 GW de capacité nette installée d’électricité renouvelable
• 1er producteur d’hydroélectricité en Europe
• 1er producteur d’électricité issue de l’éolien et du solaire dans le monde
• Production totale d’électricité : 389 TWh
• 34 GW de capacité nette installée d’électricité renouvelable (+3 GW vs N-1)
• Production de biométhane en France : 6,1 TWh (35 sites de production raccordés aux réseaux de GRDF et GRTgaz)
Objectif de neutralité carbone20502045
AutreCapacité de stockage électrique de 5 GW• + de 300 000 km de réseaux de transport et de distribution de gaz et d’électricité
• 1er opérateur de stockages en Europe
• 1er distributeur de gaz en Europe
• 2e opérateur de terminaux de regazéification (GNL) en Europe
• 1er opérateur mondial de réseaux de froid urbain
• 3e opérateur mondial de réseaux de chaleur urbaine
Les groupes EDF et Engie – Données 2021

Des objectifs ambitieux

Dans les années à venir, EDF comme Engie souhaitent mettre l’accent sur la production d’électricité d’origine renouvelable :

  • EDF a pour objectif d’augmenter sa capacité nette installée en éolien + solaire (hors hydraulique, donc) de 3 GW par an en moyenne entre 2021 et 2024 (soit +20 % par an), pour atteindre une capacité totale de 21 GW ;
  • Engie souhaite, quant à lui, augmenter sa capacité nette installée en énergies renouvelables (éolien + solaire + hydraulique) de 4 GW par an en moyenne jusqu’à 2025 (soit +10 % par an), pour atteindre une capacité totale de 50 GW.

Les deux groupes misent également sur la production d’hydrogène pour « verdir » leurs activités :

  • à travers sa filiale Hynamics, EDF a conçu la plus grande station de production-distribution d’hydrogène bas carbone de France. Elle approvisionne actuellement 5 bus du réseau de transports de l’agglomération d’Auxerre. D’autres projets sont en cours ;
  • Engie souhaite atteindre une capacité de production de 4 GW d’hydrogène renouvelable d’ici 2030.

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

faire une simulation

Quelles sont les autres activités des deux poids lourds de l’énergie ?

EDF et Engie ne sont pas seulement producteurs et fournisseurs. À travers leurs filiales, ils développent de nombreuses activités dans le domaine de l’énergie.

DomaineEDFEngie
TransportLa filiale RTE (qui a une obligation d’indépendance vis-à-vis d’EDF) assure le transport de l’électricité depuis les centres de production jusqu’aux grands sites industriels ainsi que l’interconnexion avec les réseaux des pays voisins par l’intermédiaire de 50 lignes frontalières.• La filiale GRTgaz (qui a une obligation d’indépendance vis-à-vis d’Engie) assure le transport du gaz naturel sur 85 % du réseau français (les 15 % étant opérés par Teréga).
• Engie assure également une partie du transport du gaz en Espagne, en Allemagne ou encore en Autriche, à travers ses participations dans les groupes Medgaz, Megal et BOG.
Distribution• La filiale Enedis (qui a une obligation d’indépendance vis-à-vis d’EDF) gère le réseau de distribution qui achemine l’électricité vendue par les fournisseurs d’énergie jusqu’aux consommateurs.
• En Italie, la filiale Edison développe différents projets d’acheminement du gaz naturel.
• Les différentes filiales EDF International Networks commercialisent les prestations de distribution et de transport à l’international.
La filiale GRDF (qui a une obligation d’indépendance vis-à-vis d’Engie) gère le réseau de distribution qui achemine le gaz naturel vendu par les fournisseurs d’énergie jusqu’aux consommateurs.
Autres activités• EDF a investi le marché du véhicule électrique et installe des points de charge sur la voirie, en entreprises et chez les particuliers avec sa filiale française Izivia.
• Le groupe développe également des réseaux urbains de chaleur et de froid qui exploitent des énergies locales, renouvelables ou de récupération.
• Il commercialise des installations d’autoconsommation photovoltaïque et des pompes à chaleur.
• Il propose également des services de rénovation thermique et énergétique pour l’habitat.

Parmi les autres filiales d’EDF, citons :
Sowee, un fournisseur d’énergie alternatif à bas prix ;
EDF Renouvelables, producteur d’électricité verte ;
EDF Trading (400 collaborateurs), qui assure l’optimisation de la production d’EDF en France ;
IZI Solutions, une plateforme multiservice proposant du dépannage d’urgence, des travaux de rénovation, l’entretien de chaudières, etc. ;
EDF EnR, qui commercialise des solutions photovoltaïques ;
Dalkia, spécialisé notamment dans la valorisation des déchets énergétiques et le développement de projets de méthanisation ;
Hynamics, qui produit et commercialise de l’hydrogène.
• Engie est leader dans le stockage souterrain de gaz naturel en Europe, grâce à sa filiale Storengy. Cette dernière propose également des solutions de stockage de l’hydrogène produit à partir d’électricité renouvelable (Power to Gas).
Engie Bioz, filiale de Storengy, est spécialisée dans la production de biométhane en France (17 sites à ce jour et 13 en construction).
Elengy exploite 3 terminaux méthaniers en France, servant à réceptionner et regazéifier du gaz naturel liquéfié (GNL).
Happe-e by Engie est un fournisseur d’énergie alternatif à bas prix.
• Engie est leader mondial dans les réseaux urbains de froid (100 réseaux opérés) et 4e mondial dans les réseaux urbains de chaleur (300 réseaux opérés), à travers ses différentes filiales (filiale Fraîcheur de Paris dans la capitale, par exemple).
• Avec sa filiale Engie Solar, le groupe est leader français du développement de centrales solaires au sol.
• L’entité Engie Solutions est composée de différentes filiales (dont Engie Réseaux et Engie Cofely) qui regroupent l’ensemble des activités liées à l’efficacité énergétique au service des collectivités, des industries et des entreprises en France.
• Racheté par Engie en 2017, le site MesDépanneurs.fr est spécialisé dans le service de dépannage à domicile (mise en relation entre particuliers et professionnels).
Les autres activités des groupes EDF et Engie

Cette liste d’activité est non exhaustive, tant le périmètre d’action des deux groupes est large.

EDF et Engie : deux fournisseurs historiques aujourd’hui concurrents

Intéressons-nous maintenant aux différences entre EDF et Engie en matière de fourniture d’énergie auprès des clients particuliers.

Pour rappel, les deux opérateurs sont désormais fournisseurs d’énergie parmi tant d’autres, depuis la libéralisation du marché en 2007.

Toutefois, ils présentent chacun une spécificité importante :

  • EDF demeure le seul fournisseur autorisé à commercialiser les tarifs réglementés de vente de l’électricité (TRVE), ces tarifs régulés par l’État et fixés par décret après consultation de la Commission de régulation de l’énergie (on les appelle plus communément « Tarif Bleu d’EDF ») ;
  • de son côté, Engie est également le seul fournisseur autorisé à commercialiser les tarifs réglementés de vente du gaz naturel (TRVG). Toutefois, ceux-ci ne sont plus disponibles à la souscription depuis novembre 2019 et seront définitivement supprimés le 1er juillet 2023, faisant définitivement d’Engie un fournisseur alternatif comme les autres.

L’ARENH, un mécanisme peu connu

Depuis la loi NOME votée en décembre 2010, EDF (qui détient la gestion des centrales nucléaires en France) a désormais l’obligation de vendre à ses concurrents une partie de l’énergie nucléaire produite, à prix encadré. C’est ce que l’on appelle l’Accès régulé à l’énergie nucléaire historique (ARENH). Objectif : rendre l’énergie nucléaire accessible à tous les fournisseurs alternatifs et ainsi, permettre aux consommateurs de bénéficier de la compétitivité offerte par le parc nucléaire français (cette électricité étant réputée moins chère à produire).

Offres d’énergie : similitudes et différences

En dehors des offres aux tarifs réglementés, EDF et Engie ont chacun développé une palette d’offres d’énergie dites « à prix de marché », c’est-à-dire dont les tarifs sont fixés librement par l’opérateur.

En savoir plus sur les offres et tarifs d’EDF et Engie

Tarifs, options, services… Sur ce site, Choisir.com met à votre disposition de nombreuses ressources pour tout savoir sur les offres d’électricité et de gaz à destination des consommateurs particuliers, notamment celles commercialisées par les deux fournisseurs historiques EDF et Engie. Parce qu’un consommateur averti est un consommateur satisfait, n’hésitez pas à vous appuyer sur l’expertise de Choisir.com !

Quelle est l’énergie fournie ?

Les deux fournisseurs présentent des grilles tarifaires relativement semblables. La principale différence entre EDF et Engie est la nature de l’énergie commercialisée :

  • EDF commercialise à la fois de l’électricité standard, c’est-à-dire d’origine fossile (gamme « Zen Électrique ») et de l’électricité verte (gamme « Vert Électrique ») ;
  • en revanche, le fournisseur Engie commercialise uniquement des offres d’électricité verte.

Côté gaz :

  • EDF propose uniquement du gaz standard, mais les clients peuvent opter pour la compensation carbone des émissions de CO2 liées à leur consommation, grâce à l’offre « Avantage Gaz Durable » ;
  • Engie va plus loin, puisqu’il offre à ses clients la possibilité d’être partiellement ou totalement alimenté en biogaz français, grâce à son option « Gaz Vert+ » facturée entre 0,75 € et 15 € TTC par mois.

Quels sont les services proposés ?

En tant que géants de la fourniture d’énergie et forts de plusieurs décennies d’expérience, EDF et Engie proposent des services globalement équivalents en matière de :

  • digitalisation des informations (plateforme web et application mobile) ;
  • suivi de la consommation d’énergie ;
  • modalités de paiement ;
  • assurances en cas de coup dur financier (« Assurénergie + » pour EDF, « Assurance Facture » pour Engie) ;
  • services de dépannage et entretien ;
  • aides à la rénovation énergétique ;
  • etc.

Notons également qu’ils sont les seuls fournisseurs à disposer d’un médiateur interne en cas de réclamation, les deux groupes ayant signé une convention avec le Médiateur national de l’énergie (MNE).

EDF et Engie : une confusion qui persiste dans l’esprit des Français

L’édition 2021 du baromètre Énergie-Info réalisé par le Médiateur national de l’énergie a, une nouvelle fois, mis en exergue la confusion et les fausses idées des Français sur le fonctionnement du marché de l’énergie :

  • 3 Français sur 10 pensent qu’EDF et Engie sont une seule et même entreprise ;
  • ils sont tout aussi nombreux à être incapables de citer le nom de leur fournisseur d’électricité et/ou de gaz naturel ;
  • les deux-tiers des Français pensent qu’il est possible de se fournir aux tarifs réglementés d’électricité et de gaz chez le même opérateur ;
  • un quart d’entre eux imagine que changer d’opérateur est payant et 18 % que cela engendre une coupure d’énergie.

Rappelons donc qu’il est possible de résilier son contrat d’énergie à tout moment, sans frais et risque de coupure.

Vous souhaitez souscrire une offre de gaz ou d’électricité plus avantageuse ?

Choisir.com met gratuitement son comparateur électricité et gaz à disposition de celles et ceux désirant réduire leur budget énergie, en leur permettant de dénicher en quelques clics l’offre qui leur convient le mieux.

D’autres questions sur ce sujet ?

Service gratuit

Réduisez votre facture d’électricité et gaz

Nos experts énergie vous aident à économiser jusqu’à 200 € sur votre facture gaz et électricité