Choisir.com - Comparez, économisez.
09 71 07 14 93

Le Tarif Réglementé de vente du gaz (TRVG) d’Engie : offre, conditions et tarifs

Depuis le 1er juillet 2007 et l’ouverture du marché français du gaz à la concurrence, les particuliers ont la possibilité de choisir leur offre de gaz naturel. Aujourd’hui, une vingtaine de fournisseurs alternatifs commercialisent leurs offres aux côtés d’Engie et des Entreprises locales de distribution (ELD). Pourtant, d’après la Commission de régulation de l’énergie, plus d’un quart des ménages raccordés au gaz n’ont pas encore sauté le pas d’une offre à prix de marché, préférant conserver le tarif réglementé de vente (TRV) proposé par le fournisseur historique et dont la disparition définitive est programmée à l’été 2023. Le tarif réglementé du gaz d’Engie : de quoi s’agit-il exactement ? Quels sont ses tarifs et comment sont-ils fixés ? Est-il plus avantageux que les offres de marché proposées par les fournisseurs alternatifs ? Décryptage.

tarif-reglemente-gaz

Face à la flambée des prix, l’État met en place un bouclier tarifaire sur le TRV gaz

À l’automne 2021, pour limiter l’impact de la crise de l’énergie sur le budget des ménages, les pouvoirs publics ont mis en place un bouclier tarifaire sur les tarifs réglementés de vente de gaz naturel, afin de geler les prix à leur niveau d’octobre 2021, pour la période novembre 2021 à juin 2022. Retrouvez toutes nos explications dans cet article, à la section « La crise de l’énergie et la mise en place d’un bouclier tarifaire ».

Qu’est-ce que le tarif réglementé du gaz ?

Le tarif réglementé de vente du gaz (ou TRVG) est l’unique offre de fourniture de gaz naturel dont les prix sont régulés et fixés par les pouvoirs publics. Pour en comprendre le principe, revenons dans un premier temps sur ses origines.

Les origines du tarif réglementé de vente du gaz naturel

Si le marché du gaz naturel est aujourd’hui ouvert et investi par de nombreux opérateurs privés, cela n’a pas toujours été le cas.

La nationalisation du marché de l’énergie

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour répondre à la nécessité d’une unité industrielle et en raison d’une offre énergétique trop éclatée et disparate sur le territoire, l’État prend la décision de nationaliser les actifs des sociétés privées de gaz et d’électricité.

La loi n° 46-628 sur la nationalisation de l’électricité et du gaz est votée le 8 avril 1946. Elle conduit à la création des entités publiques « Gaz de France » (GDF) et Électricité de France (EDF). La production, le transport, la distribution, l’importation et l’exportation de gaz combustible et d’électricité sont dès lors nationalisés, donc entièrement contrôlés les pouvoirs publics.

GDF et les ELD, fournisseurs historiques de gaz naturel en France

Pendant 60 ans, GDF jouira d’un monopole d’État sur la quasi-totalité du territoire (96 %) en tant qu’unique fournisseur de gaz naturel pour les sites résidentiels et non résidentiels (entreprises et collectivités). Les particuliers auront donc accès une seule et même offre, à un prix identique pour tous et fruit d’une décision politique.

Toutefois, s’il est usuel d’évoquer GDF comme le fournisseur historique de gaz naturel en France, précisons que, localement, certaines collectivités territoriales ont fait le choix de refuser la nationalisation du marché de l’énergie sur leur territoire (comme le prévoyait l’article 23 de la loi) et ont donc créé des régies autonomes afin de gérer elles-mêmes la fourniture en gaz et en électricité de leurs administrés : ces structures sont aujourd’hui appelées Entreprises locales de distribution ou ELD.

Quelles sont les Entreprises locales de distribution de gaz en France ?

À ce jour, 20 ELD assurent la fourniture de gaz naturel sur 4 % du territoire, aussi bien dans les grandes villes qu’en zone rurale. Elles desservent ainsi plus de 420 000 clients. Citons notamment :

  • Gaz de Bordeaux (environ 260 000 sites résidentiels et non résidentiels desservis) ;
  • ES Strasbourg (environ 113 000 sites) ;
  • GEG – Gaz Électricité de Grenoble (environ 47 000 sites).

Les ELD gèrent non seulement la fourniture, mais également la distribution du gaz naturel. Sur les territoires dont elles ont la charge, le distributeur GRDF n’intervient donc pas.

Précisons également que lorsqu’une ELD a plus de 100 000 clients, elle est tenue de séparer ses activités de fourniture et de distribution. Gaz de Bordeaux et GEG, par exemple, ont créé respectivement les filiales Régaz-Bordeaux et GreenAlp qui gèrent le réseau de distribution de gaz naturel sur leur périmètre géographique.

À noter également : certaines ELD telles que Gaz de Bordeaux sont désormais présentes partout en France. En dehors de leur périmètre d’activité historique, elles ont donc le statut de fournisseur alternatif.

L’ouverture du marché du gaz naturel à la concurrence

Le 22 juin 1998, la Commission européenne vote la directive 98/30/CE portant sur l’ouverture à la concurrence des marchés européens du gaz naturel. L’Union européenne a, en effet, la volonté de créer un marché du gaz unique à l’échelle de tous les pays membres, en mettant fin aux monopoles et en facilitant le développement de la concurrence. Cela marque un grand tournant pour le secteur du gaz, deux ans après l’adoption d’une directive européenne similaire portant sur l’ouverture à la concurrence du marché de l’électricité (directive 96/92/CE).

Dès lors, la France est invitée – à l’instar de tous les États membres de l’UE – à appliquer cette décision à l’échelle nationale afin que, peu à peu, se dessinent les contours d’un nouveau marché français du gaz naturel. L’ouverture à la concurrence s’effectue d’abord pour les professionnels (dès 1999 pour les sites industriels, puis en 2004 pour l’ensemble des entreprises et des collectivités territoriales) avant d’être mise en œuvre le 1er juillet 2007 pour tous les clients particuliers.

GDF, qui a été privatisé et transformé en société anonyme en novembre 2004 (en application du décret n° 2004-1223 portant statuts de la société anonyme Gaz de France) perd son monopole et devient un fournisseur de gaz naturel parmi tant d’autres.

Peu à peu, de nouveaux acteurs privés de l’énergie se lancent dans la bataille et commercialisent leurs propres offres de gaz à prix de marché, c’est-à-dire dont les tarifs sont fixés librement par eux. On parle de « fournisseurs alternatifs », par opposition aux fournisseurs historiques que sont GDF et les Entreprises locales de distribution.

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre gaz trop cher ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture de gaz

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

09 74 59 19 97 Appel non surtaxé

vous préférez être rappelé ?

Le TRV gaz : principe et modalités

Aujourd’hui, d’après le Médiateur national de l’énergie, 20 fournisseurs alternatifs ont développé une offre de fourniture de gaz naturel pour les clients particuliers. Ce sont eux qui en fixent les modalités et les conditions tarifaires.

Le fournisseur historique, devenu successivement GDF-Suez puis Engie, commercialise également ses propres offres à prix de marché avec, notamment, la formule « Gaz Référence 2 ans ».

Mais il conserve une spécificité : en effet, malgré l’ouverture du marché du gaz à la concurrence, l’État a souhaité conserver un rôle dans la régulation des prix à travers le maintien de tarifs réglementés de vente du gaz naturel (TRVG).

Ces tarifs réglementés ont vocation à assurer aux clients une certaine stabilité des prix malgré la forte volatilité du marché (dont la crise de l’énergie et l’envolée des prix sur les marchés de gros de ces derniers mois sont le parfait exemple).

Depuis 2007, seuls Engie et les Entreprises locales de distribution de gaz naturel sont donc habilités à commercialiser le tarif réglementé de vente.

Des tarifs révisés chaque mois

Le TRGV est un contrat de fourniture de gaz naturel dont les tarifs sont fixés par l’État par arrêté et révisés au maximum une fois par mois, sur proposition du fournisseur historique et après avis de la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

Il est encadré par les articles L. 445-1 à L. 445-4 et R. 445-1 à R. 445-7 du Code de l’énergie. L’article R. 445-2 dispose notamment que « les tarifs réglementés de vente du gaz naturel couvrent les coûts d’approvisionnement en gaz naturel et les coûts hors approvisionnement ».

Concrètement, les étapes à l’établissement des tarifs sont les suivantes :

  • le fournisseur historique Engie est invité à modifier « au maximum une fois par mois […] les barèmes de ses tarifs réglementés en y répercutant les variations des coûts d’approvisionnement en gaz naturel, telles qu’elles résultent de l’application de sa formule tarifaire », conformément à l’article R. 445-5 du Code de l’énergie. Cette formule tarifaire est révisée chaque année et fixée par arrêté ;
  • il saisit ensuite la CRE, autorité administrative indépendante créée en 2000 dans le cadre de l’ouverture à la concurrence des marchés de l’énergie et dont la mission est de veiller à leur bon fonctionnement. Celle-ci vérifie la conformité du nouveau barème proposé avec la formule tarifaire en vigueur ;
  • une fois le barème validé par la CRE, les nouveaux tarifs réglementés de vente de gaz naturel sont fixés par un arrêté signé conjointement par le ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance et le ministre de la Transition écologique.

Précisons que ce sont uniquement les coûts liés à l’approvisionnement de gaz qui sont révisés chaque mois sur proposition d’Engie et après validation de la CRE. Les coûts hors approvisionnement (transport et stockage notamment) sont révisés quant à eux une fois par an, par arrêté dont la date d’entrée en vigueur est toujours le 1er juillet.

Existe-t-il aussi des tarifs réglementés pour l’électricité ?

Oui, comme pour le gaz naturel, l’État a souhaité maintenir des tarifs réglementés de vente pour l’électricité (TRVE). Pour les clients particuliers, ils sont communément appelés « Tarif Bleu ». Le Tarif Bleu est commercialisé uniquement par les fournisseurs d’électricité historiques : EDF et les Entreprises locales de distribution d’électricité.

Contrairement aux tarifs réglementés du gaz, ceux-ci sont révisés seulement une à deux fois par an.

Autre différence : concernant les tarifs réglementés de l’électricité, ce n’est pas EDF qui propose un nouveau barème, mais directement la CRE. Alors, pourquoi le fournisseur Engie est-il invité à établir lui-même ses tarifs pour le gaz ? Cette différence s’explique par le fait que la production de gaz naturel en France est quasiment inexistante, contrairement à celle de l’électricité. Les fournisseurs dépendent donc presque entièrement d’importations pour répondre à la demande et ont donc une marge de manœuvre très faible sur le contrôle des prix. La longue expérience du géant français du gaz est donc très utile à la CRE au moment de fixer le TRV pour cette énergie.

Composition des tarifs réglementés de vente de gaz naturel

Retrouvez, dans le tableau ci-dessous, la composition des tarifs réglementés du gaz par typologie de coûts :

Poste de coûtsRépartition (*)
Fourniture60 %
Distribution13 %
Transport3 %
Stockage2 %
TaxesTVA15 %
TICGN5 %
CTA2 %
Total22 %
Composition des tarifs réglementés de vente du gaz naturel par poste de coûts
Données au 31 décembre 2021 – Source : CRE

(*) Pour ce calcul, la CRE s’est basée sur les tarifs réglementés tels qu’ils auraient dû être appliqués en l’absence de gel tarifaire, afin de fournir des données plus représentatives.

Les prix des tarifs réglementés du gaz sont fixés de manière à ce que la commercialisation de ces contrats soit rentable pour les fournisseurs historiques de gaz (Engie et les ELD), tout en s’assurant que le montant final reste correct pour les consommateurs.

Le calcul prend donc en compte les coûts subis par les entreprises :

  • les coûts de fourniture, qui comprennent les coûts d’approvisionnement, mais également ceux de commercialisation supportés par les fournisseurs ;
  • les coûts de transport, de stockage et de distribution (ou coûts hors approvisionnement) ;
  • les différentes taxes sur le gaz :
    • la TVA (Taxe sur la valeur ajoutée), qui s’applique à hauteur de 5,5 % sur la part fixe de la facture et 20 % sur la part variable,
    • la TICGN (Taxe intérieure sur la consommation de gaz naturel), qui s’élève depuis janvier 2021 à 8,43 €/MWh et est perçue pour le compte des douanes,
    • la CTA (Contribution tarifaire d’acheminement) qui a vocation à financer les droits spécifiques relatifs à l’assurance vieillesse des personnels relevant du régime des industries électriques et gazières.

À noter : les coûts d’approvisionnement tiennent compte notamment du prix des produits pétroliers, des prix du gaz sur le marché de gros et du taux de change euro-dollar (les approvisionnements étant payés en dollars). Ce sont eux qui influent principalement sur les prix et les rendent volatiles, raison pour laquelle ils sont révisés chaque mois. Les coûts hors approvisionnement ne sont, quant à eux, révisés qu’une fois par an maximum.

comparateur

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

En 30 secondes simulez votre consommation pour trouver les meilleures offres et comparer avec votre fournisseur actuel.

faire une simulation

Les différentes classes de consommation du gaz

Pour les clients particuliers bénéficiant encore d’un contrat de fourniture de gaz naturel aux tarifs réglementés de vente, 4 catégories tarifaires (appelées classes de consommation) sont disponibles. Elles sont fonction du volume d’énergie dont le ménage a besoin. Ce volume varie bien évidemment selon la taille du foyer, mais surtout selon l’usage qui est fait du gaz naturel (cuisson, eau chaude sanitaire, chauffage, etc.).

Classe de consommationVolume de consommation annuel
(en kilowattheures)
Profil consommateur et usages
Tarif BaseMoins de 1 000 kWh• Très petits consommateurs
• Usage : cuisson
Tarif B01 000 à 6 000 kWh• Petits consommateurs
• Usages : cuisson + production d’eau chaude sanitaire et/ou chauffage d’appoint
Tarif B16 000 à 30 000 kWh• Moyens consommateurs
• Usages : chauffage + production d’eau chaude sanitaire
Tarif B2I30 000 à 150 000 kWhGrands consommateurs (copropriétés équipées de chaufferies) (*)
Les 4 classes de consommation du TRV gaz pour les clients particuliers

(*) Les grandes copropriétés consommant plus de 150 000 kWh chaque année doivent, quant à elles, souscrire un contrat d’énergie pour les professionnels.

En fonction de la classe de consommation choisie, les tarifs diffèrent. Précisons toutefois que, d’après la grille tarifaire en vigueur en avril 2022, le prix de l’abonnement et le prix du kilowattheure sont identiques pour :

  • les clients en tarif « Base » et ceux en tarif « B0 » ;
  • les clients en tarif « B1 » et ceux en tarif « B2I ».

À noter : près de 3 consommateurs de gaz sur 4 utilisent cette énergie pour se chauffer et optent pour le tarif « B1 ».

Les zones tarifaires du gaz

Un autre facteur influe sur le tarif du kilowattheure : la localisation du compteur gaz. En effet, plus une habitation est éloignée du centre de stockage de gaz naturel, plus les coûts de distribution pour acheminer l’énergie sont élevés, ce qui se répercute sur la facture.

On compte 6 zones tarifaires dans les tarifs réglementés de vente. Ce principe de zone tarifaire est appliqué par tous les fournisseurs, y compris dans les offres à prix de marché. Toutefois, certains opérateurs ne s’appuient pas sur les zones définies par GRDF et appliquées dans les TRV, préférant déterminer leur propre découpage géographique : c’est le cas, notamment, d’Engie dans son offre « Gaz Référence », qui propose 8 zones tarifaires différentes.

Les conditions générales de vente

Comme tous les contrats de fourniture de gaz destinés aux clients particuliers, un contrat aux tarifs réglementés de vente est sans engagement et peut donc être résilié à tout moment, sans frais additionnels.

Toutefois, attention : si vous résiliez votre contrat à tarif régulé, il ne sera plus possible d’y souscrire à nouveau. En effet, le tarif réglementé de vente est une offre en extinction et n’est donc plus ouvert à la commercialisation depuis novembre 2019. Pour en savoir davantage à ce sujet, nous vous invitons à lire la section « La fin annoncée du tarif réglementé du gaz », plus loin dans cet article.

Les modalités de paiement

Les factures doivent être réglées dans un délai de 14 jours maximum suivant leur émission. Dans le cas contraire, des pénalités de retard seront appliquées.

Les modalités de paiement acceptées sont les suivantes :

  • prélèvement automatique ;
  • TIP ;
  • chèque ;
  • espèces (dans un bureau de poste) ;
  • carte bancaire (paiement en ligne ou par téléphone).

Quels sont les tarifs du TRV gaz ?

Il est fréquent d’entendre que le prix du gaz augmente sans cesse. Qu’en est-il réellement pour les consommateurs résidentiels ?

Évolution des tarifs réglementés de vente du gaz naturel

Au préalable, précisons que la France importe la quasi-totalité de ses besoins en gaz naturel (99 %), principalement depuis la Norvège et la Russie. L’essentiel de l’approvisionnement est réalisé à partir de contrats de gré à gré indexés sur le pétrole. Ceux-ci sont conclus par les opérateurs, dont Engie, pour plusieurs années (parfois plusieurs décennies) afin qu’ils sécurisent leurs approvisionnements et puissent garantir la fourniture de gaz naturel à leurs clients résidentiels et non résidentiels.

Les prix du TRV sont calculés selon une formule tarifaire fixée par arrêté et révisée chaque année (celui fixant la formule tarifaire actuelle est l’arrêté du 28 juin 2021 relatif aux tarifs réglementés de vente du gaz naturel fourni par Engie).

La formule tarifaire prend en compte plusieurs facteurs pour calculer les coûts d’approvisionnement supportés par Engie :

  • les prix du gaz sur le marché de gros ;
  • le cours du pétrole (plus précisément le Brent, le baril de référence en Europe) ;
  • le taux de change du dollar en euro (puisque les cotations du gaz et du pétrole sont libellées en dollars).

Les coûts d’approvisionnement sont ceux qui présentent la plus forte volatilité, et qui influent donc le plus sur l’évolution des tarifs réglementés de vente, aussi bien à la hausse qu’à la baisse.

Le graphique ci-dessous le démontre très bien : si, depuis l’été 2021, la crise de l’énergie à l’échelle mondiale a fait flamber les prix, impactant de facto ceux des tarifs réglementés de vente, ces derniers n’ont pas toujours été en hausse. Les clients particuliers ont parfois bénéficié de baisses conséquentes : citons, par exemple, l’année 2019 qui, après une forte augmentation en 2018, a connu 10 baisses successives.

évolution de la facture annuelle de gaz

La crise de l’énergie et la mise en place d’un bouclier tarifaire

À la lecture de ce graphique, on constate que les prix du tarif réglementé du gaz sont en hausse quasi-constante depuis l’été 2020, à l’image de l’ensemble du marché gazier. Cet état de fait est la conséquence de facteurs à la fois structurels et conjoncturels :

  • une forte augmentation de la demande en gaz suite à la reprise de l’économie mondiale après la pandémie de Covid-19 ;
  • un recours plus important au gaz pour produire de l’électricité, en raison de la hausse du prix des quotas d’émissions de CO2 sur le marché du carbone européen ;
  • une consommation de chauffage plus importante à l’hiver 2020/2021 (+15 % par rapport à l’hiver précédent) ;
  • par conséquent, une baisse significative des réserves de gaz naturel à l’échelle européenne ;
  • une baisse de production de gaz naturel en Norvège, grand producteur auprès duquel la France réalise la plus grande part de ses importations (40 %) ;
  • plus récemment, la guerre menée par la Russie en Ukraine a encore aggravé la crise gazière (tensions sur les marchés de l’énergie, interrogations sur des éventuelles sanctions européennes ou sur une possible rétention russe, etc.).

Concrètement, depuis août 2020, les tarifs réglementés de vente de gaz naturel ont augmenté à chaque révision, à l’exception de celle d’avril 2021.

Mois de révision du TRVGÉvolution par rapport au barème précédent
Août 2020+1,3 %
Septembre 2020+0,6 %
Octobre 2020+4,7 %
Novembre 2020+1,6 %
Décembre 2020+2,4 %
Janvier 2021+0,2 %
Février 2021+3,5 %
Mars 2021+5,7 %
Avril 2021-4,1%
Mai 2021+1,1%
Juin 2021+4,4 %
Juillet 2021+10,0%
Août 2021+5,3 %
Septembre 2021+8,7 %
Octobre 2021+13,9 %
Novembre 2021Mise en place d’un bouclier tarifaire sur les tarifs réglementés du gaz0,0 %
Décembre 2021
Janvier 2022
Février 2022
Mars 2022
Avril 2022
Évolution des tarifs réglementés de vente de gaz naturel en distribution publique – Source : CRE

Pour préserver le pouvoir d’achat des ménages, le gouvernement a décidé de mettre en place un « bouclier tarifaire » dès novembre 2021, en gelant les tarifs réglementés de vente du gaz à leur niveau du 1er octobre 2021 et ce, jusqu’au 30 juin 2022. Cette décision a été entérinée par le décret n° 2021-1380 du 23 octobre 2021, puis inscrite dans l’article 181 de la loi de finances 2022.

Sont concernés par ce bouclier tarifaire :

  • les clients particuliers ayant souscrit une offre aux tarifs réglementés de vente auprès d’Engie ou d’une Entreprise locale de distribution (2,8 millions) ;
  • ceux ayant souscrit une offre de gaz à prix de marché indexée sur le TRVG (1,9 million).

Les clients particuliers ayant opté pour une offre de marché à prix fixe avant la crise énergétique ne sont, quant à eux, pas impactés par la hausse des prix du gaz.

Concrètement, qu’ont gagné les consommateurs grâce au bouclier tarifaire ? D’après la CRE, si le gel des tarifs n’avait pas été mis en place, le montant estimé de la facture annuelle pour un client résidentiel au tarif B1 (usage chauffage) aurait grimpé à 2 113 € dès le mois de décembre 2022, soit une hausse de 42 % par rapport à son niveau d’octobre 2021 (le montant estimé était alors 1 481 €/an, voir notre graphique dans la section précédente).

Gel des tarifs du gaz naturel : et après ?

Notons tout d’abord qu’il est précisé dans la loi de finances 2022 que la date du 30 juin 2022 (date de fin du gel tarifaire) peut être modifiée par arrêté et fixée à une date ultérieure (31 décembre 2022 au plus tard). À l’issue de cette période, les tarifs réglementés du gaz naturel intégreront une composante de rattrapage, afin que les fournisseurs puissent récupérer les pertes subies par la mise en place du bouclier tarifaire. Toutefois, les prix ne pourront excéder leur niveau d’octobre 2021.

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre gaz trop cher ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture de gaz

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

09 74 59 19 97 Appel non surtaxé

vous préférez être rappelé ?

Les tarifs réglementés de vente de gaz naturel en vigueur en avril 2022

Retrouvez dans le tableau ci-dessous les TRVG en vigueur au 1er avril 2022 pour les clients résidentiels :

Tarif Base
(en € TTC)
Tarif B0
(en € TTC)
Tarif B1
(en € TTC)
Tarif B2I
(en € TTC)
Abonnement annuel102,12 €249,72 €
Prix du kWhZone 10,1121 €0,0873 €
Zone 20,0880 €
Zone 30,0887 €
Zone 40,0894 €
Zone 50,0902 €
Zone 60,0909 €
Grille tarifaire des tarifs réglementés de vente pour les clients résidentiels en vigueur au 1er avril 2022

La fin annoncée du tarif réglementé du gaz

Le 1er juillet 2023, le TRV gaz sera définitivement supprimé. En effet, le maintien de tarifs régulés par l’État a été jugé non conforme au droit européen.

À l’origine de cette décision : les fournisseurs alternatifs regroupés au sein de l’Association nationale des opérateurs détaillants en énergie (Anode). Considérant que les tarifs réglementés de vente étaient un frein au jeu de libre concurrence, ils ont saisi le Conseil d’État à propos de « la conformité au droit de l’Union européenne du système français de régulation des prix de vente au détail du gaz naturel ». Ce dernier a rendu sa décision en juillet 2017 et jugé que l’organisation du marché du gaz en France constituait « par sa nature même, une entrave à la réalisation d’un marché du gaz naturel concurrentiel ».

Avec la loi n° 2019-1147 du 8 novembre 2019 relative à l’énergie et au climat (plus communément appelée loi énergie-climat), la suppression des tarifs réglementés de vente pour les particuliers et les petits professionnels est actée (notons que les TRV avaient déjà été supprimés pour les professionnels consommant plus de 30 000 kWh par an en 2016) :

  • dès le 20 novembre 2019, les offres à tarifs régulés sont mises « en extinction ». Il n’est plus possible d’y souscrire ;
  • les TRV pour les petits professionnels et les grandes copropriétés sont définitivement supprimés le 1er décembre 2020 ;
  • enfin, la disparition du TRV pour les particuliers et les petites copropriétés sera effective le 1er juillet 2023.

D’ici cette date, les 2,8 millions de clients bénéficiant encore du tarif réglementé de vente devront donc souscrire à une offre à prix de marché auprès d’Engie ou du fournisseur alternatif de leur choix (ou de leur ELD, le cas échéant).

Tout comprendre sur la fin du tarif réglementé du gaz

Raisons, calendrier, conséquences pour les consommateurs… Pour en savoir davantage à ce sujet, nous vous invitons à lire notre article complet consacré à la fin du tarif réglementé du gaz.

Quitter le tarif réglementé pour une offre de gaz naturel à prix de marché

En cette période d’envolée des prix de l’énergie, les fournisseurs sont amenés à repenser leurs offres afin de rester à la fois compétitifs et rentables.

Pour les consommateurs, quel type d’offre à prix de marché est-il plus avantageux de souscrire : une offre à prix fixe ou une offre indexée sur le tarif réglementé ?

Pour répondre à cette question, comparons les tarifs des principales offres de fourniture de gaz naturel (liste non exhaustive).

À noter : les tarifs mentionnés dans le tableau ci-dessous sont ceux en vigueur au 1er avril 2022 pour un client se chauffant au gaz et consommant 14 000 kWh par an (tarif B1).

Type d’offreFournisseurNom de l’offreCaractéristiquesTarifs TTC
Classe de consommation B1 – Zone tarifaire 1
Prix de l’abonnement annuelPrix du kilowattheureMontant facture annuelle estimé
TRVEngieTarif réglementé de venteGaz standard
Tarifs régulés par l’État
249,72 €0,08730 €1 472 €
Offres indexées sur le TRVEDFAvantage Gaz OptimiséGaz standard
Prix du kWh HT inférieur de 2 % à celui du TRV
249,72 €0,08570 €1 450 €
EniOffre Indexée Eco GazGaz standard (option « compensation carbone » à 3 €/mois)
Prix du kWh HT indexé sur celui du TRV
273,18 €0,08725 €1 495 €
Happe-e by EngieOffre gaz happ-e 2 ansGaz standard
Prix du kWh HT indexé sur celui du TRV
249,75 €0,08725 €1 471 €
TotalEnergiesOffre EssentielleGaz standard
Remise de 3 € sur le prix du MWh HT du TRV
249,72 €0,08370 €1 422 €
VattenfallGaz Eco PlusGaz standard
Prix du kWh HT inférieur de 5 % à celui du TRV
273,68 €0,08330 €1 440 €
Offres à prix fixeDyneffMon Contrat SereinGaz standard
Tarifs bloqués pendant 2 ans
307,32 €0,09960 €1 702 €
EDFAvantage GazGaz standard
Tarifs bloqués pendant 4 ans et 1 mois
258,48 €0,10150 €1 679 €
Avantage Gaz ConnectéGaz standard
Tarifs bloqués pendant 4 ans et 1 mois
Pilotage du chauffage grâce au thermostat Netatmo vendu à -50 % par rapport au prix public
Avantage Gaz DurableGaz standard avec compensation des émissions de CO2
Tarifs bloqués pendant 4 ans et 1 mois
0,10500 €1 728 €
EngieGaz Référence 2 ansGaz standard
Tarifs bloqués pendant 2 ans
236,06 €0,13498 €2 126 €
SoweeOffre GazGaz standard
Tarifs bloqués pendant 3 ans
286,68 €0,12510 €2 038 €
TotalEnergiesOffre Verte FixeGaz standard (90 %) + biogaz français (10 %)
Tarifs bloqués pendant 1 an
233,64 €0,14730 €2 296 €
Autre type d’offreButagazOffre Gaz naturelGaz standard
Prix du kWh HT indexés sur le PEG Powernext
300,72 €0,13080 €2 132 €
Comparatif des offres de gaz naturel pour les clients particuliers – Tarifs TTC en vigueur au 1er avril 2022 (Tarif B1, zone tarifaire 1, volume de consommation annuel 14 000 kWh)

Ce que l’on observe :

  • la crise de l’énergie a chamboulé le marché français du gaz : longtemps plus avantageuses que les offres indexées sur le TRV, les offres à prix fixes ne sont actuellement plus le meilleur choix. Cela est tout à fait logique, puisque le bouclier tarifaire qui s’applique sur les tarifs réglementés de vente depuis novembre 2021 a également eu un effet positif sur les tarifs des offres indexées. En revanche, les fournisseurs des offres à prix fixes ont été contraints d’augmenter leurs tarifs pour faire face à l’envolée des prix sur le marché de gros et à la hausse de leurs coûts d’approvisionnement ;
  • notons également que Butagaz a modifié son offre et propose désormais une nouvelle formule inédite sur le marché : en effet, celle-ci est indexée non pas sur le TRV, mais sur le PEG Powernext, un indice de référence sur le marché de gros français.

À l’heure où nous rédigeons cet article (avril 2022), les clients souhaitant quitter le tarif réglementé de vente ont tout avantage à se tourner vers une offre à prix indexés, telle que l’offre « Avantage Gaz Optimisé » d’EDF, l’offre « Essentielle » de TotalEnergies ou encore l’offre « Gaz Eco Plus » de Vattenfall. Mais la levée du gel tarifaire, prévue (pour l’instant) à l’été 2022, rebattra sans doute les cartes du marché énergétique français. Pour les consommateurs, la vigilance s’impose donc plus que jamais !

Faites confiance à un expert de l’énergie pour vous accompagner dans le choix de votre fournisseur

Le marché du gaz est, à l’image de celui de l’électricité, en pleine mutation. Chez Choisir.com, nous suivons jour après jour son évolution, afin de conseiller au mieux les consommateurs sur les offres d’énergie les plus avantageuses. Gardez en tête qu’il est possible de changer d’offre de gaz ou d’électricité à tout moment, sans justificatif et sans qu’aucuns frais de résiliation ne soient appliqués.

Vous souhaitez souscrire une offre d’énergie moins chère et ainsi, réaliser de réelles économies ? N’hésitez pas à utiliser notre comparateur de gaz en ligne : il est gratuit et sans engagement. Confiez vos démarches de souscription à notre équipe et changez de fournisseur très simplement, sans coupure de gaz : à la clé, jusqu’à 200 € économisés sur votre facture annuelle !

D’autres questions sur ce sujet ?

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

09 74 59 19 97 Appel non surtaxé

vous préférez être rappelé ?