Choisir.com - Comparez, économisez.

La VMC simple flux : la ventilation en toute simplicité

Parfois, les choses les plus simples sont aussi les plus efficaces. Cette phrase colle très bien à la VMC simple flux. Ici, seul un moteur assure la ventilation de votre foyer. Peu d’électronique pour une consommation faible et une ventilation suffisante. Mais où sont ses limites et quelles aides financières peuvent vous aider à installer votre propre système de VMC simple flux à la maison ? Faisons le point ensemble.

VMC simple flux

Comment fonctionne une VMC simple flux ?

Le cœur de la VMC simple flux se situe dans son groupe d’extraction, souvent placé dans les combles en raison de son encombrement et des nuisances sonores qu’il occasionne (30 décibels au maximum).

À l’intérieur se trouve un ventilateur qui assure son fonctionnement. Le procédé de ventilation se déroule en 3 étapes :

  1. Arrivée d’air frais. L’air extérieur pénètre dans le logement par les entrées d’air situées sur les fenêtres ou en partie basse des pièces principales (chambre, salon, séjour…) ;
  2. Circulation d’air. L’air frais traverse tout le logement en passant par les espaces laissés sous les portes ;
  3. Évacuation de l’air vicié. Le groupe d’extraction (gaines et ventilateur) rentre en jeu en aspirant l’air vicié des pièces de service par des bouches situées près du plafond et le rejette à l’extérieur.
fonctionnement VMC
Source : Bien ventiler son logement – Ademe

Les 2 types de VMC simple flux

Maintenant que vous connaissez les rudiments de la VMC simple flux, penchons-nous sur les 2 types de technologies qui existent, à savoir :

  • la VMC autoréglable ;
  • la VMC hygroréglable.

La VMC autoréglable

Cette technologie est la plus sommaire car elle se compose d’entrées d’air et de bouches d’extraction autoréglables. Cela signifie que c’est la pression de l’air qui assure un débit d’air constant dans votre maison.

Ce type de VMC se destine plutôt aux logements peu humides.

La VMC hygroréglable

Avec cette technologie, les entrées d’air et les bouches d’extraction de cette VMC sont hygroréglables. Quelle différence ? Le débit de l’air est régulé en fonction du taux d’humidité de l’air intérieur. Comme pour la VMC autoréglable, tout est automatisé, vous n’avez rien à faire mais celle-ci vous apporte un meilleur confort.

Il en existe de 2 types :

Type de VMCEntrées d’airBouches d’extraction
AAutoréglablesHygroréglables
BHygroréglables
Différences entre la VMC hygroréglable de type A et B

Globalement, la VMC de type A se trouve dans les locaux professionnels et les habitations collectives (appartements dans un immeuble par exemple).

La VMC de type B, quant à elle, est recommandée dans les constructions neuves car elle répond au cahier des charges fixé par la réglementation thermique RT 2012.

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

faire une simulation

La VMC simple flux : un dispositif obligatoire chez vous

La ventilation n’a pas toujours été au centre de l’attention, ni des constructeurs, ni des pouvoirs publics. Il faudra attendre le milieu des années 70 pour voir apparaître les premiers systèmes de ventilation mécanique contrôlée dans les logements neufs et une dizaine d’années plus tard pour qu’une réglementation.

En quoi consiste cette réglementation ?

Depuis 1982, les bâtiments doivent respecter une réglementation précise en matière de ventilation (arrêté du 24 mars 1982 relatif à l’aération des logements). Les deux tableaux ci-dessous vous donneront les valeurs en m³/h (mètre cube par heure).

Nombre de pièces principalesCuisineSalle de bainsWC
175 m³/h15 m³/h
290 m³/h
3105 m³/h30 m³/h
(15 m³/h dans vos autres salles de bains)
15 m³/h
4120 m³/h30 m³/h
5135 m³/h
6
7
Débits d’air exigés par la réglementation pour le cas général
Nombre de pièces principalesAvec dispositifs individuels de réglageAvec modulation automatique
Débit minimal en cuisineDébit total minimal
120 m³/h35 m³/h10 m³/h
230 m³/h60 m³/h
345 m³/h75 m³/h15 m³/h
490 m³/h20 m³/h
5105 m³/h25 m³/h
6120 m³/h30 m³/h
7135 m³/h35 m³/h
Débits d’air exigés par la réglementation dans les cas spécifiques

Source : Bien ventiler son logement – Ademe

Pourquoi est-ce nécessaire d’évacuer l’air de votre maison ?

Pour information, il est nécessaire de renouveler l’air ambiant pour évacuer tous les polluants qui occupent votre maison :

  • les composés organiques volatils (COV) : vous n’y pensez peut-être pas tous les jours, mais les colles et peintures sur vos murs et meubles, les produits d’entretien et de nettoyage, désodorisants, parfums (naturels ou artificiels), feutres que vous utilisez au quotidien dégagent des polluants nocifs ;
  • les composés organiques semi-volatils (COSV) : on les retrouve dans l’air ou dans les poussières déposées au sol à cause des revêtements, des plastifiants et des meubles ;
  • les gaz issus de combustions diverses (oxydes d’azote (NOx) ou dioxyde de soufre (SO₂) : évidemment votre gazinière, votre poêle à bois ou les fumées de cigarette polluent l’air intérieur ;
  • les pesticides : si vous avez des plantes, il y a de fortes chances pour que vos produits de traitement contiennent des insecticides et des fongicides.
  • le monoxyde de carbone : il est plus rare (et aussi plus dangereux) d’avoir ce gaz à la maison car il provient des appareils de chauffage et de production d’eau chaude par combustion mal entretenus ou peu performants.

Sans compter les particules, les fibres, les polluants biologiques (agents infectieux et allergènes) qui vicient l’air que vous respirez qui ont des effets :

  • à court terme : réaction aux mauvaises odeurs, irritation du nez, de la gorge, des yeux, nausées, toux, troubles respiratoires, crise d’asthme, etc. ;
  • à long terme : aggravation de pathologies chroniques, allergies, troubles respiratoires, etc.

Avantages et inconvénients de la VMC simple flux

Maintenant que nous savons comment fonctionne une VMC simple flux, une question se pose : est-ce avantageux ou non d’en installer une chez soi ?

Avantages de la VMC simple flux

Cette technologie de VMC présente plusieurs arguments :

  • l’air humide de votre maison s’évacue rapidement car les flux se font naturellement, ce qui nous amène à un autre point : ce type d’appareil consomme peu d’électricité, un bon point qui réduira un peu votre facture énergétique ;
  • le système offre un bon rapport qualité-prix comparé à la VMC double flux. La vitesse de ventilation peut se régler selon votre besoin et le système hygro B vous garantit une vraie régulation en fonction de la présence ou non d’activité dans la maison ;
  • facile à mettre en place, la VMC simple flux s’installe facilement dans une maison neuve comme ancienne ;
  • côté entretien, elle reste relativement simple. Le matériel n’est pas très onéreux et les pièces détachées se trouvent assez facilement. L’encombrement est assez faible, ce qui facilite l’intervention d’un technicien en cas de problème. Nous reviendrons plus en détail sur ces points.

Inconvénients de la VMC simple flux

En revanche, quelques inconvénients peuvent ternir son image :

  • le manque de confort. En effet, certains courants d’air peuvent se faire ressentir au niveau des entrées d’air (principalement aux fenêtres), en particulier avec la VMC autoréglable qui maintient un flux d’air constant ;
  • ces courants d’air génèrent aussi des baisses de température, notamment l’hiver, puisque l’air chauffé est plus rapidement renouvelé, ce qui impacte votre facture de chauffage.

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre électricité trop chère ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture d’électricité

calculez vos économies

Combien coûte une VMC simple flux ?

Selon l’ADEME, le tarif d’une VMC simple flux dépend du type de ventilation et de la nature de votre logement.

Type de VMCPrix moyen pour la fourniture et la pose
(en € HT)
Maison neuveMaison ancienne
Simple flux autoréglableEnviron 500 €Entre 750 et 1 000 €
Simple flux hygroréglableEnviron 800 €Entre 1 200 et 1 600 €
Tarif moyen pour une VMC simple flux

Comment se déroule l’installation d’une VMC simple flux ?

L’installation d’une VMC simple flux est détaillée dans la partie 1-1-2 de la norme NF DTU 68.3. Elle rassemble aussi les règles de calcul, le dimensionnement et la mise en œuvre, pour les réseaux collectifs et privés.

Ce document se destine principalement à des installateurs professionnels, il est Inutile de rentrer dans les détails techniques, nous parlerons ici des informations majeures. Rassurez-vous, il est très simple d’installer vous-même votre VMC simple flux.

Très souvent, le groupe d’extraction est installé dans les combles pour des raisons d’encombrement et de bruit. Les gaines, quant à elles, sont isolées afin de limiter la condensation. Anciennement, le diamètre des anciennes sorties était de 125 mm. Désormais, le diamètre de sortie en toiture doit être égal (au moins) au diamètre de sortie (160 mm aujourd’hui)

Si vous avez quelques notions de bricolage, vous pouvez installer une VMC simple flux par vous-même.

Mais pour des raisons de sécurité et de qualité d’installation, il est recommandé de faire appel à un artisan certifié RGE Qualibat.

Quelles aides financières pour installer une VMC simple flux chez soi ?

Bien que le système double flux bénéficie de plus d’aides financières que le modèle simple flux, ce dernier reste toujours éligible à 2 aides :

  • l’éco-PTZ ;
  • les certificats d’économie d’énergie (CEE).

L’éco-PTZ

Vous êtes propriétaire ou copropriétaire occupant ou bailleur et vous cherchez à souscrire un prêt pour vos travaux de rénovation ? Le prêt à taux zéro a justement été mis en place pour vous.

Le principe est simple : vous vous rendez dans une banque ayant signé une convention avec l’État et vous demandez ce type de prêt. Condition majeure ? Les travaux que vous voulez réaliser doivent faire partie des opérations finançables.

Parmi les travaux éligibles figurent « les éventuels travaux d’adaptation ou de création d’un système de ventilation permettant d’assurer un renouvellement d’air minimal ». L’installation d’une VMC simple flux rentre donc dans ce cadre-là.

L’éco-PTZ fonctionne par palier, chaque palier augmente si vous réalisez des travaux supplémentaires :

  • 15 000 € pour la réalisation d’une seule action ;
  • jusqu’à 25 000 € pour la réalisation de 2 actions de travaux ;
  • jusqu’à 30 000 € si vous réalisez 3 actions de travaux ou plus ;
  • jusqu’à 50 000 euros pour des travaux qui apportent un gain énergétique minimum de 35 % et permettent de sortir un logement du statut de passoire énergétique.

L’occasion d’une rénovation plus globale se présente. Faites un tour du propriétaire pour voir si d’autres actions de travaux ne nécessitent pas d’être réalisés rapidement.

Quid de MaPrimeRénov’ ?

Malheureusement, la VMC simple flux n’est pas éligible à ce dispositif majeur. Seule l’installation d’une VMC double flux peut vous permettre de récupérer une prime entre 2 000 et 3 000 € selon vos revenus.

Les certificats d’économie énergie (CEE)

Bonne nouvelle, l’installation d’une VMC hygroréglable (et non autoréglable) est éligible aux CEE (Opération n° BAR-TH-127). Cette aide, octroyée par votre fournisseur d’énergie peut vous donner un petit coup de pouce financier si :

  • vous êtes propriétaire ou locataire de votre résidence principale achevée depuis plus de 2 ans ;
  • l’installation de la VMC est réalisée par un professionnel RGE.

L’aide peut prendre plusieurs formes soit :

  • par virement bancaire ou par chèque ;
  • déduite de votre facture d’énergie ;
  • sous une autre forme (par exemple, en bons d’achat).

En 2022, le montant moyen de cette prime s’élève à 170 euros. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à contacter votre fournisseur d’énergie.

Comment entretenir une VMC simple flux ?

Avec le temps, votre VMC va s’encrasser à cause de la condensation et des nombreux composés organiques volatils qui se trouvent dans l’air vicié. Un entretien régulier (tous les 1 ou 2 ans) est nécessaire.

L’entretien du moteur

Le moteur est sans doute la pièce la plus délicate à entretenir. N’essayez pas de trop vous aventurer à l’intérieur au risque de causer de le dégrader.

En revanche, vous pouvez le nettoyer en surface.

Commencez par couper l’alimentation électrique de votre VMC avant d’ouvrir le caisson de votre moteur. Vous aurez 3 choses à faire :

  • dépoussiérer à l’aide d’une brosse ou d’un aspirateur ;
  • contrôler les roulements ;
  • vérifier la stabilité du caisson.

L’entretien des gaines

À l’inverse, les gaines ne nécessitent pas ou peu d’entretien. Assurez-vous simplement qu’il n’y a pas trop de condensats à l’intérieur. Si c’est le cas, un lavage à l’eau équipé d’un furet sera suffisant.

Profitez-en pour vérifier le branchement de vos gaines.

L’entretien des grilles d’entrée et des bouches d’extraction

Humidité, condensation, poussières : ces deux parties de votre VMC simple flux se trouvent en première ligne, c’est donc logiquement elles que vous devez entretenir le plus régulièrement.

Heureusement, le procédé est enfantin :

  • dévissez-les ;
  • nettoyez-lez avec un chiffon humide ;
  • séchez-les avec un chiffon sec ;
  • revissez-les.

L’entretien est aussi l’occasion de vérifier leur fonctionnement. La meilleure solution ? Utiliser un sèche-cheveux ! En quelques secondes, vous verrez si vos grilles et vos bouches répondent bien à ce flux d’air puissant.

comparateur

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

En 30 secondes simulez votre consommation pour trouver les meilleures offres et comparer avec votre fournisseur actuel.

faire une simulation