Hausse des TRV : une évolution en fonction des usages du gaz

Mauvaise nouvelle pour les ménages. Après les hausses de 4,7% au 1er octobre, de 1,6 % en novembre et de 2,4 % au 1er décembre, les TRV continuent leur ascension. Au 1er janvier 2020, ils enregistreront une légère hausse moyenne de 0,2%.

D’après la CRE, dans le détail, l’évolution se produira de la manière suivante :

  • +0,1 % pour un usage de cuisson ;
  • +0,1 % pour un double usage du gaz naturel pour la cuisson et la production d’eau chaude ;
  • +0,2 % pour un usage du gaz comme énergie de chauffage.

Cette petite hausse impactera donc davantage les familles ayant opté pour le gaz de chauffage.

Comment expliquer l’augmentation des tarifs du gaz ?

Si les tarifs grimpent, c’est dû aux coûts d’approvisionnement d’Engie. Comme le fait savoir la CRE dans sa délibération «l’évolution des coûts d’approvisionnement d’Engie, telle qu’estimée par la formule, entre le 1er décembre 2020, date du dernier mouvement tarifaire, et le 1er janvier 2021, correspond bien à une hausse de 0,01 c€/kWh.». Les coûts d’approvisionnement englobent une grande partie de la chaîne gazière, de « l’extraction des gisements » au « transport jusqu’aux frontières françaises » d’après les explications d’Engie.

En revanche, ce mois-ci, le terme de lissage n’a eu aucun effet sur la variation des TRV. «Ce dispositif n’a pas de conséquences sur l’évolution des tarifs réglementés de vente de gaz naturel d’Engie au 1er janvier 2021, la valeur du terme de lissage restant constante entre le 1er décembre 2020 et le 1er janvier 2021» expose la CRE.

Pour rappel, le terme de lissage est un mécanisme permettant de niveler progressivement la hausse des prix du gaz plutôt que de laisser dépendre les consommateurs des cours du marché. Il a été mis en place entre juillet 2020 et février 2021. La raison ? Au printemps, lors du premier confinement, les cours du gaz ont chuté du fait des ralentissements de l’industrie et des immeubles de bureau. Les prix sont donc partis à la baisse.

Mais, la reprise et le froid de l’hiver conduisent à une nouvelle hausse de la demande qui pourrait faire monter les prix. Anticipant ce phénomène, les autorités publiques ont préféré mettre en place un terme de lissage pour accompagner les hausses et éviter aux ménages de subir des « bonds » de facture d’un mois sur l’autre.

Comment anticiper les hausses ?

À l’heure actuelle, encore 34% de consommateurs sont clients des TRV. La hausse les touche donc directement. Elle pénalise, en moindre mesure, les ménages ayant opté pour une offre à tarif indexé.

C’est pourquoi, pour gagner en stabilité, il est plus intéressant de se tourner vers une offre à prix fixe. Le prix du kWh de gaz restera le même pendant toute la durée du contrat (de 1 à 4 ans). Certaines offres assurent même une révision annuelle des tarifs à la baisse en cas de diminution des TRV.

Côté pratique, le changement de fournisseur peut s’opérer à distance et quasiment immédiatement. Cela n’implique aucune intervention technique sur votre compteur, ni coupure. Il suffit de souscrire en ligne ou par téléphone auprès du fournisseur de votre choix. Inutile de résilier chez votre opérateur actuel, le nouveau s’en chargera. Vous ne ferez pas face à des frais de résiliation. C’est totalement gratuit. Pour les particuliers, toutes les offres de gaz sont sans engagement.Pour trouver le fournisseur le moins cher, penser à utiliser un comparateur de gaz.