Changement d’heure : diminuer la consommation nationale d’électricité

Le changement d’heure a vu le jour en 1916 pour coordonner les trains européens puis supprimé au moment de la Libération. Il a été remis en place en 1976 suite à un choc pétrolier. En effet, dans les années 1970, la France est dépendante des hydrocarbures (gaz, charbon, pétrole) pour la production d’électricité. En effet, le nucléaire n’occupe pas encore une place prépondérante dans l’Hexagone.

Or, en 1973 a lieu le premier choc pétrolier. Le prix du baril de pétrole explose, passant de 3 dollars à 12 dollars. Cela impacte les prix de la production d’énergie. Pour faire face à cette situation, l’Etat français choisit de construire massivement des centrales nucléaires. En parallèle, elle décide de remettre en place une heure d’été et d’une heure d’hiver. Ainsi, les heures d’activités s’adaptent aux heures d’ensoleillement. Le recours à l’éclairage artificiel baisse.

Dans les années 1980, le changement d’heure est généralisé à l’ensemble des pays européens. En 2002, tous se mettent d’accord sur une heure d’hiver et une heure d’été pour faciliter les échanges.

Passage à l’heure d’été : des économies d’énergie ?

Au regard des chiffres, le changement d’heure induit une légère économie d’énergie. D’après l’Ademe, en 2009, cette mesure a permis de réduire de 440 GWh la consommation d’électricité de l’Hexagone, soit 0,07% de notre consommation totale annuelle. Mais, avec l’amélioration des technologies d’éclairage, notamment avec l’usage de plus en plus fréquent des LED ou ampoules basse consommation, l’économie est plus petite chaque année. En 2018, la consommation n’a diminué que de 351 GWh.

En outre, comme le met en avant, l’Union européenne « de ces économies, il faut déduire la consommation accrue d’énergie due au chauffage le matin au moment du changement horaire et la consommation de carburant supplémentaire engendrée par l’augmentation possible du trafic le soir quand il fait plus clair. Aussi les économies effectivement réalisées sont-elles difficiles à déterminer, et, en tout cas, relativement limitées. ».

Le changement d’heure n’induit donc pas d’économie significatives pour les ménages. D’autant plus qu’avec le covid-19, les habitudes ont évolué. Les Français, majoritairement en télétravail, ont eu tendance à se lever plus tard.

Le télétravail reste aujourd’hui largement plébiscité de manière partielle ou totale. Cela a entrainé un décalage de la consommation des ménages et une baisse de la demande nationale en électricité.

Selon RTE, la consommation électrique a diminué de 13% au deuxième trimestre 2020 par rapport au niveau de l’an dernier. A côté, la baisse de la consommation liée au changement d’heure apparaît comme dérisoire.

A noter 

L’Union européenne avait prévu de supprimer le changement d’heure en 2021, mais avec l’épidémie de coronavirus, elle n’a pas pu choisir une plage horaire commune à tous les Etats membres. La fin du changement d’heure a donc été mise en suspens. « Pour l’instant la fin du changement d’heure n’est pas d’actualité dans l’agenda du Conseil européen », selon Karima Delli, eurodéputée EELV.

Programmation horaire et économies d’énergie : miser sur les heures creuses

Si le changement d’heure ne permet pas réellement une économie d’énergie, il est possible de faire baisser sa facture en organisant sa consommation d’électricité. Pour les ménages en option heures pleines / heures creuses, il faudra programmer vos appareils électroménagers à certaines heures de la journée.

En effet, cette option tarifaire permet de disposer :

  • D’un prix du kWh bas lors des heures creuses, pendant 8 heures par jour, principalement la nuit ;
  • D’un prix plus élevé en heures pleines, 16 heures par jour.

Pour réduire sa facture d’électricité, il est possible de paramétrer en heures creuses, les appareils suivants :

  • Le lave-linge ;
  • Le sèche-linge ;
  • Le lave-vaisselle ;
  • Le chauffe-eau, etc.

Globalement, on considèrera que l’option heures pleines / heures creuses est rentable si vous pouvez décaler au moins 40% vos consommations en heures creuses. Sinon, il vaudra mieux se tourner vers l’option base.

Sachez qu’il n’est pas possible de choisir quelles sont les plages horaires des heures creuses et des heures pleines. C’est Enedis, le gestionnaire de réseau électrique qui vous les attribue en fonction de votre compteur :

  • Si vous avez un ancien compteur, les plages horaires dépendent de votre commune de résidence ;
  • Pour les ménages équipés de Linky, les plages horaires sont aléatoires.

Pour vous renseigner, pensez à demander à votre fournisseur d’électricité ou à contacter Enedis. Cela vous aidera à vous organiser.

Bon à savoir

Le chauffage représente 60% de nos dépenses en énergie. Il est possible de faire des économies en le pilotant mieux. Certaines offres connectées vous permettent de l’éteindre ou le baisser à distance, via des boitiers connectés. Des fournisseurs tels qu’EDF, Engie ou Sowee incluent dans leurs contrats d’énergie des équipements pour piloter votre chauffage au gaz ou à l’électricité. Pour trouver le fournisseur le moins cher, n’hésitez pas à comparer les offres via le comparateur de Choisir.com.

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre électricité trop chère ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture d’électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies
vous préférez être rappelé ?

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h